AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2280334453
Éditeur : Harlequin (28/01/2015)

Note moyenne : 3.52/5 (sur 71 notes)
Résumé :
Un joyeux bordel. Voilà à quoi ressemble la vie d?Emilie, 35 ans, mère célibataire, qui se retrouve à devoir squatter chez sa meilleure amie en attendant des jours plus favorables. Oui, mais voilà : si elle n?avait pas emménagé chez Clara, jamais elle ne serait retombée sur Samuel Winterfeld, un homme qu?elle a perdu de vue depuis longtemps, et qui allie deux qualités fondamentales : être le sosie de Bradley Cooper, et avoir très envie de la revoir ! Sauf que, évide... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses & Avis (36) Voir plus Ajouter une critique
trust_me
09 janvier 2014
Je préfère vous l'annoncer d'emblée, je vais être de mauvaise foi. J'ai quand même une réputation à préserver. Celle d'un gros dur tatoué qui aime quand la littérature pique et gratte, quand elle vous dégueule dessus sans prendre de gants. Alors forcément, la romance, ça ne peut pas être mon truc même si je connais les codes du genre, j'ai lu quelques « Passion intense ».
Pour réussir une romance, il vous faut une jeune femme seule à la vie sentimentale inexistante. Une jeune femme jolie mais sans plus, loin de la gravure de mode. Ensuite il faut que cette jeune femme rencontre un homme. Pas n'importe lequel, l'homme avec un grand H. Évidemment, il est plein de charme. Beau comme un dieu grec. Un corps d'athlète, fortement membré et particulièrement performant au lit. Ici, l'homme idéal est un lettré. Un choix original et judicieux qui change du pompier ou du magnat de la finance. Il embrasse divinement bien, sent très bon (l'hygiène douteuse n'a en effet pas sa place dans une romance, c'est compréhensible) et en plus, dixit Émilie, la jeune femme qui va lui succomber, « il a un cul sublime. » Samuel, l'homme idéal d'Émilie, est également attentionné, prévenant, intrusif mais pas trop, drôle et sensible. Bref, comme d'habitude, c'est un héros de science-fiction mais ça fait du bien de croire que de tels hommes existent et qu'en plus ils sont célibataires.
Je ne vous raconterais pas l'évolution de leur histoire, somme toute classique mais fort bien construite. Ce que j'ai apprécié particulièrement, c'est la légèreté de l'ensemble. Les choses sont simples et amenées sans chichi, les relations entre les personnages féminins sentent le vécu à plein nez. En plus il y a des situations et des répliques qui font sourire, ce qui est rare avec des textes de ce genre. On évite d'alourdir le propos comme c'est souvent le cas ailleurs avec des fêlures d'enfance mal cicatrisées et un bellâtre qui, sous sa carapace indestructible, cache une personnalité fragile et tourmentée. le genre de trucs qui me donne envie de m‘enfoncer deux doigts dans la gorge pendant la lecture. Un récit que l'on sent travaillé, beaucoup plus écrit qu'il n'en a l'air au premier abord mais qui pour autant ne se prend pas plus au sérieux que nécessaire et franchement ça fait du bien.
Maintenant il y a quelques petites choses qui m'ont agacé. le Name Dropping permanent donne peut-être davantage de réalisme mais personnellement je trouve le procédé sans intérêt. Ensuite les filles se moquent des petites bites et des éjaculateurs précoces, et ça c'est pas bien (même si je ne suis absolument pas concerné, entendons-nous, je me dois d'être solidaire avec les pauvres hommes qui n'ont pas eu la chance d'être aussi solidement dotés par la nature que moi). Enfin le provincial que je suis ne peut que s'insurger contre les clichés très parisianistes d'Émilie et de sa soeur qui, se rendant chez leurs parents en banlieue, ont l'impression d'aller au bout du monde dans une sorte de no man's land où toutes les maisons sont identiques et où l'ennui semble être la seule philosophie de vie possible. Un peu facile et gratuit tout ça...
Bon allez, pour autant et même si ça me coûte, je vais tomber le masque et avouer que ce petit roman m'a bien plu. Qu'à chaque fois que je prenais ma liseuse pour retrouver Émilie, ses copines et le beau Samuel, je le faisais avec plaisir. Que je vais proposer à ma femme de le lire et que je suis certain qu'elle va adorer. Bref que la qualité de ce texte est de loin supérieure aux romances dans lesquelles j'ai mis le nez jusqu'alors.
Maintenant je dois aussi dire que j'ai trouvé la fin trop abrupte. On laisse nos deux tourtereaux sur leur petit nuage mais j'aurais aimé les revoir quelque temps plus tard, quand monsieur n'hésitera plus à péter au lit et à se gratter les roubignoles sous les yeux de sa dulcinée parce qu'« après tout, chérie, on a plus rien à se cacher. » En gros quand il jouera franc jeu et deviendra un homme comme les autres. Vous ne pensiez quand même pas que j'allais finir ce billet sans une pointe de cynisme, non, n'oubliez pas que j'ai une réputation à préserver.

Lien : http://litterature-a-blog.bl..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          296
Syl
09 février 2015
Depuis dix-huit mois qu'elle est séparée du père de sa fille, Émilie, une jeune femme de trente-cinq ans, vit chez son amie Clara. Professeur de lettres, sa vie est rythmée par ses cours, les copies à corriger, ses insomnies, des débats philosophiques sur Facebook (genre : – Il l'a comment ? – Trop petite – Ben, zut alors !…), et ses soirées gloussements girls and cocktails. Il y a aussi sa fille de neuf ans, Elizabeth, ses parents protecteurs et « légèrement » inquisiteurs, et son ex, le beau Diego libre dans sa tête, indomptable sur sa moto, qu'elle veut éradiquer de sa vie.
Un jour, pour rendre service à son amie Clara qui tient une librairie, Émilie la remplace.
Et alors ? et alors ?… 1. Zorro 2. Bradley Cooper. 3. Samuel… est arrivé.
– Imaginez… une jeune femme pulpeuse (tout bien comme il faut), une peau blanche (c'est pour mieux rougir Mère-Grand), une chevelure difficilement soumise (pour s'y perdre), une timidité presque victorienne et une panoplie de jurons mythologiques (par les « bip » d'Hadès !).
Elle est dans ses songes lorsque quelqu'un s'adresse à elle.
– Imaginez… un homme. Beau. Grand. Un regard et un sourire à devenir chamallow. Intelligent (oh oui ! il ne peut que l'être). Et terrriblement… sexy.
– Imaginez… après les personnages, la scène… « – Vous êtes Madame Vanderhelde, c'est bien ça ! » (voix basse et chaude) Il la reconnaît, elle était la prof de son fils Louis au lycée. Elle ne voit pas… Oh ! mais oui ! elle se rappelle… « Winterfeld ». Des salutations cordiales, (intérieurement chez Émilie, il y a les hormones qui dansent le flamenco et chez Samuel, la bête se réveille), des raclements de gorge, des odeurs musquées, une caresse par inadvertance, l'atmosphère s'électrifie, ils font comme si de rien n'était, blablatèrent sur des livres et… se promettent un rendez-vous pour un jour, un verre.
(Mes regrets pour cette introduction un peu niaise, elle ne rend pas justice à l'histoire, mais c'est le souvenir attendri que j'en ai. Ce sont des prémisses heureux et souriants.)
Samuel et Émilie, « C'est une question de feeling… ».
Après son veuvage, Samuel a longtemps fuit tout rapprochement avec les femmes qu'on lui présentait. Il y avait toujours quelque chose qui le dérangeait. Mais ce petit bout de femme, naturelle, timide, spirituelle, vive, douce, l'a séduit sur un regard. Il aimerait enfouir ses mains dans ses cheveux, suivre du doigt ses fards qui s'étendent dans le décolleté, caresser le velours de sa peau, mordre ses lèvres, la protéger. Il ne va pas la brusquer, il va se montrer galant et lui faire entrevoir tout le potentiel de leur future histoire.
Un verre, un film au ciné, un dîner…
Émilie sait qu'elle devrait tourner une page. Lorsqu'elle rencontre Samuel, les émotions qu'elle ressent ne la trompent pas. L'attirance est immédiate, animale. Elle aime son odeur, ses sourires, sa façon de la regarder, le fait qu'il ait traduit « Nord et Sud » de Gaskell (quel homme !)… et si parfois elle le trouve un peu trop autoritaire, elle apprécie aussi sa prévenance et sa force.
Osera-t-elle ? mais alors juste un peu…
Sans trop vouloir précipiter les choses et rendre leur relation éphémère, tous deux vont se découvrir et s'aimer. Patience et fougue ne sont pas toujours antinomiques !
Paragraphe, chapitre, chacun se raconte à tour de rôle, et lorsque Diego réapparaît, toujours épris d'Émilie, l'histoire pourrait alors se scinder et prendre un autre chemin.
L'homme idéal ? Émilie est prête à lui offrir ses meilleurs sentiments et plus si affinité.
L'auteur a écrit un roman qui allie deux genres, la chick-lit à la romance. Un beau style, une histoire pleine d'humour, de vitalité, d'émotion, des personnages séduisants, un tantinet fantasmé pour Samuel, bien ancrés dans notre société pour Émilie, Clara, Louisa et Maria (les amies), on partage, on est de connivence et on aime tout ce petit monde. L'écriture est aussi belle dans les fantaisies, les délires entre copines, les chagrins, le veuvage et la rupture, la vie de tous les jours, travail et famille, que dans les scènes intimes (si bien imaginées !). La gamme des sentiments est de toutes les couleurs.
Pour une lecture douce, chaude, drôle, je vous recommande ce livre…
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
liliba
01 mars 2014
Petite fille, on croyait au Prince Charmant, celui qui viendrait nous sauver et nous emmènerait sur son destrier blanc, au grand galop, avant la phrase rituelle « ils se marièrent et eurent beaucoup d'enfants ». Puis on a aimé notre Papa, l'homme parmi les hommes, notre modèle, notre référence. En grandissant, on a tâté de l'homme de-ci de-là en cherchant la perle, le vrai, le pur, l'Homme idéal… Qui l'a trouvé ? (celle qui doit oui est une menteuse, l'homme idéal, ça n'existe pas !)
Pourtant, quand Émilie rencontre le beau Samuel, on dirait bien qu'elle vient de tomber sur le gros lot… Il est beauuuuuu, il est sexy, galant et il fréquente les librairies… (mettez dans l'ordre les éléments qui vous semblent les plus importants pour le sexytude). Il est célibataire, traducteur, intelligent et attentionné… Hiiii ! Pourquoi elle et pas nous ?
Il faut dire que cette chère Émilie a bien besoin d'amour… Elle s'est réfugiée avec sa fille chez son amie libraire qui possède un très grand appart, après sa rupture avec Diego qui l'avait ignominieusement trompée avec une bombasse blonde (pléonasme !). Elle assume son métier de prof de lettres, même si elle a un mal fou à se mettre à la correction des copies, s'occupe de sa fille (à moins que ça ne soit sa fille qui s'occupe d'elle) et surtout, surtout refait le monde avec ses copines, que ce soit sur Facebook à des heures indues ou bien dans un bar parisien en buvant des cocktails improbables.
Ne lui manque dans sa nouvelle vie que la petite flamme qui fait qu'on a envie à nouveau de s'épiler, de se faire belle en quittant nos grands vieux gilets confortables, qu'on veut se faire un brushing (problème majeur pour Émilie dont les cheveux ne font que ce qu'ils veulent quand ils veulent), et dont la chère maman ne cesse de la bassiner au téléphone qu'elle va finir vieille et moche et seule…
J'ai adoré ce roman ! Ou plutôt, je devrais dire, cette romance. Car nous sommes vous l'avez compris, dans un conte de fées moderne qui fait rêver… Mais rire aussi, car la plume de Angela Morelli (que certaines auront bien sûr reconnue) est d'une finesse et d'une drôlerie infinie. Bien qu'un peu plus âgée et très mariée, et pas mal embourgeoisée, je me suis totalement retrouvée en Émilie et ses copines, 18 ans en arrière dans ma vie. J'avais 30 ans, je vivais à Paris, je cherchais (désespérément) l'âme soeur et mes copines et moi refaisions le monde en comparant les mérites de nos amants de passage, oui, tous les mérites, comme le font les filles de ce livre (taille, détails, performances et j'en passe...). On buvait des coups, on hurlait de rire pour n'importe quoi, on s'enthousiasmait pour un truc qu'on laissait ensuite tomber, un homme, une idée, un nouveau cocktail, un bar ou un nouveau truc déco. La vie n'était pas toujours rose ni facile, mais on riait souvent, tous les jours même. On partageait tout ou presque et quand l'une allait mal, les autres étaient là. Toujours. Alors je me suis régalée, bien sûr, car j'ai eu l'impression de faire machine arrière et de revivre ces années heureuses (ne croyez pas que je sois malheureuse maintenant, c'est juste… différent).
L'histoire est romantique en diable et on compatit aux affres qui saisissent Émilie : foncer, ne pas foncer, retomber amoureuse, risquer de souffrir, résister à Diego qui fait un retour en force, ne pas faire de gaffe toutes les 3 minutes, ne pas semer gants ou écharpe comme les cailloux du petit Poucet pour que Samuel soit obligé de la revoir…
La jeune femme est super attachante avec ses petits défauts et ses manies. le classement de sa bibliothèque vaut à lui seul le détour, comme ses jurons du siècle dernier, ses kilos en trop qui la stressent, et l'innocence et la fraîcheur qui transparaissent sous les dehors d'une femme moderne. Les filles s'amusent avec leurs sex toys à qui elles ont donné des prénoms, mais rêvent de l'amûûûûûr, du vrai… Une dualité qui selon moi dépeint bien les femmes d'aujourd'hui : libres, indépendantes, franches et ouvertes, mais en même temps romantiques et fleur bleue comme des petites filles…
Certains pourront dire que ce roman est codé et formaté. Oui, un peu, mais c'est bien sûr le genre qui fait ça et cela ne m'a pas dérangée le moins du monde. C'est, répétons-le, un conte de fées moderne avec un prince charmant et ce qu'on attend d'un conte de fées, c'est de fondre en guimauve avec une fin heureuse après quelques péripéties qui auront failli empêcher les deux héros de s'aimer. Et on attendant, on rit beaucoup, et ça fait un bien fou !
Il faut ajouter aussi que le style est tout à fait agréable et que nous sommes loin d'un roman bâclé et mal écrit comme on imagine souvent (à tort d'ailleurs) les romans de chick litt ou de la catégorie romance. L'auteur sait manier la plume, parsème son texte de références sans que ça fasse étalage, et donne corps à tous ses personnages qui ont un vrai caractère, de la personnalité. Quant à Samuel, il semble vraiment idéal… Pour être rabat joie, je pourrais ajouter que les qualités de l'homme idéal sont moins évidentes après quelques temps de vie commune, quand on lave ses chaussettes, qu'on découvre qu'il pue du bec le matin, qu'il râle au petit déjeuner, ou rote quand il boit une bière avec ses copains... Ne parlons même pas des plans foot... mais laissons à Emilie les joies des prémices de l'amour, qui sont si douces...
Bref, l'homme idéal (en mieux) est un roman drôle et sensible, intelligent, très crédible et parfois délicieusement coquin, sans jamais tomber dans le vulgaire. On en redemande !
Lien : http://liliba.canalblog.com/..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
LunaZione
15 novembre 2015
Je tiens de tout d'abord à remercier les éditions Harlequin pour l'envoi de ce roman : j'avais beaucoup aimé le roman d'Angéla Morelli que j'avais eu l'occasion de découvrir précédemment et j'avais hâte de retenter l'expérience ! Expérience qui s'est révélée tout aussi plaisante que ma lecture de Et en plus, il cuisine.
Franchement, j'ai adoré ma lecture de L'homme idéal (en mieux), ça faisait un moment que je ne m'était pas autant laissée porter par une comédie romantique : soupirs d'aise et larmichettes au coin des yeux à l'appui (bon, aidé sans aucun doute par ma fièvre tenace : merci mon ami "état grippal" !). Tout ça pour dire qu'Emilie et Samuel m'ont vendu du rêve avec leurs bons sentiments et les bouleversements imprévus qui ne ménagent pas leur histoire.
Bon, forcément, c'est prévisible : on sait qu'ils vont finir ensemble, mais, pour le coup, j'étais loin d'avoir tout vu venir et notamment pas les bouleversements en question.
Personnellement, j'ai beaucoup apprécié l'ambiance girly du livre qui fait que l'on s'y reconnait toutes : entre les soirées cocktails entre copines et les débriefings de rendez-vous sur FB, je me serais presque cru dans ma propre vie (ou dans un bon remake de Sex & the city) !
Emilie est vraiment une bonne copine : souriante, joyeuse, drôle... J'ai aimé sa bonne humeur communicative, ses pyjamas pilou qu'on lui piquerait bien et ses cheveux indomptables surtout en temps de pluie. On se reconnait vraiment en elle et ses histoires de profs m'ont beaucoup amusée et notamment rappelé les histoires de profs de mes copines (les élèves sont visiblement partout les mêmes !).
Sa bande de copine m'a également bien plu et m'a également rappelé par certains côtés la mienne (notamment pas leur addiction au Morito... Coucou Geneviève ! :D). Elles sont envahissantes, sans tabou, de bons conseils et visiblement très attentives à Emilie : bref, elles sont vraiment chouettes !
Quant à Samuel, il y a tellement de choses à dire que je ne vais pas m'éterniser dessus. Bref, on veut toutes le même !
J'ai vraiment été ravie de retrouver l'univers d'Angéla Morelli, son dynamisme et sa bonne humeur ! Elle m'a vendu du rêve avec sa bande de joyeuses trentenaires dans laquelle je me suis réellement retrouvée (malgré nos 10-15 ans d'écart). Elle m'a faire rire, trépigner devant les silences d'Emilie et donner envie de passer davantage de temps dans les librairies !
Bref, je vous le conseille !
Lien : http://lunazione.over-blog.c..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
Albertine22
11 février 2015
Ce challenge Saint-Valentin initié par Syl est pour moi un véritable pari ! Dans mon couple, celui que la Saint-Valentin rend tout chose avec un coeur en guimauve, c'est Cher et Tendre. Moi, je ronchonne sur l'aspect commercial de la fête, cette avalanche de coeurs déclinés sous toutes les formes (ma préférée restant le chocolat mais dans ce cas, c'est mon estomac qui est touché, pas mon palpitant !) finit par être un tantinet écoeurante !
Cette année, je consens à un effort, je vais tenter l'expérience ultime : lire le roman qui se trouve en tête de gondole sous la bannière "Spécial Saint- Valentin". Déjà la couverture rappelle le rose des boîtes de chocolat Mon Chéri, elle annonce le programme : amour, amour amour... J'écris ce début de billet avant de commencer ma lecture. Angela Morelli va-t-elle réveiller la Romantique qui sommeille en moi ? Je me glisse sous mon plaid, une tasse de café à portée de main. Désolée pour le feu de bois,qui complèterait le décor, je suis branchée géothermie ! Aléa jacta est...
Deux heures plus tard, je reviens vers vous pour un bilan totalement (hum) objectif ! Premier constat : je ne suis pas plus Romantique qu'avant mais c'est une lecture qui "décontracte" les neurones. Pas besoin de réfléchir, l'histoire est simple, osons le mot formatée... L'héroïne, Emilie, carbure à la caféine pour parvenir à tenir le rythme de dingue que lui impose son quotidien de mère célibataire. Elle vit en coloc avec une amie d'enfance et se partage entre des soirées Mojitos avec ses copines et la correction de copies, tâche ingrate s'il en est. La pauvrette est prof de Lettres (effet miroir sympathique pour ma pomme !).
le décor est planté, il est temps que ces messieurs débarquent ! Son ex, beau Latino qui l'a larguée pour une jeunette, se rend compte qu'il ne peut vivre sans elle. Au même moment, Samuel, beau traducteur , intello chic au passé douloureux, débarque aussi dans sa vie. Après la misère, l'abondance ! Que va faire notre rondelette à frisettes (Ce message est pour nous boulottes du monde entier, les cocottes, tout peut arriver !) ? Evidemment elle prend conseil auprès de ces cop's via Facebook, leurs conversations n'ont rien à envier à celles qu'on peut entendre dans les vestiaires après un match de foot ( Harlequin se dévergonde !) et sème à tout vent ses vêtements ( gants et écharpes, on reste correct, non mais !) comme des petits cailloux blancs qui la ramènent à deviner qui ? Je ne vous le dirai pas, le suspense est insoutenable, je sais !
de l'amour, de l'humour, des copines, des Mojitos... Un bouquin de la Saint-Valentin ! Bon, si je ne suis pas devenue grâce à cette lecture un coeur tout mou, il m'a convaincue d'offrir à Cher et Tendre une boîte de Mon Chéri le 14 !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Citations & extraits (10) Voir plus Ajouter une citation
Fanbooks76Fanbooks7625 février 2015
Elle profita donc d'une pause entre deux copies ce soir-là pour lancer le sujet sur Facebook.

Emilie, il y a 7 min - Samuel m'a invitée à diner.
Louise il y a 5 min - Ah, te voilà enfin!! Youhou pour l'invitation à dîner!
Emilie il y a 5 min - Je ne sais pas.
Maria il y a 5 min - Pourquoi? Tu ne veux pas y aller?
Emilie il y a 4 min - C'est compliqué. Diego m'a demandé de lui redonner une chance.
Maria il y a 4 min - QUOI???
Louise il y a 4 min - Putain, tu vas pas faire ça?
Emilie il y a 4 min - Ouh là, ça va les filles, je n'ai rien fait. J'étais trop occupée à l'insulter.
Louise il y a 3 min - Ouf. Si tu as une pulsion et que tu veux lui pardonner, surtout , appelle-moi et je viens t'attacher. Ce mec est un gros connard.
Clara il y a 3 min - Exactement ce que je lui ai dit!(Salut les filles!)
Emilie il y a 3 min - Tiens, te voilà, toi. Tu ne peux pas venir me parler directement dans le bureau?
Clara il y a 2 min - Te parler à toi, oui, mais aux autres.
Louise il y a 2 min - Bon, les geekettes, quand vous aurez fini de bavader sur FB à cinq mètres de distance, vous nous permettrez de revenir au sujet principal de la conversation. C'était comment, le café avec Samuel?
Maria il y a 2 min - On a bien vu que tu n'as pas répondu à nos messages, hier, tu sais.
Emilie il y a 1 min - C'était bien.
Clara il y a 1 min - C'était court.
Louise il y a 1 min - Pourquoi court?
Clara il y a 54 secondes - Elle a été obligée de le planter à cause de cet abruti de D.
Louise il y a 43 secondes - Tu as planté Bradley à cause de Taré 1er et tu te demandes si tu dois accepter son invitation à dîner? Tu es obligée, question de courtoisie.
Maria il y a 21 secondes - Louise a parfaitement raison.
Clara il y 6 secondes - Ah! Tu vois! Elles sont d'accord avec moi!

Je suis disponible vendredi. Gardez mes gants au chaud d'ici là. Emilie.

Les trois notes de Supernatural retentirent tout de suite.

20 heures chez moi?S

Chez lui?

Emilie - Au secours! Il veut qu'on dîne chez lui!
Louise - Chez lui? Va chez l'esthéticienne!
Maria - Chez lui? Il est mordu! Et mieux encore, il cuisine!

- Chez lui? Hiiiii!
Clara avait passé la tête dans l'entrebâillement de la porte.
- Regarde, répondut Emilie en lui tendant son portable.
- Accepte, ordonna Clara en lui rendant l'iPhone. Vraiment, reprit-elle en voyant que son amie hésitait.

Pas avant 21 heures, j'ai un conseil de classe qui se termine vers 20 heures. Emilie.

La réponse ne se fit pas attendre.

Parfait. J'espère que vous avez une autre paire de gants, ce serait dommage d'abîmer une aussi jolie manucure. A vendredi. S.

- Il a remarqué ma manucure, dit Emilie, abasourdie.
- En même temps, difficile de faire autrement, tu as tout un système solaire au bout des doigts, fit remarquer Clara avant de tourner les talons.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
KateLineKateLine18 octobre 2016
– Le régime quoi ?
– Paléolithique. Tu ne manges que ce que tu peux chasser, cueillir et ramasser toi-même.
– Sans déconner ? Et il faut arrêter de s’épiler aussi, histoire d’être dans le trip jusqu’au bout ?
– Va savoir. Le truc, c’est que je me demande comment tu fais ce régime, à Paris. Tu chasses des pigeons myxomatosés et tu ramasses des crottes de chiens ?
– Chasser le rôti au rayon boucherie du Monop’, ça compte peut-être ? 
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
mymy37mymy3731 juillet 2016
« L’arrivée du serveur dispensa Louise de répondre.
– Tu vas me faire le plaisir de coucher avec ce Samuel, poursuivit-elle sans tenir compte de la présence du jeune homme qui déposait leurs boissons devant elles. Et s’il est aussi bon au pieu que ce que son baiser augurait, tu vas t’éclater et nous faire un compte rendu détaillé. T’es épilée au moins ?
– Oui, chef, bien, chef. Et évidemment que je suis épilée, ce n’est pas parce que je n’ai personne dans ma vie que je fais concurrence au yeti. C’est une obsession chez toi, les poils.
– Ce n’est pas une obsession, c’est juste que, comme la plupart des femmes, en hiver, tu oublies que tu as une esthéticienne. Tu y es allée quand ?
– Jeudi dernier.
– Tu y étais pas allée depuis quand ?
Émilie baissa les yeux sur son verre.
– Blabembre, marmonna-t-elle dans sa paille.
– Excuse-moi mais j’ai subitement perdu l’usage de l’ouïe. Tu disais ?
– Septembre.
– Tu vois ! Ce Samuel est une oasis dans ton désert sexuel, qui va en plus te sauver de la malédiction poilesque. Que demander de plus ? »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
mymy37mymy3731 juillet 2016
« Joignant le geste à la parole, elle s’extirpa de l’enchevêtrement de couettes (encore un dommage collatéral du célibat ; elle avait froid en permanence et elle était persuadée que le taux de divorce en Ile-de-France faisait le bonheur des fabricants de bouillottes et de couvertures en laine polaire). Elle se dirigea d’un pas mal assuré vers la salle de bains. Là, un rapide coup d’œil au miroir lui apprit que le manque de sommeil passé 35 ans faisait plus de ravages que la petite vérole dans un bordel. Comme de toute façon les dommages étaient trop grands et que le temps lui était compté, elle se contenta d’une douche et d’un maquillage rapide. Ce n’était pas non plus comme si Ryan Gosling l’attendait dans la cuisine, se rassura-t-elle en séchant rapidement ce qui lui tenait lieu de chevelure.
– Maman, tu ressembles à une gorgone électrocutée, fit remarquer Elizabeth, qui relisait le tome 5 de Percy Jackson pour la douzième fois, assise à la table de la cuisine.
Définitivement pas Ryan Gosling. »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
mymy37mymy3731 juillet 2016
« La tempélatule est de 87 deglés Falenheit », glapissait le réveil, avec un accent asiatique prononcé. « Il est 21 heure eules 18. »
– 21 h 18 ? répéta Louise, qui s’était arrêtée dans l’encadrement de la porte. Déjà ou c’est tout ?
– Je ne comprends rien à ce réveil, se plaignit Émilie en appuyant simultanément sur tous les boutons. Ma sœur me l’a rapporté de Chine et je n’ai jamais réussi à lire la notice. Il se met parfois en route tout seul, et il ne sonne jamais quand je veux.
« La tempélatule est de 77 deglés Falenheit. »
– Par les couilles de Zeus ! s’écria Émilie.
– On a perdu dix degrés d’un coup, c’est inquiétant, commenta Louise. Tu peux m’expliquer pourquoi tu n’achètes pas un autre réveil ?
– Mais parce qu’il est trop mignon, regarde, il est jaune et en forme de fraise, répondit Émilie.
– Et dire que je croyais que le pire avait été atteint avec les pendules qui ne donnent pas l’heure, glissa Louise en tournant les talons.
– J’ai très bien entendu, va ! s’exclama Émilie.
« Il est 21 heure eules 19. La tempélatule est de 80 deglés Falenheit. »
La journée va être longue, pensa la jeune femme en dissimulant le réveil sous l’oreiller. Au moins, là, on ne l’entendrait plus. »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Videos de Angéla Morelli (4) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Angéla Morelli
Découvrez l'interview d'Angéla Morelli sur BFM TV le vendredi 24 mars, à l'occasion de l'ouverture du Salon du Livre de Paris.
autres livres classés : romanceVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

Les Amants de la Littérature

Grâce à Shakespeare, ils sont certainement les plus célèbres, les plus appréciés et les plus ancrés dans les mémoires depuis des siècles...

Hercule Poirot & Miss Marple
Pyrame & Thisbé
Roméo & Juliette
Sherlock Holmes & John Watson

10 questions
2451 lecteurs ont répondu
Thèmes : amants , amour , littératureCréer un quiz sur ce livre
. .