AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2371020044
Éditeur : Lumen (15/05/2014)

Note moyenne : 4.51/5 (sur 355 notes)
Résumé :
Depuis des années, Sophie sait qu'elle n'est pas comme tout le monde. Elle se sent à part à l'école, où elle n'a pas besoin d'écouter les cours pour comprendre. La raison ? Elle est dotée d'une mémoire photographique... Mais ce n'est pas tout : ce qu'elle n'a jamais révélé à personne, c'est qu'elle entend penser les autres comme s'ils lui parlaient à haute voix. Un casque vissé sur la tête pour empêcher ce bruit de fond permanent de la rendre folle, elle se promène ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frMomox
Critiques, Analyses et Avis (175) Voir plus Ajouter une critique
Daniella13
  05 mai 2017
Un premier tome très envoûtant qui ne vous laisse pas indifférent.
Sophie est une jeune fille qui vit chez les humains depuis de nombreuses années mais elle ne s'est jamais sentie à sa place. À l'âge de 5 ans elle commence à entendre ce que les gens pensent et se sent encore plus différente des autres enfants. Mais sa vie va changer le jour où elle va rencontrer Fitz qui va lui apprendre qu'elle est une elfe et que sa place n'est plus dans ce monde qui est une cité interdite pour des gens de sa condition. Elle va se sentir plus à l'aise dans ce nouveau monde mais des questions subsistent : qui est-elle ? Pourquoi ne se rappelle-t'elle pas son passé alors que des bribes de souvenir lui revienne ? Beaucoup de questions restent en suspend...
C'est avec simplicité que Shannon Messenger nous transporte dans son univers fantastique mais surtout celui des elfes. Son écriture est fluide et nous empêche de nous déconnecter de l'histoire.
La beauté des elfes est bien mise en avant ainsi que la simplicité de leur vie mais surtout sans ego surdimensionné.
J'ai beaucoup apprécié que la relation de Fitz et de Sophie ne devienne pas une relation amoureuse dans ce premier tome comme la plupart des auteurs font. Shannon nous laisse le temps de connaître chacun des personnages en ne créant entre eux que des liens d'amitié, ce qui nous donne envie d'en savoir plus et de poursuivre notre lecture sur le prochain tome.
Sophie reste une jeune fille attachante pour qui on peut ressentir un peu de peine quand elle doit abandonner sa famille et faire le choix qu'ils l'oublient pour qu'ils puissent continuer à vivre. On ressent bien le rejet qu'elle subit face aux humains à cause de son Don mais on est heureux pour elle qu'elle trouve sa place dans le monde des elfes. Elle qui n'a jamais utilisé de magie, va se retrouver au sein d'une école où il n'y a que des prodiges et va apprendre différents cours ayant attrait à l'exploitation de ses pouvoirs et elle va se révéler être une excellente élève.
J'ai bien aimé aussi la relation avec ses nouveaux tuteurs qui ont perdu leur fille et qui ont peur de s'attacher à Sophie. La relation semble totalement réelle au fur et à mesure que l'on avance dans l'histoire.
Elwin, le médecin a un rôle qui me plait bien avec une bonne touche d'humour qui nous fait sourire a de nombreux moments.
Au niveau de ses amis je pense attendre d'en savoir un peu plus avant de pouvoir m'en faire un avis définitif même si Dex ressort en tête pour moi quand à l'attachement qu'on peut ressentir.
Sophie se retrouve avec un mentor qui a mon goût n'est pas assez exploité mais peut-être le sera-t-il dans les tomes suivants.
J'ai hâte aussi de voir une confrontation entre Sophie et Bronte qui la déteste au plus haut point et qui va quand même devoir l'entraîner sur son nouveau pouvoir.
De nombreux secrets subsistent et on a hâte d'en découvrir les tenants et aboutissants.
C'est avec joie que je poursuivrais sur le deuxième tome et je recommande vivement ce roman ou la magie elfique est omniprésente.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          510
Allison
  01 août 2014
J'ai beauuuuucoup aimé Gardiens des Cités Perdues, j'ai eu un gros coup de coeur inattendu pour ce roman qui m'a vraiment apporté tout ce que je recherchais en littérature fantasy jeunesse et que je ne retrouvais plus depuis des années. L'auteur nous offre une intrigue prenante, des personnages très attachants et une histoire toute en émotions avec son lot de moments tristes, le tout très bien dosé et joliment écrit.

J'ai enfin retrouvé ce qui me manquait depuis la fin de Harry Potter. Je précise que je ne vais pas faire de comparaison, l'histoire de JK Rowling étant ce qu'elle est, il serait réducteur de comparer les deux sagas. Mais je pense qu'il y a beaucoup de chances pour que les lecteurs de Harry Potter trouvent leur bonheur à la lecture de Gardiens des Cités Perdues. Les personnages sont tous détaillés, nuancés, personne n'est trop parfait ou foncièrement méchant. Il y a un vrai travail sur l'histoire de chacun, qui donne une profondeur aux relations qui se tissent et donc à toute l'histoire. Tous les personnages secondaires sont intéressants, au moins autant que le personnage principal. On a vraiment envie d'en savoir plus sur eux et de continuer à les suivre, et la qualité des dialogues les rend vraiment réels... Je ne sais pas comment l'expliquer. Il y a ce même esprit de communauté que l'ont retrouvait vraiment dans l'univers de JKR qui fait que l'on prend plaisir à lire sur chacun des personnages et j'ai beaucoup apprécié ce point.

Et bien sûr, Sophie est un excellent personnage principal, intelligente, gentille et surtout pas naïve ou effacée. Dès le début du roman, on découvre une jeune fille attachante bien qu'un peu paumée. Et pour cause, elle a douze ans, une mémoire photographique hors norme, elle s'apprête à passer le bac. Elle s'ennuie et n'arrive pas à s'adapter dans une classe où on la voit comme un petit monstre. C'est d'ailleurs ainsi qu'elle se voit elle même, elle qui entend les pensées des gens qui l'entourent depuis qu'elle a cinq ans. Elle se sent donc bien seule, jusqu'au jour où elle rencontre Fitz, un jeune homme d'une quinzaine d'années qui semble pouvoir repousser son pouvoir et surtout, qui le possède lui aussi. Très vite, il lui apprend la vérité. Elle n'est pas humaine et elle doit le suivre.

Elle découvre alors un nouveau monde et nous avec elle, abandonnant son ancienne vie derrière elle. Ce que j'ai le plus apprécié, c'est que l'auteur ne tombe pas dans le cliché récurent que l'on trouve dans tous les romans jeunesse : Les parents méchants, morts ou absents, qui facilitent grandement le départ à l'aventure du héros. Non, ici Sophie vit une vraie vie de famille dans laquelle elle est heureuse et son départ forcé est déchirant. L'héroïne n'a que douze ans et doit quitter ses parents pour vivre dans un monde où elle ne connait rien ni personne, avec une famille qui n'est pas la sienne. Ce choix de l'auteur lui permet de nous offrir quelques moments extrêmement touchants, qui m'ont mis les larmes aux yeux plusieurs fois (non je mens, j'ai pleuré comme une enfant). Je ne m'attendais pas à être aussi touchée par l'histoire de Sophie et de sa famille d'accueil, qui j'en suis sure, en émouvra plus d'un.

L'intrigue principale est amenée en douceur, ce tome servant surtout à présenter le monde dans lequel Sophie va évoluer. Et quel monde ! J'ai grincé des dents à la lecture du mot « elfe » mais très vite j'ai accepté l'idée tant elle est bien présentée par l'auteur. Et surtout, j'ai adoré l'école où Sophie suivra des cours tous plus intéressants les uns que les autres. J'ai aussi apprécié que Sophie rencontre des difficultés, qu'elle ne soit pas la meilleure dans tout ce qu'elle entreprend, même si elle possède quelques qualités exceptionnelles qui en font un personnage très intéressant. Elle a aussi du mal à s'adapter à sa nouvelle vie de famille, au mode de vie de son peuple d'adoption, à l'attitude de certains qui ne sont pas ravis qu'elle ait rejoint leur univers… Dont des professeurs guère sympathiques qui ne lui facilitent pas les choses.

Vous l'aurez compris, j'ai beaucoup aimé me plonger dans ce nouvel univers, bien structuré, crédible et très intéressant. Un sans-faute de la part de l'auteur, qui réussit l'exploit de présenter une histoire mettant en scène une école de magie sans tomber dans le cliché ou le déjà vu, et surtout, en arrivant à se démarquer de la saga incontournable du genre. de plus, le style de l'auteur (ou la traduction) est très agréable, accessible sans être enfantin. Dès huit, neuf ans mais aussi pour les adultes en manque d'émerveillement, de magie et d'une jolie histoire du genre.

La couverture, semblable à celle de la version originale, est très réussie et en adéquation avec le roman. le format du livre et la qualité du papier sont les mêmes que pour les autres romans de la maison d'édition Lumen, qui n'a déjà plus rien à prouver, et m'ont amplement satisfaite. Même dans l'apparence, je ne trouve rien à redire sur Gardiens des Cités Perdues !

J'ai vraiment hâte d'avoir la suite entre les mains, qui j'espère confirmera mon coup de coeur pour cette saga qui je pense va devenir incontournable ! Je ne serais d'ailleurs pas étonnée qu'elle soit adaptée au cinéma, étant donné l'univers très graphique qu'elle présente. Et je serais ravie d'aller le voir, d'ailleurs. N'hésitez pas à vous lancer, quel que soit votre age, dans l'aventure des Gardiens des Cités Perdues !
Lien : http://allison-line.blogspot..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          390
florencem
  14 avril 2017
Depuis le temps que j'entends parler des Gardiens des cités perdues (en bien, bien sûr), il était temps que je me fasse ma propre idée. Les couvertures sont très sympathiques et avec les avis positifs, c'était la seule chose que je connaissais à propos de la série. Une sorte de blind test, un plongeon tout en confiance. Et bien m'en a pris, car j'ai adoré ce premier tome et je vais même attaquer le second dans la foulée.
J'ai beaucoup aimé le fait que l'on soit dans l'action dès le départ. Pas de chichi, pas de fioriture, nous attaquons avec Sophie, notre héroïne, un périple dans un monde qui lui est aussi inconnu qu'à nous. Et c'est, je pense quelque chose qui permet d'affronter cet univers fantaisie avec sérénité, sans passer par une phase de description trop longue qui risque de perdre le lecteur. Nous apprenons en même temps que la jeune fille ce qui permet de s'identifier à elle et d'encore plus facilement s'attacher (bien que je n'avais pas réellement besoin de cela pour l'adorer). J'ai tout de même eu cette impression de vitesse. Comme si tout s'enchaînait sans aucune pause et c'est un peu déconcertant. Dynamique et efficace, mais déconcertant tout de même. Cela n'a pas gâché ma lecture, cependant. Personnellement, je m'y suis fait très vite.
Sophie, comme notre Harry international, se retrouve donc plongée dans un monde inconnu et mystérieux où malgré les apparences, le danger rôde. Elle a sa place chez les elfes mais elle se sent tout de même à de nombreuses reprises étrangère à tout cela. Elle est en équilibre entre le monde elfique et humain, cherchant de nouveaux repères, tout en gardant ses anciens. C'était un bon choix de la part de l'auteur et j'ai adoré cette recherche d'équilibre, tout comme la vision de Sophie. Elle accepte sa nature mais elle ne veut pas non plus renier les humains. Je n'ai à aucun moment ressenti un sentiment de supériorité chez la jeune fille. Elle est droite dans ses baskets et veut simplement faire ce qui est juste, et cela malgré tout ce qui peut lui arriver. Une jeune héroïne comme je les aime.
La tentation est pourtant très grande. Les elfes sont un peuple puissant avec des pouvoirs et des connaissances immenses. Nous découvrons un monde très sympathique qui donne le tournis, mais il ne faut pas se fier aux apparences. Si les elfes se sentent supérieurs aux humains, il n'en reste pas moins qu'ils sont aussi empreint aux mêmes erreurs que nous. Une « chance » qui nous permet de ne pas être trop dépaysé. Que ce soit à l'école, où Sophie se fait des amis mais aussi des ennemis, ou bien chez elle, nous sommes face à des situations « normales ». Il y a bien entendu le grand mystère qui plane au-dessus de Sophie et un soulèvement d'anarchistes pour pimenter tout cela mais les Gardiens des cités perdues est aussi un roman qui parle à tout à chacun.
Côté personnages, il y a de quoi faire. Sophie est juste adorable. Elle n'est pas parfaite, certes, mais cela fait aussi son charme. J'adore sa façon de prendre les choses comme elles viennent ainsi que sa naïveté. J'avais un peu peur que son âge, douze ans, soit un peu ennuyant mais pas du tout. Elle est très mature et dégourdie. Ses amis ne sont pas en reste. Elle s'entoure très vite et très bien de jeunes gens adorables avec des personnalités très différentes mais tout autant attachantes. Un groupe que j'ai hâte de voir évoluer. Keefe reste mon petit chouchou. Sa désinvolture ne laisse pas indifférente. Côté adultes… J'ai moins été charmée. le mentor en télépathie de Sophie est très sympa mais pas assez exploité pour se faire une réelle idée. Les parents adoptifs de la jeune fille ainsi que les parents de Fitz sont trop lisses. le médecin de l'école par contre tire son épingle du jeu ! Drôle et compréhensif, il a très souvent été un petit rayon de soleil durant ma lecture. Même si pour nos jeunes héros, le voir moins souvent serait certainement bénéfique.
La société elfique, quant à elle, a beaucoup de défauts. Et c'est sûrement parce qu'ils se veulent parfaits que cela ressort énormément. Tous ces secrets aussi sont enquiquinants à souhait. Je sais que cela fait partie de l'intrigue et qu'ils sont nécessaires mais quelque fois, je me dis que les gens créent leurs propres soucis en voulant cacher certaines choses ou en se voilant la face pour sauver les apparences. Néanmoins, cela nous garantit pour la suite pas mal d'actions, ce dont je ne vais pas me plaindre.
Un premier tome qui a su tout de suite me charmer avec un vrai dynamisme, une histoire prenante, de jeunes personnages attachants et débrouillards ainsi qu'une intrigue principale bien mystérieuse qui attise la curiosité. Je suis charmée et j'espère l'être tout autant par la suite.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          311
ectanengam
  18 septembre 2014
Ma chronique en brève

Un super roman jeunesse, avec une héroïne touchante, un univers surprenant et féérique, le tout écrit avec une plume parfaitement maîtrisée.

Note générale : 17/20




Mon avis sur…


L'histoire

Ce livre a été une très jolie découverte pour moi ! Je souhaitais le lire depuis longtemps et maintenant que c'est chose faite, je peux vous dire que vous avez ici un très bon roman jeunesse !
Nous avons là une histoire de genre fantasy qui nous transporte dans un univers très différent de tout ce que nous avons pu connaître jusqu'à présent : celui des elfes. C'est un monde magique, lumineux (c'est le cas de le dire), féérique et regorgeant de secrets, que Sophie, notre jeune héroïne de douze ans va tenter de percer.
Nombreux sont en effet les mystères de ce monde, ainsi que ses coutumes fortes différentes de toutes celles qu'elle a connues dans le monde des humains et il lui faudra un petit temps d'adaptation avant de pouvoir s'y acclimater.
Surtout qu'en plus de débarquer chez les elfes et de devoir renoncer à sa famille et à tout ce qu'elle a connu jusqu'ici, Sophie va devoir intégrer l'école des elfes, en cours d'année ! Rapidement, elle devient la coqueluche, est observée, parfois raillée mais ses pouvoirs extrêmement développés lui permettre de se faire respecter. Ainsi, elle va découvrir de nouveaux cours et passer des examens à peine arrivée, avec, au-dessus de la tête une épée de Damoclès : celle d'être renvoyée si elle n'est pas à la hauteur.
Ainsi, Sophie a beaucoup à faire, et ses découvertes vont l'amener de catastrophe en catastrophe, pour notre plus grand plaisir. Heureusement, elle peut compter sur sa famille d'adoption, un homme et une femme qui ont subi une lourde perte quelques années plus tôt, sur ses amis, Dex, le très beau Fitz, Keefe, ses différents Mentors, l'elfe Alden et sa femme ainsi que son amie Biana, pour se sortir du pétrin dans lequel elle se met bien malgré elle.
Car outre les mystères de ce monde, bien d'autres sont enfouis dans le crâne de la jeune fille, émergeant à la surface aux moments les plus inopportuns, lui attirant pas mal d'ennuis. Surtout, que le mal rôde, dans le monde des humains autant que dans celui des elfes, transportant avec lui une odeur de fumée. Sophie est-elle en danger ?

J'ai adoré ce livre destiné à un public jeune et j'ai passé un excellent moment en compagnie de Sophie, de ses amis, et des différentes espèces magiques et saugrenues qu'elle rencontre au fil du livre. J'ai été touchée par cette jeune adolescente qui perd tous ses repères et doit renoncer à beaucoup afin de pouvoir vivre dans le monde des elfes, là où elle a sa place. Ses amis sont également très sympathiques, chacun avec ses petites manies et son caractère. Je me suis particulièrement attachée à Dex, ainsi qu'à la famille d'adoption de Sophie qui tente de panser les blessures du passé et que l'arrivée de cette petite fille aux cheveux blonds va bouleverser.

L'histoire : 17/20
Personnage : 16/20


L'écriture

Le style de Shannon Messenger est agréable et fluide. le monde et les personnages qu'elle crée sont réellement destinés à un public jeune, et ainsi la violence sait se faire discrète, même si on ne peut s'empêcher de frémir à certains instants. de même, le langage utilisé est direct et simple, permettant d'être facilement assimilé par un enfant et, en tant qu'adulte, c'est une agréable coupure littéraire qui permet de se laisser porter par son imagination dans le pays féérique des elfes. L'alternance entre discours et description est parfaitement dosée et j'ai trouvé que Shannon Messenger décrivait son univers de manière très visuelle.

Le style d'écriture : 15/20


La symbolique

Le message que je retire de ce livre est une critique envers la société humaine et principalement envers la manière dont celle-ci traite la terre où elle vit. Ainsi, à plusieurs reprises, les elfes reprocheront aux humains le fait qu'ils se fassent la guerre, qu'ils construisent des armes de destructions massives, qu'ils polluent, qu'ils fassent disparaître des espèces animales, et qu'ils détruisent la faune et la flore de leur monde.
Cette critique transparaît à plusieurs moments dans le livre, notamment quand Sophie arrive dans le monde des elfes et qu'elle doit boire une mixture pendant plusieurs jours afin de dépolluer l'organisme (une cure détox). Egalement cela est visible à la page 141, lorsque l'on apprend que les elfes gardent dans des réserves animalières des spécimens de toutes les espèces animales, même celles qui ont disparues depuis des milliers d'années (comme les dinosaures ou les mammouths). Je citerai notamment Alden :
« Chaque espèce existe pour une raison. Qu'on en laisse disparaître une seule, et c'est la planète qui se trouve privée de beauté et des qualités uniques dont elle était porteuse. »
J'ai trouvé que cette critique de la société était juste, facile à saisir, et parfaitement adéquate dans un livre pour enfant et adolescent, permettant ainsi d'interpeller son esprit sur l'importance de sauvegarder notre environnement et d'agir pour le bien de notre monde.


Le parallèle nécessaire entre « Les Gardiens des Cités Perdues » et Harry Potter

On ne peut lire ce livre sans penser à la saga Harry Potter. Etant une grande fan du sorcier à lunettes rondes, j'ai attaqué ce livre avec une pointe d'appréhension, ayant peur de me retrouver face à un copier-coller façon elfique de mes romans jeunesse préférés.
Heureusement, même si bien des choses m'ont rappelé Harry Potter (l'âge, le caractère, certaines aventures, les cours ou les examens), Shannon Messenger a réussi à créer son histoire et à se démarquer suffisamment pour que cela ne soit pas dérangeant à mes yeux (et j'avoue, je suis tatillonne sur ce sujet), même s'il paraît évident qu'elle a été inspirée par J.K.Rowling sur plusieurs points.
Lien : http://labibliotheque.wix.co..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          150
April-the-seven
  06 juin 2016
Voilà bien longtemps que je souhaitais découvrir cette saga qui a fait l'unanimité sur la blogosphère. Venant de Lumen Editions, je m'attendais à du très bon – comme souvent –, mais j'étais à des lieues d'imaginer pareille histoire. Un début somme toute plutôt basique, mais un cheminement parfait en tout point, ce qui s'est soldé par un énorme coup de coeur !
Sophie Foster est différente des autres enfants de son âge. Âgée de 12 ans, ce petit bout de fille est doté d'une fabuleuse mémoire photographique qui la place bien au-dessus de ses camarades de classe. Pour cause, elle est en terminale ! Et comme si ça ne suffisait pas, elle entend les pensées de ceux qui l'entourent depuis qu'elle a 5 ans. Sophie le sait, elle n'est pas seulement précoce, mais à part. Et lorsqu'elle croise la route d'un dénommé Fitz, elle ne se doute pas un instant des découvertes qu'elle va faire. En réalité, elle fait partie du noble peuple des elfes, et ceux-ci la cherchent depuis des années. Tout ce qu'elle a connu jusqu'à présent n'est rien en comparaison de ce qui l'attend. Sophie va devoir tout quitter pour vivre parmi ses semblables et intégrer Foxfire, une école élitiste qui lui permettra d'apprivoiser l'étendue de ses pouvoirs.
J'ai toujours lu les critiques de ce livre en diagonale. Par peur de me faire spoiler ou de tomber sur un avis qui finirait invariablement par m'influencer. Et durant ma lecture, les réminiscences d'Harry Potter me sont revenues en tête. Par bien des aspects, Gardiens des Cités Perdues s'apparente à la célèbre saga de J.K Rowling. Mais avec un style qui n'appartient qu'à Shannon Messenger, une imagination singulière et une plume inimitable. Il s'agit là d'une simple impression qui flotte dans l'air. J'ai retrouvé des sensations perdues depuis des années, je me suis complètement sentie en phase avec cet univers merveilleux, ces personnages, cette trame.
Plonger dedans, c'était comme de repêcher quelques pans de mon âme d'enfant. Je me suis revue à onze ans, dévorant les romans comme si ma vie en dépendait, des étoiles dans les yeux. Et sans mentir, les étoiles, je les ai eues avec Sophie. Je n'ai pas cessé de m'émerveiller.
On s'attache sans tarder à l'héroïne. Son univers tout entier tombe en rideau et on finit par s'approprier ses appréhensions, son impression de ne rien maîtriser et de devenir victime de sa propre existence. Tout va très vite pour elle (et pour nous aussi, par extension). J'ai admiré sa combativité, son petit côté opiniâtre et surtout sa sensibilité. Sophie est vouée à de grandes choses, mais elle n'en demeure pas moins une adolescente fragile, en proie aux doutes. J'avais envie de la serrer dans mes bras pour ne plus la lâcher.
Quant aux autres personnages, ils sont nombreux. On peut craindre de perdre le fil, mais en fait, pas du tout. On les distingue sans mal grâce à leurs personnalités bigarrées, leur charisme et leurs répliques uniques. C'est à travers eux que Shannon Messenger véhicule des messages d'amour, de paix et de tolérance. Sans oublier la petite touche d'humour qui ne gâche rien.
La trame repose sur un certain nombre de valeurs qui rendent les personnages encore plus attachants. J'ai eu les larmes aux yeux en voyant la relation tumultueuse entre Sophie, Grady et Edaline. J'ai souri en assistant à ses crêpages de chignon avec Dex. Je me suis amusée de sa confusion en présence de Fitz. Oui, l'auteur nous dévoile sa conception de la famille, un noyau d'amis et d'alliés pour lequel on se prend d'affection. Sophie est décidément une héroïne bien entourée.
Dans ce premier tome, tout est pensé de manière originale. Lorsque j'ai lu les premiers chapitres, je vous assure que je ne m'attendais pas à quelque chose d'aussi riche et abouti. Gardiens des Cités Perdues commence de façon ordinaire, comme beaucoup de livres jeunesse. Mais Shannon Messenger, grand manitou de la fantasy, nous laisse baba et la mâchoire par terre ! Voyager aux côtés de Sophie, la voir grandir et évoluer, c'est un émerveillement permanent, une découverte sans fin et des mystères qui nous piègent pour ne plus nous lâcher. J'aurais voulu ne jamais quitter ce monde-là, continuer à tourner les pages indéfiniment et ne plus quitter ces personnages, cette famille, ces amis, ce monde.
En résumé, Gardiens des Cités Perdues est un très gros coup de coeur. Sophie et les autres me manquent déjà et je me languis de lire la suite pour en apprendre plus et continuer de m'extasier sur ce décor fabuleux. Shannon Messenger signe une saga fantastique et fouillée, qui oscille entre humour et tendresse, sans oublier l'action et le cadre enchanteur. Laissez-vous tenter par cet univers rafraichissant à gros potentiel.

Lien : http://april-the-seven.weebl..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          170

critiques presse (1)
HistoiresSansFin   18 septembre 2014
Avec ce premier roman d'une trilogie, Shannon Messenger nous offre un excellent moment de détente. Un sans-faute de la part de l'auteur, qui réussit l'exploit de présenter une histoire mettant en scène une école de magie sans tomber dans le cliché ou le déjà vu. On a vraiment hâte de lire la suite de cette saga qui on le pense va devenir incontournable !
Lire la critique sur le site : HistoiresSansFin
Citations et extraits (32) Voir plus Ajouter une citation
SioSio   15 mai 2014
« En quoi ce test va-t-il déterminer mon avenir, exactement ? demanda-t-elle à son nouveau compagnon.
- Ils vont s'assurer que tu as les capacités requises pour aller à Foxfire.
Fitz marqua une pause lourde de sens.
- Foxfire ? Ce n'est pas un type de champignon bioluminescent ?
Alden éclata de rire. Fitz, lui, parut offensé.
- Il s'agit de notre plus prestigieuse académie.
- Et vous lui avez donné un nom de champignon ?
- Ce terme symbolise une lueur éclatante dans un monde de ténèbres.
- Oui mais... une lueur qui émane d'un champignon »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          260
orbeorbe   25 mai 2014
Elle aurait voulu disparaître... Exactement le genre d'attention qu'elle s'efforçait à tout prix d'éviter ! La raison pour laquelle elle portait des couleurs ternes et restait toujours à la traîne ou au fond de la classe, dissimulée par les autres élèves, qui la dépassaient d'au moins une tête. Quel autre moyen avait-on de survivre quand, à douze ans seulement, on se retrouvait en terminale ?
Commenter  J’apprécie          310
RubinowyRubinowy   03 décembre 2015
Il consulta l'emploi du temps de Sophie et la conduisit vers le mur du fond et une porte signalée par une rune qu'elle ne pouvait lire.
-Voilà ton casier. Tu vois cette bande argentée? dit-il en désignant un rectangle brillant juste en dessous du symbole. Tu la lèches. Ton ADN sert à déverrouiller le loquet.
-C'est dégoutant.
-Ça a bon goût .
Elle en doutait, mais tout le monde l'observait, alors elle s’exécuta.
-De la guimolle ?
-C'est l'académie qui choisit le parfum. Il change tous les jours...mais quand c'est au tour d'Elwin de décider, il faut se méfier. La semaine dernière, il a choisi poivre. On a tous éternué comme des fous.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          150
florencemflorencem   13 avril 2017
Cette nuit-là, Sophie rêva que les elfes des biscuits la retenaient en otage jusqu’à ce qu’elle ait maîtrisé toutes leurs recettes. Puis elle leur disait préférer les Oreo, et ils essayaient alors de la noyer dans un grand chaudron de caramel mou. Elle se réveilla en sueur et décida que le sommeil, c’était surfait.
Commenter  J’apprécie          290
Daniella13Daniella13   28 avril 2017
La magie, c'est un concept stupide inventé par les humains pour essayer d'expliquer des phénomènes qu'ils ne comprennent pas
Commenter  J’apprécie          604
Videos de Shannon Messenger (8) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Shannon Messenger
Gardiens des cités perdues, Tome 3 : Le grand brasier de Shannon Messenger   Découvrez le tome 3 de la saga délicieusement fantastique de Shannon Messenger !
autres livres classés : elfesVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frMomox





Quiz Voir plus

Gardiens des cités perdues

Quelle est le nom de famille de Sophie ?

Roster
Foster
Hoster
Woster

10 questions
113 lecteurs ont répondu
Thème : Gardiens des Cités perdues, tome 1 de Shannon MessengerCréer un quiz sur ce livre
. .