AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Émile Bottigelli (Directeur de publication)Gérard Raulet (Éditeur scientifique)
ISBN : 2080710028
Éditeur : Flammarion (04/01/1999)
  Existe en édition audio

Note moyenne : 3.59/5 (sur 275 notes)
Résumé :
Le manifeste du Parti communiste demeure, près de cent cinquante ans après sa parution, un texte de combat. Il est temps de lire Marx, enfin débarrassé des catéchismes et des chapelles qui s'en sont inspiré et se le sont approprié en érigeant sa pensée en dogme messianique, le lire pour ce qu'il est : un théoricien révolutionnaire.
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses et Avis (13) Voir plus Ajouter une critique
JacobBenayoune
  30 novembre 2015
En lisant ce livre, j'ai pensé à cette image de la Seine glacée que décrit Proust dans "Du côté de chez Swann" et qui ressemble à "une immense baleine échouée, sans défense, et qu'on allait dépecer".
"Le manifeste du Parti communiste" de Marx qui était un document subversif à son époque et qui a influencé presque deux siècles, doit être lu aujourd'hui pour deux raisons. J'utilise le verbe "devoir" parce que je crois qu'il s'agit là d'une lecture indispensable pour en finir avec toutes les idées reçues concernant Marx et le communisme.
D'abord, ce livre est un document historique qui éclaircit cette naissance de la Bourgeoisie puis du Prolétariat et partant, de la lutte des classes. Ainsi dans le premier chapitre, Marx parcourt à vol d'oiseau les différentes étapes de ces naissances ; une véritable genèse. Tout cela d'une simplicité efficace, d'une narration presque romanesque qui n'ennuie jamais le lecteur.
Ensuite, ce livre est un exemple parfait de la verve politique avec sa structure rhétorique et argumentative bien construite. Cela apparaît dans le deuxième chapitre où Marx essaie de répondre aux objections de la bourgeoisie contre les idées des communistes. Il use d'une ironie presque moqueuse qui m'a fait penser à une scène célèbre dans "La Vie est belle" de Roberto Begnini (Guido) lorsqu'il se moque de son fils qui croit qu'on faisait des boutons avec les juifs. Marx ridiculise ses adversaires bourgeois par la simplicité surprenante avec laquelle il leur répond au bonheur des prolétaires. Apprécions cet exemple :
"Vous êtes saisis d'horreur parce que nous voulons abolir la propriété privée. Mais dans votre société la propriété privée est abolie pour les neuf dixièmes de ses membres. C'est précisément parce qu'elle n'existe pas pour ces neuf dixièmes qu'elle existe pour vous. Vous nous reprochez donc de vouloir abolir une forme de propriété qui ne peut se constituer qu'à la condition de priver l'immense majorité de la société de toute propriété."
Ou encore :
"En outre, on a accusé les communistes de vouloir abolir la patrie, la nationalité. Les ouvriers n'ont pas de patrie. On ne peut leur ôter ce qu'ils n'ont pas."
En ancien poète, Marx illustre ses explications de comparaisons. Ainsi ces bourgeois "ressemblent au magicien qui ne sait plus dominer les puissances infernales qu'il a évoquées". de plus, il introduit çà et là des slogans forts et faciles à apprendre pour les prolétaires comme le fameux "Prolétaires de tous les pays, unissez-vous !" qui clôt le livre.
A part cela, on garde beaucoup de distance vis-à-vis les idées de Marx, celles qui ont bouleversé le monde et engendré tant de malheurs ou comme il l'appelle, ce "spectre [qui] hante l'Europe" et le monde en général car "la révolution communiste est la rupture la plus radicale avec les rapports de propriété traditionnels ; rien d'étonnant à ce que, dans le cours de son développement, elle rompe de la façon la plus radicale avec les vieilles idées traditionnelles."
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
Allantvers
  16 octobre 2017
Lues toutes brutes et toutes nues ces quelques cinquante pages, sans les préfaces, les notes et autres éléments de contexte, parce qu'un texte aussi mythique, il faut bien l'avoir lu me disais-je. A froid, maintenant que la page est définitivement tournée.
Je m'étais fait la même réflexion avec « La désobéissance civile » de Thoreau : c'est étonnant comme les textes ayant eu le plus fort retentissement ne sont jamais à l'image de ce que l'on a pu imaginer voire fantasmer. En tout cas pour ma part, le format pamphlétaire n'est jamais celui auquel je m'attendais.
Le propos et le projet définitivement révolutionnaires sont bien là, mais dans le style, le jus et les forces en présence de l'époque : j'ai été surprise par exemple par la part importante du texte destinée à positionner le projet communiste et affirmer sa radicalité par rapport aux innombrables courants socialistes, là où j'imaginais un brûlot harangueur galvanisant les masses. Ma surprise vient de là en fait : l'impression que ce n'est pas à elles que le texte s'adresse. C'est un peu facile avec le recul de l'histoire, mais du coup c'est la violence du propos qui ressort, pas la part d'idéal que le projet était censé porter.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          170
Writer
  28 mai 2017
Lire le Manifeste du Parti Communiste, pour une personne comme moi, c'est-à-dire farouchement opposée au communisme sous toutes ses formes et dérives, est un peu étrange. Certes, je le conçois. Mais je crois qu'il est de nos esprits de s'instruire et de s'ouvrir aux différentes idéologies, idées, pensées, etc.
Ainsi, j'ai débuté cet ouvrage, avec une mauvaise image du communisme, rassurez-vous cet ouvrage ne m'a pas fait changer d'avis, bien au contraire, mais avec en tête les deux auteurs : Engels et, notamment Marx. En effet, même si je n'apprécié guère les idéologies proposées dans cet ouvrage, on peut reconnaître à Marx, sa verve, sa poésie, son style, son écriture sublime. de belles figures de style, des envolées lyriques, et des questions percutantes chahutant les lecteurs, même les plus rebelles comme moi, c'est paradoxalement agréable.
Sur le fonds, si cet ouvrage dit ne pas vieillir à travers les siècles, je trouve que depuis une dizaine d'années, il a pris un sacré coup de vieux. On ne se retrouve plus/pas dans les idées proposées ; pire encore, j'ai l'impression, notamment sur le nationalisme d'entendre les discours du Front National. Je trouve dommage et presque paradoxal de la part de Marx qui prône que tous les travailleurs, de toutes les nations se soulèvent contre la bourgeoisie, s'indigne par exemple de la littérature mondiale et non plus nationale. Seulement, n'est-ce pas un des points qui a fait connaître le Manifeste du Parti communiste ? Sans cet « internationalisme », cet ouvrage serait resté en Allemagne… de plus, au regard de nos sociétés modernes, je suis heureuse et fière que la littérature est pu franchir toutes les frontières !
Après, je trouve que cette oeuvre, à la lumière du XXième siècle, se tirait presque une balle dans le pied toute seule. En voulant anéantir à tout prix la classe dominante, la classe bourgeoise avec des arguments largement dépassés et obsolètes, cet ouvrage ne fait que renforcer ma vision mondialiste, européenne (toute proportion gardée). Vivre en autarcie ce n'est pas possible, pas souhaitable d'ailleurs ; vivre dans un monde juste et équitable, je crois que cela passe inexorablement par des échanges (symboliques et/ou matériels), des rapports sociaux, etc.
De plus, je trouve cette vision marxiste bien trop vieillissante, et trop déterministe. le sort de chacun serait ancré dans nos habitus, dans nos gênes… Et ne parlons même pas, des prolétaires comme agents/réceptacles passifs selon la vision de Marx ; j'aurai été curieuse de voir la réaction de Marx face aux théories nouvelles des perceptions/réceptions sélectives des médias, des messages par exemple. Et pire encore pour ce pauvre feu Marx, qu'aurait-il pensé de la théorie de Pierre Bourdieu selon laquelle la domination serait consentie et partagée...
Alors, oui, je conseille fortement cet ouvrage mais pour des esprits ouverts, et comme diraient certains libéraux un brin extrémistes, « à la lumière des élites ». Il ne faudrait pas détourner la pensée d'un ouvrage ancien, à nos pensées modernes…
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          62
vincentf
  26 août 2011
Que peut-on conserver de la pensée communiste après l'échec plus qu'évident des régimes politiques et économiques qui ont tenté de l'incarner ? Pas grand chose. La lutte des classes, qui est le fondement de la description de la société par Marx et Engels, a abouti à la dictature du prolétariat, parce qu'elle est un appel haineux à la destruction violente d'une partie de la population. Si forcément la bourgeoisie et le prolétariat sont en lutte, alors le goulag est inévitable. Néanmoins, la description de la société capitaliste du dix-neuvième siècle par les marxiste est assez juste, et l'on se dit à plusieurs reprises en cours de lecture qu'elle demeure juste au vingt-et-unième siècle. Les moyens proposés pour lutter contre l'exploitation des petits par les grands (une révolution violente qui donne le pouvoir au prolétariat, et qui abolit la propriété privée) ne fonctionne pas du tout : si je n'ai aucun intérêt privé à travailler pour mon propre compte, je vais préférer ne pas faire grand chose. C'est ce qui s'est passé. Encore une petite remarque. La pensée marxiste suppose un schéma historique toujours identique : la bourgeoisie renverse les systèmes féodaux anciens et seulement ensuite, le prolétariat renverse la bourgeoisie. Or, ce sont dans des pays où il n'y avait pas vraiment eu de révolution bourgeoise que le communisme a réussi à s'implanter, prouvant paradoxalement que le théorie communiste de l'histoire est fausse. Bref, il faut inventer autre chose que le communiste si l'on créer pour demain des lendemains qui chantent.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          101
FredMartineau
  13 avril 2016
J'écoutais récemment un interview de Noam Chomsky qui employait le terme de lutte des classes pour caractériser la situation actuelle. du coup, j'ai eu envie de mettre en perspective la pensée du chantre de celle-ci, Karl Marx avec cette affirmation. Effrayé par l'épaisseur du capital, le Manifeste du Parti Communisme a échoué sur ma pile à lire puis entre mes mains. le troisième chapitre m'a peu intéressé. Dans les deux premiers, les analogies pullulent quant à la description de l'antagonisme entre le prolétariat et la bourgeoisie. Il suffirait de changer les appellations pour que l'état des lieux fasse penser au présent. Hormis, cela, L Histoire nous a appris ce qu'il en est advenu de la mise en oeuvre de ces théories. le sang, les horreurs, le goulag, la dictature et la peur ont teinté ce qui se voulait l'avènement d'une société idéale. La violence comme moyen d'action politique ne peut engendrer que la violence, les frustrations, l'humiliation, l'esprit de revanche, la haine...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          122
Citations et extraits (38) Voir plus Ajouter une citation
enkidu_enkidu_   05 mai 2015
Le rôle de la bourgeoisie dans l’histoire a été révolutionnaire au premier chef.

Partout où la bourgeoisie s’est saisie du pouvoir, elle a détruit toutes les conditions féodales, patriarcales, idylliques de l’existence sociale. Elle a impitoyablement rompu les liens féodaux complexes et variés qui liaient chaque homme aux hommes que la naissance mettait au-dessus de lui, et elle n’a pas voulu qu’il subsistât entre les hommes d’autre lien que l’intérêt tout nu, où le sentiment n’a point de part, et que les strictes exigences du paiement au comptant. Les frissons sacrés des pieuses ardeurs, des élans chevaleresques, de la sensibilité bourgeoise, elle les a noyés dans le flot glacé de l’égoïsme calculateur. Elle a monnayé en valeurs d’échange la dignité de la personne humaine, et, à la place de toutes les libertés ardemment poursuivies et chèrement conquises, elle a installé, toute seule, la liberté sans âme des transactions commerciales. En un mot, à l’exploitation déguisée sous un illusoire costume de religion et de politique, elle a substitué l’exploitation patente, sans pudeur, directe et brutale.

La bourgeoisie a dépouillé de leur nimbe tous les emplois de l’activité humaine que jusqu’alors on respectait et contemplait avec une pieuse vénération. Du médecin, du juriste, du prêtre, du poète, du savant, elle a fait des salariés à ses gages.

La bourgeoisie a arraché le voile d’émotion et de sentimentalité dont se glorifiait la famille, et le lien familial n’a plus été qu’une affaire d’argent.
(...)
Le besoin d’ouvrir à ses produits des débouchés toujours plus vastes incite la bourgeoisie à une course effrénée sur toute la surface du globe. Il faut qu’elle s’insinue partout, s’installe partout, accroche partout le réseau de ses échanges.
(...)
Elle force toutes les nations du globe à adopter, sous peine de dépérir, son propre mode de produire ; elle les force a introduire chez elles-mêmes ce qu’on nomme civilisation, c’est-à-dire à devenir elles-mêmes bourgeoises. En un mot, elle se façonne un monde à son image. (n°6 & 8-9)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Scrap-girlScrap-girl   26 septembre 2010
Mais la bourgeoisie n'a pas seulement forgé les armes qui la mettent à mort: elle a produit aussi les hommes qui manieront ces armes_les ouvriers modernes, les prolétaires.
Commenter  J’apprécie          400
TREBORJeanLucTREBORJeanLuc   27 février 2017
Carrière politique:

Une figure du Parlement

Caricature par l'observatoire de la loi républicaine (loi de l'année 1905 la laïcité ).

Portrait de Paul Doumer.
À son retour d'Indochine, il entre en contact avec l'historien et écrivain André Lichtenberger, qui devient son assistant, Réélu député de l'Aisne en 1902, il est placé à la tête de la commission des Finances. Ayant évolué avec son retour en politique, il subit de vives attaques de ses anciens compagnons radicaux, plus à gauche. À l'issue d'une élection où il fait figure de candidat des modérés, il remporte le 10 janvier 1905 la présidence de la Chambre des députés contre le sortant Henri Brisson. Lors de son élection, il promet de « rendre plus fécond le travail législatif ». Particulièrement apprécié pour son ardeur au travail et malgré une austérité quelque peu ostentatoire, sa courte présidence ne lui laisse pas le temps de mettre en œuvre ses projets, puisqu’à la fin de la législature, le 31 mai 1906, il cède sa place au « perchoir » à Henri Brisson.
Il perd son siège de député en 1910, mais revient au Parlement en 1912 comme sénateur de Corse. Dès avant, puis pendant la Première Guerre mondiale, il fait partie de la Commission de l'Armée du Sénat. En août 1914, il se met à la disposition du général Gallieni en ces termes : « Je sais commander ; je saurai donc obéir. » Gallieni le charge d’assurer la liaison avec le gouvernement replié à Bordeaux. Nommé ministre d’État du premier cabinet Painlevé, de septembre à novembre 1917, il devient à la fin de la guerre rapporteur général du budget, puis par deux fois ministre des Finances dans les septième et huitième cabinets Briand. Dans les années 1920, il participe au cartel des gauches, au sein duquel il représente le secrétaire général du Parti radical.
Il préside le Sénat de janvier 1927 jusqu’en juin 1931, date à laquelle il est investi de ses fonctions présidentielles.

Mandats électifs.
1888 - 1891 : député de l'Aisne (circonscription de Laon, parti radical).
1891 - 1895 : député de l'Yonne (circonscription d'Auxerre).
1902 - 1910 : député de l'Aisne (circonscription de Laon)
1912 - 1931 : sénateur de la Corse
Fonctions exécutives[modifier | modifier le code]
1895 - 1896 : ministre des Finances
1921 - 1922 : ministre des Finances du gouvernement Briand VII
1925 - 1926 : ministre des Finances
1927 - 1931 : président du Sénat
1931 - 1932 : président de la République
Décorations[modifier | modifier le code]

Sépulture de Paul Doumer au cimetière de Vaugirard
Grand-croix de la Légion d'honneur Grand-croix de la Légion d'honneur en 1931 en tant que président de la République
Grand-maître de la Légion d'honneur de 1931 à 1932
Ouvrages.
Paul Doumer, Situation de l'Indo-Chine (1897-1901) : rapport, Hanoï, F.-H. Schneider, 1902 (lire en ligne )
Paul Doumer, L'Indo-Chine française : souvenirs, Paris, Vuibert et Nony, 1905, 392 p. (notice BnF no FRBNF34137199, lire en ligne )
Paul Doumer, Livre de mes fils, Paris, Vuibert et Nony, 1906, 344 p. (notice BnF no FRBNF30351875, lire en ligne :

Humanisme: Paul Doumer, Paroles Humaines (dans la collection des Paroles du xxe siècle), Paris, Eugène Figuière, éditeur, 1929, 238 p.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          11
PavlikPavlik   01 avril 2017
Mais est-ce que le travail salarié, le travail du prolétaire lui crée de la propriété ? Nullement. Il crée le capital, c'est-à-dire la propriété qui exploite le travail salarié, qui ne peut s'accroître que sous la condition de produire du travail salarié supplémentaire et de l'exploiter à nouveau. La propriété, sous sa forme actuelle, se meut dans l'opposition entre capital et travail salarié.
Commenter  J’apprécie          150
brunacecilebrunacecile   28 octobre 2012
Nous reprochez-vous de vouloir abolir l'exploitation des enfants par leurs parents? Ce crime là, nous l'avouons. Mais nous supprimons, dites vous, les liens les plus intimes, en substituant à l'éducation familiale, l'éducation par la société. ...Les communistes n'inventent pas l'action de la société sur l'éducation;ils en changent seulement le caractère et arrachent l'éducation à l'influence de la classe dominante.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
Videos de Karl Marx (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Karl Marx
une autre facette de K. Marx
Dans la catégorie : Systèmes marxistesVoir plus
>Economie>Socialisme et systèmes apparentés>Systèmes marxistes (45)
autres livres classés : politiqueVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

Philo pour tous

Jostein Gaarder fut au hit-parade des écrits philosophiques rendus accessibles au plus grand nombre avec un livre paru en 1995. Lequel?

Les Mystères de la patience
Le Monde de Sophie
Maya
Vita brevis

10 questions
237 lecteurs ont répondu
Thèmes : spiritualité , philosophieCréer un quiz sur ce livre