AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2413000402
Éditeur : Delcourt Littérature (09/10/2019)

Note moyenne : 3.75/5 (sur 16 notes)
Résumé :
« J’ai grandi à Chesterfield County en Virginie. Au bout de ma rue, je pouvais apercevoir un champ et les ruines solitaires d’une plantation, datant d’avant la Guerre Civile, qui se détachaient au milieu de la banlieue en expansion de Richmond. Une image qui m’habite encore aujourd’hui. »

Cette plantation est au centre du second roman de Kevin Powers, dans lequel il tente d’approcher la vérité de ceux qui y ont vécu. Nul n’a jamais su par exemple ce... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (14) Voir plus Ajouter une critique
JIEMDE
  09 octobre 2019
Il y a des livres exigeants, qui nécessitent une totale attention, qui te font parfois douter de là où ils veulent t'emmener, qui t'envoient même, fugacement, la tentation d'abandonner, mais qui ne se révèlent pleinement qu'à la fin de leur lecture, te procurant la satisfaction d'avoir lu un grand livre. L'écho du temps de Kevin Powers -traduit par Carole d'Yvoire- est de ceux-là.
Que s'est-il passé en 1865 près de Richmond en Virginie, sur la plantation Beauvais, peu après la fin de la guerre de Sécession ? Un drame s'y est manifestement déroulé, épilogue d'un scénario qui couvait depuis longtemps ente les différents protagonistes : Levallois, le propriétaire arriviste et affairiste ; Reid l'ancien propriétaire, que l'on croyait mort à la guerre ; Emily sa fille désabusée ; sans oublier Rawls et Nurse les esclaves en passe d'être affranchis, John Talbot le rescapé ou le colonel Fitzgerald nordiste vainqueur venu appliquer la nouvelle loi dans le Sud défait. Et parallèlement, Georges, qui des années plus tard tente de comprendre ce pan d'histoire dont il fut acteur malgré lui.
Vous l'aurez compris – et j'en omets volontairement – le nombre d'acteurs du drame est important et Powers s'attache à nous les décrire longuement un à un (y compris les personnages a priori secondaires), comme s'il souhaitait que l'on comprenne chacun. C'est lent, c'est émouvant, c'est souvent très beau. Des longs chapitres, peu de dialogues, une mise en place déstructurée des scènes, époques et points de vue, mais une remarquable maîtrise de la construction littéraire qui finit par faire sens au fil des pages.
Enfin, au-delà du drame, c'est une plongée originale dans une tranche d'histoire de quelques semaines, période charnière et violente où l'Amérique -en tout cas ses états du sud- a hésité, vacillé, presque perdu ses repères. Fin de la guerre, abolition de l'esclavage, développement à marche forcée des infrastructures routières et ferroviaires, montée en puissance des investisseurs-roi opportunistes… Cela fait beaucoup de bouleversements simultanés pour le vieux Sud traditionnaliste. Et 90 ans plus tard, tout a-t-il vraiment changé ?
L'écho du temps est un grand livre, certes exigeant. Mais n'est-ce pas le propre de la plupart des grands livres ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          300
Asmostark
  14 octobre 2019
🔥 L'écho du temps - Kevin Powers 🔥
Traduction : Carole d'Yvoire Éditions Delcourt
Masse critique Babelio de septembre
Vous aimez les jeux de construction? Ce livre en est un, où chaque chapitre est une pièce qui vient se placer pour donner forme à l'histoire finale.
Les chapitres s'alternent sur deux époques. Celle de la grandeur de la plantation Beauvais dans les années 1860 avant le grand incendie, propriété de M. Levallois, homme machiavélique et sadique qui ne recule devant rien pour accroître sa fortune et son pouvoir. Et celle des vieux jours de George Seldom dans les années 1950, en quête de ses origines, lui qui a été retrouvé, commençant à peine parler, avec ce simple mot épinglé sur sa poitrine "Prenez soin de moi. Je vous appartiens maintenant."
De nombreux personnages jalonnent le récit, certains sont les personnages principaux, d'autres les secondaires (pas forcément si secondaire) et enfin ceux qui ne font que passer. Cette multitude de personnages et les allers-retours d'une époque à l'autre auraient pu être déstabilisant mais j'ai été tellement happée par l'histoire que tout m'a semblé fluide. J'ai particulièrement aimé les chapitres sur les années 1860, où il est question de l'esclavage, de la domination masculine, de la guerre de Sécession, du désir de liberté et d'émancipation. J'ai pris beaucoup de plaisir à ma lecture même si une petite question me taraude encore...
Un roman qui emmêle personnages et époques que l'on prend plaisir à démêler 😊.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
TheBookCarnival
  11 octobre 2019
L'écho du temps de Kevin Powers avait tout pour me plaire, un contexte historique que je connais peu mais qui m'intéresse beaucoup, une quête identitaire, une intrigue filant entre deux époques... Mais malheureusement, et j'en suis vraiment attristée, je ressors de cette lecture avec un avis plutôt mitigé.
L'intrigue de ce roman se déroule entre deux époques, la fin de la guerre de Sécession et les années 1950 voir un peu plus loin pour le personnage de Lottie (personnage rayonnant et émouvant que j'ai vraiment adoré soit dit en passant). Dans les segments se déroulant pendant la guerre de Sécession, différents personnages se succèdent alors que les parties plus contemporaines du roman s'articulent autour d'un personnage en particulier, George, un vieil homme qui, au seuil de sa vie, cherche à connaître ses origines.
Le point fort de ce roman, ce qui m'a le plus touchée, c'est la façon dont l'auteur développe avec précision le moindre personnage apparaissant dans le roman, qu'il soit au premier ou au second plan, creusant la petite faille en chacun d'eux. Par contre, j'avoue avoir eu beaucoup de mal avec le style d'écriture, surtout dans la première moitié du roman. J'avais du mal à suivre le fil de l'intrigue, je revenais beaucoup en arrière pour relire des passages et du coup, j'ai eu du mal à entrer dans l'histoire. Cependant, j'ai bien fait de persévérer car dans la deuxième moitié, les choses se mettent en place et convergent vers un final d'une grande force dramatique.
L'écho du temps est un roman d'une grande complexité, d'une grande densité qui aborde des thématiques très fortes telles que l'esclavage, le racisme, la guerre, l'identité mais ma lecture a été trop confuse pour que je puisse apprécier réellement toute la portée de cette histoire dans L Histoire. Je tiens à saluer l'immense travail de la traductrice Carole d'Yvoire et à remercier sincèrement les @editions.delcourt et @leatouchbook pour cette lecture et pour la rencontre avec Kevin Powers qui fut très éclairante. #picaboriverbookclub
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
florence0805
  14 octobre 2019
L'écho du temps résonne sur un peu plus d'un siècle autour de la plantation Beauvais, près de Richmond, en Virginie. Les chapitres alternent dans le roman entre la période cruciale de la Guerre de Sécession, les années 50 et les années 80. Kevin Powers a installé dans chaque époque des personnages très incarnés, que l'on n'oubliera pas de sitôt. Qu'il s'agisse d'Emily, héritière d'une plantation, qui pendant une bonne partie du roman manque totalement de sens critique avant d'évoluer vers une prise de conscience libératoire, et dont le destin est laissé à l'imagination du lecteur ; de Rawls et Nurse, amoureux magnifiques qui à eux deux symbolisent toutes les souffrances et violences subies par les esclaves ; de Lottie, belle personne qui n'aura pas le destin qu'elle mérite ; ou de George, touchant vieil homme qui à la fin de sa vie retourne sur les lieux de son enfance. Les personnages secondaires sont également bien brossés et marquants.
La guerre de Sécession est décrite dans toute sa violence : à la fois celle des combats et de l'après, car la fin officielle des combats sera longue à venir, nombreuses seront encore les victimes des représailles envers les vainqueurs, les vaincus, et les esclaves pour lesquels l'abolition sera longue à mettre en place. Cette guerre fratricide laisse des traces indélébiles dans l'histoire du Sud et la place des Noirs dans la société Américaine, que Kevin Powers a choisi de décrire avec beaucoup de finesse.
Si Yellow birds était déjà un premier roman remarquable, L'écho du temps marque l'entrée de kevin Powers dans la grande tradition des écrivains du Sud. La construction, la densité des chapitres font penser à Faulkner ou Robert Penn Warren. Mais pour ce qui est du style, Kevin Powers a trouvé le sien : l'écriture est sublime, très imagée où l'on sent tout le talent du poète.
Il est important de saluer le travail de la traductrice Carole d'Yvoire, qui a su rendre toute la beauté de l'écriture de Kevin Powers.
Merci pour cette magnifique découverte aux éditions Delcourt et au PicaboRiverBookClub !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
AnitaMillot
  09 octobre 2019
Officiellement, Emily Reid, fille de Lucy et Bob Reid, serait morte dans l'incendie de son mari, Antony Levallois, en 1870.
En 1956, George Seldom est au crépuscule de sa vie. Il pense avoir vécu environ quatre-vingt-dix ans.
Rawls, le fils d'Aurelia, esclave noire qui a accouché la mère de la jeune Emily, est un fugueur. Ne voulant pas renoncer à son amoureuse, il s'enfuit une fois encore afin de retrouver Nurse, éloignée dans une autre plantation. Ils seront vendus tous les deux à Monsieur Levallois, un français émigré.
George a été trouvé à l'âge de trois ans par un soldat nommé Edgar Seldom, à la fin de la guerre de sécession, et confié par ce dernier à Mademoiselle Dolores qui accepte de l'élever.
L'originalité de cette oeuvre consiste à tenir le lecteur dans un flou artistique pendant les premiers chapitres. Lentement, les détails de l'intrigue viennent s'imbriquer, un par un, comme les pièces d'un puzzle. Ainsi, le destin croisé des principaux protagonistes nous est habilement révélé au fil de l'histoire …
Juste un tout petit peu trop narratif à mon goût …
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50

critiques presse (1)
Telerama   28 octobre 2019
Avec “L’Écho du temps”, Kevin Powers nous fait traverser un siècle d’histoire de l’Amérique, de la guerre de Sécession aux années 1980. Dans ce nouveau roman, l’écrivain et poète, salué par la critique et reconnu par ses pairs, continue à dénoncer la violence.
Lire la critique sur le site : Telerama
Citations et extraits (5) Ajouter une citation
JIEMDEJIEMDE   06 octobre 2019
Il contempla la cabane et hocha la tête.
Plus de soixante-quinze années s'étaient écoulées depuis son départ.Le temps avait laissé sa marque.
Une maison exige qu'on y vive pour mériter ce nom.
Commenter  J’apprécie          100
JIEMDEJIEMDE   05 octobre 2019
Dans certains endroits, et dans certaines circonstances, plus aucune distinction entre vie privée et vie publique n'était autorisée. Un peu comme si on vous jetait nu à la rue. Et même s'il ignorait l'étendue de cette mise à nu, il ne pensait pas que cela pourrait passer pour une bénédiction.
Commenter  J’apprécie          50
JazzynewyorkJazzynewyork   17 novembre 2019
Quiconque se trouvant proche des limites de la Plantation Beauvais en 1865, quand mai succéda à avril, aurait vu dix mille choses passer dans l’histoire. Des choses dont les noms avaient été charriés tout au long du cours indifférent du temps. Mais l’hiver revint dans le comté pareil à un invité qui aurait oublié son manteau.
Commenter  J’apprécie          10
florence0805florence0805   14 octobre 2019
Tandis qu’il s’en allait, le chagrin qu’éprouvait George pour lui-même fut remplacé par du chagrin pour le monde. Il avait l’impression de connaître tous les noms qui avaient existé avant lui et tous ceux qui lui succéderaient. Il mit les noms sur son souffle et, à chaque exhalaison, les dit dans une langue au-delà du langage. Lottie joignit ses mains en coupe et les plaça sous la bouche du vieil homme. Il exhala une fois de plus et remplit la coupe. Lottie laissa le silence l’entourer. George dit tous les noms, et puis il ne fut plus là.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
florence0805florence0805   14 octobre 2019
Il ne la reconnut pas, bien sûr. Comment l’aurait-il pu ? Nous naissons en oubliant, et bientôt notre naissance et notre enfance deviennent des rêves dont nous ne pouvons plus nous souvenir. C’est une grâce que la nature nous accorde, l’un de ses rares cadeaux, parce qu’elle nous laisse croire que nous ne sommes pas faits d’un bloc, que nous aurons notre mot à dire, quand, en réalité, notre fin est écrite longtemps avant notre début.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Videos de Kevin Powers (7) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Kevin Powers
Comment vas-tu me sauver la vie aujourd'hui ? En mourant peut-être.
autres livres classés : guerre de sécessionVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

C'est la guerre !

Complétez le titre de cette pièce de Jean Giraudoux : La Guerre ... n'aura pas lieu

de Corée
de Troie
des sexes
des mondes

8 questions
916 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , batailles , armeeCréer un quiz sur ce livre
.. ..