AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 207269681X
Éditeur : Gallimard (13/04/2017)

Note moyenne : 3.39/5 (sur 218 notes)
Résumé :
"À l’étroit dans le ventre de ma mère, alors qu’il ne reste plus que quelques semaines avant mon entrée dans le monde, je veille. J'entends tout. Un complot se trame contre mon père. Ma mère et son amant veulent se débarrasser de lui. La belle, si belle Trudy préfère à mon père, John, poète talentueux en mal de reconnaissance et qui pourtant l’aime à la folie, cet ignare de Claude. Et voilà que j'apprends que Claude n’est autre que mon oncle : le frère de mon père. ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacRakutenLeslibraires.frMomox
Critiques, Analyses et Avis (67) Voir plus Ajouter une critique
Bookycooky
  15 avril 2017
Le narrateur du dernier livre de Ian McEwan est... un foetus, à moins d'un mois du terme. Quand au sujet, un remake de Hamlet, donc originalité garantie.
Installé bien au chaud, " par-dessus les bruits de laverie automatique de l'estomac et des intestins" de sa mère, non seulement il perçoit tout mais il semble aussi avoir une connaissance du monde non négligeable. Nous voici embarqués dans une histoire loufoque où l'oreille plaqué contre la paroi utérine gluante, il apprend que sa mère complote de tuer son père avec l'aide de son amant qui n'est autre que son oncle, le demeuré.......
Dans une maison appartenant au père, une ruine de style georgien dans Hamilton Terrace, rue prétentieuse de Londres, notre foetus Sherlock mène l'enquête dans une décrépitude ambiante et une position physiologique des moins agréables, pris entre deux feux, copulation et complot, -"Tout le monde ne sait pas quel effet ça fait, d'avoir le pénis du rival de votre père à quelques centimètres de votre nez....". Quand au père, ironie du sort, evicté de sa propre maison, négocie son retour par le biais de poèmes peu inspirés, cas sans issu........comment intervenir pour éviter le pire ? Foetus Sherlock a du pain sur la planche. Ce n'est que le préambule.
J'ai beaucoup ri, car notre embryon qui joue la carte de l'innocence, un brin intello ( euh, il peut citer Ulysse de Joyce ) et fin connaisseur en vins ( une connaissance des cépages impressionnante), ne manque pas d'humour. Pour relever plus d'indices sur le complot, il réveille sa mère la nuit,en lui donnant des coups de pied, mais manque de pot celle-là ne veut pas déranger son amant. À défaut, elle se plaque sur les oreilles une conférence podcastée et s'adonne à la magie d'Internet. Elle zappe. -"J'ai déjà tout entendu. Élevage d'asticots dans l'Utah. Randonnées sur le plateau irlandais du Burren. L'offensive de la dernière chance pour Hitler dans les Ardennes. Parades amoureuses chez les Yanomamis. Comment Poggio Bracciolini a sauvé Lucrèce de l'oubli. Les lois du tennis.....-", notre embryon écoute et s'instruit à merveille, sauf qu'il commence à réaliser, qu'avoir une conscience dans sa futur vie va être un cadeau empoisonné.
L'imagination de l'auteur est sans borne, pourtant il ne tombe jamais dans l'absurde ni le n'importe quoi. En lisant certains passages on y oublierait presque que le narrateur est un embryon, et quand ce dernier nous rappelle qu'il baigne toujours dans son liquide amniotique, cela paraît presque naturel....... la créativité, l'intelligence de McEwan y brille.
À travers les pérégrinations du foetus Sherlock, l'écrivain touche aussi aux divers dilemmes de la vie et balaie du regard l'actualité politique et sociale nationale et internationale, avec quelques piques à son pays , -"......la commissaire. Je me demande si elle est armée. Trop voyant. Comme pour la reine qui n'a jamais d'argent sur elle. Ce sont les brigadiers et leurs subalternes qui tirent sur les voyous."-
Comme dans "L'intérêt de l'enfant", on penserait que c'est trop, mais non tout est à sa place, juste et précis.
Imagination et humour noir avec un zest de suspens dans une mise en scène originale,
un très bon moment de lecture que je conseille !


+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10310
palamede
  28 juillet 2017
Il cogite beaucoup dans sa coque de noix, en fait bien au chaud dans l'utérus maternel le fœtus, qui ne manque pas d'acuité, observe le monde qui l'attend à sa sortie.
Et aux yeux du futur nouveau-né on ne peut pas dire que l'état de l'humanité et de la terre soit folichon. Et encore cela n'est rien à côté du sort que sa mère et son amant, en fait le frère de son père, réservent à son géniteur ! Lui le tout petit, le pas-né, il va falloir qu'il intervienne pour sauver son adorable poète de père.
Donner la parole à ceux qui n'ont jamais voix au chapitre, et pour cause puisqu'il s'agit des enfants à naître, à l'heure où on nous explique que les foetus entendent et ressentent tout de la vie de la mère qui les porte, est instructif. Celui-là non content de tenter de sauver son père et apprécier les verres de vins que sa mère ingurgite, philosophe et écoute les informations qu'il commente. L'occasion pour l'auteur d'envoyer quelques piques et réfléchir sur des questions morales et sociétales.
Un sacré farceur ce Ian McEwan et un immense talent, en revisitant le thème d'Hamlet - le fils venge son père tué par son propre frère, amant de sa mère - il peut même faire agir, parler et réfléchir les fœtus sans que cela paraisse extravagant.
Un roman original, délicieusement drôle et inventif.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          744
aider
  28 avril 2017
Pauvre petit foetus alcoolisé et déprimé. ....
Alcoolisé, par la faute de sa mère....
Déprimé par la faute de son oncle
( le frère de son père ) qui couche avec sa mère. ... Tellement déprimé qu'il essaie même de se suicider en s'étranglant avec son cordon ombilical.
Les deux amants complotent en vue de supprimer le mari gênant mais propriétaire d'une maison à forte valeur ajoutée.
Bien évidemment ce foetus déjà très malin , il philosophe sur :
- le réchauffement climatique
- la montée de l'intégrisme
- la théorie des genres .....
(grâce à la manie de sa mère de regarder non stop des documentaires en podcast ) va essayer en vain de les en empêcher. Les coups de pieds , c'est très limité pour communiquer! !!!
En résumé : roman noir à l'humour tout aussi noir.
Hamlet revisité paraît -il , je ne sais pas , je n'ai pas lu Hamlet (ignare que je suis. ...)
J'ai passé un bon moment à lire ce livre. .... pour l'originalité du point de vue ...et un humour décalé. ..
Commenter  J’apprécie          551
isabelleisapure
  05 juin 2017
Il faut de l'imagination, du talent et de l'audace pour imaginer un tel huis clos : le ventre maternel !
Assurément Ian McEwan ne manque d'aucune de ces qualités propre à un grand écrivain et c'est un héros hors norme qu'il nous propose de découvrir.
Vous l'aurez compris, le narrateur est un foetus !
Intelligent, curieux de tout, il écoute attentivement les émissions culturelles que choisit Trudy, sa mère, ce qui enrichit ses connaissances.
Il est au fait des problèmes du monde, le réchauffement climatique, la misère des migrants n'ont pas de secret pour lui et lui causent quelques soucis et interrogations.
Comme si cela ne suffisait pas, voilà qu'il découvre que sa propre mère envisage d'assassiner son père avec la complicité de son amant qui n'est autre que son oncle !
Quel est donc le monde qui lui est promis ?
Ian McEwan met l'accent sur la psychologie de ses personnages : Trudy qui apparaît comme un personnage peu responsable et plutôt immature avec un penchant pour l'alcool, et à chaque verre qu'elle boit, son enfant ressent aussi une légère ivresse ce qui ne semble pas lui déplaire.
John, le père passionné de poésie a une sensibilité exacerbé, bien loin de la personnalité vulgaire et plouc de son frère et rival.
Ce roman est original, drôle, féroce, j'ai adoré.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          441
sabine59
  01 octobre 2018
Coucou, les lecteurs, vous m'entendez? Non? C'est vrai que ma voix de narrateur est assourdie, derrière la paroi du ventre de maman...Eh oui, je suis un foetus! Et je peux vous dire que la vie utérine n'est pas un long bain tranquille, où on flotte en apesanteur...
Car je suis le témoin d'un complot ourdi contre mon propre père, ces deux-là se croient dans Hamlet ( avec un géniteur poète, j'ai quelques notions littéraires, tout foetus que je suis!) . Ah, je ne vous les ai pas présentés, il y a Trudy, ma maman que je sais jolie, mon père lui ayant déclamé des poèmes en éloge à sa beauté et mon oncle, son amant, que je devine rusé et qui est obsédé par le corps de Trudy, j'en sais quelque chose! Ils n'arrêtent pas de boire , en plus, mais du très bon vin français, je me délecte même si ce n'est pas bon pour moi... Et surtout ça m'évite de penser au pire...
C'est donc mon père qu'ils veulent tuer, et je suis là, impuissant dans mon monde liquide, je ne peux que donner des coups de pied mais comment les arrêter et protéger mon père , John? J'attends l'inévitable, restez avec moi! Ne me laissez pas seul face à l'angoisse!
Voilà un roman comme je les aime, drôle, insolite, intelligent. Il s'apparente au genre policier mais l'auteur en profite pour mettre en avant les travers de notre société,comme le fait que la poésie est niée face à l'argent ou le comportement ambigu des états européens face aux réfugiés... C'est vraiment réjouissant de suivre les péripéties depuis l'intérieur et ce foetus pétillant de vie , qui observe le monde avec tant de finesse et d'humour, nous offre un moment de plaisir intense. A lire!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          368

critiques presse (3)
LaPresse   28 juin 2017
Si on accepte la proposition de base et ses quelques incohérences, on se laisse transporter par ce roman intrigant et original.
Lire la critique sur le site : LaPresse
LeJournaldeQuebec   12 juin 2017
Sourires garantis avec ce nouveau Ian McEwan, le romancier britannique ayant eu la fantasque idée de plonger un fœtus en plein complot shakespearien.
Lire la critique sur le site : LeJournaldeQuebec
LeMonde   13 avril 2017
Le romancier britannique se met à la place d’un bébé à naître plongé dans une intrigue shakespearienne. Et on y croit !
Lire la critique sur le site : LeMonde
Citations et extraits (43) Voir plus Ajouter une citation
sabine59sabine59   01 octobre 2018
Mon environnement immédiat ne sera pas l'aimable Norvège - mon premier choix, compte-tenu de sa généreuse protection sociale ; ni mon second choix, l'Italie, pour sa cuisine régionale et son délabrement inondé de soleil; ni même mon troisième, la France, pour son pinot noir et son égoïsme enjoué. A la place, je recevrai en héritage le royaume pas franchement uni d'une vieille reine âgée mais estimée, où un prince homme d'affaires, connu pour ses bonnes oeuvres , ses élixirs ( essence de chou-fleur pour purifier le sang) et ses interventions anticonstitutionnelles , attend impatiemment sa couronne.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          150
palamedepalamede   08 août 2017
... la voix est chaleureuse. Sonore pour une femme mince, détendue malgré la charge de la fonction. Son léger accent cockney reflète parfaitement l'assurance de la citadine qui ne s'en laissera pas compter. Pas la diction soignée de ma mère, en tous cas. Inutile de recourir à cette vieille ficelle. Les temps ont changé. Un jour la plupart des hommes d'Etat britanniques parleront comme le commissaire. Je me demande si elle est armée. Trop voyant. Comme pour la reine qui n'a jamais d'argent sur elle. Ce sont les brigadiers et leurs subalternes qui tirent sur les voyous.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          220
palamedepalamede   06 août 2017
Quant à l'espoir : j'ai entendu beaucoup de choses sur les récents massacres au nom d'une vie rêvée dans l'au-delà. Chaos dans ce monde, béatitude dans le suivant. Des jeunes gens avec une barbe toute neuve, une peau magnifique et des armes de guerre sur le boulevard Voltaire, qui regardaient dans les yeux magnifiques, incrédules, d'autres jeunes de la même génération. Ce n'est pas la haine qui a tué des innocents, mais la foi, ce fantôme insatiable encore vénéré, même dans les quartiers les plus paisibles.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          230
AchilleviAchillevi   04 mai 2018
J'essaie de la voir comme elle es, comme elle doit être dans la maturité gravide de ses vingt-huit ans, juvénilement (je tiens à cet adverbe) affalée sur la table de la cuisine, avec ses tresses blondes de guerrière saxonne et sa beauté défiant le réalisme, mince sauf là où je me trouve, presque nue, le haut des bras rosis par le soleil, cherchant un endroit où poser les coudes entre les assiettes enduites de jaune d'oeuf vieux d'un mois, les miettes de toast et les grains de sucre sur lesquels les mouches vomissent quotidiennement, les briques de lait à l'odeur pestilentielle et les cuillers poisseuses, les enveloppes d'offres publicitaires sur lesquelles divers liquides ont formé des croutes en séchant.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
aideraider   24 avril 2017
Quand l'amour meurt et que la vie conjugale est un champ de ruines , les premières victimes sont l'honnêteté de la mémoire, l'impartialité et la pudeur des souvenirs. Trop importuns, trop accablants pour le présent, ils sont le spectre d'un bonheur ancien au festin de l'échec et de la désolation.
Commenter  J’apprécie          220
Videos de Ian McEwan (114) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Ian McEwan
Bande annonce du film The children act (2018), adaptation du roman de Ian McEwan, paru en français sous le titre L’intérêt de l'enfant.
autres livres classés : foetusVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacRakutenLeslibraires.frMomox





Quiz Voir plus

Test

ds

d
d
d
d

1 questions
4 lecteurs ont répondu
Thème : Opération Sweet Tooth de Ian McEwanCréer un quiz sur ce livre
.. ..