AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Patrick Couton (Traducteur)
ISBN : 2070415821
Éditeur : Gallimard (11/10/2000)

Note moyenne : 3.4/5 (sur 45 notes)
Résumé :
En ce nouvel âge d'or, Gloriana règne sur Albion et son empire. Si la cour vit au rythme de la reine, le gouvernement repose sur le chancelier Montfallcon et son réseau d'espions et d'assassins. Parmi eux, l'énigmatique et redoutable capitaine Quire. Et tandis que la reine de vertu languit dans son palais creusé de souterrains mystérieux, Quire, le prince du vice, trame dans l'ombre l'écheveau complexe de ses intrigues... Albion n'est pas l'Angleterre, Londres n'est... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (7) Voir plus Ajouter une critique
boudicca
  12 septembre 2012
J'avais depuis longtemps déjà entendu vanter les mérites de M. Moorcock mais ne m'étais jamais lancée dans l'un de ses ouvrages. C'est désormais chose faite avec « Gloriana ou la reine inassouvie » et la découverte fut des plus plaisante. L'auteur met ici en scène l'Angleterre du XVIe siècle sous le règne de la célèbre Élisabeth Ière, période considérée par beaucoup comme synonyme d'un retour à l'âge d'or après la fin de règne sanglante d'Henri VIII. Rien de bien original pour le moment, me direz-vous, mais c'était sans compter sur le talent d'écriture et l'imagination fertile de M. Moorcock qui, d'une trame de fond familière, parvient à créer quelque chose de totalement nouveau, hors du temps. C'est un sentiment d'irréalité qui saisit ainsi dans un premier temps le lecteur lorsqu'il découvre l'ingénieux décor élaboré par l'auteur qui n'hésite pas à largement s'inspirer du genre théâtrale (cela vaut d'ailleurs autant pour les personnages ou même la structure du roman que les décors). le palais de la reine Gloriana, dans lequel se déroule l'essentiel de l'action, est un lieu fascinant, très oppressant parfois, dont il nous tarde dès les premières pages de percer les nombreux mystères.
L'intrigue pour sa part est extrêmement bien menée et maîtrisée de bout en bout par l'auteur, adepte des coups de théâtre. C'est donc avec un plaisir croissant que l'on suit la vie de cette cour élisabéthaine, du faste de l'âge d'or à la rapide déchéance dans la luxure et le cynisme. le roman nous offre également une galerie de portraits remarquable : Gloriana, reine écrasée par le poids de son devoir cherchant par n'importe quel moyen l'assouvissement de son désir ; Montfallcon, conseillé de l'ombre ne reculant devant rien, y compris les pires actions, pour garantir la sécurité du royaume et l'innocence de sa souveraine ; le capitaine Quire, espion, assassin à ses heures, artiste en son genre (il y tient) dont l'esprit retors n'a pas d'égal... Qu'il s'agisse des personnages, du décor, de l'intrigue, tout s'emboîte à la perfection jusqu'à former un magnifique roman, remplis aussi bien de poésie et de féerie que de cynisme et de cruauté. Un mot, enfin, sur le style de l'auteur qui manie les mots avec justesse et brio tout en parvenant à conserver une écriture fluide, ni trop pompeuse, ni trop simple. N'hésitez pas à vous laissez tenter par ce conte d'Albion, vous ne le regretterez pas !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          270
Arakasi
  21 septembre 2012
Nous sommes dans le somptueux palais de la reine Gloriana, monarque de l'empire d'Albion. Entre ces murs dorés, courtisans, diplomates, soldats, savants, ambassadeurs et artistes batifolent et s'affrontent, chacun soucieux de protéger ses intérêts et d'orienter la politique de la reine en sa faveur. On trompe. On ment. On négocie. On manipule. Dans cette foule bigarrée, quelques silhouettes se distinguent. La reine elle-même bien entendu : la belle Gloriana, monarque toute puissante mais rongée par l'impossibilité d'assouvir les désirs charnels qui la dévorent jours et nuits. Il y a aussi la meilleure amie de la reine, la comtesse Una de Quaith, qui aurait fait un époux idéal si, par malheur, elle n'était pas née femme. Ainsi que le chancelier Montfallcon qui dirige le royaume depuis la mort du défunt roi et veille avec le même soin jaloux sur la reine et son empire.
Et puis, il y a le capitaine Quire, le meilleur agent du chancelier Montfallcon et le plus malfaisant. Maître-espion, assassin, maître-chanteur, voleur (oh, il me plaît celui-là !)… Quire possède bien des talents, mais il se considère avant toutes choses comme un artiste. Là où certaines personnes naissent avec un don pour le piano ou pour la poésie, lui-même excelle dans un domaine très particulier : l'exercice du Mal. Hélas, tout le monde ne semble pas apprécier à sa juste valeur cette inestimable qualité. Et quand le chancelier Montfallcon insinue que Quire n'est qu'un vulgaire coupe-jarret dépourvu de conscience, celui-ci prend très mal la chose. Une telle insulte demande réparation ! Elle justifie au moins une trahison, le chute de Montfallcon et pourquoi pas – ne soyons pas chiches – celle du royaume d'Albion tout entier…
« Gloriana ou la reine inassouvie » est un roman qui vaut indubitablement le détour, à mi-chemin entre une uchronie élisabéthaine et un univers féérique. Inutile de chercher là un reflet fidèle de l'Angleterre de la reine Elisabeth I : l'auteur ne se soucie pas de dresser une uchronie réaliste, mais construit plutôt son histoire comme un conte de fée complexe et cruel. Il entraîne le lecteur dans un labyrinthe d'intrigues politiques et charnelles où les personnages rivalisent de ruse, d'ambition et de perversion. Ceux-ci sont généralement des archétypes – le serpent tentateur, la vierge sacrifiée… – ce qui ne les rend pas moins charismatiques, ni intéressants pour autant. le palais lui-même semble sorti tout droit d'une histoire des « Mille et une nuits » avec ses dimensions gigantesques, ses inestimables richesses et ses multiples recoins où rodent les engeances les plus sordides. Pour conclure : un roman fort bien écrit et doté d'une ambiance prenante et vénéneuse. Je conseille vivement aux amateurs du genre !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
Oliv
  07 janvier 2015
Commençons par le commencement : contrairement à ce qui est dit, "Gloriana" n'est pas une uchronie. Pas de point de divergence avec notre Histoire connue pour ensuite dévider le fil des événements de manière logique, mais une autre Angleterre, une autre Elizabeth, tout à fait fictives. Et au cas où le lecteur n'aurait pas compris à quoi il a affaire, l'auteur prend le soin d'aborder le sujet des univers parallèles, par l'intermédiaire des expériences du docteur Dee. Histoire d'apposer à ce roman une étiquette qui correspondrait davantage au contenu : on est ici plus proche des fantasy d'inspiration historique de Guy Gavriel Kay. Mais les classifications, on s'en fiche, n'est-ce pas ? Pourtant un amateur de vin rechignera si on lui sert un verre de bordeaux pour un verre de bourgogne, et vice versa...
Le roman est dédié "à la mémoire de Mervyn Peake", ce qui est loin d'être anodin : l'ombre de Gormenghast plane sur le palais de la reine, construction cyclopéenne, délirante, nid de multiples intrigues, avec ses recoins plongés dans les ténèbres où vivotent des personnages inquiétants, ses couloirs labyrinthiques et oubliés du commun des mortels... Mais une copie valant rarement l'original, ce roman de Moorcock demeure, à mon sens, bien inférieur au chef-d'oeuvre de Mervyn Peake.
Ceci étant, connaissant mal le théâtre de Shakespeare et de ses contemporains, je suis persuadé d'être passé à côté de références et d'avoir perdu une partie du sel de "Gloriana". Car le théâtre est, en effet, au coeur du roman. le palais, où se déroule la majeure partie de l'intrigue, n'est rien de moins qu'une immense scène baroque ; les personnages principaux apparaissent comme des acteurs entourés d'innombrables figurants, leurs vêtements comme d'extravagants costumes de scène, leurs dialogues comme un échange de répliques consciencieusement récitées. "All the world's a stage" !
"Gloriana" est considéré comme un roman "à part" dans l'oeuvre pléthorique du père d'Elric. S'agit-il d'un euphémisme pour parler de roman mineur ? Dix ans après l'avoir lu, je garde des souvenirs forts de "Voici l'homme" ; à l'inverse, bien que cette lecture fût globalement plaisante, je ne crois pas qu'il me restera grand-chose de "Gloriana" dans quelques semaines...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          93
cyrils
  29 avril 2011
de la part de l'auteur on attendait soit un roman d'heroïc-fantasy soit un livre érotique, ni l'un, ni l'autre c'est juste un bref passage dans la vie d'une reine anglaise dans un Londres qui aurait pu exister, avec ses frasques et paillettes, rivalités et complots et au final ça se laisse lire, mais avec une impression de manque...
Commenter  J’apprécie          40
Euphemia
  26 août 2011
Ce livre n'est pas sans me rappeler la Chanson d'Arbonne de Guy Gavriel Kay. Gloriana n'est pas tout à fait de la fantasy et flirte avec le roman historique. Cette lecture est loin d'être désagréable. le lecteur suit différents membres de la cour et les intrigues qu'ils tissent afin d'influencer ou de réconforter la reine Gloriana.
Commenter  J’apprécie          10
Citations et extraits (3) Ajouter une citation
boudiccaboudicca   11 novembre 2012
Il est de notre devoir de renoncer aux anciennes pratiques de l'âge de fer. Vous tous ici n'en êtes-vous pas convaincus ? Bien sûr que si, messieurs, je le sais. C'est le rêve que nous partageons tous. Nous montrons au monde entier la voie qui ramène à la vraie chevalerie. Nous combattons l'injustice, l'immoralité, la cruauté et la tyrannie. Une action vile de la part d'Albion, et la structure s'effrite, le rêve s'écroule. Je suis votre Gloriana, votre reine, votre conscience et votre foi. Je vous rappelle un devoir que je n'ai pas oublié.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          150
boudiccaboudicca   12 septembre 2012
-Comment savez-vous que je ne vais pas encore vous tuez ?
-Une telle décision s'accompagne de rituels, des préliminaires, une mise en condition, un ton de voix. J'ai entendu beaucoup de chants de mort au cours de ma vie, monseigneur, et j'en ai chanté un certain nombre. De la même manière il y a les chansons de ceux qui vont être tués. Avez-vous jamais perçu ce genre de chansons, monseigneur ?
-Je ne vous entends pas chanter capitaine Quire.
-Je n'y tiens pas. J'aime la vie.
-Et la mort ?
-Pas la mienne.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
boudiccaboudicca   10 septembre 2012
Ragnarok est venu, et puis les dieux sont morts !
Dans de nobles combats, un à un sont tombés,
Le rusé Loke, la blonde Frey, l’impétueux Thor,
A l'ultime bataille ne se sont dérobés.
A une ère nouvelle la Terre naît alors,
Dont la radieuse Albion le fardeau portera,
Et le monde à sa gloire enfin s’associera. 
Commenter  J’apprécie          140
Videos de Michael Moorcock (6) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Michael Moorcock
La Dernière Fantasy : Moorcock l'Anti-Tolkien (Feat Lex Tutor)
autres livres classés : uchronieVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

La fantasy pour les nuls

Tolkien, le seigneur des ....

anneaux
agneaux
mouches

9 questions
1320 lecteurs ont répondu
Thèmes : fantasy , sfff , heroic fantasyCréer un quiz sur ce livre