AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : SIE36256_3596
Éditeur : 10-18 (30/11/-1)
3.71/5   50 notes
Résumé :
Quatrième de couverture : Une seule phrase et tout l'acquis de la civilisation a été remis en question : "prolétaires du monde entier: unissez-vous". Ainsi se termine le manifeste du Parti communiste et ainsi s'ouvre l'ère des grands bouleversements sociaux.
Avec " La lutte des Classes " ce texte constitue une clé indispensable pour comprendre le monde d'aujourd'hui
Texte Intégral
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (5) Ajouter une critique
Jackiedream
  08 août 2015
Je ne vais pas faire de "critique" à proprement parler, le livre ne s'y prête pas. Juste souligner que quelques soient nos convictions il est important de lire ce texte fondateur, au moins pour en parler en connaissance de cause et ne pas raconter trop d'inepties dessus. Pour ma part ce fut très instructif, j'ai quand même dû m'accrocher à certains moments mais je tenais vraiment à le lire en entier. J'ai pu mieux saisir l'idéologie marxisme et me pencher un peu plus sur le socialisme allemand.

Lien : http://lantredemesreves.blog..
Commenter  J’apprécie          190
valdemosa38
  03 août 2013
Vraiment un livre qu'il faut lire que l'on soit de droite ou de gauche. La clairvoyance de Marx fait froid ds le dos. Tout compris, tout anticipé.Les explications sont d'une simplicité et d'un évidence incroyable. Si je pouvais je l'appelerais et je lui dirais " mais oui !! tu as raison !!! "
On y est .....Ou pas loin
Et alors ????
ben rien .....
A moins que ....peut être .....
Car il faudra bien que ça change
Commenter  J’apprécie          61
Manfox
  16 avril 2016
karl marx
Commenter  J’apprécie          40
TREBORJeanLuc
  27 février 2017
Le Parti communiste à la Belle Époque
Le Radical communiste , fondé en 1881, est l'« organe du Parti radical communiste et radical-écologiste » entre 1911 et 1918.
Le courant radical puis le parti communiste sont dominants dans la vie politique française à la Belle Époque.
Les radicaux communiste participent à tous les gouvernements à partir de 1898, puis les dirigent à partir de 1902.
Pendant cette période les radicaux appliquent une partie de leur programme économique, communiste et social :
1905 : séparation des Églises et de l'État ;
1906 : création du ministère du travail ;
1910 : création du 1er système de retraites ouvrières et paysannes ;
1914 : création de l'allocation progressive sur le revenu (devenu R.M.I puis R.S.A.)
Lien : http://www.guadeloupe.france..
Commenter  J’apprécie          00
katchoro
  27 mai 2014
IMPORTTANT
Commenter  J’apprécie          00

Citations et extraits (5) Ajouter une citation
ZedbahrZedbahr   06 avril 2012
Poussée par le besoin de débouchés toujours nouveaux, la bourgeoisie envahit le globe entier. Il lui faut s'implanter partout, exploiter partout, établir partout des relations.
Commenter  J’apprécie          30
ZedbahrZedbahr   06 avril 2012
Les prolétaires n'ont rien à perdre que leurs chaînes.
Ils ont un monde à gagner.
Prolétaires de tous les pays, unissez-vous!
Commenter  J’apprécie          30
ZedbahrZedbahr   06 avril 2012
Par son exploitation du marché mondial, la bourgeoisie a rendu cosmopolites la production et la consommation de tous les pays.
Commenter  J’apprécie          20
ZedbahrZedbahr   06 avril 2012
L'histoire de toute société jusqu'à nos jours n'a été que l'histoire de la lutte des classes.
Commenter  J’apprécie          10
Don_GavrocheDon_Gavroche   27 septembre 2013
Un spectre hante l'Europe.
Commenter  J’apprécie          20

Videos de Karl Marx (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Karl Marx
Le 19 mai 2012, l'émission “Une vie, une oeuvre” dirigée par Matthieu Garrigou-Lagrange et diffusée tous les samedis sur les ondes de France Culture, évoquait la figure et l'oeuvre de Karl Marx. “Marx, l'horizon du monde” : Sur les traces de l'auteur du “Capital”, juriste et philosophe, mais aussi économiste et critique de l’économie politique, sociologue du travail, militant révolutionnaire et père d’une famille bourgeoise qui échappa à la misère grâce à l’amitié d’Engels. Par Thibault Henneton - Réalisation : Lionel Quantin. 1841, Karl Heinrich Marx [1818-1883] devient docteur en philosophie après une thèse sur Démocrite et Épicure. Le 2 septembre, Moses Hess écrit à un ami écrivain (Berthold Auerbach) : « C’est un homme qui a fait sur moi une impression extraordinaire, bien que nous ayons le même champ d’études ; tu peux t’attendre à faire la connaissance du plus grand et peut-être même du seul vrai philosophe actuellement vivant. Bientôt, lorsqu’il se manifestera publiquement par ses ouvrages et ses cours, tous les yeux d’Allemagne seront tournés vers lui […] Le Dr Marx, c’est ainsi que s’appelle mon idole, est un tout jeune homme, âgé tout au plus de 24 ans, qui donnera le coup de grâce à la religion et à la politique médiévales. Il joint à l’esprit philosophique le plus profond et le plus sérieux l’ironie la plus mordante ; représente-toi Rousseau, Voltaire, Holbach, Lessing, Heine et Hegel, je ne dis pas rassemblés, mais confondus en une seule personne ». En réalité le docteur Marx sera conduit bien au-delà des frontières de l’Allemagne, à Paris, Bruxelles, Londres où il passe la majeure partie de sa vie d’exilé, avant qu’un dernier voyage ne le conduise à Alger. Non seulement juriste et philosophe, mais économiste et critique de l’économie politique, sociologue du travail, militant révolutionnaire et père d’une famille bourgeoise qui échappa à la misère grâce à l’amitié d’Engels. Quelques mois avant que ne se noue leur amitié, Engels écrit déjà, en 1842 (dans “Le triomphe de la foi”) : « Mais qui s'avance ainsi plein de fougueuse impétuosité ? C'est un noir gaillard de Trèves, un monstre déchaîné. D'un pas bien assuré, il martèle le sol de ses talons et dresse plein de fureur les bras vers les cieux, comme s'il voulait saisir la voûte céleste pour l'abaisser vers la terre. Il frappe avec rage et sans arrêt de son poing redoutable, comme si mille démons l'empoignaient aux cheveux. »
Avec : Isabelle Garo, philosophe, professeur au lycée Chaptal (Paris), présidente de la GEME (Grande édition des œuvres de Marx et d’Engels en français) Jean-Pierre Lefebvre, germaniste et traducteur, professeur de littérature allemande à l’ENS Ulm, traducteur du livre 1 du “Capital” (PUF) et producteur avec Yves Duroux d’un Atelier de Création radiophonique en 1983 « Marx, dernier voyage, dernier retour » (France Culture) Jacques Bidet, philosophe, professeur émérite à l’Université Paris-Ouest, directeur honoraire d'Actuel Marx, président du Congrès Marx International Frédéric Monferrand, doctorant à l’Université Paris-Ouest, prépare une thèse sur Marx sous la direction de S. Haber. Pierre Dardot, philosophe, et Christian Laval, sociologue, auteurs de “Marx, prénom : Karl” (Gallimard, mars 2012) Ainsi que des lectures de la correspondance de Marx (Ivan Cori et Lucile Commeaux)
Références :
SONS (entre autres) - Auber : “La Muette” de Portici - Schubert : “Marguerite au rouet” - Immortal Technique : “Poverty of Philosophy” FILMS - “La Commune”, P. Watkins (2003) - Charlie Chaplin, “Modern Times” Hors Série Le Monde : “Marx, l'irréductible”, décembre 2011 http://boutique.lemonde.fr/hos-serie-...
Thèmes : Arts & Spectacles| 19e siècle| Economie| Philosophie| Karl Marx| Thibault Henneton
Source : France Culture
+ Lire la suite
Livres les plus populaires de la semaine Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox