AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2234084245
Éditeur : Stock (09/01/2019)

Note moyenne : 3.62/5 (sur 4 notes)
Résumé :
Anvers, 1940. Wilfried Wils, 22 ans, a l’âme d’un poète et l’uniforme d’un policier. Tandis qu’Anvers résonne sous les bottes de l’occupant, il fréquente aussi bien Lode, farouche résistant et frère de la belle Yvette, que Barbiche Teigneuse, collaborateur de la première heure. Incapable de choisir un camp, il traverse la guerre mû par une seule ambition : survivre.
Soixante ans plus tard, il devra en payer le prix.
Récompensé par le plus prestigieux ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
viou1108
  13 janvier 2019
"Trouble" est le passé de Wilfried Wils. Aujourd'hui vieillard d'âge canonique, il se raconte dans des mémoires qu'il destine à son arrière-petit-fils. Remontant aux prémices de la Deuxième Guerre mondiale, il déroule le fil de l'Occupation à Anvers, sa ville, celle du diamant et d'une importante communauté juive. En ce temps-là, Wil a tout juste 20 ans, et pas de conscience politique ni même morale. Il veut juste échapper au travail obligatoire en Allemagne, alors il s'engage comme auxiliaire de police. C'est sous cet uniforme qu'il vivra la mise en place de la réglementation anti-juive, le racisme, les dénonciations, les lynchages, les arrestations. Choisit-il un camp ? Non, jamais. Il louvoie sans arrêt entre son ami Lode, lui aussi policier, qui prendra le parti des résistants, et Barbiche Teigneuse, son maître à penser germanophile, collabo à peine masqué. Pourquoi ne choisit-il pas son camp ? C'est moins clair. le Wilfried d'aujourd'hui vous répond que son seul but était de survivre à cette période terrible. Mais le Wil d'alors poursuivait-il consciemment cet objectif ? A la lecture, on a plutôt l'impression que le jeune homme est terriblement passif, exécute les missions qui lui sont confiées de part et d'autre sans jamais les avoir acceptées ou refusées clairement, et qu'il joue presque malgré lui un rôle d'agent double. Agir, s'abstenir, parler, se taire, Wilfried semble ne décider de rien et se laisser porter par le courant plus ou moins nauséabond d'un opportunisme cynique. Mais tout cela est très ambigu et flou, difficile de savoir si les confessions de l'arrière-grand-père sont sincères (voire lucides), ni s'il porte une quelconque responsabilité dans les événements qu'il relate. Toujours est-il que son pseudo "non choix" se rappellera douloureusement à lui des années plus tard.
Double jeu, dualité, dédoublement… Non content d'osciller entre collaboration et résistance, Wil, qui aspire désespérément au retour de la normalité, doute vaguement de son identité sexuelle et doit aussi se coltiner son alter ego, sa part d'ombre : Angelo, sa voix intérieure impétueuse et sarcastique, qui lui dicte les obscurs poèmes que Wil finira par publier après-guerre sous le titre "Confessions d'un comédien". Ambigu, vous avez dit ambigu ?
"Trouble" est une sorte de Chagrin d'Anvers qui nous fait plonger dans l'histoire sombre et peu glorieuse de la ville, et surtout de son administration et de sa police, à la botte de l'Occupant. Une fresque un peu brueghelienne, dans laquelle des personnages caricaturaux et rarement sympathiques se trouvent, à l'image de Margot la Folle (Dulle Griet, tableau évoqué à plusieurs reprises dans le livre), dans des situations monstrueuses sans savoir s'ils les ont provoquées ou simplement acceptées. Malgré des longueurs, une surabondance de noms de rues et une narration non chronologique, les pièces du puzzle apparues dans le désordre finissent par s'imbriquer peu à peu. Il y aurait encore beaucoup à dire de ce roman riche et complexe, mais j'en retiens que le Bien, le Mal, le choix ou son absence, la responsabilité, la culpabilité et la très inconfortable question du "qu'aurais-je fait à leur place ?" en sont les sujets, qui résonnent encore aujourd'hui aux oreilles d'une certaine Flandre qui ne s'est pas affranchie de son passé.
En partenariat avec les éditions Stock via Netgalley.
Lien : https://voyagesaufildespages..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          491
Renod
  11 janvier 2019
Au crépuscule de son existence, Wilfried Wils rédige ses mémoires à l'attention de son arrière-petit-fils. Le vieil homme revient avant tout sur la Seconde Guerre mondiale. Engagé dans la police comme auxiliaire pour se soustraire au S.T.O., il s'est trouvé au coeur des événements tragiques de cette période, en qualité de témoin et parfois d'acteur.
L'histoire se déroule à Anvers, la ville du diamant, qui abrite une communauté juive importante. Rapidement, les Allemands mettent en place des mesures discriminatoires, procèdent à des arrestations arbitraires, des rafles et des déportations. Wilfried Wils va côtoyer les deux camps ennemis : Lode, son ami et collègue, lui présente des résistants qui viennent en aide à un fugitif juif ; son mentor qu'il surnomme Barbiche teigneuse, le met lui en relation avec des collaborateurs. Et voilà notre Wilfried balloté d'un côté à l'autre, comme sans volonté, recruté pour des missions clandestines, sans jamais faire de choix clair. La période est trouble et le jeune homme plein d'ambiguïtés. Même le lecteur peine à déterminer sa part de responsabilité dans les machinations et les trahisons. Il doit se contenter des aveux à demi-mot d'un vieillard écrasé par une culpabilité lancinante.
Il faut dire que le narrateur est animé depuis toujours d'une dualité inquiétante. A l'âge de cinq ans, il a perdu la mémoire après une violente méningite. Il a dû réapprendre son nom et celui de ses parents. Il reste persuadé qu'il s'agissait d'une duperie, qu'on l'a trompé sur sa véritable identité. En son for intérieur, il est Angelo, son moi obscur qu'il dissimule dans ses profondeurs, un alter ego inquiétant, violent, qui parvient parfois à s'imposer et à interrompre la comédie sociale de Wilfried. A Angelo la hargne, la passion , à Wilfried la représentation et la normalité. Angelo s'exprime à travers les poèmes publiés par Wilfried . Ses premiers textes sont d'ailleurs publiés après-guerre dans un premier recueil au titre évocateur : « confession d'un comédien »…
Ce roman m'a dérouté. Cela tient bien sûr à l'ambigüité de son narrateur mais aussi à la structure chaotique de son récit. Ses souvenirs sont évoqués de manière décousue, sans transition. Ce n'est qu'en progressant dans le texte que l'on parvient à situer les personnages et à reconstituer la chronologie des événements. J'ai également eu du mal à me repérer dans la géographie d'Anvers. Jeroen Olyslaegers livre un roman historique peuplé de personnages croqués sous des traits grotesques. Il dresse avec talent le portait de ces salauds ordinaires qui pullulaient sous l'Occupation. Ecrire sur la Seconde guerre mondiale, un sujet traité par les plus grandes plumes, est un pari risqué. Olyslaegers s'en sort avec brio avec un roman traversé de fulgurances et de visions cauchemardesques.

Je remercie les éditions Stock et Netgalley pour ce partage.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          344
tynn
  16 janvier 2019
Par un long monologue, un arrière-grand-père raconte ses souvenirs dans un récit décousu, redonnant vie et couleurs sépia à Anvers, pendant la seconde guerre mondiale.
Sautant d'un événement à l'autre en brouillant la chronologie, le vieil homme évoque ses origines familiales, son éducation, sa passion pour la poésie, son mariage...
Et surtout son métier de policier, inévitablement aux ordres sous tutelle allemande.
En panorama se dessine la Belgique partagée entre collaboration et résistance, gangrenée par le nationalisme et l'antisémitisme dans une ville riche du savoir-faire des diamantaires juifs.

Si le contexte historique est proche de celui d'un autre pays européen à la même époque, le ton de narration est pour beaucoup dans l'originalité du livre et la personnalité très ambiguë du personnage principal.
Ce vieil homme qui se raconte reste un mystère dans sa duplicité. Spontané, direct, souvent cynique, il donne une vitalité percutante au récit, avec un esprit affûté, sans langue de bois. L'homme apparaît peu sympathique, distant, opportuniste, à la violence souterraine, naviguant à vue (comme une partie de la population d'un pays occupé) en cherchant avant tout à sauver sa peau dans une zone de chaos.
Une approche différente et originale sur l'attitude humaine d'un pays occupé.
Et un écrivain qui nous tient jusqu'à l'étonnant dernier chapitre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          190
ZeroJanvier79
  06 janvier 2019
Trouble est un roman de l'auteur flamand Jeroen Olyslaegers, paru en 2016 en langue originale sous le titre Wil, et traduit en français par Françoise Antoine pour une publication le 9 janvier prochain. En parcourant il y a quelques semaines le catalogue sur NetGalley.fr, j'avais été attiré par le résumé de ce roman :
" Anvers, 1940. Wilfried Wils, 22 ans, a l'âme d'un poète et l'uniforme d'un policier. Tandis qu'Anvers résonne sous les bottes de l'occupant, il fréquente aussi bien Lode, farouche résistant et frère de la belle Yvette, que Barbiche Teigneuse, collaborateur de la première heure. Incapable de choisir un camp, il traverse la guerre mû par une seule ambition : survivre. Soixante ans plus tard, il devra en payer le prix.
Récompensé par le plus prestigieux prix littéraire belge, Trouble interroge la frontière entre le bien et le mal et fait surgir un temps passé qui nous renvoie étrangement à notre présent. "
J'aimais l'idée de découvrir un nouveau récit ayant pour cadre la Seconde Guerre Mondiale mais dans un pays occupé auquel nous ne sommes pas habitués, à savoir la Belgique et en particulier la ville flamande d'Anvers.
Wilfried Wils, le narrateur, est un jeune homme qui rêve d'écrire des poèmes mais qui s'est engagé dans la police locale pour échapper au service de travail obligatoire en Allemagne. Sa nouvelle carrière va l'amener à rencontrer plusieurs personnages, comme son ami Lode, lui aussi policier mais secrètement impliqué dans la Résistance ; Yvette, la jolie soeur de Lode ; et « Barbiche Teigneuse », qui donne des cours de français à Wil tout en étant un collaborateur convaincu.
Le récit est ensuite sans grand surprise, le narrateur est sans cesse pris entre son amitié avec Lode, ses relations avec les collaborateurs, et son engagement dans la police locale. Décidé à survivre, Wil fait des choix condamnables qui vont le poursuivre toute sa vie.
Ce roman n'est pas mauvais, il est même parfois plaisant à lire, mais j'en garde toutefois un avis mitigé. le style m'a souvent semblé bavard, et l'ensemble m'a globalement semblé long et lent. Je suis persuadé que le même récit aurait pu être de façon plus condensée sans en perdre sa richesse.
L'intention de l'auteur est louable, son histoire fonctionne bien, avec des personnages forts et humains, mais je pense que le style et la longueur du récit desservent ce roman.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Citations et extraits (2) Ajouter une citation
RenodRenod   03 janvier 2019
(...) avant la guerre, leur vie était écrite du berceau jusqu'à la tombe. Echapper à son sort relevait alors du rêve impossible (...). Et voilà que soudain la guerre éclatait et la vie redevenait un terrain de jeux au lieu d'un traquenard. Sous le blanc camouflage de l'idéalisme se cachait l'ennui, une peine à perpétuité qui ne requérait pas de juge après la guerre.
Commenter  J’apprécie          70
RenodRenod   02 janvier 2019
Le mariage, mon cher garçon, est un exercice d'humiliation jusqu'à ce que la mort nous sépare. Ce qu'on appelle "se mettre en ménage" est un monstre à cent têtes. (...) Les hindous l'ont très bien compris. Tu n'as qu'à chercher des images de leur déesse Kali pour voir. Elle tire une langue rouge et à son cou bleu pendent des crânes aux orbites vides reflétant chacun de ces moments humiliants dont un homme et une femme savent qu'il vaut mieux les garder en famille.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
autres livres classés : littérature néerlandaiseVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacCulturaMomoxLeslibraires.fr

Autres livres de Jeroen Olyslaegers (1) Voir plus




Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
1493 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre