AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782262078881
224 pages
Éditeur : Perrin (27/08/2020)
4.3/5   5 notes
Résumé :
À quoi pouvaient ressembler nos ancêtres ? Ont-ils toujours marché sur leurs deux jambes ? Étaient-ils cannibales ? Savaient-ils se soigner ? Faisaient-ils la guerre ? Croyaient-ils en des esprits ? Alors que de Lascaux à Chauvet, d’expositions en festivals, la « préhistomania » gagne les Français, ce livre, véritable voyage aux sources de l’humanité, répond à toutes ces questions et bien d’autres encore. Il présente également une solide synthèse des dernières avanc... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
BazaR
  21 janvier 2021
Enfin je découvre la collection Vérités et Légendes de Perrin. Les livres de celle-ci sont tous conçus selon le même principe : chaque titre de chapitre pose une question et le chapitre lui-même tâche d'y répondre au mieux.
Le présent volume traite de la préhistoire humaine ; ceux qui veulent des dinosaures passez votre chemin. Les questions sont souvent centrées sur une idée reçue qui va être a minima nuancée, souvent battue en brèche.
Trois exemples :
« L'Église s'est-elle opposée à la préhistoire ? » En tant qu'entité elle a certainement freiné des quatre fers. Pourtant ils sont assez nombreux, ses ressortissants qui ont effectué des recherches avec un esprit ouvert et logique, quitte à être « punis » par leur hiérarchie.
« Toumaï est-il le premier représentant de la lignée humaine ? » Une question qui nous fait entrer dans une sombre polémique ; le chercheur ayant « découvert » Toumaï aurait falsifié ses données dixit une de ses étudiantes. Un conflit passionnant entre chercheurs, dévoilé sur la place publique, qui nous prouve que les chercheurs sont avant tout des hommes.
« Des hommes et des femmes des cavernes ? » Hé bé non, en fait. Je cite : « Ils n'étaient pas des hommes-taupes tapis dans leurs galeries. le monde souterrain devait être celui du refuge, mais aussi celui de la pensée magique, de l'art et pourquoi pas du rituel. »
On comprend vite que les théories conçues et promues par les chercheurs sont fragiles. Car il n'est pas question d'expérience répétable à l'infini. On découvre des ossements, des dessins sur des murs de cavernes, des tombes et on construit une théorie qui explique cela. Il suffit d'une découverte ailleurs pour que l'édifice s'effondre (exemple Toumaï qui a mis fin à la thèse d'Yves Coppens sur l'origine de l'homme dans la vallée du Rift, quoique comme signalé plus haut). C'est normal, c'est le jeu. « La science va sans cesse se raturant elle-même » disait Victor Hugo (c'est une citation de début de chapitre). Éric Pincas ne cesse de nuancer, de donner diverses interprétations en vogue. Il dévoile des découvertes très récentes, certaines datant de début 2020 et est donc bien à la page. Je suis époustouflé par les progrès apportés par la recherche d'ADN qui donne accès à une masse de données épatantes et également par les progrès en matière de datation, selon des techniques dont je n'avais jamais entendu parler (la thermoluminescence par exemple).
C'est donc un livre riche et très abordable qui fourmille d'informations et rappelle comment fonctionne la science. Si j'osais, je dirais une « bible » dans l'océan moderne dans lequel nagent les fake news.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          4612
beauscoop
  12 mars 2021
Sujet traité avec beaucoup de précision en 25 chapitres couvrant les principaux thèmes de la préhistoire dont Toumaï, Homo sapiens, Cro-Magnon, Neandertal, la guerre, la religion, rituels funéraires, l'art, ... L'auteur, journaliste et historien nous raconte très simplement son sujet en citant un nombre important de spécialistes que l'on retrouve dans la bibliographie en fin d'ouvrage sans oublier le site spécialisé https://www.hominides.com/index.php .
Avec un tel sujet ardu qu'est la préhistoire, ne pas être ennuyant dans le récit, ou trop spécialisé est un exploit réussi.
Commenter  J’apprécie          290
FrancisK
  16 janvier 2021
La préhistoire, d'Éric Pincas, est un de ces rares livres qu'on gagne à avoir lus.

de format aussi modeste qu'un livre de poche, ses 244 pages se lisent avec un plaisir évident. le style en est fluide et limpide grâce à un vocabulaire délibérément accessible, où les rares termes savants sont expliqués. L'ouvrage est distribué en 25 chapitres brefs d'une dizaine de pages environ ; chacun d'eux aborde un thème différent dont le titre est posé sous forme interrogative (Cro-Magnon était-il blanc ? Néandertal est-il notre ancêtre direct ?). Chaque chapitre fait le tour de la question, propose les hypothèses passées et présentes, met à mal nombre de clichés, conformément à son sous-titre Vérités et légendes. Les sources sont citées en fin d'ouvrage, les théories discutées et même réfutées quand elles sont manifestement erronées. Mais en bon historien, Éric Pincas n'impose pas de point de vue : il emploie des modalisateurs tels que « peut-être, il semble que… » et recourt fréquemment au conditionnel, manière habile d'insinuer que les connaissances sont encore insuffisantes et qu'il est urgent d'attendre.

A plus d'une reprise, la préhistoire y rejoint le présent : une nouvelle espèce humaine a été découverte récemment, l'homme de Denisova, contemporain de Sapiens et de Néandertal. Les acquis récents de la paléogénomique montrent que nous sommes tous le résultat de migrations et de métissages, si bien que "[q]uiconque veut revenir à la pureté raciale est confronté à l'absurdité du concept". Plus inquiétant, la préhistoire se prolonge dans le futur. Nombre de chercheurs, professeurs et spécialistes veulent cloner l'homme de Néandertal ou le mammouth laineux, alors que nous ferions mieux de sauver le monde vivant dont la diversité se rétrécit comme peau de chagrin, affirme Eric Pincas.

On referme le livre avec la conviction d'avoir eu affaire à un homme en qui le chercheur se double d'un penseur, ce qui n'est pas peu.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Cyrber69
  18 janvier 2021
Très bon ouvrage de vulgarisation avec une information et l'état de la recherche sur la préhistoire tout à fait à jour. Je recommande pour qui s'intéresse à la préhistoire sans être initié. Notamment plusieurs chapitres ont retenus mon attention sur l'art, la religion, le soin pris au mort, notre altérité avec les grands singes ...
Commenter  J’apprécie          00

Citations et extraits (4) Ajouter une citation
BazaRBazaR   05 janvier 2021
Dans les plaines de Russie, d'Ukraine ou de Moravie, des bâtisseurs rompus aux vents glacés ont construit des cabanes impressionnantes, entièrement constituées d'ossements de mammouths. A Mezhirich (Ukraine), il y a 15000 ans environ, ces premiers architectes ont utilisé pas moins de 150 squelettes de mammouths pour l'édification de 4 maisons ! Afin de procéder à l'élévation des murs de soutènement, ils ont adopté un principe ingénieux : l'emboîtement d'une centaine de mandibules et d'ossements de colonnes vertébrales. Sur le site de Gontsy, toujours en Ukraine, ils ont récupéré des crânes pour les fondations et empilé des omoplates percées pour les parois. Les majestueuses défenses des mastodontes ont servi à la structure des coupoles.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          247
BazaRBazaR   30 décembre 2020
Les préhistoriens catholiques français subissent au début du XXe siècle les contrecoups de la crise moderniste initiée sous le pape Pie X. Les exégètes qui osent sortir du cadre des interprétations littérales du texte biblique se retrouvent aussitôt condamnés. Dans les années 1920, Pierre Teilhard de Chardin, prêtre jésuite, philosophe et paléontologue, est démis de ses fonctions de professeur de géologie à l'Institut catholique de Paris et exilé en Chine pour avoir eu la mauvaise idée de confronter la question du péché originel à la théorie de l'évolution.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          173
BazaRBazaR   01 janvier 2021
Nos ancêtres ont pu pousser leurs premières vocalises accompagnées de gestes expressifs avant tout grâce à l'apparition de la bipédie il y a 7 millions d'années. La station debout est en effet la pierre fondatrice de l'origine du langage. Et ce, pour plusieurs raisons. D'abord, le fait de se redresser a permis de libérer les membres supérieurs - rendant ainsi le mime possible -, la flexion de la base du crâne, l'augmentation de la taille du pharynx et sa descente, et la formation d'un palais creux agissant comme une caisse de résonance, autant de conditions indispensables à la constitution de l'appareil phonatoire.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          150
BazaRBazaR   13 janvier 2021
A Sungir, en Russie, deux enfants ont été inhumés il y a 34000 ans dans une même fosse, sur une couche d'ocre rouge. Chacun était accompagné d'une lance en ivoire de mammouth. Mais le plus surprenant réside dans la richesse de leurs parures : 13300 perles en ivoire de mammouth.
Commenter  J’apprécie          103

Video de Eric Pincas (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Eric Pincas
Entretien avec Eric Pincas. 2019
autres livres classés : préhistoireVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
2335 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre