AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782212559682
415 pages
Éditeur : Eyrolles (28/08/2014)
4.5/5   2 notes
Résumé :
Chaque matin, je me lève pour changer le monde. C'est ce titre que Florence Montreynaud a choisi pour ses mémoires féministes. Utopie ? Provocation ? C'est le récit de l'engagement de toute une vie.Changer le monde, pourquoi ? Pour en finir avec le machisme, système d'injustices, de discriminations et de violences fondé sur la haine du féminin. Après Benoîte Groult, Florence Montreynaud réaffirme que le féminisme n'a jamais tué personne, alors que le machisme tue to... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
de
  27 août 2014
Le féminisme n'est pas une revendication catégorielle
Florence Montreynaud parle de sa vie, de ses engagements, du féminisme. Ecriture comme un chant, un tourbillon, une manifestation, une révolte…
De la scène fondatrice, une gerbe et quatre banderoles « A la femme inconnue du soldat – Les femmes en lutte », à la rencontre avec des féministes, de l'association Choisir au Procès de Bobigny…
L'auteure écrit qu'elle venait de loin. Elle parle de son enfance, sa jeunesse, les relations aux parents, « la chambre à soi »…
Fuir, « le mariage comme libération », « Libération par la pilule », choisir sa vie, rencontres avec des femmes, des féministes. Assumant sa subjectivité, Florence Montreynaud décrit une jeune femme, une époque, des féministes, des combats…
L'entre-soi, « l'entre-femmes », les manifs, la rue est à nous, manif pour le droit à l'avortement, manif contre le viol, manif à l'appel de la Coordination pour le droit à l'avortement et à la contraception (CADAC) du 25 novembre 1995…
Le Planning familial, le MLAC, « le droit d'avorter, ici et maintenant »…
Les féministes dans leur diversité, le corps, « La contrainte imposée aux femmes de modifier leur physique pour se conformer à des normes sociales est une question politique », les magazines « machines à fabriquer de l'angoisse avec leur obsession de l'apparence », aimer son corps, changer la vie, le féminisme est un mouvement politique, lire, « ouvrir d'autres champs de connaissance », le sexisme, les films de femmes, films féministes, les mots pour le dire…
« Depuis près de deux siècles, les féministes ont donné des noms à des phénomènes, mais leur apport au langage et à la pensée a été encore plus important. Elles ont révélé des vérités cachées, analysé les liens entre des faits, décrit des processus, reconstitué le puzzle de ce qu'elles ont identifié comme un système d'oppression, fondé sur l'injustice et se maintenant par la violence ».
Le sexisme, les professions sans féminin, l'universalisme, « Il n'y a qu'une espèce humaine », changer le monde ensemble, « La femme n'existe pas, mais les femmes ! », le « nous », désir d'agir, maintenant, « Les femmes sont les créancières de l'humanité : sans leur travail gratuit de production et de procréation, toute société péricliterait », le désir, « Pénis partout ! Jouissance nulle part ! », six mesures plus une, le machisme, « le machisme tue, blesse, insulte, meurtrit, prostitue. le féminisme n'a jamais tué personne », se dire féministe aujourd'hui, « Derrière le mythe du « tout a changé », demeure, immuable, l'oppression machiste, cachée au coeur des mots, nourrie par les doutes qu'éprouvent tant de femmes sur leur légitimité »…
L'écrivaine féministe, apprendre à écrire, trouver sa voix, « Non sans mal, je trouve ma voix, ma langue, et ce qui sera désormais ma spécificité : la vulgarisation. Je revendique ce mot tout en regrettant la nuance péjorative qu'on lui donne parfois. Pour moi, vulgariser, c'est agir en passeuse, partager le savoir ; c'est mettre des connaissances à la portée de tous ; cela demande de travailler la forme pour rendre compréhensible ce qui est d'un abord difficile, afin que des richesses puissent se répandre largement ».Le XXe Siècle des femmes, l'autre moitié de l'histoire, les pionnières, « le féminisme n'est pas seulement un engagement collectif ; pour moi, c'est aussi une aventure personnelle. Grâce à la métamorphose qu'il a opéré en moi, j'ai osé imaginer que je pourrais publier des livres, parce que j'avais des mots uniques à apporter au monde : les miens. C'est ainsi que je suis devenue écrivaine. Une écrivaine féministe ». Lire, écrire, lectrice, écrivaine, historienne. « Ecrire, c'est vivre. Les mots sont des actes. Dire des mots justes est un acte politique »…
Femme publique féministe, première campagne électorale, s'afficher, les insultes et les menaces, le journalisme, journaliste féministe…
Les Chiennes de garde, la dignité, les insultes sexistes, la meute grossit, des actions, devant le Fouquet's, la Meute contre la publicité sexiste, les Galeries sexistes Lafayette, écrire des slogans dans le métro, le prix Macho de l'année, la violence verbale machiste, dire NON, « le ménage à fond ! »…
« Dans le féminisme, j'ai trouvé à la fois ma voie et ma voix – parole et écriture »
Un livre, une histoire, la nécessité du combat féministe.
Lien : https://entreleslignesentrel..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20

Citations et extraits (4) Ajouter une citation
dede   27 août 2014
Depuis près de deux siècles, les féministes ont donné des noms à des phénomènes, mais leur apport au langage et à la pensée a été encore plus important. Elles ont révélé des vérités cachées, analysé les liens entre des faits, décrit des processus, reconstitué le puzzle de ce qu’elles ont identifié comme un système d’oppression, fondé sur l’injustice et se maintenant par la violence
Commenter  J’apprécie          40
dede   27 août 2014
Le féminisme n’est pas seulement un engagement collectif ; pour moi, c’est aussi une aventure personnelle. Grâce à la métamorphose qu’il a opéré en moi, j’ai osé imaginer que je pourrais publier des livres, parce que j’avais des mots uniques à apporter au monde : les miens. C’est ainsi que je suis devenue écrivaine. Une écrivaine féministe
Commenter  J’apprécie          10
dede   27 août 2014
Ecrire, c’est vivre. Les mots sont des actes. Dire des mots justes est un acte politique
Commenter  J’apprécie          40
dede   27 août 2014
Derrière le mythe du « tout a changé », demeure, immuable, l’oppression machiste, cachée au cœur des mots, nourrie par les doutes qu’éprouvent tant de femmes sur leur légitimité
Commenter  J’apprécie          10

Lire un extrait
Video de Florence Montreynaud (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Florence Montreynaud
Florence Montreynaud veut changer le monde, rien de moins ! Féministe, elle veut la fin du machisme, ce système d'injustices et de violences fondé sur la haine du féminin. Comme dit Benoîte Groult : « le féminisme n'a jamais tué personne, le machisme tue tous les jours. »
Intellectuelle passionnée, femme d'action aussi énergique que souriante, Florence Montreynaud raconte quarante ans d'une vie engagée pour l'égalité des femmes et des hommes. Dans ce récit alerte, elle nous entraîne, au fil des décennies, au c?ur des revendications et des actions du féminisme dont elle restitue des épisodes marquants. Depuis son "apprentissage", à partir de 1971 au MLF et au Planning familial, jusqu'à son engagement contre le système prostitueur, voici l'itinéraire d'une femme animée par des convictions humanistes et confiante dans la capacité d'un groupe à changer le monde. Ce livre de souvenirs, plein d'humour et fourmillant d'anecdotes, est aussi le roman d'une époque et de plusieurs générations de femmes. Témoignage sur l'histoire de notre temps, plaidoyer pour la cause toujours actuelle de l'égalité, il aide à comprendre le féminisme d'hier et d'aujourd'hui, tout en annonçant celui de demain. Florence Montreynaud veut changer le monde. Pour qu'il soit plus juste et plus doux.
+ Lire la suite
autres livres classés : féminismeVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les écrivains et le suicide

En 1941, cette immense écrivaine, pensant devenir folle, va se jeter dans une rivière les poches pleine de pierres. Avant de mourir, elle écrit à son mari une lettre où elle dit prendre la meilleure décision qui soit.

Virginia Woolf
Marguerite Duras
Sylvia Plath
Victoria Ocampo

8 questions
1190 lecteurs ont répondu
Thèmes : suicide , biographie , littératureCréer un quiz sur ce livre