AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9791090648340
Critic (21/10/2014)
3.65/5   27 notes
Résumé :
Quand Florent rentre en Bretagne pour présenter son petit ami Stéphane à sa famille, il n’aurait pas imaginé que le comité d’accueil serait composé… de morts-vivants ! Un train convoyant des produits toxiques déraille et c’est toute l’Armorique qui défouraille.
Plongés au cœur du chaos, jetés sur les routes aux côtés de quelques survivants, Florent et Stéphane devront faire bien plus que leur coming out s’ils veulent survivre à l’apocalypse zombie. Pourtant, ... >Voir plus
Acheter ce livre sur
Fnac
Amazon
Decitre
Cultura
Rakuten
Que lire après Breizh of the DeadVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (12) Voir plus Ajouter une critique
3,65

sur 27 notes
5
2 avis
4
4 avis
3
5 avis
2
1 avis
1
0 avis
En Résumé : J'ai passé un sympathique moment de lecture avec ce roman de zombies qui certes ne révolutionnera pas le genre, nous offrant une histoire très classique, mais qui se révèle assez solide, sans temps morts et entrainante pour se révéler divertissante. le fait d'utiliser en toile de fond les paysages bretons colle finalement parfaitement bien et offre aussi certains passages explosifs que je vous laisse découvrir. Concernant les personnages, notre couple de héros ne manque pas d'être percutant, vif ce qui permet de happer rapidement le lecteur. Concernant les personnages secondaires ils remplissent parfaitement leurs rôles au niveau de l'intrigue, mais m'ont paru manquer de profondeur alors que certains possédaient du potentiel. La plume de l'auteur se révèle simple, entrainante, offrant des descriptions très visuelles qui colle parfaitement à l'histoire. Je regretterai par contre une certaine linéarité dans la façon dont avance l'intrigue, et un certain manque d'émotion devant certains retournements de situations. Au final cette lecture devrait plaire au fan du genre, offrant une parenthèse sans prise de tête, pour les autres à vous de vous faire un avis.


Retrouvez ma chronique complète sur mon blog.
Lien : http://www.blog-o-livre.com/..
Commenter  J’apprécie          110
Stephane, étudiant en 3ème année de médecine, et Florent, 19 ans, en couple, partent pour Paimpol afin que Florent puisse faire son coming-out auprès de ses parents et qu'il leur présente son petit-ami dans la foulée.

Le déraillement d'un train libère sa cargaison qui transforme alors les êtres humains en zombies, emportant le monde dans le chaos. En fait, le monde, on s'en fiche un peu, ce qui nous intéresse c'est surtout la Bretagne et notamment les Cotes d'Armor.

Le récit, raconté du point de vue de Steph, nous raconte d'une part les évènements en Novembre 2013, avec le déraillement du train, l'arrivée chez les parents de Flo, le coming-out, le premier repas familial... et les évènements à partir d'Octobre 2014, ou nos deux héros sont barricadés dans un centre commercial avec quelques survivants. Se glisse entre les chapitres quelques paragraphes du journal d'un mystérieux Professeur Joseph Heuvelmans.

Ne nous le cachons pas, l'histoire fait penser à la série The Walking Dead, mais pour ma part, j'avoue avoir de très loin passé un meilleur moment avec le roman. L'auteur a une écriture fluide, actuelle, drôle, il nous embarque dès le départ dans les aventures des deux jeunes hommes aux personnalités fortes, la romance n'est clairement pas le thème principal bien que l'attachement et la complicité des deux jeunes hommes soient forts, la scène avec les bohémiens et les strigoïs m'a rappelé la trilogie de Guillermo del Toro, j'ai apprécié le fait que les animaux aussi soient zombifiés (je m'étais toujours demandé pourquoi ils y échappaient dans The Walking Dead...), j'ai beaucoup ri et aussi, nous étions en vacances l'an passé dans le coin et avons emprunté à plusieurs reprises le pont de Lézardrieux.

En conclusion, j'ai vraiment passé un bon moment avec ce road trip breton et j'ai découvert un auteur talentueux, que je remercie pour ce service presse. Je me demande juste si le Dernier Bastion a la Fin du Monde existe...
Commenter  J’apprécie          20
Stéphane n'aime pas la Bretagne. Quand son petit ami désire lui présenter ses parents, il est bien obligé d'y aller. Il n'imaginait pas qu'à cause de produits chimiques, cette annonce deviendrait mortelle. le couple va devoir survivre, au milieu des zombies.

Offert par les éditions Critic, à l'occasion des 5 ans de la maison d'édition, Breizh of the Dead est un « joyeux » roman. On suit la folle équipée de Florent et Stéphane avec une jubilation communicative. Ce livre a été lu dans le train, le bus, le tram et à chaque fois, il a été difficile de ne pas rire !
Julien Morgan (aucun rapport de famille avec Arthur Morgan) n'est pas encore connu du grand public, mais ça ne saurait tarder. S'il était déjà dans le giron des médias (La Licorne Stellaire, ActuSF, les éditions Voy'el) il n'avait écrit « que » des nouvelles et voilà qu'il saute le pas.
Breizh of the Dead ne ressemble à aucun autre roman. C'est un guide touristique de la Bretagne, un catalogue d'armes et de véhicules en tout genre, un roman sentimental… On ne va pas ajouter toutes les catégories, mais Julien, sous couvert d'un roman de zombies, a écrit un livre hors-normes ! La Bretagne, ce pays lointain qu'on pointe du doigt pour son alcoolémie, sa météo (sans oublier ses bibliothèques), devient le territoire d'une aventure post-apocalyptique ! Les personnages ressemblent à des clichés (gay, gothique, geek, personnes âgées, etc), mais le talent (ou le culot) de l'auteur réussit à nous faire oublier les étiquettes des caractères. Ils ont tous quelque chose à cacher, pour le meilleur et pour le rire ! Toutes ces caractéristiques pourraient faire penser que le livre est écrit uniquement pour un certain public. Au contraire ! Puisant dans la culture populaire, au sens noble du terme, Julien Morgan arrose son texte de diverses influences sans jamais appuyer dessus. Il en ressort un roman très agréable à lire, tout à fait dans la lignée des éditions Critic (le choix du texte est encore excellent), qui permet de fêter les 5 ans de cette maison d'édition bretonne de la plus belle des façons.

On peut ajouter un détail. L'action se passe pendant le mois d'octobre 2014, c'est à dire maintenant. Sommes-nous tous infectés ?

BREIZH OF THE DEAD
AUTEUR : JULIEN MORGAN
EDITIONS : CRITIC
(écrit du Dernier Bastion à la Fin du Monde)
Lien : http://tempsdelivresdotcom.w..
Commenter  J’apprécie          50
Le narrateur et son petit ami, Florent, font route vers la Bretagne. Un accident ferroviaire déclenche une épidémie de zombies qui dévaste le pays. Les deux garçons et une poignée de survivants ont trouvé refuge dans un supermarché et réussissent depuis plusieurs mois à repousser les morts-vivants. L'arrivée d'une bande surarmée, dirigée par un homme à l'allure de viking, va changer tout cela.
Petit roman sans ambition particulière qui s'inspire clairement de la série The Walking Dead. Comme les Américains, les Bretons affrontent les marcheurs. Écrit à la première personne, d'une plume enlevée, cette histoire de zombie se lit rapidement. Les héros sont sympathiques, les méchants... méchants et les zombies ne sont rien de plus qu'une menace, qui sert de moteur à cette histoire. Le seul petit bémol, la description trop caricaturale de la Bretagne et de ses habitants.
À découvrir, cependant.

Retrouver ma chronique sur mon blog
Lien : http://lasecondelune.blogspo..
Commenter  J’apprécie          60
Ce court roman est offert pour l'achat de deux romans édités par Critic. Ça serait faire preuve de méchanceté de dire « et heureusement ». Mais d'un autre côté le roman donne l'impression d'être une compilation des clichés sur les zombies. Regroupement bigarré de survivants, retranchement dans un supermarché, actes héroïques des personnes condamnées parce que mordus, etc…

La structure du récit devient assez vite répétitive, les héros retrouvent toujours les mêmes ennemis. Les références plus ou moins marquées à l'actualité (mariage pour tous par exemple) ou à des oeuvres culturelles me sont apparues à la longue assez lourdingues.

En définitive c'est un roman qui ne me laisse pas un souvenir impérissable.
Commenter  J’apprécie          20

Citations et extraits (8) Voir plus Ajouter une citation
Un pick-up noir s’avance en première ligne. Sur son flanc, l’inscription Dieu maudisse l’Armorique s’étale en lettres de sang. Montées sur le toit de l’habitacle, des enceintes vomissent les riffs gras qui participent de cette entrée pour le moins théâtrale. Dans la remorque, un homme à la carrure de catcheur se tient debout, les bras croisés. Son visage rougeaud trahit de longues années de relations intimes avec l’alcool et ses yeux suppurent la sournoiserie. Une barbiche tressée à la scandinave et de longs cheveux couleur cuivre, contrastant avec la noirceur du cuir dont il est vêtu de la tête aux pieds, viennent compléter le portrait. Un Viking, je songe. Un putain de Viking.
Commenter  J’apprécie          90
Je n’ai jamais aimé la Bretagne.

Florent fait quant à lui partie de ces indépendantistes forcenés qui, dans un passé pas si lointain, voulaient ériger une ligne Maginot aux marches de l’Ille-et-Vilaine pour empêcher le reste de la France d’entrer, ou peut-être les Bretons de sortir – à vrai dire, depuis l’invasion, ça n’a plus franchement d’importance. Chose étrange, en dépit de l’amoncellement exponentiel de cadavres en putréfaction dans le coin, sans parler de ceux qui se relèvent, l’amour de Florent pour sa terre natale ne l’a jamais quitté. Et moi, bien sûr, j’aime Florent.

Mais je déteste cette putain de région.

Évidemment, les zombies jouent pour beaucoup dans ce sentiment ; n’ayant jamais mis les pieds dans le coin avant l’apocalypse, je n’exclus pas la possibilité que la Bretagne ait été un endroit sympa quand les gens ne s’entretuaient pas encore pour une boîte de raviolis ou un groupe électrogène. Le fait est qu’aujourd’hui, c’est ni plus ni moins un no man’s land où errent des vivants, des morts, des péquenauds, des morts-vivants, et sans doute quelques péquenauds morts-vivants.

Comme partout en France, pour ce que j’en sais.

Mais voilà, de tous les endroits où nous aurions pu nous retrouver quand l’épidémie a éclaté, il a fallu que ce soit ici, chez les bouseux.
Commenter  J’apprécie          00
Localement, des rumeurs persistantes laissent entendre que la ville de Brest, à la pointe du Finistère, abrite un groupe de survivants particulièrement organisé, le soi-disant Dernier Bastion à la Fin du Monde.

Ce n’est pas la première fois que nous en entendons parler. Il s’agit d’un mythe auquel, de notre côté, nous n’avons jamais accordé beaucoup de crédit ; le genre de fable moderne comme il en existe des dizaines pour mettre du baume au cœur des survivants – ou rassurer les enfants. Surtout pour rassurer les enfants. Et puis, c’est Brest : il y aura toujours un Breton pour vanter Brest.
Commenter  J’apprécie          10
"C’était un ‘no man’s land’ où erraient des vivants, des morts, des péquenauds, des morts-vivants et vraisemblablement quelques péquenauds morts-vivants."
Commenter  J’apprécie          60
— Je vais tenter un Immelmann.

J’écarquille les yeux en m’écriant :

— Tu n’es pas sérieux ?

— Il va tenter quoi ? m’interroge Florent.

— Un Immelmann. Une manœuvre de retournement rapide. Pense à Top Gun.

— Je n’ai jamais vu Top Gun…

— Tu es gay et tu n’as jamais vu Top Gun ?

— Avec tout l’amour du monde, tu es gay et tu détestes Rihanna, alors va te faire foutre !
Commenter  J’apprécie          10

autres livres classés : Côtes-d'Armor (France)Voir plus
Les plus populaires : Non-fiction Voir plus
Acheter ce livre sur
Fnac
Amazon
Decitre
Cultura
Rakuten


Lecteurs (38) Voir plus



Quiz Voir plus

Compléter les titres

Orgueil et ..., de Jane Austen ?

Modestie
Vantardise
Innocence
Préjugé

10 questions
20154 lecteurs ont répondu
Thèmes : humourCréer un quiz sur ce livre

{* *} .._..