AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 282361012X
Éditeur : Editions de l'Olivier (11/05/2017)

Note moyenne : 3.79/5 (sur 59 notes)
Résumé :
A New York, Russell lutte pour garder sa maison d'édition tandis que sa femme Corinne se consacre aux plus démunis. Mais un homme, avec qui Corinne a eu une liaison aux lendemains du 11 septembre, resurgit dans leur entourage et l'équilibre de la famille en est fragilisé.
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses et Avis (13) Voir plus Ajouter une critique
tamara29
  16 décembre 2017
Jay McInerney fait partie des écrivains de la bande des « Brat Pack » (les sales gosses de la littérature américaine) avec Bret Easton Ellis, Donna Tartt notamment (sans le trash de Easton Ellis). Il raconte souvent la belle société newyorkaise, ses désenchantements, les dérives et excès (alcool, drogue, sexe).
De ses divers romans, j'ai particulièrement apprécié « le dernier des Savage ». Il y a dans son écriture une réalité de la vie, parfois un peu crue certes, mais elle comme la lumière qui nous renvoie à ce que nous sommes, même si parfois on préfèrerait ne pas la regarder en face et devoir cligner des yeux.
Dans « Les jours enfuis » on retrouve un couple newyorkais Russell et Corrine Calloway dont nous avions fait la connaissance dans « Trente ans et des poussières » puis « La belle vie ». (A noter : il n'est pas obligatoire de lire les précédents, même si cela aurait sûrement une autre saveur).
Russell est éditeur. Corrine (qui a fait des études d'art) travaille dans une association de dons alimentaires (suite au 11 Septembre). Ils ont deux jeunes adolescents jumeaux.
Plus de vingt ans après « Trente ans et des poussières », ils ont à présent cinquante ans (si on compte encore bien). Et nous aussi, on a vieilli. D'ailleurs, je me faisais la réflexion, en retrouvant ces personnages avec quelques années de plus, que Jay McInerney devait aussi, en écrivant ce nouveau roman, se remémorer sa jeunesse, ses propres rêves vingt-cinq ans plus tôt. Néanmoins, ce n'est guère le lieu de faire le compte de mes propres rêves depuis que j'ai lu ce « premier épisode » et de ce qui s'est finalement passé depuis… Même si la période de fin d'années a toujours un goût d'état des lieux.
De part leurs métiers et centres d'intérêt, la vie de Russell et Corrine est composée en sorties nombreuses, en gala associatif, en soirées avec des écrivains ou en discussions avec leurs amis de longue date. Ces discussions n'ont d'ailleurs rien d'anodines : elles mettent en exergue les différences sociétales, la crise financière de 2008 qui va avoir lieu, les enjeux politiques (période des élections en 2009 où Obama sera élu président), les comportements et inquiétudes après le 11 Septembre et même les dissimilitudes de genres.
Mais, sous cette belle image d'Epinal d'une vie dorée et quasi parfaite, les choses craquent, s'effritent, ternissent (forcément ?). Russell a des problèmes avec sa maison d'édition. Corrine, quant à elle, recroise un homme, Luke, rencontré lors de la période du 11 Septembre avec qui elle avait eu une liaison. Et autour de tout ça, il y a des artistes et leur création magique, leurs doutes et leurs frasques, les amitiés rassurantes, les relations avec les enfants qui sont parfois plus âpres et difficiles à l'âge ado, les problèmes financiers (enfin pas tout à fait du même niveau que les nôtres), les questionnements sur le couple, les envies qui finissent par ne plus être tout à fait les mêmes, les années qui passent, les rides qui s'installent.
J'aime l'ambiance que crée McInerney dans ses romans. Dans celui-ci, il y a les références, des anecdotes à tous ces fameux écrivains américains et autres, ces fantômes de grands auteurs qui se baladent tout au long de l'histoire (Hemingway, Raymond Carver –assez logique quand on sait que McInerney a étudié avec lui- Salinger ou d'autres plus contemporains...), de l'art, de la musique.
Et puis bien entendu, j'apprécie ses histoires parce que cet écrivain nous raconte l'humain, la société américaine d'aujourd'hui. Avec de l'humour (parfois noir), une tendresse, ou même quelquefois avec plus d'amertume ou de tristesse, il dépeint des personnages qui nous ressemblent (même si, bien entendu, ils sont bien plus dans l'excès et les déviances : monde artistique et mondain oblige ??). Ce sont des personnages bien loin d'être manichéens, parce que modelés par une somme de défauts et de qualités, par des désirs, des peines, des joies, des lâchetés. Et chacun peut se reconnaître dans un de ses personnages ou, tout du moins, retrouver un trait de leur caractère qui nous parle.
Alors il est possible que, lorsqu'il ne restera que quelques heures avant le passage de la nouvelle année, je repense effectivement à tous ces jours enfuis. Mais aussi à tous ces bons moments de lectures, à ces retrouvailles, à ces belles découvertes, à ces discussions autour d'un roman ou d'un auteur. Que je me dise alors que, si on n'a pas réussi à réaliser tous nos rêves, si on a fini par accepter que certains seront inatteignables, si notre vie a pris un chemin peut-être loin de ce qu'on s'était imaginé à nos vingt ans et, bien, au moins, tout ne s'est pas tout à fait enfuis. Tout n'a pas filé tel le sable entre nos doigts.
Parce qu'il reste toujours en nous ces envies, ces intérêts, ces curiosités, ces appétits. Il nous reste encore ces plaisirs-là : se plonger dans un roman, une oeuvre quelle qu'elle soit, et espérer d'avoir une pépite entre les doigts, en attendre des émotions, du savoureux et du rêve…
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          291
Franckync
  14 février 2018
Titre : Les jours enfuis
Auteur : Jay McInerney
Année : 2017
Editeur : Editions de l'olivier
Résumé : Malgré les aléas de la vie Russel et Corinne sont toujours mariés et vivent avec leurs enfants dans un minuscule loft de Manhattan. Russel lutte d'arrache-pied pour conserver sa maison d'édition tandis que Corinne se consacre aux plus démunis. le couple de cinquantenaire fait illusion dans les soirées en ville mais le retour de Luke (avec qui Corinne eut une relation au lendemain du 11 septembre) fragilise leur union. Dans leur entourage les séparations se succèdent tandis qu'ils tentent de préserver leur couple en pleine déliquescence.
Mon humble avis : Jay McInerney est l'un de mes auteurs cultes, chacun de ses romans est pour votre humble serviteur l'occasion de redécouvrir un auteur à l'acuité et au style exceptionnel. Vous comprendrez aisément que la chronique qui suit sera donc dithyrambique voir parfois à la limite de la mauvaise foi, ce que j'assume tout à fait quant il s'agit de l'auteur de Bright Lights Big city . Mais revenons à ces jours enfuis qui succèdent à trente ans et des poussières et la belle vie ( je ne peux que recommander de les lire dans cet ordre chronologique ). Une fois de plus l'auteur New-yorkais nous plonge au coeur de cette famille que nous avons appris à connaître au fil des années, une fois de plus le texte est d'une lucidité incroyable, une fois de plus les phrases s'enchaînent avec une logique et une fluidité incomparable. Lire les jours enfuis c'est assister à la dissection minutieuse de la vie de couple des Calloway, c'est beau, brillant, passionnant, nostalgique, c'est du McInerney. Cette fresque générationnelle dépeint la vie de petits bourgeois avec une acuité à nulle autre pareil, l'auteur porte un regard bienveillant sur ses personnages : Russel est frustré mais garde au fond de lui cette étincelle d'idéalisme qui en fait un personnage magnifique et il en est de même pour Corinne qui malgré son infidélité porte en elle une touchante bienveillance. Si cet opus m'a paru plus sombre, plus désespéré que les précédents, l'auteur conserve cette justesse et cet humour distancié qui est sa marque de fabrique. McInerney porte un regard d'anthropologue sur ce microcosme New-yorkais et ne laisse rien au hasard : les personnages secondaires, les lieux, l'actualité sont traités avec précision et talent faisant de cette trilogie un témoignage brillant sur cette génération qu'on pensait dorée. Jamais ennuyeux ni lénifiant ce roman est un sommet et son auteur réussit là ou d'autres se sont cassés les dents, les jours enfuis est le livre qu'aurait rêvé d'écrire Frederic Beigbeder ( à mon humble avis ) mais là où l'auteur français ne fait qu'effleurer ces thèmes McInerney parvient à toucher son lecteur en plein coeur. Dithyrambique je vous avais averti…
J'achète ? : Oui évidemment. Au risque de me répéter les jours enfuis est un texte d'une intelligence et d'une acuité rare, une oeuvre exigeante et tout simplement superbe.
Lien : https://francksbooks.wordpre..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          320
letilleul
  02 juin 2017
On retrouve dans ce nouveau titre de Jay McInerney, Corinne et Russel Calloway dans les affres des abords de la cinquantaine : que reste t'il de l'amour, comment faire face à des aléas professionnels ? Quelle est la solidité du lien conjugal ? le roman nous plonge au coeur de l'intime du couple en nous permettant de comprendre toutes' les ambiguïtés de leur emotions, de leurs choix. Roman très contemporain, le lecteur est plongé dans la société et la vie du New York des années 2000. Une belle lecture d'été !
Commenter  J’apprécie          230
mariecloclo
  16 novembre 2017
J'ai retrouvé avec plaisir Corrine et Russell Calloway, le temps a passé, nous sommes en 2008, à la veille de la crise financière. Ils entrent dans la cinquantaine.
Russell et Corinne vivent encore ensemble, suscitant en cela le respect, l'envie et l'admiration de leurs connaissances et amis. Ils louent toujours le même loft dans Tribeca. Corrine se pose des questions sur son couple, le désir ayant disparu. de plus, elle est perturbée par le retour de Luke à New York, avec qui elle a eu une liaison en 2001, après le 11 septembre.
Les questionnements de Russell sont d'ordre professionnel, il est toujours éditeur, mais à son compte cette fois et vient de découvrir Jack, un jeune auteur prometteur. Il décide aussi d'éditer un homme qui a été pris en otage. Mais son histoire est-elle vraie ?
Les difficultés financières sont nombreuses pour lui, cela l'inquiète.
Il ne se passe pas énormément de choses mais les personnages principaux sont touchants, on sent un peu de nostalgie dans le roman, mais à aucun moment on ne s'ennuie.
Je le recommande vivement.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
Verdure35
  07 juin 2017

Quel plaisir de retrouver les Calloway . Corrine et Russell sont des new-yorkais de longue date ,Ils ont vu évoluer la ville, leur couple, leur vie et nous les avons suivis deux fois déjà grâce à la belle écriture de l'auteur .
Cette fois ils ont la cinquantaine, le métier d'éditeur de Russell périclite, Corrine fait du quasi bénévolat. La destruction des tours a changé l'atmosphère de la ville, et la banqueroute de 2008_ va achever la destabilisation.
Celle – ci se manifeste également dans la vie privée des Calloway et de leurs richissimes amis ,le démon de midi...
Il est heureux de constater après lecture que de gros romans n'ont pas besoin d'être expurgés, le talent de l'auteur, sans aucun doute.
Commenter  J’apprécie          70

critiques presse (6)
LaPresse   14 juin 2017
La plume de McInerney est à la fois lucide et romantique: son Manhattan a parfois un côté exécrable, mais l'écrivain est nostalgique lorsqu'il se souvient des grands noms de la littérature américaine.
Lire la critique sur le site : LaPresse
Lexpress   12 juin 2017
Nimbé de nostalgie, pimenté d'humour aussi, ce gros roman charrie son lot d'émotions et de réflexions dans un style d'une fluidité savoureuse.
Lire la critique sur le site : Lexpress
LaLibreBelgique   24 mai 2017
Un roman très jouissif.
Lire la critique sur le site : LaLibreBelgique
LeMonde   19 mai 2017
L’écrivain américain effectue un brillant retour. Il renoue avec ses personnages fétiches et ses thèmes centraux.
Lire la critique sur le site : LeMonde
LesEchos   12 mai 2017
Le nouveau roman du plus new-yorkais des écrivains américains est un ­concentré de nostalgie, où l'on voit les héros de « Trente ans et des poussières » et de « La Belle vie » se déliter - perdre leurs repères dans la « Big City », devenue trop bourgeoise et policée à la fin des années 2000.
Lire la critique sur le site : LesEchos
Lexpress   12 mai 2017
Avec Les Jours enfuis -troisième volet de sa saga new-yorkaise- Jay McInerney continue de disséquer la vie moderne avec cynisme et mordant, en commençant par la relation de couple.
Lire la critique sur le site : Lexpress
Citations et extraits (8) Voir plus Ajouter une citation
letilleulletilleul   02 juin 2017
Mais quand un couple bat de l'aile, c'est rarement de la faute d'un seul.
— Je ne suis pas sûr d'être d'accord avec toi, protesta Russell. Je n'irai pas jusqu'à accuser Charles Bovary de la conduite de sa femme.
— Et pourquoi pas ? C'était tout de même un pitoyable crétin.
Commenter  J’apprécie          130
tamara29tamara29   02 décembre 2017
Et bien que persuadé, après toutes ces années, qu'il la connaissait mieux que quiconque, Russell soupçonnait parfois que certains recoins de son âme lui demeuraient inaccessibles, de vastes régions qui s'étendaient au-delà des balises de sa compréhension.
Commenter  J’apprécie          140
tamara29tamara29   14 janvier 2018
Arrive un jour, quand même, où on s’installe dans la vie qu’on s’est choisie et où on accepte le périmètre de ses limites.
Commenter  J’apprécie          130
rkhettaouirkhettaoui   18 mai 2017
D’une manière ou d’une autre – sauf quand il s’agissait de sexe – l’objet de leurs querelles était toujours l’argent. Jeunes idéalistes, au sortir de l’université prestigieuse où ils étaient tombés amoureux, ils avaient obéi à leur instinct et fondé leur vie sur le principe qui veut que l’argent ne fait pas le bonheur, découvrant peu à peu seulement toutes les sortes de misères qu’il aurait pu leur éviter. Russell, surtout après deux ou trois verres, aimait à répartir l’humanité en deux camps adverses : l’Art et l’Amour, contre le Pouvoir et l’Argent.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
rkhettaouirkhettaoui   18 mai 2017
Elle avait l’impression de tricher, d’être fausse et hypocrite. Mais bon, les enfants n’avaient pas l’air d’aller si mal. Il y avait encore un an ou deux, ils étaient tout tristes lorsqu’elle sortait et tentaient de l’en dissuader, ils pleuraient et grinçaient des dents, mais aujourd’hui, ils semblaient ravis de la voir partir. Elle n’était pas sûre de se réjouir tant que ça de leur changement d’attitude.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Videos de Jay McInerney (11) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jay McInerney
Payot - Marque Page - Jay McInerney - Les jours enfuis
autres livres classés : manhattanVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
1159 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre
. .