AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2715232640
Éditeur : Mercure de France (16/02/2012)

Note moyenne : 3/5 (sur 2 notes)
Résumé :
Agnès est étrangère. Elle l'était déjà mais ce sentiment s'amplifie. Ses repères sont dispersés dans l'air réchauffé de couleurs que ce ciel ne semble pas connaître. Les façades vont s'embellir, le voile se lève sur ce décor théâtral. Agnès s'est éparpillée dans le paysage et elle erre dans les limbes de sa conscience brouillée. Elle songe à ces nouvelles couleurs, elle veut contempler les teintes devenues vives. Juste la nécessité de faire entrer ces images dans se... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
horline
  19 juin 2012
Un passeport égaré et la vie peut s'en trouver bouleversée.
Sur le point de rentrer à Paris, Agnès doit faire des photos pour renouveler ses papiers auprès de l'Ambassade de France à Varsovie suite à la disparition de son précieux sésame. Pour la plupart d'entre nous c'est en principe une simple formalité, ennuyeuse mais que l'on accomplit sans hésitation. Pour Agnès c'est le début d'une incroyable errance somnambulique où la réalité se brouille, la conscience s'évanouit au fur et à mesure que l'on découvre la fragilité et les obsessions de la jeune femme. Obsession des bruits et des silences, des heures et des chiffres, la personnalité complexe d'Agnès engage le récit sur un chemin étrange, énigmatique voire oppressant.
Le lecteur se laisse alors aspiré dans une plongée dans l'âme cadenassée d'une jeune femme qui s'apparente à une plongée dans les abîmes : au-delà de la perte du passeport, il y a une perte plus importante, celle de l'identité qu'elle s'était façonnée depuis des années, de ses repères, de ses croyances et même de ses sentiments… la petite musique interne s'est déréglée.
Avec une belle maîtrise des ressorts de la tension dramatique, de l'angoisse, on a l'impression que tout se dérobe sous les pieds d'Agnès. La réalité prend une dimension mystérieuse, vertigineuse puis glisse subrepticement vers une sérénité nouvelle et déconcertante lorsqu'on devine l'issue du piège… indubitablement, l'auteur a pris le soin d'harmoniser minutieusement la trame narrative au rythme de la mazurka.
C'est une jolie découverte laquelle, comme beaucoup de romans psychologiques, saisit parfaitement les moments de latence et ceux où tout bascule. Dénuement du verbe, maîtrise du rythme narratif, Philippe Moreau-Sainz créé un univers particulièrement propice au thème de la disparition de soi jusqu'à l'éventuelle renaissance, en orchestrant une intrigue digne d'un polar. On se laisse envahir par la fébrilité ambiante née de la chasse aux fantômes _ car ce n'est pas une perte de passeport_ : on scrute le moindre bruit, la moindre vibration, le moindre mouvement.
Toutefois, un bémol : cette mazurka adopte sur certains passages des allures de valse névrotique, l'auteur étouffant parfois l'intrigue sous une plume qui s'évertue à creuser les profondeurs de l'âme de son héroïne.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          190
Leiloona
  16 juillet 2012
Mazurka me tentait, parce que le thème de la perte d'identité (ou de sa quête, sa réciproque) m'a toujours attirée, et puis cette disparition se passait dans un pays de l'Est, la Pologne … il ne m'en fallait pas plus pour que j'aie envie de déambuler, grâce aux mots, à Varsovie …
Le point de départ était original, on flirte un peu avec le fantastique, même si le narrateur ne glisse pas non plus vers ce registre : on reste davantage à la frontière de la socio-psychologie …
Qui suis-je vraiment ? Est-ce seulement un vulgaire papier (le passeport) qui me donne mon identité ? Cette perte matérielle n'est-elle pas la conséquence d'une certaine perte spirituelle ?
Néanmoins, le postulat de départ m'a semblé capillotracté …
En effet, lorsqu'Agnès découvre que le passeport retrouvé n'est pas le sien, elle ne retourne pas tout de suite dans cet hôtel qui vient de le lui donner … Non, au contraire, elle se laisse happer par la circulation et manque d'être renversée (il ne manquerait plus qu'elle devienne amnésique avec ce faux passeport, tiens …) du coup, comme l'accroche m'a semblé mal amenée, c'est toute la structure du roman qui s'en est trouvée amoindrie, un peu comme des fondations d'une maison qui ne tiendraient pas bien … Peu importe la beauté de celle-ci, il n'en reste pas moins que ses fondations sont brinquebalantes.)
La poursuite de l'intrigue s'est donc faite cahin caha. A la recherche de son passeport, Agnès va faire la rencontre de deux jeunes gens : Benedykt, un homme attirant, et Olga celle qui l'a photographiée avant sa perte d'identité.
Tous les trois vont tenter de percer ce mystère, déambulant dans la ville, à la recherche de ce passeport qui lui permettrait de retrouver son chez-elle.
Le lecteur suit alors les errances d'Agnès, essaye de comprendre son obsession pour certains bruits : la réalité est alors comme déformée par le prisme des sens, elle est comme parasitée par certains sens qui ne la montreraient pas sous son véritable jour.
Peut-être est-ce ce style trop pointilliste ? Peut-être n'ai-je eu aucune empathie pour cette femme qui se cherche ? Peut-être encore tout était biaisé par cette entrée dans l'intrigue que j'ai trouvée bancale ?
Le charme n'a pas opéré, et pour terminer sur une pirouette facile, je ne suis pas entrée dans cette danse. Alors que la mazurka est une danse vertigineuse, envoûtante, je suis restée en dehors de ces douces abîmes.
Lien : http://www.bricabook.fr/2012..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Citations et extraits (1) Ajouter une citation
horlinehorline   19 juin 2012
Cette identité perdue ou volée, du moins en suspens, n’est plus à ce moment de la journée un fardeau. Elle est une curiosité, une énigme à déchiffrer. Agnès est ivre d’une dépossession involontaire
Commenter  J’apprécie          50
autres livres classés : roman contemporainVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Opéras et ballets

A quel compositeur italien "Le Barbier de Séville" de Beaumarchais a-t-il inspiré un opéra ?

Vivaldi
Verdi
Puccini
Rossini

20 questions
80 lecteurs ont répondu
Thèmes : opéra , ballet , musique classiqueCréer un quiz sur ce livre