AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782081248441
Éditeur : Flammarion (01/03/2017)

Note moyenne : 3.29/5 (sur 56 notes)
Résumé :
Nathalie, ou Sucre de Pastèque comme elle aime qu'on l'appelle, vit avec sa mère vendeuse de confiseries dans un immeuble haussmannien. Elle s'ennuie et attend désespérément que quelque chose vienne changer son quotidien. Quand elle rencontre son nouveau voisin, elle décide de lui faire passer une série d'épreuves pour qu'il puisse, tel un chevalier, obtenir son cœur.
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (21) Voir plus Ajouter une critique
Ziliz
  03 décembre 2018
« Nathalie se situe à l'exact mitan entre Boucle d'Or et Anaïs Nin », annonce l'éditeur.
D'Anaïs Nin, je ne connais que la couverture fessue de son 'Journal', qu'on pouvait voir dans les catalogues France Loisirs des années 80.
Boucle d'Or, par contre, je connais bien, et j'aime beaucoup. Y compris l'interprétation donnée par Bettelheim dans 'Psychanalyse des Contes de fées'.
Le lien entre elles ne me saute pas aux yeux (un lit ?), l'exact mitan encore moins.
Je dirais plutôt que Véronique Ovaldé et Joann Sfar jouent ici à Tim Burton, Mathias Malzieu, et autres auteurs de 'gothique lisse' (?)...
Je me demande à qui s'adresse l'ouvrage. Je l'ai trouvé au rayon 'BD adultes' de ma médiathèque. J'ai d'abord eu l'impression d'être dans un conte pour enfants, mais avec des clins d'oeil trop appuyés aux années 80 pour qu'un jeune public s'y retrouve.
Les épreuves imaginées par cette drôle de gamine mettent rapidement mal à l'aise, évoquant les défis dangereux lancés entre ados sur Internet, rappelant également le film 'Jeux d'enfants' (Yann Samuell, 2003).
Les dessins, c'est du Joann Sfar, pas de bol quand ce sont ses textes qu'on apprécie dans ses BD (série 'Le chat du Rabbin').
Le texte, c'est du Véronique Ovaldé. J'ai savouré ses premiers romans, j'ai découvert récemment avec sa nouvelle publiée dans la dernière édition de '13 à table' que la pléthore d'enchâssements dans ses récits est insupportable si on se focalise dessus.
L'alliance des deux m'a paru criarde comme un duo mal accordé, et redondante.
Ce billet totalement bordélique devrait refléter ce que j'ai ressenti pendant ma lecture (déception, ennui, perplexité, malaise croissant) et le goût amer que je garde après avoir refermé l'album.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          392
Peteplume
  18 février 2019
Voici un roman que je n'arrive à classer dans aucun genre: pas une BD ni une roman graphique, mais un livre illustré comme ceux de ma jeunesse bien que je ne crois pas que ce livre cible le public jeune. Mais à qui s'adresse-t-il au juste? Pour ma part je n'y ai pas trouvé mon compte. Les dessins de Sfar n'ont jamais su me séduire et en l'occurrence ils n'apportent rien au texte; texte qui m'a laissée également perplexe: l'héroïne, un peu perverse, me paraît plus tenir de Fifi Bridacier et de Zazie que de Boucle d'Or et d'Anaïs Nin, comme le laisse entendre la quatrième de couverture. La narration est pleine de fantaisie mais tout est à peine esquissé de sorte qu'on a du mal à s'identifier ou simplement s'attacher aux personnages. J'espérais aborder avec cette lecture l'univers de Véronique Ovaldé qui a si souvent été récompensée mais cette lecture m'a plutôt refroidie. Bref, un livre qui ne me laissera pas un souvenir impérissable…
Commenter  J’apprécie          140
lautre_magda
  29 mai 2017
Une histoire qui méritait mieux. A lire cependant ! Je trouve que l'enfance est fantasmée, loin parfois des vrais sentiments éprouvés par les enfants ,mais que par moments on y s'en approche...L'écriture est un peu trop simpliste .Beaucoup de personnages caricaturés. (La concierge , et bien d'autres...) L'histoire n'a pas pris l'envol que j'espérais . Quant aux illustrations que Joan Sfarr dont j'aime bcp le travail par ailleurs...(Le chat du Rabbin et Klezmer particulièrement ), là...Il semble hésiter entre reprendre mot à mot des pans du récit ou s'en affranchir. Il eut mieux valu s'en affranchir, car sinon ça frôle fort la redondance . Dommage, l'idée était bonne . Décevant.
Commenter  J’apprécie          100
christinebeausson
  27 mars 2019
Je m'attarde à la première page lors de la description de l'immeuble parisien avec l'appartement sous les combles d'où on peut apercevoir le sacré coeur (derrière le Château d'Eau ) .... souvenir .... j'ai rencontré un agent immobilier qui connaissait très bien son boulot, un appartement anciennement composé de chambres de bonnes qui avaient été reliées ... nous aussi en montant sur un tabouret, nous pouvions avoir vu sur le superbe clocher de l'église sainte croix doré à l'or fin .... souvenir !
Lecture silencieuse, parfois un sourire à l'évocation d'une bêtise, un décryptage du dessin pour le raccrocher aux textes .... symbiose du dessin et du texte avec juste ce qu'il faut de fantaisie.
Remonter dans le temps, se souvenir des années passées, pour Nathalie-Sucre de Pastèque c'était les années 80, pour moi c'était les années 50...
Se souvenir du lieu, pour Nathalie-Sucre de Pastèque c'était la rue céleste Cannard, pour moi c'était la rue Juliette Dodu...
Nostalgie quand tu nous tiens, j'ai lu, j'ai parfois traîné un peu, soupiré, et un saut dans le temps m'a réveillée ... pour apprécier ce moment d'éternité quand on se retrouve dans les lieux de son enfance, face à ses souvenirs, face à ce que la vie fait de nous et ce qu'elle a fait des autres.
C'est je crois pour ce retour en arrière que j'ai apprécié cette lecture .... ne pas oublier de se souvenir .... pour sourire et aimer encore et toujours la vie !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
Chouchane
  03 avril 2017
Nous sommes dans les années 80, il y a encore des enregistreurs à cassette et l'héroïne s'appelle, comme c'est commun dans les années 80, Nathalie. le décor : un immeuble parisien. Les personnages : une concierge, les habitants de l'immeuble. Au cinquième, Nathalie qui vit avec sa mère. Jeune fille fantasque, solitaire et intelligente, elle n'a pas d'ami-e. Au sixième, Eugène un garçon un peu complexé bègue et très attachant vit, lui, avec sa famille et un père un inventeur un peu branque. Ni Nathalie, ni Eugène ne semblent avoir trouvé leur place dans ce monde. . Que ce soit en raison de leur fantaisie ou de leur handicap ils vivent isolés dans un quotidien rythmé par les adultes qui rentrent et qui sortent des appartements. Bref ! Quand ces deux là se rencontrent; c'est une sorte de coup de foudre enfantin. Ils vont vivre quelques semaines d'amitié loin du regard des adultes. Elle lui propose des challenges secrets : ne pas parler jusqu'à minuit, marcher les yeux fermés... et lui s'exécute. Ces deux jeunes, trop singuliers pour avoir des amis, se découvrent être des âmes soeurs et vont s'inventer un univers à eux jusqu'à ce que "à cause de la vie", ils soient séparés.
Les dessins faussement fragiles de Joan Sfar sont la vraie valeur ajoutée de cette histoire qui a mon goût manque un peu de chaleur et d'émotions mais cela reste un joli récit d'amitié qui s'adresse à des jeunes.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50


critiques presse (2)
LeMonde   17 juillet 2017
La romancière fait confiance à sa jeune héroïne. Cela donne « A cause de la vie », roman tendre et grave qu’allègent les dessins de Joann Sfar.
Lire la critique sur le site : LeMonde
LaPresse   09 juin 2017
Coup de coeur pour ce conte écrit par Véronique Ovaldé. L'auteure de Ce que je sais de Vera Candida fait ici équipe avec l'illustrateur Joann Sfar, qui traduit parfaitement en images le monde de Nathalie-Sucre de Pastèque et d'Eugène, l'enfant bègue.
Lire la critique sur le site : LaPresse
Citations et extraits (12) Voir plus Ajouter une citation
ZilizZiliz   02 décembre 2018
Pourquoi, pour paraître intelligente, faut-il être maigre et porter des pantalons (et du coup ressembler plus ou moins à un garçon) ? Nathalie remettra ce diktat en question quand elle sera assez grande pour le faire. Pour le moment, elle suit le mouvement, elle ne mange pas de beurre, elle retire le gras du jambon et dort sur le ventre les bras serrés contre sa poitrine pour que ses seins ne poussent pas.
(p. 13-15)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
ZilizZiliz   03 décembre 2018
[ 1984 ]
Monsieur Lefèvre est un homme doux, sans grande ambition professionnelle, il cultive une forme d'humour difficile d'accès (il aime les charades), il est discret, il porte des pantalons en velours côtelé, des mocassins à glands et des cravates des années 1970 (qui ont un côté tellement psychédélique sur ses chemisettes à carreaux que c'en est émouvant), il est inventeur, c'est ce qu'il demande à Eugène de mettre sur les petites fiches que celui-ci remplit au début de chaque année scolaire, PROFESSION DES PARENTS, et madame Lefèvre lui reproche de faire dire n'importe quoi à son fils, et elle conseille à Eugène d'écrire CONSEILLER CLIENTELE comme tout le monde.
(p. 49)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
SZRAMOWOSZRAMOWO   26 juillet 2017
Il y avait au 12, rue Céleste-Cannard un immeuble de six étages qui ressemblait à pas mal d’immeubles parisiens de six étages – balcon au deuxième et au cinquième, sixième étage avec multiples chambres de bonnes aux murs abattus à la masse pour former, selon les agents immobiliers qui connaissent la partie et détiennent le lexique adéquat, un grand appartement traversant avec vue sur le Sacré-Cœur (très loin, mais malgré tout reconnaissable derrière le château d’eau), parquet en chêne partout sauf au rez-de-chaussée (pas de coquetterie genre point de Hongrie : du chêne en lattes parallèles, du solide, du classique), cage d’escalier à vitraux, tapis de marches bleu à constellation jaune, quelques pancartes rescapées dans l’entrée (carrelage d’époque) qui stipulent que le gaz est bien à tous les étages mais que l’eau courante, par bon sens, n’est plus disponible l’hiver entre 20 heures et 6 heures du matin.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
CarjoCarjo   19 octobre 2018
Nathalie cultive une forme de nostalgie imaginative qui lui fait regretter des événements qui ne se sont pas encore déroulés (elle fait partie de ces gens qui vivent leur existence avec une petite voix dans leur tête qui raconte chacune de leur journée pendant qu'ils sont en train de la vivre. Du coup tout prend systématiquement la couleur du souvenir). Cette particularité, cela va sans dire, a tendance à isoler ceux qui en sont affligés. p. 38
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
AlittlepieceofAlittlepieceof   07 avril 2017
Nathalie déteste la matière grasse, ce qui est parfait vu que toutes les héroïnes des livres qu'elle lit sont maigres. Pourquoi, pour paraître intelligente, faut-il être maigre et porter des pantalons (et du coup ressembler plus ou moins à un garçon ?)
Commenter  J’apprécie          10

Videos de Véronique Ovaldé (68) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Véronique Ovaldé
Qui n'a jamais été tenté de tout plaquer et partir, comme ça, du jour au lendemain ? C'est en commençant son histoire par une fuite que s'ouvre le dernier roman de Véronique Ovaldé, j'ai nommé l'intrigant Personne n'a peur des gens qui sourient. Si Gloria, maman de Stella et Loulou, prend la poudre d'escampette avec sous les bras enfants et Beretta, ce n'est pas par gaieté de cœur. Bye-bye le soleil méditerranéen, bonjour l'Alsace ! En quittant les reliefs ensoleillés pour gagner la maison maternelle de Kayserheim longtemps désertée, Gloria se cache d'un passé qu'elle seule semble connaître... Quelle menace fuit-elle ? Pour comprendre cette désertion, il faut alors remonter le fil du passé. De la petite enfance de son héroïne dans le Grand Est aux rives de Villenargues, la romancière distille les indices au compte-gouttes, développant ainsi un suspense aguicheur... Allez, je vous dis tout et plus encore, à l'écrit comme en audio !
Lien blog : http://bookncook.over-blog.com/2020/06/booktube-audio-personne-n-a-peur-des-gens-qui-sourient-veronique-ovalde.html
+ Lire la suite
autres livres classés : immeubleVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Ce que je sais de Vera Candida, de Véronique Ovaldé

Qui est Rose Bustamente ?

La mère de Vera Candida
La tante de Vera Candida
La grand-mère de Vera Candida

10 questions
154 lecteurs ont répondu
Thème : Ce que je sais de Vera Candida de Véronique OvaldéCréer un quiz sur ce livre