AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 282361012X
Éditeur : Editions de l'Olivier (11/05/2017)

Note moyenne : 3.79/5 (sur 51 notes)
Résumé :
A New York, Russell lutte pour garder sa maison d'édition tandis que sa femme Corinne se consacre aux plus démunis. Mais un homme, avec qui Corinne a eu une liaison aux lendemains du 11 septembre, resurgit dans leur entourage et l'équilibre de la famille en est fragilisé.
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses et Avis (11) Voir plus Ajouter une critique
letilleul
  02 juin 2017
On retrouve dans ce nouveau titre de Jay McInerney, Corinne et Russel Calloway dans les affres des abords de la cinquantaine : que reste t'il de l'amour, comment faire face à des aléas professionnels ? Quelle est la solidité du lien conjugal ? le roman nous plonge au coeur de l'intime du couple en nous permettant de comprendre toutes' les ambiguïtés de leur emotions, de leurs choix. Roman très contemporain, le lecteur est plongé dans la société et la vie du New York des années 2000. Une belle lecture d'été !
Commenter  J’apprécie          220
mariecloclo
  16 novembre 2017
J'ai retrouvé avec plaisir Corrine et Russell Calloway, le temps a passé, nous sommes en 2008, à la veille de la crise financière. Ils entrent dans la cinquantaine.
Russell et Corinne vivent encore ensemble, suscitant en cela le respect, l'envie et l'admiration de leurs connaissances et amis. Ils louent toujours le même loft dans Tribeca. Corrine se pose des questions sur son couple, le désir ayant disparu. de plus, elle est perturbée par le retour de Luke à New York, avec qui elle a eu une liaison en 2001, après le 11 septembre.
Les questionnements de Russell sont d'ordre professionnel, il est toujours éditeur, mais à son compte cette fois et vient de découvrir Jack, un jeune auteur prometteur. Il décide aussi d'éditer un homme qui a été pris en otage. Mais son histoire est-elle vraie ?
Les difficultés financières sont nombreuses pour lui, cela l'inquiète.
Il ne se passe pas énormément de choses mais les personnages principaux sont touchants, on sent un peu de nostalgie dans le roman, mais à aucun moment on ne s'ennuie.
Je le recommande vivement.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
Verdure35
  07 juin 2017

Quel plaisir de retrouver les Calloway . Corrine et Russell sont des new-yorkais de longue date ,Ils ont vu évoluer la ville, leur couple, leur vie et nous les avons suivis deux fois déjà grâce à la belle écriture de l'auteur .
Cette fois ils ont la cinquantaine, le métier d'éditeur de Russell périclite, Corrine fait du quasi bénévolat. La destruction des tours a changé l'atmosphère de la ville, et la banqueroute de 2008_ va achever la destabilisation.
Celle – ci se manifeste également dans la vie privée des Calloway et de leurs richissimes amis ,le démon de midi...
Il est heureux de constater après lecture que de gros romans n'ont pas besoin d'être expurgés, le talent de l'auteur, sans aucun doute.
Commenter  J’apprécie          60
troisouquatrelivres
  16 novembre 2017
Un couple, ancré dans son quotidien, ses mensonges et ses problèmes professionnels. Les personnages de Jay McInerney reviennent dans un troisième volume mais pas besoin d'avoir lu les précédents pour profiter des Jours enfuis.
Féroce portrait de New York et de la bourgeoisie, ce roman présente une ville en mouvement, où le changement est inéluctable. Comme ce quartier autrefois bohème et habité par des artistes, aujourd'hui hors de prix... Dans cette ville où le 11 septembre a tout bouleversé, la crise économique de 2008 modifie encore tout le paysage. Grâce à une galerie de personnages secondaires, l'auteur anime cette ville tentaculaire où pourtant chacun semble se connaître, entre habitudes et snobisme.
Mais ce sont surtout les errements de Russell et Corrine que l'ont suit : avec minutie, McInerney décrit leurs incertitudes, leurs désillusions. Sous la façade du bonheur et des bonnes manières, leur mariage subit des hauts et des bas. Et c'est là le motif de tout le roman, cette description précise et minutieuse de l'union conjugale face à la ville démesurée. Alors, les beaux principes et les idéaux sont mis à l'épreuve...
Entre nostalgie et espoir d'un futur solide, les personnages sont fouillés jusque dans leur plus grande intimité. Peurs et fragilités, succès et fiertés forment une fresque de presque 500 pages, où les quelques longueurs sont largement compensées.
A lire pour un panorama de New York fascinant
Lien : https://troisouquatrelivres...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
silencieuse1
  27 mai 2017
24 ans après "trente ans et des poussières" et 10 ans après "la belle vie", quel plaisir de retrouver le couple mythique décrit par Jay McInerney !
Nous sommes cette fois dans l'ère Obama, fin des années 2000, le couple a 50 ans et rien n'est plus comme avant. La vie à Manhattan est devenue impossible, le couple flanche, adieu désir, argent et célébrité ...
Roman attachant qui décrit un New-York particulier - celui de l'édition - roman de la nostalgie et des amours perdus. Roman singulier qui ne craint pas de parler du temps qui passe sur nos vies et laisse peu de chance à l'espoir d'un renouveau.
Et comme toujours chez cet auteur, une belle réussite.
Commenter  J’apprécie          30

critiques presse (6)
LaPresse   14 juin 2017
La plume de McInerney est à la fois lucide et romantique: son Manhattan a parfois un côté exécrable, mais l'écrivain est nostalgique lorsqu'il se souvient des grands noms de la littérature américaine.
Lire la critique sur le site : LaPresse
Lexpress   12 juin 2017
Nimbé de nostalgie, pimenté d'humour aussi, ce gros roman charrie son lot d'émotions et de réflexions dans un style d'une fluidité savoureuse.
Lire la critique sur le site : Lexpress
LaLibreBelgique   24 mai 2017
Un roman très jouissif.
Lire la critique sur le site : LaLibreBelgique
LeMonde   19 mai 2017
L’écrivain américain effectue un brillant retour. Il renoue avec ses personnages fétiches et ses thèmes centraux.
Lire la critique sur le site : LeMonde
LesEchos   12 mai 2017
Le nouveau roman du plus new-yorkais des écrivains américains est un ­concentré de nostalgie, où l'on voit les héros de « Trente ans et des poussières » et de « La Belle vie » se déliter - perdre leurs repères dans la « Big City », devenue trop bourgeoise et policée à la fin des années 2000.
Lire la critique sur le site : LesEchos
Lexpress   12 mai 2017
Avec Les Jours enfuis -troisième volet de sa saga new-yorkaise- Jay McInerney continue de disséquer la vie moderne avec cynisme et mordant, en commençant par la relation de couple.
Lire la critique sur le site : Lexpress
Citations et extraits (6) Voir plus Ajouter une citation
letilleulletilleul   02 juin 2017
Mais quand un couple bat de l'aile, c'est rarement de la faute d'un seul.
— Je ne suis pas sûr d'être d'accord avec toi, protesta Russell. Je n'irai pas jusqu'à accuser Charles Bovary de la conduite de sa femme.
— Et pourquoi pas ? C'était tout de même un pitoyable crétin.
Commenter  J’apprécie          130
rkhettaouirkhettaoui   18 mai 2017
D’une manière ou d’une autre – sauf quand il s’agissait de sexe – l’objet de leurs querelles était toujours l’argent. Jeunes idéalistes, au sortir de l’université prestigieuse où ils étaient tombés amoureux, ils avaient obéi à leur instinct et fondé leur vie sur le principe qui veut que l’argent ne fait pas le bonheur, découvrant peu à peu seulement toutes les sortes de misères qu’il aurait pu leur éviter. Russell, surtout après deux ou trois verres, aimait à répartir l’humanité en deux camps adverses : l’Art et l’Amour, contre le Pouvoir et l’Argent.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
rkhettaouirkhettaoui   18 mai 2017
Elle avait l’impression de tricher, d’être fausse et hypocrite. Mais bon, les enfants n’avaient pas l’air d’aller si mal. Il y avait encore un an ou deux, ils étaient tout tristes lorsqu’elle sortait et tentaient de l’en dissuader, ils pleuraient et grinçaient des dents, mais aujourd’hui, ils semblaient ravis de la voir partir. Elle n’était pas sûre de se réjouir tant que ça de leur changement d’attitude.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaouirkhettaoui   18 mai 2017
Les jeunes filles de la haute société empruntaient à des créateurs leurs tenues et leurs bijoux, mais leurs mères dépensaient en robes l’équivalent du prix d’une Range Rover tous les mois. Fréquenter les riches coûtait inévitablement de l’argent, même quand, de manière ostentatoire, c’étaient eux qui payaient. D’une façon ou d’une autre, il fallait régler l’addition.
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaouirkhettaoui   18 mai 2017
La particularité de la vodka, c’est que justement, elle n’a pas de goût. C’est de l’alcool et de l’eau. Un point c’est tout. Le culte qu’on voue à ces grandes marques est grotesque, un bobard commercial qui date de l’époque de mes dix-huit ans.
Commenter  J’apprécie          00
Videos de Jay McInerney (11) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jay McInerney
Payot - Marque Page - Jay McInerney - Les jours enfuis
autres livres classés : 11 septembreVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
1064 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre
. .