AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782070139644
272 pages
Gallimard (07/02/2013)
3.11/5   55 notes
Résumé :
«Plus tard, je me souviendrai de la nuit d'encre de son regard. Mais pour l'heure, en ce 1er juillet, l'impression s'estompe. Je suis happée tout entière par l'apparition qui, à l'autre bout de la piscine, vient de se matérialiser. Celle de l'Arabe blond.»

Expatriée à Singapour dans un condo chic peuplé de Français, Elsa voudrait commencer un nouveau livre mais elle tourne en rond, écrasée par la chaleur et le désœuvrement.

Sa vie chan... >Voir plus
Que lire après L'expatriéeVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (16) Voir plus Ajouter une critique
3,11

sur 55 notes
5
2 avis
4
5 avis
3
7 avis
2
2 avis
1
0 avis
J'ai beaucoup aimé ce polar inclassable. D'ailleurs, est-ce vraiment un polar ?

Elsa Marpeau prête son nom à l'héroïne, nous laissant croire à une autobiographie. Ayant vécu deux ans à Singapour, elle nous raconte la ville et le mode de vie des expats (les expatriés français) de l'intérieur et sans complaisance. le Condo qu'elle décrit était le sien, l'appartement aussi. Elle oscille volontairement entre l'intime et le roman, nous plongeant dans une certaine perplexité.

Elle nous livre également un roman noir où l'intrigue se tisse dans la réalité de la société Singapourienne. Une société duale où vivent côté à côté sans se mêler, les expatriés et leurs maids le plus souvent philippines ou malaises et les Singapouriens. Elle décrit avec subtilité la frivolité de la vie des épouses d'expatriés, la mesquinerie et les rancoeurs qui naissent de l'ennui et du désoeuvrement ; les relations superficielles, les trahisons, les bassesses… Une belle étude des rapports sociaux et humains.

Dès le départ, on est frappé par le champ lexical omniprésent, celui de la chaleur, de la moiteur, de l'écrasement. On ne peut s'empêcher de penser à « L'étranger » de Camus tout au long de la lecture. Clin d'oeil que l'on retrouve également dans le titre. C'est cette chaleur étouffante qui conditionne les relations humaines, les activités, les horaires et égare les esprits.

Elsa Marpeau s'est amusée à glisser d'autres références littéraires dans son roman ; Cendrars, Miller, Nerval et d'autres apparaissent pour nous rappeler qu'elle joue avec les genres, l'ambigüité et que rien n'est acquis.

La construction du roman quant à elle est quelque peu déstabilisante au début. L'auteure nous entraine dans une spirale où présent et flash-back se mêlent. Elle avance dans son récit pour mieux revenir en arrière et apporter des détails qui relanceront la narration. Une construction tout en finesse qui tient en haleine jusqu'au dénouement final qu'on n'avait pas vu venir.

Je ne peux que vous conseiller cette plongée passionnante dans cette ile où cohabitent et s'opposent une végétation luxuriante à la faune exotique, en plein centre ville ultra moderne et densément urbanisé. Cette abondante verdure contribuant au climat équatorial, chaud et orageux qui prend la première place dans le récit.

Un roman sensuel et ambigu à découvrir. Ce n'est pas un hasard s'il a reçu plusieurs prix dont « La plume de cristal 2013 » dans le cadre du Festival International du Film Policier de Liège

Lien : http://argali.eklablog.fr/l-..
Commenter  J’apprécie          80
J'aime bien l'auteur alors, j'ai plongé dans ce roman pas tout jeune, mais à quoi bon.
C'est un texte que j'ai trouvé étonnement court, ramassé sur lui-même qui se passe entre le 1er juillet et le 19 août 2012.
Elsa est mariée avec Alexandre. le couple a perdu un bébé et Elsa a du mal à se connecter avec sa petite fille, Louise. Est-ce pour faire table rase que le couple s'expatrie à Singapour ? Elsa écrit et son époux, qu'elle a rencontré il y a des années alors qu'elle était modèle dans une école d'art pour se faire un peu d'argent, gagne bien sa vie.
Singapour : la chaleur, les nuits étouffantes, la moiteur, la végétation partout et les immeubles qui s'élancent vers le ciel, une mégalopole grouillante de nationalité, de religion, de moeurs différentes et au milieu, les expatriés, aisés, nichés dans leurs complexes luxueux dont "Sommerville Park" (enfin luxueux, mais vraiment peu "habité" par ses résidents) avec une maid (bonne) philippines pour s'occuper de tout, celle du couple d'Elsa et Alexandre, s'appelle Fely et ressemble à un serpent enroulé sur lui-même.
Il y a les autres expatriés : Salma Péreau, célibataire (précédemment mariée, qui a perdu son petit garçon Ethan, d'un cancer), qui vend des choses inutiles, mais sait les vendre cher, François et Marjorie, Ludivine et Jean-Louis qui possède une Ferrari jaune qu'adore emprunter Elsa, Berangère Dormoy et Max et puis surtout "l'arabe blond", Nessim Boudjaaba, docker, joueur de poker, qui va, tel un conteur, envoûter la petite société somnolente du complexe. Il surgit comme un magicien le 1er juillet et va mourir le 15 août : tous les regards vont se tourner vers le complexe et surtout Elsa, qui était sa maîtresse.
Elsa qui n'a plus d'inspiration, Elsa, obsédée par les écorchés, les cadavres, la torture, Elsa qui ne sait plus où elle est et qui elle est. Elsa qui va vivre son roman et l'écrire.
Dieu qu'il fait chaud dans ce roman et moite aussi : tout dégouline, suinte, la pourriture semble gagner à chaque fois. Je n'ai pas lâché ce texte, vicieux, tortueux, magnifique.
Commenter  J’apprécie          20
Un livre intéressant où l'on comprend très vite que l'auteur a été elle aussi une expatriée à un moment de sa vie. les descriptions sont très imagées et pleines de vie .C'est aussi un livre que je qualifierais d'inclassable : ce n'est pas un polar, ce n'est pas un thriller, à vrai dire je ne sais pas trop....L'héroïne qui semble détachée de tout n'est pas très attachante , il faut le reconnaitre, mais la fin de cette histoire m'a surprise car je m'attendais vraiment à une fin plus convenue.
Commenter  J’apprécie          90
L'inactivité , l'ennui , par cette chaleur , cette humidité ont de quoi vous rendre fou sur cette île – état qu'est Singapour . Est – ce ce qui est en train d'arriver à Elsa épouse d'expatrié qui succombe au charme de Nessim , l'arabe blond qui vient de rejoindre le combo - cet immeuble en copropriété que partagent les français qui travaillent sur l'île et leur famille – et dont le destin sera tragiquement interrompu un 15 septembre lors d'une après midi passée autour de la piscine ? Quel rôle joue exactement Fely la maid philippine de la famille ? Difficile de répondre précisément à ces questions même après avoir fini ce roman . L'auteure a en effet malicieusement parsemée de belles chausses trappes ce roman à la langueur et à la moiteur venimeuse . le récit est minutieusement entrecoupé de scènes différentes , de sauts temporels avant – arrière pour mieux nous perdre , perturber nos certitudes et maintenir le suspens intact jusqu'à la fin .
Commenter  J’apprécie          60
Elsa, écrivain en mal d'inspiration, a suivi son mari, Alexandre, à Singapour. Là dans la chaleur moite et étouffante, elle passe son temps avec les autres expatriées de sa résidence autour de la piscine pendant que les maids philippines s'occupent des tâches domestiques et des enfants. Dans cette ambiance faussement indolente qui berce le panier de crabe des expatriés, arrive un jour Nessim, « l'Arabe blond » qui subjugue Elsa, devient son amant et est assassiné. Suspecte évidente, Elsa voit sa maid, Fely, voler à son secours. Mais rien n'est gratuit.

C'est un roman étonnant que cette Expatriée. Tout en langueur, apathie, comme extrait de souvenirs cotonneux, le récit d'Elsa happe le lecteur dans ce faux rythme, l'enferme avec elle dans cet univers clos et lui fait perdre ses repères.
Compte-rendu déroutant de ces quelques mois à Singapour fait d'aller-retour entre différentes époques du passé – avant Nessim, après sa mort, pendant la relation qu'entretient Elsa avec lui – et le présent, le roman d'Elsa Marpeau se fait tour à tour intrigant, curieux, inquiétant.
Huis-clos mettant en scènes des personnages aussi superficiels qu'agaçants, dissimulant mal sous le fin vernis de quelques convenances leur égoïsme et leur propension à se réjouir du malheur des autres, L'expatriée glisse inexorablement du fait divers sordide sur fond d'adultère et de médisance au thriller psychologique tendu.

Peu à peu, par petites touches, par le jeu du mélange des différentes époques de l'histoire, Elsa Marpeau révèle les fêlures de son personnage principal, ses désirs aussi, parfois ambigus, qui en font le suspect idéal et l'évidente innocente. Habile jeu de faux-semblants où le sadisme des uns se repaît du masochisme des autres et où les petites haines peuvent se muer en grandes vengeances, L'expatriée est un roman qui crée le malaise moins par les situations mêmes (encore que la relation entre Elsa et Fely…) que par l'écriture même d'Elsa Marpeau qui réussit à exprimer par son rythme les sensations physiques de son héroïne comme son état moral, cet accablement par la chaleur, cet alanguissement qui pousse à une torpeur qui finit par confiner à la prostration.
On ne peut donc pas dire que l'on passe un « bon » moment avec L'expatriée, mais le moins que l'on puisse dire est que l'on a là un roman singulier et prenant qui se révèle être une belle réussite.

Lien : http://www.encoredunoir.com/..
Commenter  J’apprécie          50

Citations et extraits (41) Voir plus Ajouter une citation
Moi, je descends tout un fleuve quand les autres, les gens sincères, commencent à peine à tremper leurs pieds dans l'eau. Je bois aux fontaines qui coulent dans ma tête, j'offre des festins imaginaires. Les oiseaux de paradis me tressent des nuages de plumes oranges et bleues. Je déverse des pluies d'or sur les mers desséchées. Les vents jouent des mélodies secrètes pour ceux que j'aime.
Je parcours un continent quand ils traversent une départementale consultable sur les plans cadastraux. Je suis riche de scènes interdites, de territoires inconnus, j'ai des des fortunes qui ne valent rien, je suis pauvre comme un roi. Avec toute leur vérité, ils vivent dans un monde étroit comme un enclos à poules.
Mais toi, tu n'es pas comme eux. Je l'ai vu tout de suite. Pas comme ton mari et ses amis, plongés dans la fosse à réel. La réalité est souvent une charretière, tu ne trouves pas ?
Toi, tu connais des mondes où ils n'iront jamais. Des lieux dont ils n'osent pas rêver.
Je mens pour mentir. Parce qu'il y a un moment où mentir est une politesse.
Commenter  J’apprécie          40
Au regard de la société, il commet une faute moins grande à trancher la peau d'un tueur que celle d'un honnête homme. Évidemment, il a dû s'interroger sur leurs différences : les organes de l'assassin sont-ils semblables à ceux du moine, à ceux de la vierge ? Ou peut-être savait-il déjà qu'ils se ressemblent comme des frères. Que seule l'enveloppe diffère : les rides, le froncement des sourcils, les cheveux roux, blonds ou blancs. La constitution physique crée des distinctions entre les êtres, l'âge va jusqu'à nous rendre différents de nous-mêmes mais, si noires qu'aient été nos actions, celles-ci ne s'inscrivent pas dans le secret des chairs. Elles passent, superficielles et insignifiantes, s'effacent sans laisser aucune trace.
Commenter  J’apprécie          40
Elle me fixe. Son expression me reste indéchiffrable. Si j'y prenais garde, je lirais un mélange de peur et de détermination, de soumission et d'insolence. Des sentiments contradictoires ,que je renonce à démêler par paresse.
le silence dure .Ses yeux sont si noirs qu'ils reflètent l'extérieur. Dans ces miroirs j'apparais furtivement, visage nonchalant, puis tronc, puis silhouette qui s'éloigne, perd sa consistance, se délite et meurt.
Commenter  J’apprécie          70
Les fréquentations sont provisoires, personne ne se risque à une dépense superflue de sentiments. On économise les élans du cœur. On prise l'inconstance des attachements. On forme des alliances réversibles. Si l'ennui engendre une malveillance de circonstance, la chaleur vient rapidement à bout des volontés. Elle fait régner en maîtres l'indécision et la frivolité.
Commenter  J’apprécie          40
Les hommes se comportent de façon tout aussi irrationnelle et prévisible. Les ornements diffèrent, mais leur connerie possède les mêmes caractéristiques. Et a les mêmes causes. Au lieu d'accepter leur portion d'univers, leur petitesse, ils ne cessent de gonfler leurs muscles. Ils se déplacent aux quatre coins du globe. Ils veulent s'étendre, s'élargir, s'enfoncer. Dépasser toujours davantage les frontières que le hasard nous a accordées.
Commenter  J’apprécie          30

Videos de Elsa Marpeau (9) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Elsa Marpeau
Elsa Marpeau vous présente son ouvrage "Son autre mort" de la collection "Série Noire" aux éditions Gallimard.
Retrouvez le livre : https://www.mollat.com/livres/2307802/elsa-marpeau-son-autre-mort
Notes de Musique : Youtube Audio Library
Visitez le site : http://www.mollat.com/ Suivez la librairie mollat sur les réseaux sociaux : Facebook : https://www.facebook.com/Librairie.mollat?ref=ts Twitter : https://twitter.com/LibrairieMollat Instagram : https://instagram.com/librairie_mollat/ Dailymotion : http://www.dailymotion.com/user/Librairie_Mollat/1 Vimeo : https://vimeo.com/mollat Pinterest : https://www.pinterest.com/librairiemollat/ Tumblr : http://mollat-bordeaux.tumblr.com/ Soundcloud: https://soundcloud.com/librairie-mollat Blogs : http://blogs.mollat.com/
+ Lire la suite
autres livres classés : singapourVoir plus
Les plus populaires : Polar et thriller Voir plus


Lecteurs (114) Voir plus



Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
2783 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre

{* *} .._..