AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Frédérique Pressmann (Traducteur)
EAN : 9782020550796
381 pages
Éditeur : Seuil (21/05/2002)
3.98/5   61 notes
Résumé :
Milieu des années quatre-vingt, quartier noir de Washington, l'ambiance est chaude, violente même. En plein coeur du ghetto, un petit monde survit entre défonce, affaires louches ou légales, jolies filles et longues journées d'ennui.

C'est là que Marcus Clay, grand costaud noir, ancien du Vietnam, a installé sa boutique de disques. Son meilleur ami, Dimitri Karras a laissé tomber l'enseignement et s'accroche de plus en plus à la coke. Tous deux s'en ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (7) Voir plus Ajouter une critique
koalas
  19 mai 2019
On m'avait caché que King Suckerman avait une suite !
Le temps de renfiler ma tenue blaxploitation des années 70
pattes d'eph, col pelle à tarte, et de sortir mes disques disco funk
Je me glisse comme un coq en patte dans la soul fiction.
Pas de bol, ça se passe dans le milieu des années 80 !
Dépité , je jette tout mon attirail en vrac
et renfile mon débardeur et ma paire de Rayban.
Rassuré , je retrouve Marcus Clay et Dimitri Karras
la paire de disquaire la plus cool du roman noir
et du ghetto de Washington DC ..
pas du tout au top de leur forme.
Marcus a des ennuis avec sa femme,
Dimitri n'arrête pas de sniffer....
mais ce n'est rien à coté du quartier qui s'embrase
pour un dealer cramé et une valise bourrée de drogue qui se fait la malle.
Toute l'action se déroule en quelques jours.
Les règlements de compte entre gangs s'enchainent
au nez et à la barbe des flics...un peu pourris
Je reste cloué sur mon siège en daim en sirotant un Ice Tea
Et là je me dis :
- Putain que fait Dimitri Karras à part se poudrer le nez ?
- J'ai à peine fini ma bafouille que le vétéran du Vietnam
Marcus Clay (pas le frère de Cassius) et naguère champion de basket
surgit d'une page cornée et fonce vers le panier...de crabes.
Il était temps !
Mention spéciale pour l'agent Tutt et ses blagues de beauf.
Suave comme l'eternité, à mettre en haut du panier !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          413
Sebthocal
  13 avril 2017
1986, Washington DC. La ville d'abord, très présente avec des indications précises de lieu. Des quartiers populaires où vivent et/ou travaillent les personnages. Des "Blacks" pour la plupart. Certains bien établis dans la vie publique, d'autres qui ont pris des chemins parallèles. Et deux flics, un blanc et un noir, qui eux, essaient de profiter des deux systèmes. Tous ont en commun de chercher une vie meilleure, par tous les moyens. Ceux de la drogue, surtout : la cocaïne avec ses consommateurs qui pensent qu'elle pourrait leur apporter "La promesse d'un avenir propre et délivré de la mort" (p. 29, Points, 2002), et ses dealers qui en retirent tout l'argent nécessaire pour vivre et flamber.
On est vite happé par ces personnages haut-en-couleur et attachants, qui essaient tous de se débrouiller comme ils peuvent. de manière légale ou illégale. Peu importe, les vertueux ne sont pas toujours ceux que l'on croît.
Avec pour fil conducteur, une taie d'oreiller remplie de billets, Pelecanos restitue à merveille la vie des quartiers pauvres de la capitale américaine des années 80. Les références musicales, sportives (le basket), les marques de voiture, mais aussi les modèles d'armes et bien sûr le style de l'auteur avec la description des scènes sous les angles différents des personnages restituent l'ambiance de la ville et créent un univers que l'on n'a pas envie de quitter.
Le racisme ordinaire y est latent également. Parfois de manière éclatante, comme avec Eddie Golden, noir et juif : "Son ambition secrète, c'était d'être un beauf bien blanc, comme ses potes" (p. 84, Points, 2002).
Tous ces ingrédients forment un roman noir à la mécanique bien huilée. Une réussite que l'on a envie de retrouver.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          261
maltese
  28 août 2014
Où l'on retrouve les inséparables Marcus Clay, propriétaire de magasins de disques, et son ami d'enfance Dimitri Karras.
Nos deux héros ont vieilli depuis le premier roman de la série, "King suckerman", mais en ce milieu des années 80 la violence est toujours bien présente dans les rues de Washington. Marcus et Dimitri vont devoir régler leurs comptes avec une bande de petits trafiquants de drogue, épaulés par des flics ripoux, désireux de récupérer un sac de billets.
La recette Pelecanos fonctionne à merveille à chaque fois. Des personnages très bien campés, une intrigue réaliste et un regard aigu sur la société américaine, la question raciale, le sens de l'honneur, la morale... sans oublier la place prépondérante à la fois de Washington DC et de la musique.
Commenter  J’apprécie          60
Bigalow
  29 octobre 2017
Pour la suite de son DC Quartet, Georges Pelecanos reprend les bonnes vieilles recettes des opus précédents, pour nous livrer encore une fois un superbe polar social. On est plongé dans l'ambiance du Washington des années 80, entre musique d'époque, rails de coke, et gangsters. Une superbe lecture pour un excellent moment.
Commenter  J’apprécie          60
marievalauteure
  29 juin 2021
Georges P. Pelecanos
Suave comme l'éternité
Pelecanos nous plonge dans les ghettos de Whashington, un univers de sexe, de drogues et de conflits raciaux où règnent la violence et la corruption. Un polar survolté.
Ce livre est une merveille, un vrai coup de coeur pour moi. Les années 80, les gangs, les enfants plongés dans le business dès leur plus jeune âge, la mort qu'ils côtoient au quotidien.
Georges Pelecanos décrit très bien cette ville qui as du mal à s'en sortir, dirigé par un maire qui lui même est accro à la coke.
J'ai eu beaucoup de mal à lâcher mon livre à chaque fois, je ne pouvais quitter cet univers qui m'a donné des frissons et fait monter les larmes aux yeux.
Je recommande😊
Commenter  J’apprécie          20

Citations et extraits (10) Voir plus Ajouter une citation
SebthocalSebthocal   13 avril 2017
Tutt n'aurait jamais voulu habiter un endroit où il se retrouvait en minorité, même si parfois on aurait dit que Silver Spring en prenait le chemin. Quand il regardait dans la rue, il voyait des portos et des blackos, des Punjabs et des Arabes qui se rendaient au métro ou attendaient le bus, ou poussaient leurs petits chariots à deux roues jusqu'à l'épicerie. Tutt se disait qu'il allait peut-être partir à la campagne, du côté de Frederick ou le long de la nationale 29, où on pouvait encore trouver des baraques pas trop chères avec pas mal de terrain. L'aller-retour tous les jours, ce serait l'enfer, mais au moins là-bas, quand on se réveillait le matin, on était entre soi.
Pages 204-205, Points, 2002.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
SebthocalSebthocal   13 avril 2017
Il avait suffi d'une prise d'otages en Iran pour que toute une génération s'emballe et oublie l'horreur du Vietnam. Les bouquins technico-guerriers, des trucs écrits par des gens qui n'avaient jamais assisté à la mort violente et inutile d'hommes jeunes, faisaient fureur. Les gamins faisaient la queue au cinéma Uptown pour "Top Gun". Les manœuvres en terre étrangère, la menace du communisme, tout ça donnait la pêche. L'augmentation des dépenses militaires stimulait la Bourse et renforçait l'économie. Et une économie forte, ça ouvre la porte des réélections.
Page 61, Points, 2002
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
koalaskoalas   14 mai 2019
J'ai une blague pour toi, short.
- J'écoute.
- Qu'est-ce que le père de Marvin Gaye lui a dit juste avant de le descendre ?
- j'en sais rien..
D'un seul mouvement, tout en fluidité, Tutt sortit son flingue, l'arma et le pointa sur le visage de Monroe.
- C'est le dernier 45 que t'entendras.
Commenter  J’apprécie          190
SebthocalSebthocal   13 avril 2017
Ma tante, elle chantait un gospel, tu sais à l'époque où elle faisait partie d'un chœur, à l'église. Ils parlaient d'aller rejoindre un endroit, "suave comme l'éternité", ils disaient, et ils arrêtaient pas de répéter ça. Toutes ces dames d'église, elles avaient l'air tellement content, putain, en chantant cette chanson. (Linney se frotta le visage.) Ça a l'air bien, non ?
- De toute façon, ça peut pas être pire qu'ici.
Pages 301-302, Points, 2002.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
RebusRebus   05 mai 2013
- J'ai une blague pour toi, Short.
- J'écoute.
- Qu'est-ce que le père de Marvin Gaye lui a dit juste avant de le descendre ?
- J'en sais rien...
D'un seul mouvement, tout en fluidité, Tutt sortit son flingue, l'arma et le pointa sur le visage de Monroe.
- C'est le dernier 45 que t'entendras.
Monroe ne broncha pas. Si le petit blanc voulait jouer au cow-boy devant tout le monde, ça le gênait pas, il était prêt. Et il s'en foutait pas mal qu'il soit flic.
Tutt rigola.
- T'as pas pigé, Short ? Marvin Gaye. 45, comme le calibre. Et comme les 45 tours.
- Je pige. C'est juste que c'est pas très drôle, Tutt.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70

Videos de George P. Pelecanos (8) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de George P. Pelecanos
Chronique animée par Fabien Delorme, consacrée aux grands noms de la littérature policière, dans le cadre de l'émission La Vie des Livres (Radio Plus - Douvrin). Pour sa quatrième chronique, le 15 juin 2016, Fabien aborde l??uvre de George Pelecanos. Fabien Delorme est aussi conteur. N'hésitez pas à vous rendre sur son site : http://www.fabiendelorme.fr/ Ou sur sa page Facebook : https://www.facebook.com/fabiendelormeconteur La page Facebook de l'émission La Vie des Livres : https://www.facebook.com/laviedeslivres62
autres livres classés : washingtonVoir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Je viens de découvrir Pelecanos et je ne m'en remets pas !

Je m'appelle Nick Stefanos, détective privé, j'ai du mal à convaincre mon pote Billy Goodrich que je fais ce qu'il m'a demandé, uniquement .....?.....

Pour la gloire
Pour le fun
Par amitié
Par défi

10 questions
7 lecteurs ont répondu
Thème : George P. PelecanosCréer un quiz sur ce livre