AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Jean-Christian Bouvier (Traducteur)
EAN : 9782869309425
211 pages
Éditeur : Payot et Rivages (01/06/1995)

Note moyenne : 3.89/5 (sur 48 notes)
Résumé :
Un homme, fasciné par les pickpockets, passe ses journées dans le métro ; un policier commet des délits pour envoyer les "coupables" en prison et les soustraire ainsi aux rigueurs de l'hiver ; un vieillard humilie les pauvres en jouant au "jeu de la charité" ; quelqu'un empoisonne les pigeons d'un temple en prenant soin d'avertir la police ; une jeune femme se sert de la pitié humaine pour commettre des crimes ; un vieil homme parle de sa passion du meurtre ; un étr... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (17) Voir plus Ajouter une critique
RChris
  30 avril 2019
Huit histoires simples dont on déroule le fil. Pas de longue mise en place dans ces nouvelles dont les intrigues vont à l'essentiel. La chute et le dénouement sont développés sur un paragraphe ou deux seulement.
Le charme de la nouvelle courte pleine de suspens et d'originalité avec une touche d'élégance japonaise en plus.
Commenter  J’apprécie          370
kuroineko
  12 décembre 2018
Nishimura Kyotaro, né en 1930 à Tokyo, a produit à partir des années 1960 une centaine de romans policiers. Seuls trois ouvrages ont été traduits et publiés en français. Dont Petits crimes japonais, qui est un recueil de nouvelles.
Huit histoires criminelles dans un Japon des années 1970 et début des années 1980 composent cette anthologie établie par Jean-Christophe Bouvier, également traducteur de la majorité des nouvelles.
Je ne vais pas résumer chacune d'entre elles. Ce que je retiens surtout de cette lecture est le caractère très humain des affaires, dans ce qu'il a de meilleur comme de pire. Les dénouements réservent presque toujours un petit rebondissement de dernière minute - de dernière page, devrais-je dire - qui parachève le récit sur une forme de clin d'oeil.
Nishimura Kyotaro met beaucoup d'ironie et d'humour noir dans ses intrigues. Il présente également des types de personnages très proches du citoyen lambda. Pas de tueur en série ou de génie du crime. Juste des personnes mues par des motivations parfois mesquines, ou machiavéliques, parfois tordues, d'autres fois par bienveillance.
Il n'hésite pas non plus à jouer avec les codes du genre, par exemple en apportant une touche de science-fiction avec "L'homme qui venait d'Andromède", dont la chute est particulièrement savoureuse et jubilatoire.
J'ai pris plaisir à lire ce recueil qui respire une simplicité et un naturel très plaisant. L'auteur ne surcharge pas ses histoires. Elles ne sont peut-être pas toutes inoubliables mais ont le mérite d'offrir un bon moment de lecture et d'éclairer la part plus sombre de certains Japonais.
Sur les huit récits proposés, j'ai une petite préférence pour "Les《bonnes oeuvres》de l'agent Shibata" : une belle histoire altruiste qui n'est pourtant pas exempte d'intérêts égoïstes. Sympathique dosage qui conduit à des résultats qui le sont nettement moins. Mais ça, je vous laisse le découvrir par vous-même. Ça n'en sera que meilleur.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          270
babel95
  12 août 2018
La nouvelle est un genre que j'apprécie beaucoup, alors lorsqu'il s'agit d'intrigues policières, qui de plus se déroulent au Japon, vous comprendrez combien il m'est difficile de résister à l'appel d'une couverture des éditions Rivages/Noir : c'est la nuit, dans un endroit sinistre… un homme fume une cigarette… il attend….
J'ai découvert hier les Petits crimes japonais de Kyotaro Nishimura écrivain qui a reçu le prix Edogawa Ranpo en 1965. Quel régal : imaginez huit nouvelles, huit minuscules histoires parfaitement ciselées.
Elles se déroulent à Tokyo, dans le métro, dans le quartier populaire de Jonan, ou dans le temple Sensoji- célèbre pour ses pigeons ; elle mettent en scène des hommes et des femmes plutôt ordinaires, « salaryman », employé à col blanc dans une entreprise, coiffeur, agent de police….
Et c'est tout le charme de ces nouvelles : Kyotaro Nishimura nous prend par la main, part d'une situation plutôt simple, classique, puis déroule le récit …et soudain la chute nous laisse abasourdis, souriants, bien naïfs que nous sommes, nous n'avions pas envisagé un seul instant une telle duplicité, un tel arrangement des choses….Un fond de cruauté et d'insolite vient renforcer humour et suspense et la lecture des nouvelles s'enchaîne, procurant un plaisir vraiment addictif.
Mes nouvelles préférées : celle du salaryman pickpocket amateur qui fournit aux enquêteurs le nom et l'adresse de celui qui vient de l'assassiner, et l'aventure du policier qui ne recule devant rien pour aider les sans-abris à trouver un refuge pour l'hiver….
Une lecture dépaysante, un ton vraiment original.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          274
rigas
  27 mars 2013
Ce livre -trouvé par hasard chez un bouquiniste en province cet été- est un pur joyau. Ce sont 8 petites nouvelles, composées comme des petits romans, qui impliquent des habitants ordinaires de Tokyo ou des policiers, tout aussi ordinaires. Et ces gens, comme vous et moi, ont des soucis quotidiens, des enfants, des désirs, des soudaines pulsions. Ils font parfois des drôles de choses: deviennent pickpockets, assassins, voleurs, maîtres-chanteurs presque par besoin, non pas économique, mais un besoin vital, une urgence profonde. Ainsi M. Fujiwara vole un portefeuille et cela lui procure un trel palisir qu'il aura le plsu grand mal de s'en sevrer. Et précisemment quand, enfin, ils arrive à se contrôler voilà que l'inattendu le guette. Tel autre, devient assassin pour rendre service à un clochard qui veut passer le restant de ses jours en prison pour ne plus avoir à penser au quotidien jusqu'à ce que les choses tournent mal. Ce qui frappe c'est que les gens en suivant leur instinct n'en sont pas moins entièrement responsables de leurs actes: c'est là la grande force de ces nouvelles d'une exceptionnelle densité. La traduction par un véritable connaisseur de la culture japonaise qui ne laisse jamais libre cours aux niaiseries japonisantes renforce la qualité de cet ouvrage exceptionnel. Je vais vite me mettre en chasse pour lire les autres romans de cet écrivain hors du commun.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
bodypractor
  23 février 2013
J'ai découvert les polars japonais grâce à Edogawa Ranpo, dont je reste un grand fan. Kyotaro Nishimura est moins connu qu'Edogawa, mais les deux auteurs partagent une fascination pour la perversion et le crime parfait.
J'ai une petite préférence pour les thématiques d'Edogawa, beaucoup plus "bizarres", parfois malsaines et "répulsives". Mais Nishimura n'a rien à lui envier dans la maîtrise du genre court : la nouvelle criminelle dont on se ravit ici à travers huit récits.
Chaque nouvelle apporte son propre décor, un maximum de tension et des personnages de la vie de tous les jours qui tombent dans la folie meurtrière. C'est un thème que j'affectionne particulièrement : le pétage de plombs !
En cela, je retrouve chez Nishimura le même plaisir que quand je lis Thomas Temple, un auteur actuel qui maitrise ce genre mieux que personne : des gens ordinaires qui sombrent dans le crime sordirde, souvent, avec des motivations indédites. Un délice.
Commenter  J’apprécie          100

Citations et extraits (3) Ajouter une citation
babel95babel95   12 août 2018
"L'intello"poussa un soupir et jeta un carton dans le brasier. Les flammes reprirent de plus belle. Shibata se rapprocha du clochard et tendit les mains au-dessus du feu pour se réchauffer.
- Puisqu'on t'appelle "L'intello" tu dois savoir lire, écrire, et compter.
- A peu près
- J'ai l'impression que, si tu voulais, tu pourrais trouver du travail…
- J'ai décidé une fois pour toutes que, dans ma vie, je ne serais le larbin de personne. Ce n'est pas maintenant que je vais renoncer à ma liberté.
- Et qu'en feras-tu, de cette liberté, si tu es en prison ?
- C'est différent. En prison, personne ne m'exploite, et puis il s'agit seulement d'attendre les beaux jours. Ne pourriez-vous pas trouver une combine pour me faire coffrer pendant deux ou trois mois ?
- Ce n'est pas le travail de la police.
- Son travail consiste pourtant bien à arrêter les coupables, non ?
- Oui, les coupables de vol, mais pour un malheureux feu en plein air, tout ce que je peux exiger, c'est que tu l'éteignes soigneusement.
- Autrement dit, il faudrait que je vole quelque chose….
- Ne me fais pas dire ce que je n'ai pas dit !
- Le problème, c'est que ce n'est pas dans mes cordes. Je suis trop poltron. D'ailleurs, si j'étais capable de voler, je ne serais pas clochard.
- Ce n'est pas moi qui vais te le reprocher.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          150
kuroinekokuroineko   12 décembre 2018
- Je ne vois pas ce qu'il y a de mal à dépenser son argent pour des oeuvres de bienfaisance, fit-il sur le ton d'un bon élève appliqué. Je sais bien que ce n'est qu'une goutte d'eau dans le malheur du monde, mais si ma fortune peut contribuer à aider des gens dans le besoin, cela me réchauffe le coeur.
- Encore faut-il avoir un coeur! répondit l'homme avec un sourire sarcastique.

《Le jeu de la charité》
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
missmolko1missmolko1   05 octobre 2015
- « J’ai retiré la lame de son corps et suis resté stupéfait, à contempler l’homme que j’avais tué.
Il reprit son souffle et porta son verre à ses lèvres.
- Plus que de la stupeur, ce que j’ai ressenti à cet instant précis était une forme d’extase. Plus de quarante ans se sont écoulés, mais je n’ai jamais depuis, éprouvé de sensation aussi pure et aussi forte.
- Pourtant parmi les Japonais de votre génération, nombreux sont ceux qui détestent la guerre et regrettent les massacres auxquels ils ont dû participer
- Ce sont des menteurs ! me répondit-il en haussant la voix. […] Ce sont des hypocrites qui ne pensent qu’à sauver la face. […] Cela me révolte ! »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          41

autres livres classés : nouvellesVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les mangas adaptés en anime

"Attrapez-les tous", il s'agit du slogan de :

Bleach
Pokemon
One piece

10 questions
462 lecteurs ont répondu
Thèmes : manga , littérature japonaiseCréer un quiz sur ce livre

.. ..