AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 291876731X
Éditeur : Asphalte (11/04/2013)

Note moyenne : 3.57/5 (sur 7 notes)
Résumé :
Washington, D.C. : le lieu évoque aussitôt les arcanes du pouvoir américains, la Maison blanche, le Capitole. Mais c’est aussi une ville à part des États-Unis, au taux de criminalité record. George Pelecanos et quinze autres plumes – des auteurs de noir, mais aussi un policier, un ancien taulard, un acteur... – nous font découvrir leur Washington, où se croisent drogués et prostituées, gangsters et flics de base, mais aussi politiciens et journalistes.
Auteur... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
Rebus
  19 juin 2013
Washington Noir est un recueil de nouvelles dans lequel ont collaboré 16 auteurs et fait partie d'une collection ,"Asphalte Noir" qui nous fait découvrir le côté obscur de grandes villes urbaines comme Paris, Brooklyn, Londres, Barcelone, Haïti et j'en passe...
"Washington Noir" est préfacé par George Pelecanos, natif de Washington et auteur de très nombreux romans noirs où l'intrigue se déroule dans la capitale américaine.
Les nouvelles sont divisées en 4 grandes parties : DC dévoilée, Rues et ruelles, Flics et voleurs , La colline et ses frontières.
Tous les quartiers, toutes les classes sociales sont évoqués, toute une palette de personnages est passée au crible : on peut rencontrer un pauvre gars en quête de la reconnaissance de son père (L'indic de confiance, G. Pelecanos), de jeunes têtes brûlées (Première fois, de Kenji Jasper), une prostituée moldave suicidaire (La capitale du monde, Jim Patton), , un rescapé de camps de concentration (Le nom des perdus, Richard Currey), une tranquille mère de famille (A l'est du soleil, Jennifer Howard) ou bien un vendeur ambulant nigérian (La ruelle de Solomon, Robert Andrews), des souvenirs d'enfant (La lumière et l'obscurité, Robert Wisdom), une femme bourgeoise divorcée, puis veuve (La femme et l'hypothèque, Laura Lippman). Sans oublier un témoin courageux (Froid comme la glace, Quintin Peterson), une maîtresse de chef de gang repentie (Dieu n'aime pas les trucs moches, Lester Irby), un journaliste en quête de scoop (La chasse au coyote, Ruben Castaneda), une femme fatalement fatale (Jeanette, Jim Beane), ou encore un sénateur (Le principe fondamental,James Grady), un serveur de resto sur la brèche (Le pourboire, David Slater), une femme kidnapée (Le messager de Soulville, Norman Kelley) et pour finir des gens trop puissants (Le Pigeon, Jim Fusilli).
Pour moi, l'un des thèmes central de ces nouvelles, outre la ville en elle-même, c'est le choix : le choix de faire un acte à un moment donné, et les conséquences qui en découlent.
On joue également beaucoup sur la dualité : les blancs et les noirs, la richesse et la pauvreté, le pouvoir et l'ombre, les quartiers riches et les quartiers pauvres, manipuler ou se faire manipuler...
Evidemment, j'ai préféré certaines nouvelles à d'autres : mention spéciale à L'indic de confiance (mais là, je ne suis pas objective car je suis une inconditionnelle de Pelecanos), A l'est du soleil de Jennifer Howard, ou encore le principe fondamental de James Grady.
Mais toutes les nouvelles offrent un point de vue différent de la ville, de la vie et des méandres du coeur humain.
Une belle découverte d'auteurs, une lecture intéressante et enrichissante.
Merci à Babelio et aux éditions Alphate de m'avoir permis de découvrir cette collection. Je pense d'ailleurs aller vagabonder bientôt dans d'autres ruelles sombres de certaines villes...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
encoredunoir
  09 avril 2013
Les éditions Asphalte continuent la publication de leurs « villes noires ». En attendant La Havane et après Haïti, direction Washington pour un recueil sous la direction de l'écrivain de romans noirs le plus étroitement associé à la capitale américaine, George Pelecanos qui, outre une préface, se fend aussi (sans trop se forcer, tout de même) de la nouvelle qui ouvre ledit recueil.
Mais, si la nouvelle de Pelecanos, où il assure le minimum syndical, n'est pas à proprement parler transcendante, l'ensemble de l'ouvrage se révèle de fort bonne tenue.
C'est qu'il y a de la matière pour un écrivain dans cette ville polymorphe, cosmopolite, où l'on croisera, outre les habituels gangsters et politiciens, des prostituées moldaves ou des vendeurs à la sauvette nigérians (étonnante « La ruelle de Salomon », de Robert Andrews).
Mais ce qui ressort vraiment de ce recueil, c'est l'opposition constante entre des mondes forcés de cohabiter. À travers la gentrification des anciens quartiers populaires d'abord, au centre en particulier de deux nouvelles adoptant deux points de vue différents : dans « À l'Est du soleil », Jennifer Howard met en scène une mère de famille de la classe moyenne supérieure installée dans un quartier « en mutation » et qui va commettre involontairement une bourde tragique lui rappelant cruellement qu'elle ne peut pas faire comme si l'économie parallèle et les habitants plus anciens des lieux n'existaient pas ; à l'inverse, chez David Slater (« Un pourboire »), c'est un cuistot qui, toute une journée durant se trouve confronté aux jeunes crétins arrivistes qui envahissent son quartier alors que lui-même risque d'en être expulsé. Slater fait habilement monter la tension jusqu'à l'éclatement final. Autre oppositions et des moeurs pas bien différentes en fin de compte chez le vétéran James Grady mettant en scène dans « le principe fondamental » le conseiller d'un sénateur idéaliste confronté à un lobbyiste… où l'on voit que les engagements sont à géométrie variable mais que, pour ceux qui ont encore une once d'humanité, les tentations qui entraînent les reniements ne sont pas forcément évitables mais peuvent finir par devenir insupportables. Tout se paie… d'une manière ou d'une autre.
On ne fera pas un tour complet de toutes les nouvelles de ce recueil qui si elles ne se valent pas toutes forment au moins un tout parfaitement cohérent et nous éclairent sur la ville et ses dessous et nous révèlent des auteurs que l'on ne connaissait pas encore et que l'on aurait plaisir à retrouver, que ce soit sur ce format court ou au travers de romans. Un plaisir de lecture, à picorer ou à envisager comme un ensemble habilement construit.


Lien : http://www.encoredunoir.com/..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
Farrah
  03 septembre 2013
C'est ma première incursion dans la collection consacrée au polar noir des éditions Asphalte. Je connaissais déjà de nom les précédentes publications dont on m'avait dit le plus grand bien et j'avais hâte de me lancer dans celle-ci suite à la dernière Masse critique du site Babelio. Je n'ai pas été déçue.
Georges Pelecanos présente ces 16 nouvelles consacrées à la ville de Washington. Il connaît bien la ville puisqu'il y est né en 1957 et y a situé nombre de ses personnages de privés. Producteur et scénariste de la célèbre série Sur Ecoute, un chef d'oeuvre de noirceur et de réalisme sur la ville et ses trafics de drogue, il est donc tout particulièrement bien placé pour introduire cet opus.
Washington est une ville de contraste, de métissage : d'une part une faible portion de la population qui migre au rythme des élections tous les 7 ou 8 ans, d'autre part des habitants issus du Sud qui y vivent depuis des générations, ou de « nouveaux arrivants » venus de pays européens après la guerre, puis de l'Amérique du Sud à partir des années 60.
Le contraste entre les nantis et les démunis y apparaît de manière encore plus
violente que dans les autres villes des Etats-Unis. Seule commune qui ne possède pas de représentants au Sénat, elle est par conséquent ignorée par les politiciens et les présidents qui n'y trouvent pas leur base électorale et les infrastructures sociales et publiques en souffrent particulièrement d'où l'impact sur la jeunesse et la délinquance.
Les nouvelles s'inspirent du découpage de la ville en quartier, utilement représentée par une carte au début du recueil, pour nous offrir un reflet aussi complet que possible de ces populations. Depuis Georges Pelecanos lui-même, en passant par des journalistes, des écrivains – célèbres ou non -, des professionnels de la justice ou…du crime, chacun apporte sa voix et brosse un tableau vivant de la capitale. Dures, comme « La capitale du monde » de Jim Patton sur l'esclavage des prostituées importées d'Europe de l'est, ou bien touchantes comme « Les noms des perdues de Richard Currey et son personnage de vieux juif rescapé des camps de la mort ; ce qui est sûr c'est qu'elles ne laissent pas indifférent et c'est ce qui fait toute la saveur du recueil.
Petit plus qui ajoute au plaisir de la lecture, la playlist que l'on peut découvrir dans le rabat de la couverture.
Pour moi cette lecture a été un grand plaisir et je découvrirai avec un enthousiasme d'autant plus grand les autres titres de la collection.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
sylvain1975
  29 juin 2013
J'ai refermé le livre avec un sentiment mitigé, un peu comme un rendez-vous manqué et son lot de frustration. Je ne mets pas en doute la qualité de l'écriture des auteurs proposés, qui ne saurait d'ailleurs être mise en doute, j'émets par contre de sérieuses réserves sur ce que je considère être parfois un recours systématique à une certaine facilité dans les thèmes développés. Seules les nouvelles de Pelecanos, de Jim Patton et de Richard Currey sortent pour moi du lot, mettant en scène des personnages attachants, avec des failles, écrits à hauteur humaine. On ne peut hélas en dire autant des autres nouvelles, sombrant souvent dans la caricature et les lieux communs (la nouvelle de Kenji Jasper en est un douloureux exemple), quand elles ne laissent pas l'impression d'avoir été torchées en dépit du bon sens, et ce malgré un style certain qui transparaît parfois fugitivement (la nouvelle écrite par Lester Irby et sa dramaturgie expéditive). Inégal donc, et je le répète frustrant.
Merci à Babelio et aux éditions Asphalte
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Citations et extraits (3) Ajouter une citation
RebusRebus   19 juin 2013
- Combien d'employés de ton équipe viennent de D.C. ?
- Un, répondit Joel
- Ici, c'est pas vraiment une ville industrielle habituelle, dit Dick.
- Ici, c(est pas vraiment une ville habituelle tout court, dit Joel.

Le Principe fondamental, James Grady.
Commenter  J’apprécie          70
RebusRebus   19 juin 2013
J'ai entendu un mec m'appeler par mon nom. puis un autre, un peu plus loin. J'entendais le rire dans leurs voix. J'ai un peu frissonné et je me suis mordu la lèvre inférieure.
Utilise l'alphabet, si tu te perds. C'est ce que mon père m'avait dit quand j'étais petit. Otis, Princeton, Quebec...J'étais à trois rues de chez moi.


L'indic de confiance, G. Pelecanos.
Commenter  J’apprécie          10
asphalteasphalte   14 février 2013
Washington, D.C. est la ville américaine où les différences de classe, de race et de culture sont les plus évidentes. Et les conflits ne se cachent pas sous la surface – cette expérience américaine est disséquée et discutée chaque jour, en plein dans votre gueule
Commenter  J’apprécie          10
Videos de George P. Pelecanos (9) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de George P. Pelecanos
Chronique animée par Fabien Delorme, consacrée aux grands noms de la littérature policière, dans le cadre de l'émission La Vie des Livres (Radio Plus - Douvrin). Pour sa quatrième chronique, le 15 juin 2016, Fabien aborde l??uvre de George Pelecanos. Fabien Delorme est aussi conteur. N'hésitez pas à vous rendre sur son site : http://www.fabiendelorme.fr/ Ou sur sa page Facebook : https://www.facebook.com/fabiendelormeconteur La page Facebook de l'émission La Vie des Livres : https://www.facebook.com/laviedeslivres62
autres livres classés : washingtonVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

King Suckerman de George P. Pelecanos.

Dès les premières pages un meurtre est commis par une petite frappe du nom de Bobby Roy Clagget. Qui est la victime ?

Un projectionniste de cinéma
Un bookmaker sur un champ de course
Un docker trop bavard

10 questions
4 lecteurs ont répondu
Thème : King suckerman de George P. PelecanosCréer un quiz sur ce livre