AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782221502082
68 pages
Editions Seghers (01/11/1973)
4.67/5   9 notes
Résumé :
Edition bilingue.
En 1943 le grand poète chilien a fait l'ascension du Macchu Pichu qui lui a inspiré une série de poèmes qui seront plus tard intégrés à son "Chant Général", dont il constitue l'un des chapitres les plus connus.
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
docline
  10 décembre 2014
Du passé au présent, du cosmos à l'outil de l'ouvrier inca qui donna sa sueur pour l'édification d'une gloire que les vents effacent, le souffle du poète se fait synthèse de l'immense et de l'humble, il nous emporte dans sa montée visionnaire de cet "escalier" de l'Histoire des civilisations.
Commenter  J’apprécie          40

Citations et extraits (11) Voir plus Ajouter une citation
coco4649coco4649   04 novembre 2018
Hauteurs de Macchu-Picchu


XI

À travers la confuse splendeur
À travers la nuit de pierre, laisse-moi plonger la main
Et laisse palpiter en moi comme un oiseau mille ans prisonnier
Le vieux cœur de l’oublié !
Laisse-moi oublier aujourd’hui ce bonheur plus ample que la mer.
Car l’homme est plus vaste que la mer avec ses îles,
Et il faut tomber en lui comme en un puits pour rejaillir du fond
Avec un bouquet d’eau secrète et de vérités englouties.
Laisse-moi oublier, large pierre, la proportion puissante,
La mesure transcendante, les pierres de la ruche,
Et le long de l’équerre, laisse-moi glisser
La main sur l’âpre hypoténuse du sang et du cilice.
Quand le condor furieux, comme un fer à cheval aux élytres rouges,
Me frappe les tempes, dans sa ligne de vol
Et quand l’ouragan, de ses plumes de carnassier, balaie la sombre
 poussière
Des perrons obliques, je ne vois pas la bête rapide,
Je ne vois pas le cercle aveugle de ses griffes,
Je vois l’être antique, le serviteur, l’endormi
Dans les champs, je vois un corps, mille corps, un homme, mille
 femmes,

Sous la rafale noire, noirs de pluie et de nuit,
Avec la lourde pierre de la statue.

Jean Brisecaillou, fils de Wiracocha,
Jean Mangefroid, fils d’étoile verte,
Jean Piednus, petit-fils de la turquoise :

Monte, et nais avec moi, frère !

//Traduit de l’espagnol par Roger Caillois
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
coco4649coco4649   04 novembre 2018
Hauteurs de Macchu-Picchu


XII
Extrait 3

Moi, je viens parler par votre bouche morte.
Unissez à travers la terre toutes vos
Silencieuses lèvres dispersées
Et depuis vôtre abîme, durant toute
Cette longue nuit, parlez-moi
Comme si j’étais retenu par la même ancre que vous,
Racontez-moi tout, chaîne après chaîne,
Maillon après maillon, pas à pas,
Affilez les couteaux que vous avez conservés
Mettez-les-moi dans la poitrine et dans les mains
Comme fleuve d’éclairs jaunes
Comme fleuve de tigres enterrés
Et laissez-moi pleurer, des heures, des jours, des ans
Des âges aveugles, des siècles sidéraux.

Donnez-moi le silence, l’eau, l’espérance

Donnes-moi la lutte, le fer, les volcans.

Comme autant d’aimants, suspendez à moi vos corps.

Envahissez mes veines et ma bouche.

Parlez par mes mots, parlez par mon sang.

//Traduit de l’espagnol par Roger Caillois
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
coco4649coco4649   04 novembre 2018
Hauteurs de Macchu-Picchu


X
Extrait 3

Antique Amérique, fiancée submergée.
Tes doigts aussi,
Au sortir de la forêt, jusqu’à la vide altitude des dieux,
Sous les étendards nuptiaux de la lumière et sous l’honneur,
Mêlés au tonnerre des tambours et des lances,
Tes doigts aussi, tes doigts aussi,
Ceux qui portèrent la rose abstraite et la ligne des froids, ceux
Qui portèrent la poitrine ensanglantée du nouveau céréale,
Jusqu’à la trame de matière rayonnante, jusqu’aux dures cavités,
Avec eux, avec eux, Amérique enterrée, as-tu gardé au plus profond
De tes entrailles amères, comme un aigle, la faim ?

//Traduit de l’espagnol par Roger Caillois
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
coco4649coco4649   04 novembre 2018
Hauteurs de Macchu-Picchu


XII
Extrait 2

Apportez à la coupe de la vie nouvelle
Vos vieilles douleurs ensevelies.
Montrez-moi votre sang, votre sillon
Dites-moi : ici, je fus puni
Parce que la gemme fut sans éclat, parce que le sol
Ne donna pas à temps la pierre ou le grain.

Désignez-moi la pierre où vous êtes tombés,
Le bois où vous fûtes crucifiés
Eclairez pour moi les antiques silex,
Les vieilles lampes, les fouets collés
Aux plaies à longueur de siècles
Et les haches brillantes sous le sang.


//Traduit de l’espagnol par Roger Caillois
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
coco4649coco4649   04 novembre 2018
Hauteurs de Macchu-Picchu


XII
Extrait 1

Monte, et nais avec moi, frère !

Donne-moi la main, du fond
De ta douleur éparse.

Tu ne reviendras pas de l’épaisseur des pierres,
Tu ne reviendras pas du temps souterrain,
Ni ne reviendra ta voix rauque
Ni ne reviendront tes yeux perforés.

Regarde-moi depuis le fond de la terre
Laboureur, tisserand, pasteur taciturne :
Dompteur des vigognes tutélaires :
Maçon du traître échafaudage :
Porteur d’eau chargé des larmes des Andes :
Joaillier aux draps broyés :
Semeur tremblant dans sa semence :
Potier répandu dans sa glaise.


//Traduit de l’espagnol par Roger Caillois
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10

Videos de Pablo Neruda (18) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Pablo Neruda
Bruno Doucey et Murielle Szac sont invités par l'université permanente de Nantes pour une conférence à l'occasion de la sortie du roman "Pablo Neruda – Non à l'humanité naufragée" (Actes Sud Junior).
Réalisation © Thibault Grasset
autres livres classés : civilisations disparuesVoir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Testez vos connaissances en poésie ! (niveau difficile)

Dans quelle ville Verlaine tira-t-il sur Rimbaud, le blessant légèrement au poignet ?

Paris
Marseille
Bruxelles
Londres

10 questions
985 lecteurs ont répondu
Thèmes : poésie , poèmes , poètesCréer un quiz sur ce livre