AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

Sorour Kasmaï (Traducteur)
EAN : 9782742793358
491 pages
Actes Sud (06/10/2010)
3.93/5   48 notes
Résumé :
Un sous-lieutenant à la retraite qui s'identifie à Napoléon Bonaparte, auquel il voue une admiration sans bornes, voilà le personnage le plus populaire de la littérature iranienne contemporaine. Plein d'humour et de perspicacité, ce roman culte enfin traduit en français n'épargne pas la société iranienne, qu'il donne à voir sous un jour original plein d'ironie.
Que lire après Mon oncle NapoléonVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (11) Voir plus Ajouter une critique
3,93

sur 48 notes
5
6 avis
4
3 avis
3
1 avis
2
0 avis
1
0 avis
« La vérité est l'invention d'un menteur. » dit le philo-physicien Heinz von Foerster.
...
Une famille noble du Téhéran des années 40 — sous les yeux d'un de ces fils de 13 ans, forme de narrateur moral idéal, se faufilant pour nous relater les conversations des adultes, monde de mensonges sous couvert de respectabilité — dépeinte avec la mécanique et la qualité d'une excellente pièce de boulevards.
...
De merveilleux personnages, pris dans d'interminables tractations, d'un comique de répétitions, variations d'embrouilles et de scandales, de dissimulations, mais surtout de la grandiose mythomanie de son chef de famille, l'oncle Napoléon.
...
Avec un accent de roman classique russe du 19ème, on s'amuse du ridicule de cette micro-société, avec une dynamique d'intrigue en crescendo sur trois années, efficace. Encore un grand personnage littéraire que ce valet, Mash Ghassem, pivot burlesque, bavard maladif, accentuant cette familiarité.
...
L'épilogue, manquant sans doute d'un peu de matière, ce narrateur n'ayant apparement pas pris d'épaisseur à la suite de sa vie, confirmant son rôle de simple témoin de cette histoire — sa part d'intrigue, amoureuse et familiale, n'ayant finalement que peu d'importance, justifiant son rôle d'oeil de Sirius — laisse un peu à désirer.
...
Sinon, c'est un régal, taillé pour durer.
Commenter  J’apprécie          592
Ce roman plein d'humour, presque entièrement écrit en dialogues, dont le ton drôle et vif évoque celui d'un pièce de théâtre, met en scène une famille plus ou moins aristocratique du Téhéran des années 40. Un pléthore de personnages aussi loufoques qu'attachants évoluent autour de la figure centrale de l'Oncle Napoléon, patriarche autoritaire et paranoïaque de cette immense famille et fervant admirateur de Napoléon auquel il s'identifie. Ainsi, oncles, tantes, cousins mais aussi amis et voisins se croisent, se querellent et se réconcilient au gré des rivalités familiales, sociales et amoureuses qui viennent troubler cette désopilante famille.
Le caractère emporté de tous les personnages, à commencer par l'Oncle Napoléon, a vite fait de transformer les petites brouilles en affrontements ouverts et la plus petite vexation devient une déclaration de guerre. Tous les coups sont permis. Tromperies, vols, coups bas, vengeances, manigances et autres tentatives de meurtre s'enchainent au grand dam du jeune narrateur de 13 ans dont les amours naissantes s'en voient contrariées.
La bonne société iranienne de l'époque en prends pour son grade dans ce petit bijou d'espièglerie qui en dresse le portrait haut en couleur, loin des préjugés occidentaux.
Commenter  J’apprécie          110
Ce roman, paru en Iran en 1973, est considéré comme l'un des chefs d'oeuvre de la littérature iranienne du 20ème siècle.
Il raconte l'histoire d'une famille de Téhéran, vue par un adolescent, coincé entre son oncle, le patriarche, et tous les membres du clan, notamment sa cousine Leyli dont il est éperdument amoureux. le roman, qui se situe pendant les années 1940-42, raconte comment la mythomanie de l'oncle tyrannique vire à la paranoïa la plus délirante. Au passage, l'auteur se moque gentiment du peuple iranien, de sa méfiance de l'étranger et de son caractère fanfaron.
Nous sommes entre Feydeau et Tartarin de Tarascon, avec un parfum de jasmin. C'est souvent drôle, toujours décalé, et parfois touchant. le théâtre n'est pas très loin et l'on ne sort jamais du décor unique constitué par l'enclos familial et ses dépendances voisines. Seul bémol, l'auteur se répète un peu au fil des 600 pages du livres, d'où des longueurs et un certain sentiment de lassitude.
Commenter  J’apprécie          70
Ce livre est phénoménal, jubilatoire, drôle, c'est un chef d'oeuvre dans lequel l'humour dévastateur est présent à chaque page. C'est un véritable délice.
Il met en scène, dans e Téhéran des années 40, le personnage le plus populaire de la littérature contemporaine iranienne : une sorte de Don Quichotte national, qui prend ses rêves pour la réalité et le monde pour un vaste champ de bataille dont il serait le glorieux vainqueur. Personnages hauts en couleur, dialogues enlevés, quiproquos systématiques et sous-entendus grivois se succèdent à un rythme enlevé.
Il y a le narrateur, un jeune lycéen amoureux de sa cousine Layli, préoccupé d'une série de conflits familiaux entre son père, Agha jan, l'Oncle Napoléon et l'Oncle Colonel.
L'Oncle Napoléon est un vieil officier de la brigade cosaque du colonel Vladimir Liakhov. Il a une grande admiration pour les prouesses de Napoléon Bonaparte. Par son anglophobie, il se croit toujours traqué par des Anglais. Son valet, Mash Ghassem, partage les mêmes cauchemars que son maître. Il commence toutes ses phrases par "Ma foi, à quoi bon mentir ? La tombe n'est qu'à quatre pas", ce qui énerve tout le monde et amuse le lecteur. Et il y a la famille proche (tout le monde vit dans le même quartier, paticulièrement Asdollah Mizra, qui passe son temps à séduire les femmes, et lance à longueur de temps des remarques grivoises, parfois désopilantes (telles que "aller à San Francisco", que seuls les lescteurs comprendront).
Et puis c'est aussi une styre sociale de cette époque en Iran, sous l'occupation alliée, au sein d'une grande famille, riche et respectée.
Un chef d'oeuvre !
Commenter  J’apprécie          31
Ce livre est le meilleur livre que j'ai eu entre les mains.
Avec ses nombreux dialogues, Mon oncle Napoléon est un livre joyeux, plein de rebondissements et de quiproquos, léger, et très amusant.
Chaque personnage est unique en son genre, et chaque dialogue amuse. C'est vraiment dommage que ce livre ne marche pas en France.
Commenter  J’apprécie          80


autres livres classés : iranVoir plus
Les plus populaires : Littérature étrangère Voir plus

Lecteurs (143) Voir plus



Quiz Voir plus

Famille je vous [h]aime

Complétez le titre du roman de Roy Lewis : Pourquoi j'ai mangé mon _ _ _

chien
père
papy
bébé

10 questions
1429 lecteurs ont répondu
Thèmes : enfants , familles , familleCréer un quiz sur ce livre

{* *} .._..