AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Jacques Martin (Illustrateur)
EAN : 9782203312180
48 pages
Éditeur : Casterman (04/05/1993)

Note moyenne : 3.54/5 (sur 56 notes)
Résumé :
La suite du chef d'œuvre de Jacques Martin : Les Légions perdues. Numa Sadulus (l'homme qui a aidé Alix et Enak dans L'enfant Grec) invite ces derniers chez lui. Jusque là, rien d'étonnant. Pourtant, ce rendez-vous est arrangé par Pompée qui a sournoisement soustrait Vercingétorix de la Mamertime.
Pompée cherche à ramener Vercingétorix en Gaule, mais surtout, il veut empêcher le triomphe de César. Contre toute attente, Alix accepte. S'ensuit alors une cavalc... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (7) Voir plus Ajouter une critique
HORUSFONCK
  06 janvier 2018
Jacques Martin prolonge, avec bonheur, la légende de Vercingétorix.
Pompée, voulant priver César de son triomphe, fait évader le chef gaulois de sa prison!
Alix, chargé de reconduire Vercingétorix en Gaule, va jouer un jeu périlleux.
C'est l'hiver sur la Gaule, et Alix va retrouver son cousin et ses amis loups qui veillent sur lui depuis l'aventure des Légions perdues.
Et comment César, prévenu de cette évasion et informé du rôle d' Alix, va-t-il agir et réagir?
Car, au final, cette guerre des Gaules n'a que trop duré et César ne pourra ni supporter ni tolérer un nouveau soulèvement des peuples gaulois.
Commenter  J’apprécie          190
Barbuz
  19 février 2021
"Vercingétorix" est le dix-huitième tome de la série créée par Jacques Martin (1921-2010). L'histoire est publiée (ce sera la dernière) dans la version belge du "Journal de Tintin" de mars à mai 1985. En septembre de la même année, Casterman l'édite en un album cartonné (au total, quarante-six planches).
Martin est également célèbre pour d'autres titres, tels que "Lefranc", ou "Jhen". En 1991, il est, hélas, diagnostiqué d'une dégénérescence maculaire qui le rend quasiment aveugle et l'éloigne des tables de dessin dès l'année suivante. Il délègue alors le travail à d'autres artistes et se fait assister à l'écriture.
À l'issue du tome précédent, Wou Tchi reconduit Alix et Enak au port, d'où ils embarquent pour Rome. de loin, impuissants, choqués, ils assistent à la décapitation de Wiong sur le ponton.
Italie, à la fin d'un été torride. Alix et Enak ont été invités par le sénateur Fulvius Cator. Alix souhaite savoir pour quelle raison, mais le notable tient d'abord à lui faire découvrir son luxueux domaine. Les jeunes voyageurs se laissent guider et admirent les fresques, lorsqu'apparaît Numa Sadulus. Enak s'étonne de la présence de ce dernier en ces lieux ; l'homme les informe que Fulvius a accepté de recevoir ses amis. Parmi eux, un personnage important brûle de les rencontrer et les attend. Sadulus justifie toutes ces précautions par le fait que rien ne pouvait être dévoilé. Confiant, il les assure que l'entrevue sera intéressante. L'individu en question n'est nul autre que Pompée. Il enjoint à Alix de prendre place à table, car il souhaite les entretenir d'une affaire de premier plan. Il sait qu'Alix est l'ami de césar ; le sujet qui va les occuper le concerne. Alix rétorque qu'il est fidèle en amitié. Pompée explique que César, après sa guerre des Gaules, est impatient de défiler triomphalement à Rome. Lors de la cérémonie, Vercingétorix, vaincu à Alésia, devrait être attaché comme trophée au char de César, mais le chef gaulois s'est évadé de sa prison !...
Il sera utile de relire "Le Sphinx d'or" et "Les Légions perdues". Martin profite d'un certain flou autour de la mort de Vercingétorix pour livrer une fiction sur les derniers jours du chef gaulois. Pompée étant encore en vie et César n'étant pas encore dictateur, cette aventure se déroulerait en 50 av. J.-C. D'emblée, il est curieux de voir Alix répondre favorablement au projet de Pompée. Il ne s'agit pas d'un "divorce" avec César, mais d'une véritable entorse à une relation de confiance. Alix sert de plus en plus de prétexte narratif à l'auteur ; il devient un témoin "privilégié", qui, s'il reste moralement impliqué, ne prend plus le glaive pour faire pencher la balance. Vercingétorix, lui, est présenté comme un homme passionné, impulsif, sûr de son statut de chef, aimant son épouse et son fils (autour duquel s'ajoute une intrigue). Étonnamment, c'est son procès qui est fait ici ; les Gaulois lui reprochent la défaite d'Alésia, d'avoir laissé mourir femmes, enfants et vieillards après les avoir fait sortir du camp, d'avoir survécu. Avec l'évolution de Vanik, Martin montre que ces querelles appartiennent au passé, qu'une page s'est tournée, et qu'une civilisation en remplace une qui s'éteint. César, bien qu'il finisse par faire preuve de mansuétude, apparaît sous un jour sombre, celui d'un vainqueur impitoyable prêt à commettre de terribles exactions pour préserver la sécurité de Rome. Martin revient sur les événements d'Uxellodunum, en 51 av. J.-C.. Contrairement aux autres batailles, César n'y soumettra pas les survivants en esclavage, ou ne les exécutera pas ; il fera couper les mains des hommes adultes, témoignages vivants de ce que cela coûte de prendre les armes contre Rome. Ici, bien que malade, il vainc les Gaulois une nouvelle fois, au fond. Martin abuse des loups des "Légions perdues", qui font office de deus ex machina sans modération, et avec qui Alix parvient même à communiquer ! Malgré ses défauts, ce récit très linéaire, qui rappellera la structure narrative du "Fils de Spartacus", est sauvé par une fin émouvante, crépusculaire, tragique, et théâtrale. Graphiquement, c'est encore une fois très réussi. Des villas romaines (ou gallo-romaines) aux paysages enneigés du Massif central, en passant par les cités cachées dans les cratères des volcans d'Auvergne, l'artiste fait voyager le lecteur, et résume, en quelques phylactères et quelques cases évocatrices, la bataille d'Alésia.
Ce tome, qui revient sur des moments-clés de notre histoire, invite le lecteur à ignorer le voile romantique présent dans notre inconscient et à réfléchir aux décisions terriblement cruelles de deux chefs face à la sale réalité de la guerre et du pouvoir.
Lien : https://les-bd-de-barbuz.blo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Cer45Rt
  03 juin 2018
C'est un grand succès. Les malheurs de Vercingétorix sont représentés avec une rare perfection. En effet, c'est cet homme fier, jusqu'à l'orgueil, fier et malheureux, qui est le sujet de ce livre. C'est cet homme, qui jusqu'au bout, lutte, lutte en vain. Il contraste fortement avec Alix et Enak, et l'auteur travaille ce contraste ; en effet, quel rapport entretiennent-t-ils ? C'est cet homme, cette figure intemporelle, c'est-à-dire toujours actuelle, c'est son épopée, l'héroïsme de cet homme de valeur, qui est le sujet du livre.
Commenter  J’apprécie          100
lechristophe
  05 août 2015
Retour en Gaule pour cette 18ème aventure d'Alix. Pompée a fait évader Vercingétorix de sa prison romaine pour nuire au défilé triomphal prochain de Jules César. Il demande ensuite à Alix et à Enak de reconduire secrètement Vercingétorix chez lui en Gaule. le problème est qu'en cours de route le petit groupe croise un soldat romain ami d'Alix et surtout pro-Jules César. L'attitude d'Alix lui met la puce à l'oreille et il va prévenir Jules César qui envoie une légion aux trousses d'Alix et de Vercingétorix. L'histoire n'est donc qu'une longue poursuite en Gaule sous la neige pendant laquelle Vercingétorix retrouve sa femme et son fils mais s'aperçoit qu'il est rejeté par son village puis par toute la population gauloise qui lui reproche sa capitulation à Alésia. Alésia justement est le lieu de l'affrontement final entre Vercingétorix et Jules César dont l'issue est évidente (Jacques Martin a déjà pris des libertés historiques en libérant Vercingétorix, il n'allait pas le faire survivre plus longtemps).
Épisode moyen au cours duquel Alix est plutôt spectateur et qui le met en porte-à-faux avec Jules César.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
grospatapouf15
  09 mai 2019
Une fantastique aventure d'Alix en Gaule. Toujours avec Enak, il fait face
àdes menace plus dangereuses les unes que les autres.
Commenter  J’apprécie          50

Citations et extraits (4) Ajouter une citation
lechristophelechristophe   05 août 2015
Mon fils, tu es encore bien petit et fragile, pourtant, il faut que tu comprennes bien que tu n'es pas un enfant ordinaire : tu es le fils du plus grand chef que la Gaule ait connu, moi, Vercingétorix, le seul à avoir vraiment fait trembler notre plus terrible ennemi : Rome !
Commenter  J’apprécie          60
IansougourmerIansougourmer   24 mars 2013
-Le forum sera somptueux et les pauvres agglomérations que les Gaulois ont souvent bien du mal à transformer paraîtront, à côté de cette merveille, dater du fond des âges.
- Quel enthousiasme, Vanik ! Tu vas finir plus romain qu'un citoyen de Rome.
- Peut être mais avec quelque chose de différent qui fera d'un homme comme moi le participant d'une civilisation très originale.
Commenter  J’apprécie          40
mamangel1mamangel1   25 septembre 2016
Vercingétorix, rester ici va devenir un suicide. Les soldats de César vont encercler l'oppidum, dans les heures qui viennent, et ils pourront aussi bien nous laisser mourir de faim que nous tuer.
Commenter  J’apprécie          30
MonsieurToukiMonsieurTouki   30 octobre 2013
L'attitude de ces gens n'est pas tellement amicale : cela m'inquiète.
Commenter  J’apprécie          10

Lire un extrait
Videos de Jacques Martin (14) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jacques Martin
La chronique de Jean-Edgar Casel - Alix - Lefranc
autres livres classés : vercingetorixVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

jhen tome 5 : la cathédrale Ludovic .C

Guillaume II de Diest est l’Évêque de la cathédrale de quelle ville ?

Reims
Chartres
Amiens
Strasbourg
Paris
Tours
Metz
Clermont-Ferrand
Lille

3 questions
0 lecteurs ont répondu
Thème : Jhen, tome 5 : La cathédrale de Jacques MartinCréer un quiz sur ce livre