AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2070148130
Éditeur : Gallimard (08/01/2015)

Note moyenne : 3.28/5 (sur 95 notes)
Résumé :
Été 1944. Une femme court dans la campagne icaunaise. Elle cherche à échapper à la foule qui veut la tondre.
Été 2015. Un homme a été tué près d’un lac. La gendarme chargée de l’enquête soupçonne que son meurtre est lié à une tonte, qui a eu lieu soixante-dix ans plus tôt.
Entre aujourd’hui et hier, les destins s’entremêlent mais les protagonistes ne s’en souviennent plus – ils ont oublié la colère, les jours de liesse et la cruauté des vaincus contr... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacRakutenLeslibraires.frMomox
Critiques, Analyses et Avis (39) Voir plus Ajouter une critique
belette2911
  15 août 2015
♫ J'ai eu des illusions et puis des certitudes, et comme au casino j'ai tout perdu d'un coup… ♪ [1]
Oui, dans ma vie j'ai eu des illusions. Toute jeune, je les ai cru tous résistants ! Pleins de résistants au milieu de très peu de collabos. Et puis, le grand Charles l'avait dit, non ?
Banqueroute totale ! Peu de résistants, beaucoup de Naphtaliens et à la Libération, tout à coup, tout le monde avait résisté, même les délateurs de voisins. Surtout les délateurs… ♫ Je retourne ma veste, toujours du bon côté ♪ [2]
L'auteur à l'art et la manière de retourner le couteau dans une plaie qui a du mal à cicatriser car on a bâti un monde libre sur des crânes rasés et des comportements indignes.
J'ai eu le coeur serré durant certaines scènes tant la honte de ces femmes était prégnante et tant l'imbécilité des autres était flagrante. Qu'on reste planqué, je peux comprendre, mais qu'on dénonce les voisins ou qu'à la fin, on se comporte comme pire que l'occupant, ça ne me rend pas fière vis-à-vis de certains humains.
Les chapitres se déroulant en 2015 sont entrecoupés de quelques uns se passant durant la Seconde Guerre Mondiale. On retrouve même des protagonistes sur les deux époques, ainsi que leurs descendants.
Mais quel est l'horrible secret qu'ils cachent ?? Un ogre, une sorcière, un bouilleur d'enfants ?? (Godefroy de Montmirail, sors de ce corps !).
J'ai eu des illusions et des certitudes dans ce roman… Certitudes car j'étais certaine d'avoir compris et résolu l'affaire avant la gendarmette Garance Calderon, personnage au passé trouble, soit-dit en passant.
Oui, je savais QUI avait tué Mehdi Azem, je sais QUI il était réellement et je connaissais la teneur du secret. Oui, je pensais tout savoir, pétrie de certitudes que j'étais mais comme durant un tour de magie, j'ai été illusionnée et bardaf, ce n'était pas le Colonel Moutarde dans la biblio ! Raté !
Illusions aussi sur certains passages du roman, qui me titillent un peu aux entournures si je commence à creuser un peu : la gendarmette qui creuse dans la propriété à la recherche d'un corps, seule, sans rien pour ramasser les preuves ou sécuriser la scène… Horatio en aurait avalé sa paire de lunettes de soleil de travers !
Problème aussi avec certains faits… que je ne puis tous étaler au grand-jour car risque de dévoiler des choses. Je peux juste vous dire que quand un gamin de 17 ans arrive à se faire passer pour un véritable curé auprès des Fridolins qui l'emmènent dans leur voiture pour lui épargner une marche, là je me dis qu'ils avaient besoin d'une visite urgente chez Afflelou !
Autre chose : si je devais tuer un homme endormi, je ne choisirais jamais un fusil ! Peu maniable, déjà, et surtout, le recul ! Toi tu avance, lui il recule… Comment veux-tu, comment veux tu… ? On fait ça avec un révolver que diable ! Ça vous évite une épaule en compote à cause du violent recul de certains fusil.
Et puis, que fout un Fritz tout seul dans une maison durant l'occupation ? Il nous faisait un remake de la célèbre « tenaille » de la 7ème Compagnie ? de plus, c'est à croire que ce casque à pointe avait demandé une situation et pas du travail parce qu'il se la coule douce, le mec ! Ça nage dans le lac, ça fait la sieste durant 2h. Tranquille et détendu. Et il y a un autre fait avec cet allemand qui ne passe pas. Pas réaliste du tout, mais je ne puis rien dire.
Et puis, pourquoi diable les villageois en ont-ils eu après Marianne alors que tout le monde savait qu'elle n'aimait pas les occupants ?? Je veux bien que l'être humain, lorsqu'il est en groupe, devient con, mais là…
Il y a dans cette histoire des tas de petits détails qui clochent et qui me font enlever une étoile au Guide Beletien ! le diable se cache dans les détails et les détails ont leur importance ! Sans ça, c'était 4 étoiles sans soucis. Mais faut pas jouer dans l'illogique juste pour arriver à écrire des fins auxquelles le lecteur ne s'attend pas.
Sinon, l'écriture se lit toute seule, le roman est court, intense, on ne s'embête pas, les personnages sont assez bien fichus, certains sont très mal fichus dans leur vie, mais bon, chacun fait ce qu'il veut de sa life…
Un proverbe à tirer de cette lecture ? Quand le chat Occupant fut parti en courant, les petits rats délateurs n'eurent plus peur et tondirent les petites souris qui avaient vécu dans le vice en tâtant le pénis de l'Occupant Allemand.
Que ces femmes soient innocentes, qu'elles aient des circonstances atténuantes ou qu'elles soient vraiment coupables, ils s'en moquaient, le tout étant de tondre le bouc émissaire afin de laver leurs propres péchés et leurs vilaines lâchetés.
Quand tout les regards et l'opprobre convergent vers celles qui avaient tripoté de la verge (ou pas), personne ne regarde vos propres vilénies ou ce voisin que vous avez fait envoyer en « colonie » (c'est pour la rime, on sait où ils ont terminés et ce qu'on leur avait fait croire).
Au final ? Une enquête contemporaine avec un cadavre tout frais et un Cold Case menée par une gendarmette moins sympathique que la blonde Lilly Rush.
Une enquête où le passé et le présent s'entremêlent pour danser une gigue endiablée mêlée à un tango sensuel, le tout sur un air de Faust-semblant.
Ami lecteur, laisse tomber tes illusions et tes certitudes… malgré les petits détails qui clochent et pas logiques, malgré la torsion du récit, j'ai été bluffée par la fin. La torsion était là pour ça…
Dommage qu'il ait fallu tordre pour faire plier, parce que la partie sur la Seconde Guerre était vraiment très bien.
[1] "Casino" Michel Sardou (1998)
[2] "L'opportuniste" Jacques Dutronc

Lien : https://thecanniballecteur.w..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          160
MarianneL
  25 septembre 2015
Exhumer la fureur, ou l'impossible oubli.
24 août 1944 : dans la campagne de l'Yonne, département tout juste libéré, Marianne Marceau court pour échapper à la horde rugissante qui la poursuit pour la tondre, l'accusant de «collaboration horizontale» avec l'occupant allemand.
«Marianne court sur la route de l'Ecarris. Ses pieds la font souffrir, ses poumons la brûlent. Derrière elle gronde la rumeur de la foule à ses trousses. Ils sont une vingtaine, peut-être davantage. Au début, ils étaient plus nombreux mais certains, les gamins les plus jeunes, les vieilles, les mères avec leur bébé, ont fini par battre en retraite. La plupart de ces gens connaissent Marianne, au moins de vue, mais leur acharnement en est décuplé. Elle revoit leurs visages enflammés par la haine. Leurs gueules ouvertes, prêtes à mordre. Leurs hurlements de bêtes. Ces cris de la meute, quand elle s'embrase. Une rancoeur venue du fond des âges, du fond des tripes.»
Soixante et onze ans plus tard, dans les derniers jours d'août 2015, le capitaine de gendarmerie Garance Calderon est appelée dans la propriété des Marceau pour enquêter sur le décès de Mehdi Azem, professeur d'histoire-géographie au lycée de la ville toute proche de Sens, installé là depuis quelques semaines et retrouvé mort en bordure du lac de la propriété, alors qu'il s'intéressait justement à l'histoire et à l'humiliation de ces femmes tondues.
Suicide, accident de chasse ou meurtre ? Garance Calderon, capitaine de gendarmerie professionnellement solide, mène l'enquête tambour battant avec ses bottes en caoutchouc et ses robes à fleurs. Mais le monstre menaçant de son passé tragique refait surface tandis que ses investigations progressent, au coeur d'une famille de paysans minée par les stigmates de la guerre et de la collaboration, par la violence sociale et les haines recuites.
«Après cette entrevue, Garance démarre le quatre-quatre et roule vers L'Hermitage. Elle accélère et les nuages se désagrègent autour de sa voiture. Elle roule le plus vite possible pour échapper au passé qui reflue. Son grand-père, sa mère. le tiroir qui claque. L'eau, l'écume. La poussière et le vent. Elle roule si vite qu'elle s'évade au loin, se dissout dans les teintes dorées qui l'entourent et redevient par la grâce de la vitesse un être sans passé.»
Malgré une ambiance obsédante et cruelle, où la sauvagerie et les spectres du passé enfouis pendant des décennies ressurgissent avec force sur le terreau de la misère sociale contemporaine, malgré des personnages de femmes marquants et contrastés, révoltée comme Marianne Marceau, cherchant à briser les entraves de son passé comme Garance Calderon ou ayant décroché du réel pour fuir la barbarie, «Et ils oublieront la colère» accumule les scories qui compliquent l'intrigue, des résonances qui semblent «artificielles» entre le passé de Garance Calderon et son enquête, et qui affaiblissent cette intrigue d'un noir d'encre bien construite, en allers-retours entre 1944 et 2015, jusqu'à son ultime rebondissement.
Retrouvez cette note de lecture sur mon blog ici :
https://charybde2.wordpress.com/2015/09/25/note-de-lecture-et-ils-oublieront-la-colere-elsa-marpeau/
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
gruz
  07 juillet 2016
La fin de la seconde guerre mondiale et la libération n'ont pas uniquement abouti qu'à des moments de liesse. Il y a également eu déferlement de haine et de violence envers ceux accusés de collaboration. Comme ces femmes, accusées de « collaboration horizontale » (parfois sans preuve), et qui se sont faites tondre.
Elsa Marpeau parle d'une de ces femmes à travers un récit noir et touchant, mettant en scène son entourage et les réminiscences du passé, 70 ans plus tard.
Et ils oublieront la colère n'est pas un roman historique. C'est un vrai polar, un beau roman noir qui nous parle à la fois de notre passé et de notre présent. de la condition féminine aussi.
L'auteure a su magnifiquement construire ses personnages, ancrés dans cette campagne de l'Yonne où certains lourds secrets sont déterrés.
Elsa Marpeau aurait pu se lancer dans une « thèse » sur le sujet des tondues, à coups de longues explications. Ça n'est pas l'approche qu'elle a choisie, préférant s'appuyer sur les émotions (à ma grande satisfaction).
Ce parti pris lui permet de faire passer des messages tout en développant un récit où se meuvent des protagonistes qu'on n'oublie pas. En alternant le passé et le présent, c'est une intrigue étonnante qui se déploie. C'est aussi une manière de nous interroger sur nos comportements anciens et actuels.
Savons-nous encore tirer les enseignements de ce qui s'est passé il y a sept décennies ? le monde d'aujourd'hui n'est-il pas en train d'oublier ? le passé est déterminant pour comprendre le monde d'aujourd'hui, en voici une intéressante démonstration par la fiction.
Elsa Marpeau questionne mais surtout touche au coeur et aux tripes à travers son histoire. le roman est court (250 pages) et pourtant elle arrive à ce qu'on s'attache vraiment aux personnages, dont une gendarme au profil vraiment séduisant.
Et quelle belle écriture, soignée et expressive, pour mettre en avant les femmes et construire une intrigue vraiment épatante. La thématique générale n'est pas le centre de tout mais est pourtant omniprésente dans ce récit qui réserve son lot de surprises et dont la fin m'a totalement bluffé. Preuve qu'Elsa Marpeau n'a jamais oublié de travailler son histoire malgré le sujet pesant.
Et ils oublieront la colère est un roman noir salutaire et prenant, émotionnellement chargé. Un belle réussite qu'on n'oublie pas.
Lien : https://gruznamur.wordpress...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          180
encoredunoir
  07 février 2015
Dans une petite commune de l'Yonne, le cadavre d'un homme gisant près d'un lac est retrouvé. Cet homme, Mehdi Azem, professeur d'histoire dans un lycée de Sens, s'était lancé dans l'écriture d'un livre sur les tontes de femmes au moment de l'Épuration. Pour le capitaine de gendarmerie Garance Calderon, le meurtre d'Azem est lié à ses recherches. Élevée dans la région par ses grands-parents, Calderon soulève donc le voile qui pèse sur certains événements dissimulés depuis soixante-dix ans et peut-être aussi sur son propre passé.
Et ils oublieront la colère est avant tout une histoire de femmes ou plutôt deux histoires de femmes – celle de Marianne durant l'Occupation et celle de Garance – qui se font écho d'un siècle à l'autre. Des femmes fortes, fières et rebelles, de celles qui séduisent et effraient les hommes et qui en paient parfois le prix. Cet entrelacement de la séduction, de l'amour, de la violence et de la mort qui étaient déjà au coeur du précédent roman d'Elsa Marpeau, L'expatriée (et peut-être de ses autres livres que je n'ai pas encore eu l'occasion de lire), est très certainement la qualité essentielle de Et ils oublieront la colère. Elsa Marpeau aime en effet à fouiller la psyché de ses personnages féminins, à déballer leurs conflits intérieurs et leurs blessures et elle le fait bien.
Toutefois, ce travail de mise à nue de l'âme de ses héroïnes et cette réflexion sur la violence se fait ici au détriment de la cohérence de l'intrigue. Clairement, là où certains auteurs cherchent à tout pris l'exactitude, Elsa Marpeau ne tient apparemment pas à la véracité des détails quitte à ce que, parfois, des éléments essentiels de son histoire deviennent bancals. C'est là le point faible de ce roman durant lequel le lecteur peut régulièrement tiquer face à certaines situations ; du travail sur les scènes de crimes aux détails qui s'emboîtent trop bien en passant par la présence de cet Allemand qui semble plus prendre de longues vacances qu'occuper réellement le pays. Plus à cheval – et plus agacé sans doute – que moi sur ce genre de détail, Philippe Cottet en a fait une liste assez exhaustive dans sa chronique du Vent Sombre.
Intéressante réflexion sur l'exercice d'une réelle violence sociale à l'égard des femmes, de la vigueur des ressentiments intégrés par le corps social et la cellule familiale avec les non-dits qui vont avec, Et ils oublieront la colère, malgré par ailleurs une écriture agréable, souffre donc aussi de ce manque de réalisme et d'une vision de l'Occupation qui tient trop souvent de l'image d'Épinal. Ce qui donne un roman dont les promesses initiales ne sont en fin de compte qu'à moitié réalisées.

Lien : http://www.encoredunoir.com/..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          111
Seraphita
  20 août 2015
Un homme a été tué, son cadavre retrouvé près de sa nouvelle demeure, au point de jonction entre trois propriétés qui toutes appartiennent, ou ont appartenu, à la famille Marceau. Trois générations s'y côtoient depuis les grands-parents jusqu'aux petits-enfants. La victime était professeur d'histoire au lycée du coin. Parmi ses élèves, figuraient les petits-enfants Marceau. Garance, gendarme atypique, mène l'enquête. Sans le savoir, elle va exhumer des souvenirs datant de quelque soixante-dix ans plus tôt, à l'aube de la libération de la France et des épisodes troubles concomitants…
« Et ils oublieront la colère » est un polar efficace écrit par Elsa Marpeau. Comme l'indique la quatrième de couverture, elle « a grandi à Nantes, s'est installée à Paris et a vécu à Singapour. Après Les yeux des morts, prix Nouvel Obs – BiblioObs du roman noir 2011, elle a publié dans la Série Noire Black Blocs et L'expatriée, prix Plume de Cristal 2013 ».
L'intrigue entremêle habilement des temps passés, à l'époque de la seconde guerre mondiale, de l'occupation puis de la libération, et temps actuels, la France en 2015.
Le polar vient questionner la mémoire et son contrepoint, l'oubli, en montrant combien les épisodes troubles de l'après libération restent vivaces dans les consciences des plus anciens, bien que soigneusement tus et muselés dans le silence. Pour autant, et Garance en a l'intuition, cette chape de non-dit pourrait permettre de comprendre le meurtre.
L'écriture est soignée, quasi-poétique dans la recherche des descriptions de lieux, de personnages, même si certaines figures de style semblent parfois faciles, comme des hommages un peu trop appuyés à certains poètes, artistes. Par exemple, dans le chapitre « Nu vert », Garance découvre le cadavre du professeur d'histoire : « Se détournant de ses compagnons qui continuent à travailler en silence, Garance se laisse happer par Mehdi Azem. Son corps repose dans un trou de verdure, au soleil. Il est étendu sur le dos, dans les herbes hautes » (p. 25). Elle remarque d'ailleurs un trou rouge sur son corps…
Malgré tout, le suspens reste efficace. Et c'est quand on croit avoir saisi le fin mot de l'histoire, que l'intrigue échappe, rebondit, étonne… jusqu'au final.
Un roman noir captivant, dont l'humeur d'ensemble contraste avec le lumineux des descriptions de paysage, qui questionne l'écho du passé sur le présent, l'importance de la mémoire, l'aporie de l'oubli, le Mal en toile de fond du genre humain.
La mémoire des temps d'autrefois qu'on croyait oubliés permettra de donner sens au présent, c'est-à-dire aussi bien le comprendre que lui donner une direction pour bâtir un avenir autre. « Alors, quand on l'aura complètement effacé de nos mémoires, le passé renaîtra de ses cendres. Et les deux camps se dresseront l'un contre l'autre, prêts à se livrer bataille comme si rien n'était jamais advenu entre eux, leur haine et leur vigueur toutes neuves. […] Et les jours de colère reviendront, les heures sombres, les défaites, la liesse et la cruauté des perdants d'hier » (p. 233).
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40

critiques presse (1)
LeMonde   22 janvier 2015
Remarquable réflexion sur les spectres du passé et le besoin cyclique de vengeance du monde actuel, Et ils oublieront la colère est aussi un sacré bon roman noir, à l'intrigue impeccable.
Lire la critique sur le site : LeMonde
Citations et extraits (21) Voir plus Ajouter une citation
SeraphitaSeraphita   20 août 2015
Alors, quand on l’aura complètement effacé de nos mémoires, le passé renaîtra de ses cendres. Et les deux camps se dresseront l’un contre l’autre, prêts à se livrer bataille comme si rien n’était jamais advenu entre eux, leur haine et leur vigueur toutes neuves. Et les vaincus se vengeront de leurs humiliations et signeront des triomphes précaires sur le corps des faibles. On lapidera des femmes victimes de viol, on décapitera des journalistes, on diffusera à la télévision des images d’un carnage auquel personne ne comprendra plus rien, il y aura d’autres Hiroshima. Et les jours de colère reviendront, les heures sombres, les défaites, la liesse et la cruauté des perdants d’hier. Et Marianne prendra ses jambes à son cou pour échapper à la meute qui veut mutiler son corps ou couper ses cheveux. Et Mehdi ressuscitera quelques instants, pour leur donner l’impression qu’ils le tuent à nouveau, alors qu’ils l’ont assassiné depuis longtemps déjà, mais qu’ils n’en ont plus aucun souvenir. (p. 233.)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
MalnoyMalnoy   19 juillet 2015
Alors, quand on l'aura complètement effacé de nos mémoires, le passé renaîtra de ses cendres.. Et les deux camps se dresseront l'un contre l'autre, prêts à se livrer bataille comme si rien n'était jamais advenu entre eux, leur haine et leur vigueur toutes neuves. et les vaincus se vengeront de leurs humiliations et signeront des triomphes précaires sur des corps faibles. On lapidera des femmes victimes de viol, on décapitera des journalistes, on diffusera à la télévision des images d'un carnage auquel personne ne comprendra plus rien, il y aura d'autres Hiroshima. Et les jours de colère reviendront, les heures sombres, les défaites, la liesse et la cruauté des perdants d'hier.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
belette2911belette2911   07 août 2015
Alors, quand on l’aura complètement effacé de nos mémoires, le passé renaîtra de ses cendres. Et les deux camps se dresseront l’un contre l'autre, prêts à se livrer bataille comme si rien n’était jamais advenu entre eux, leur haine et leur vigueur toutes neuves.

Et les vaincus se vengeront de leurs humiliations et signeront des triomphes précaires sur le corps des faibles.
Commenter  J’apprécie          80
gruzgruz   27 juin 2016
La tonte, c'était le crime d'honneur des Français de l'époque. Une punition symbolique, qui se réincarne au fil du temps. Pour lui, toutes les religions, musulmane, juive ou catholique, s'en sont prises à la chevelure féminine.
Commenter  J’apprécie          92
fannyvincentfannyvincent   20 janvier 2015
Quand elle voit une victime pour la première fois, il s’agit généralement d’un petit tas de chair décomposée. Tant qu’on ne sait pas ce qui s’est passé, elle reste de la bouffe pour les mouches et les asticots. Garance devient ainsi son dernier biographe.
Commenter  J’apprécie          70
Videos de Elsa Marpeau (8) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Elsa Marpeau
Elsa Marpeau - Et ils oublieront la colère .Elsa Marpeau vous présente son ouvrage "Et ils oublieront la colère" aux éditions Gallimard. http://www.mollat.com/livres/marpeau-elsa-ils-oublieront-colere-9782070148134.html Notes de Musique : ?Course de Cheveux. (L'Etalon A L'Allure Paisible).? (by France Sauvage). Free Musique Archive.
autres livres classés : femmes tonduesVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacRakutenLeslibraires.frMomox





Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
1439 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre
.. ..