AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782221100547
288 pages
Éditeur : Robert Laffont (02/11/2007)

Note moyenne : 2.86/5 (sur 7 notes)
Résumé :
Une grande saga, mouvementée et généreuse, qui est aussi un hymne à la Dordogne...

Témoin d'un monde à jamais disparu, Émile Peyrissac contemple avec émotion la Dordogne, et se souvient...

Il est né là, au début des années 1920, dans un petit village niché au cœur de la vallée sauvage, en ces temps bénis où la rivière regorgeait encore de saumons

. Il grandit en famille, parmi les forestiers, les gabariers, les pêcheurs,... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
Carmendb
  22 septembre 2018
Emile Peyrissac, né dans les années 1920, se souvient de ces années heureuses dans la vallée de la Dordogne, de ses croisières en gabarre, de ses parties de pêche avec son grand-père, de son travail de forestier avec son père, un bonheur simple qu'il partageait avec ses parents et ses amis, jusqu'à ce que la construction des barrages sur le fleuve vienne bouleverser la vie des villageois. Ils tentaient parfois, mais en vain, de s'opposer à ce progrès qui imposait la disparition de leurs villages sous les eaux. Emile, employé comme secrétaire par la société de construction des barrages, doit souvent s'adresser aux irréductibles pour tenter de les convaincre de quitter leurs maisons avant qu'elles ne soient noyées.
La construction des barrages puis la guerre et son engagement dans la Résistance transforment l'adolescent insouciant en homme mûr. Après la mort de sa mère, son père, supporte mal son veuvage et Emile se retrouve seul, son amie d'enfance, Gaby, devenue institutrice vivant désormais à la ville auprès de son mari.
A travers cette fiction, Michel Peyramaure nous décrit un pan de l'histoire « vraie » de la vallée de la Dordogne, avec des personnages attachants. C'est une formidable façon de se replonger dans le passé et de revivre les bouleversements, politiques, géographiques, économiques et humains que cette région a connus. Avec son talent indéniable de conteur, il sait retenir l'intérêt du lecteur et le captiver jusqu'à la dernière page. Après cette lecture, on a forcément envie de lire d'autres romans de cet auteur !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
TilleulCitron
  04 août 2020
voici donc un livre que j'ai abandonné, l'intrigue mettait trop longtemps à arriver et je n'accrochais pas..alors pourquoi continuer quand la médiathèque de mon coin regorge de livres que je n'ai pas encore lus et qui peuvent être intéressants?
déçue de cet auteur car je l'ai choisi pas en fonction du sujet mais de l'auteur dont j'aime habituellement le style d'écriture.
bref à oublier très vite pour se concentrer sur d'autres auteurs et thèmes
Commenter  J’apprécie          00
PascalPaleHardi
  10 mai 2020
Une plongée sur les rives de la Dordogne avant qu'elle ne soit domptée par l'homme dans les années quarante. L'histoire, bien que richement documentée, notamment sur la construction des barrages, manque de lien et d'envolée.
Commenter  J’apprécie          00
Mamiechou21
  14 juin 2014
Super, bien écrit. Documenté, à croire que ce n'est pas un roman.
Commenter  J’apprécie          00

Citations et extraits (14) Voir plus Ajouter une citation
rkhettaouirkhettaoui   07 octobre 2014
On peut rien contre les expropriations. Et d’ailleurs tu connais le pays : guère de maisons et de terre cultivable, pas de route, pas de pont. Un désert tout juste bon pour les ermites. Le flottage ? On y avait renoncé depuis belle lurette. On y fabriquait un peu de charbon de bois pour faire un appoint, mais allez vivre avec ça ! C’est les gens du plateau qui étaient contents : ils avaient touché des indemnités pour des terres qui ne leur rapportaient rien.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
rkhettaouirkhettaoui   07 octobre 2014
Les gars travaillaient comme les Égyptiens du temps des pyramides, à l’aide de pioches, de pelles, de seaux et de cette petite merveille : une pompe à moteur...
Commenter  J’apprécie          40
rkhettaouirkhettaoui   07 octobre 2014
J’ignorais qu’une telle pérennité de sentiments n’existe que dans les romans roses. Ma déception, en regardant le car franchir le pont, quelques mois auparavant, n’en avait été que plus brutale.
Commenter  J’apprécie          30
rkhettaouirkhettaoui   07 octobre 2014
On n’allait pas faire une révolution pour quelques masures et quelques hectares de forêt sacrifiés au dieu des temps nouveaux : le progrès.
Commenter  J’apprécie          40
rkhettaouirkhettaoui   07 octobre 2014
Ils m’aimaient bien, comme ils aimaient et respectaient mon père, bon patron qu’il était. Nous étions des leurs. Nous n’arrivions jamais sur un chantier forestier sans apporter le casse-croûte et quelques bouteilles de vin, car ils éclusaient sec. Déroger à cette coutume eût été considéré comme une marque de mépris. Nous buvions avec eux le vin âpre et généreux de Saint-Chamant ou de Nonard, villages de vignerons proches d’Argentat et de Beaulieu. Pour moi un demi-verre, guère plus, ou alors avec de l’eau. Une manière de communion profane.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00

Video de Michel Peyramaure (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Michel Peyramaure
Catherine Charbonnel, le Jardinier des forêts ? Roger Vannier, Une Histoire en suspens ? Michel Peyramaure, Soupes d'orties ? Anne Barthel, Les Enfants de personne
autres livres classés : guerreVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox