AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

Jerel Dye (Autre)
EAN : 9782311150285
304 pages
Vuibert (15/11/2022)
3.3/5   28 notes
Résumé :
Le portrait intime (et scientifique !) d'Albert Einstein, le plus grand génie de tous les temps. Une chevelure folle, une langue tirée et un air effronté. Une équation, E = mc², qui a changé le monde. Des travaux utilisés par d’autres pour mettre au point la plus grande machine à tuer de l’histoire… Et un nom, synonyme de « génie ». Voilà ce que l’on retient surtout d’Albert Einstein.

Dans ce magnifique roman graphique, Jim Ottaviani et Jerel Dye dres... >Voir plus
Que lire après EinsteinVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (22) Voir plus Ajouter une critique
3,3

sur 28 notes
5
1 avis
4
10 avis
3
7 avis
2
3 avis
1
0 avis
Si, comme moi, on est nul en physique, il ne faut pas espérer terminer ce livre en se disant que l'on a tout compris de la mécanique quantique, de la relativité soit-elle restreinte ou générale, de la gravité ou de l'effet photoélectrique avec ses électrons. Pour moi, tout cela reste un "trou noir" ;) !
Et pourtant, je vous assure, j'ai fait des efforts, relisant plusieurs fois pas mal de bulles explicatives, mais quand on n'a ni les bases ni l'esprit scientifique, c'est difficile.

Qu à cela ne tienne, je ne sais pas si faire un ouvrage de vulgarisation était le but 1er de l'auteur (dans ce cas, c'est raté pour moi à part me faire prendre conscience, si besoin était, de l'immensité de mon inculture) ou plutôt de nous immerger dans la vie, la pensée et la tête d'Einstein et là, c'est réussi !

La BD s'ouvre sur l'entrée de Charlie Chaplin et Albert Einstein à la représentation du film de Chaplin " Les lumières de la ville", sous les acclamations du public.
" - On ne fait qu'entrer . Pourquoi applaudissent-ils ?
- Ils vous acclament tous parce que personne ne vous comprend ? Et moi ? Ils m'acclament parce que tout le monde me comprend."
C'était en 1931, Einstein avait déjà reçu le Prix Nobel de physique pour ses contributions à la théorie quantique. Reconnu comme un génie, Einstein était toujours surpris par sa notoriété.

Enfant déjà, malgré une suspicion de retard de langage et une scolarité d'enfant puis d'adolescent un peu rebelle (il n'étudiait que ce qui l'intéressait), il montrait un cerveau hors du commun.
A l'âge de 5 ans, il était émerveillé par une boussole offerte par son père et se demandait comment des forces invisibles pouvaient dévier l'aiguille vers le nord. A 12 ans, il vénérait les livres de physique et de géométrie.

Sur les bancs de l'école, loin d'écouter les cours qui ne le passionnaient pas, son esprit vagabondait, s'imaginant pourchasser un rayon de lumière "Si je pourchassait un rayon de lumière..." puis plus tard, toujours pendant les cours ""si moi, me déplaçant à une vitesse "c", je pourchassais un rayon de lumière... "". le cheminement de sa pensée, pensée toujours en activité est bien retranscrit dans cette BD.

Ses réflexions matérialisées par l'illustrateur par des bulles bleues, montrent qu'Einstein dès le plus jeune âge, était concentré sur ce qui allait faire toute sa vie et toute son oeuvre scientifique. C'est fascinant et bien présenté par les auteurs/illustrateurs.

Jim Ottaviani nous montre qu'Einstein avait un autre centre d'intérêt, la musique était très importante dans sa vie. A 5 ans, toujours, il a commencé à jouer du violon sans grande passion jusqu'à ce qu'il découvre Mozart. La musique l'aurait aidé au moment de ses plus grandes découvertes.
A l'âge adulte, Einstein est toujours plongé dans ses pensées, mais cette fois, ce sont des formules physiques qui se baladent dans les bulles bleues, il semble toujours ailleurs et distrait. Il passe à côté de tout ce qui l'entoure, il réfléchit tout le temps. Sa pensée et ses explications scientifiques sont représentées, en plus de bulles bleues, par un violon bleu.

Einstein doute tout le temps, se remet en question, se trompe, recommence ses calculs. Il confronte ses idées à celles des grands scientifiques de l'époque. On le voit en compagnie de Kleiner, Lénard,, Max Planck, Adler, Grossmann, Besso, Eddington, Bose, Heisenberg, Niels Bohr (qui deviendra son meilleur ami) Marie Curie... Plusieurs pages de la BD sont consacrées à une conversation imaginaire avec Newton, né 2 siècles avant lui, c'est compliqué mais intéressant ! Avec toutes ces références, l'auteur nous propose un album très riche.

Si le génie d'Einstein est incontestable et remarquable, il n'en est pas de même pour sa vie privée. Ceci explique cela peut-être ?
On le découvre époux volage et père absent. Sa vie privée nous est dévoilée tout au long du livre de façon astucieuse.

Son engagement politique et son pacifisme sont également évoqués dans cette biographie assez complète. Sa contribution involontaire à la création d'une puissante arme de guerre, il n'avait pas imaginé cela, le désolera.
En 1939, il écrit une lettre à Roosevelt le mettant en garde contre le danger d'une potentielle bombe atomique. L'arrivée d'Hitler au pouvoir lui avait fait prendre la double nationalité suisse et américaine et l'avait éloigné de l'Allemagne.

L'auteur américain, Jim Ottaviani, ingénieur nucléaire puis bibliothécaire, a fait un énorme travail de recherches dans les archives d'Albert Einstein d'où il a tiré la plupart des dialogues de cette BD.
Le livre est assez beau et peut faire l'objet d'un cadeau mais pour lecteurs avertis ;), cela reste un ouvrage très scientifique.

L'illustrateur, Jerel Dye, professeur de dessin a su s'adapter au sujet avec talent.
Les couleurs sont sobres et l'écriture classique, c'est ce qu'il fallait pour un tel livre afin ne pas rajouter à la complexité et pour une lecture plus fluide.

A la fin du livre, une chronologie et une bibliographie nous sont présentées puis quelques pages illustrées à la toute fin où j'ai bien aimé le clin d'oeil !

En résumé, une BD intéressante, bien faite mais pour moi difficile à comprendre.

Je remercie Babelio et les Editions Vuibert pour ce beau cadeau reçu lors d'une Masse critique privilégiée.
Commenter  J’apprécie          5725
Einstein était un personnage pas toujours très sympathique, notamment avec ses épouses et ses enfants qu'il négligeait, trop préoccupé par ses travaux mais aussi en but à son caractère volage. Mais peut-être est-ce le prix à payer pour vivre aux côtés d'un génie qui, bien que souvent contesté par ses pairs, est devenu le scientifique le plus célèbre au monde avec sa théorie sur la relativité — point de départ pour l'arme atomique, au grand regret du pacifiste convaincu qu'il était. Même si parfois un peu ardu, et maladroit dans la façon de s'exprimer des personnages, vraiment un excellent roman graphique sur Einstein, sa vie son oeuvre, que je recommande vivement.

Merci à Babelio et aux Éditions Vuibert
Challenge MULTI-DEFIS 2022
Commenter  J’apprécie          695
Voici une biographie assez instructive d'Albert Einstein qui fut un véritable génie de la science moderne.

Il a été un très brillant scientifique comme le monde n'en n'avait peu connu. On ne peut malheureusement en dire autant en ce qui concerne sa vie privée que nous allons également découvrir par petites touches.

Il pouvait lui arriver d'oublier le landau avec son bébé à l'intérieur au gré d'une promenade à la Poste comme un père actuel pourrait oublier sa progéniture dans une voiture avec les dangers que l'on connaît. Oui, il y a la distraction et surtout le fait de ne penser qu'au travail au dépend du reste. Sa première épouse va également faire les frais malgré un dévouement et une patience à toute épreuve.

C'est également un témoin d'une époque bien trouble avec notamment l'avènement d'Hitler et sa terrible guerre qui l'obligera à s'exiler aux Etats-Unis.

Il a voulu comprendre l'univers et ce faisant, il a ouvert la voie à une possible destruction de toute l'humanité grâce à l'atome. Sa théorie, résumée par la formule E = mc2 ouvre à l'humanité les portes de la puissance de l'atome.

On part de son enfance lorsqu'il était malade et où son père va lui offrir une boussole qui va l'émerveiller jusqu'à ses derniers jours aux Etats-Unis. C'est tout le parcours d'un homme qui de jeune physicien contesté par ses pairs va devenir le savant le plus connu du monde.

C'est incroyable de savoir qu'il était plutôt un élève indiscipliné qui se faisait sortir de la classe. Il va se révéler par la suite grâce à son inépuisable curiosité de savoir comment les choses fonctionnent. Il va marquer les esprits avec son incroyable théorie sur la relativité dont les travaux ont commencé dès 1905. Il va alors poursuivre sans relâche ses recherches tout au long de sa vie en acceptant des petits boulots pour survivre.

Cette biographie est assez complète pour en avoir lu plusieurs autres que j'avais trouvé d'ailleurs assez académiques. Là, c'est mieux surtout dans la mise en scène assez asticieuse. On ne va pas non plus se limiter à la physique quantique mais savoir ce qui se cachait derrière l'homme de génie. C'est également intéressant de se pencher sur sa mentalité et non sur une accumulation de faits et de dates marquantes. Il y a la science mais également la philosophie pour comprendre le monde tel qu'il est.

Parfois, j'admets que c'est très ardu notamment dans les démonstrations de sa théorie lors d'un débat imaginaire avec Isaac Newton dont il remet une des théories en cause en allant tout simplement plus loin. Il admet également que ses propres théories ne sont que provisoires ce qui est perçu comme une marque de modestie.

Le dessin est assez agréable dans l'ensemble et sans aucune prétention ce qui permet une lecture aisée. En fin d'album, on peut retrouver une chronologie ainsi qu'une bibliographie assez complète. C'est plutôt un bel ouvrage petit par la taille mais grand par le talent.

Bref, c'est l'histoire d'un homme avec son génie au service de la science mais également ses contradictions qui a traversé un XXème siècle marqué par l'horreur des deux guerres mondiales. Une lecture pédagogique et passionnante à la fois mais tout de même assez compliquée surtout pour les néophytes.

Enfin merci aux Editions Vuibert et à Babélio pour cette lecture qui m'a été offerte grâce à une masse critique privilégiée. C'est une belle découverte malgré tout !
Commenter  J’apprécie          493
Un grand merci à Babelio et aux éditions Vuibert...

Comment ce petit garçon, passionné dès son plus jeune âge par les mathématiques et à la physique, est-il devenu cet éminent scientifique, certainement le plus célèbre ? de sa jeunesse en Allemagne à ses derniers jours, de ses travaux (pour certains remis en cause ou contestés par ses pairs) et expériences, de sa vie maritale et familiale, de ses amitiés, de ses sacrifices, l'on découvre, au fil des quelques 300 pages, ce que fut cet homme qualifié de « génie ».

Jim Ottaviani, vulgarisateur scientifique, qui a déjà publié deux romans graphiques, l'un sur Feynman, l'autre sur Hawking, dresse, avec moult détails (aussi bien scientifiques que techniques) le portrait de cet homme, plutôt discret, un brin volage, timide, en proie aux doutes. Si l'intention est louable, à savoir faire connaître via ce roman graphique ce génie, elle n'en demeure pas moins ardue et un brin trop poussée quant au développement scientifique. Beaucoup de choses nous échappent. de même, le fait que les personnages s'adressent parfois directement au lecteur alourdit le propos. Graphiquement, le trait souple de Jerel Dye et les couleurs plutôt sombres d'Alison Acton se prêtent plutôt bien aux personnages et à l'époque.
Mais, dans l'ensemble, cette biographie, bien que complète mais complexe, s'avère peu plaisante à lire.

Commenter  J’apprécie          5614
Il s'agit de la biographie graphique d'Albert Einstein, avec une insistance particulière sur sa carrière scientifique, même si sa vie privée est également évoquée. ● J'ai été déçu par cet album pour plusieurs raisons. D'abord, je trouve que pour un ouvrage de vulgarisation, il est particulièrement ardu. J'ai peut-être compris le vingtième des théories scientifiques exposées – et encore !... ● Faisant la part belle aux développements scientifiques, le livre consistant essentiellement en une suite de dialogues entre scientifiques, la vie privée du physicien est trop rapidement racontée. On s'aperçoit certes qu'il était un coureur de jupons, dont le machisme correspondait aux normes de l'époque – en d'autres termes, ce furent toujours ses femmes qui s'occupèrent de sa vie pratique et de ses enfants. Mais au-delà de ça, on n'en apprendra pas beaucoup plus. ● La voix off est assumée par les personnages secondaires, qui se tournent vers le lecteur pour lui expliciter certaines choses, ce qui est particulièrement maladroit et artificiel. ● le côté rêveur et distrait du personnage est en revanche bien mis en valeur par les vapeurs bleutées remplies d'équations qui se dégagent de lui, de même que sa préoccupation au sujet de la vitesse et de la nature de la lumière, dès son plus jeune âge, symbolisée par un violon bleu imaginaire. ● le récit est souvent confus, notamment au début, en particulier parce que les personnages, surtout féminins, se ressemblent beaucoup et qu'on peine à les distinguer. Plus généralement je n'ai pas tellement aimé le graphisme, assez rond, peu précis, ni le lettrage, trop standardisé. ● En fait, je ne vois pas ce que la dimension graphique apporte au propos ; le sujet est très peu romancé ; il aurait donc été plus pertinent d'écrire une biographie scientifique d'Albert Einstein. Mais cela devait bien sûr déjà exister… le seul passage à se démarquer et à justifier l'aspect graphique du livre est le passage où Einstein dialogue avec Newton : quelques pages sur 300… ● Je remercie Babelio et les éditions Vuibert pour ce livre reçu dans le cadre d'une Masse Critique privilégiée.
Commenter  J’apprécie          447


critiques presse (1)
LeMonde
19 décembre 2022
l’ouvrage parvient à montrer l’humanité d’un personnage devenu icône, ses erreurs aussi, son sens si poussé de l’abstraction, sans passer sous silence les aspects les moins reluisants de sa personnalité, en particulier sa dureté envers sa première épouse Mileva Maric, mère de ses trois enfants et délaissée.
Lire la critique sur le site : LeMonde
Citations et extraits (18) Voir plus Ajouter une citation
Mais son article « Un point de vue heuristique sur la production et la transformation de la lumière » est brillant, et pas juste parce qu’il pose une théorie. LA théorie. Une théorie correcte qui explique à la fois mes [à Philipp Lenard] résultats d’expérience et le rayonnement du corps noir de Planck.
Quand vous faites chauffer un corps noir, il irradie d’une manière spéciale, ce qui a posé un problème dans l’expérience de Lenard. Quand la lumière frappe certains matériaux, cela produit de l’électricité.
Avec plus de lumière, vous vous attendez à plus d’électricité.
Mais si vous ajoutez plus de lumière de toutes les couleurs (un spectre large), l’électricité n’augmente pas proportionnellement. Il n’y a que certaines couleurs qui comptent.
Si l’on voit la lumière comme quelque chose qui s’écoule, comme de l’eau, ce n’est pas l’intensité totale de l’eau qui tombe sur le matériau photoélectrique qui compte. Mais plutôt les gouttes de la bonne taille qui le touchent. C’est comme si un mauvais accord ne produisait aucun son, mais qu’une seule note – la bonne – donnait une symphonie.
Alors, pour expliquer l’effet photoélectrique, Einstein a imaginé la lumière comme une particule « qui n’est pas distribuée de façon continue, mais qui se compose d’un nombre fini de quanta d’énergie. Ce sont des points localisés dans l’espace, qui se déplacent sans se diviser, et qui ne peuvent être absorbés ou générés que comme un ensemble ».
Commenter  J’apprécie          40
Courber la lumière, résoudre la question de la gravité, c'était déjà assez extraordinaire. Mais pas pour tout le monde. Certains scientifiques anglais plus conservateurs voulaient faire confirmer la dernière prédiction d'Einstein avant de toucher à Newton.
Commenter  J’apprécie          243
Puisque la Terre se déplace dans l’espace, elle devrait créer un « vent d’éther » d’environ 30 kilomètres par seconde.
Donc, si la lumière voyage à cette vitesse sous le vent, elle devrait aller un peu moins vite quand elle va contre le vent ou perpendiculairement au vent.
Alors, on part d’un seul rayon de lumière, on le divise en deux, et on envoie chaque partie dans une direction différente. Ensuite, on voit si les parties sont décalées quand on les rassemble au point de départ.
Il ne s’est rien passé.
Rien passé du tout.
L’expérience remarquablement précise de [Albert] Michelson et de son collègue [Edward Morley] a bien mené à une vérité « à la sixième décimale ».
Il n’y a pas de vent. Le vide est réellement vide.
Commenter  J’apprécie          40
Alors, entre les atomes de Bohr et l'espace-temps d'Einstein, les mystères de l'infiniment petit et de l'infiniment grand se révèleront.
Ils traceront le chemin de la physique du futur, pour le reste du siècle et au-delà.
Commenter  J’apprécie          142
[Le démon de Maxwell]

Son démon – s’il existait – serait capable de débrouiller un œuf ou de faire geler spontanément une cafetière chaude. Cependant, à la fin, la tendance de la nature au désordre finirait toujours par gagner. Les démons ne peuvent pas lutter contre les lois de l’entropie. Bien sûr, l’apport scientifique de Maxwell est autrement plus important que ces diablotins imaginaires. Il a découvert le comportement des particules chargées et les liens entre l’électricité et le magnétisme. Les équations de Maxwell, qui relient les champs électriques et les champs magnétiques, ont eu un succès fou. Elles montrent que la lumière – une onde électromagnétique – parcourt l’espace d’une manière similaire aux vagues dans l’océan.
Commenter  J’apprécie          30

autres livres classés : physique quantiqueVoir plus
Les plus populaires : Bande dessinée Voir plus



Lecteurs (80) Voir plus



Quiz Voir plus

Les écrivains et le suicide

En 1941, cette immense écrivaine, pensant devenir folle, va se jeter dans une rivière les poches pleine de pierres. Avant de mourir, elle écrit à son mari une lettre où elle dit prendre la meilleure décision qui soit.

Virginia Woolf
Marguerite Duras
Sylvia Plath
Victoria Ocampo

8 questions
1707 lecteurs ont répondu
Thèmes : suicide , biographie , littératureCréer un quiz sur ce livre

{* *}