AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Donatella Saulnier (Traducteur)
EAN : 9782203344204
136 pages
Éditeur : Casterman (29/07/2000)

Note moyenne : 3.98/5 (sur 87 notes)
Résumé :
Buenos Aires, 1923. C'est le vengeance qui ramène Corto Maltese en Argentine, où une de ses amies a été assassinée. Il compte bien découvrir les responsables, et quelle que soit leur importance dans la mafia locale, les punir à sa manière...
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
Nastasia-B
  14 mai 2013
Lorsque j'étais étudiante, période où j'ai commis l'insigne erreur de travailler beaucoup et de profiter fort peu de cette tranche de ma vie, il m'arrivait parfois — peu souvent, trop peu souvent — de m'octroyer une menue distraction, entre deux articles gorgés d'équations et de données statistiques, en lisant de ces choses si peu académiques, ces divertissants poly-picturo-scriptogrammes réticulés, qu'on nomme — quand on n'est pas scientifique — des BD.
C'est ainsi qu'au fond d'une chambre U plus sombre que l'âme torturée de Judas un soir de sinistre mémoire, j'ai découvert puis dévoré toute la série — ou peu s'en faut — des Corto Maltese, qui me permis de voyager moindrement, par procuration, cloîtrée que j'étais dans mes 9 mètres carrés réglementaires.
Tango n'est pas mon album préféré de Corto Maltese car je place avant La Maison Dorée de Samarkand et Corto En Sibérie, mais il vient par ordre de préférence juste après ces deux-là. C'est donc, à mon sens un très bon album.
Il y a une ambiance dans cette BD, quelque chose de pesant et d'angoissant comme un thriller. Corto, pour ceux qui ne le connaîtraient pas, est un personnage hautement ambigu, énigmatique, pas spécialement attachant, pince sans rire, peu loquace, qui met toujours son grain de sel là où il ne faudrait pas et qui possède un chic certain pour se mettre dans des situations scabreuses.
Sa marque de fabrique, c'est son absence de dogmes, il ne juge pas, il n'est ni bon ni mauvais, il sait être les deux. On peut juste préciser qu'il est fidèle en amitié, mais constamment fuyant.
Corto papillonne dans l'existence et n'hésite pas à se colleter à toutes les réalités historiques locales, belles ou non, il se place en observateur du monde.
Ici, il arrive en Argentine en 1923, après une quinzaine d'années d'absence, pour y retrouver Louise Brookszowyc, une prostituée juive dont il avait fait la connaissance à Venise (voir l'album Fable de Venise) et qui lui a écrit dans une lettre de la rejoindre.
Retrouver Louise va s'avérer bien plus difficile que prévu car le milieu glauque où elle évolue, celui de la prostitution organisée à l'échelon international, notamment par la filière polonaise n'aime pas spécialement les marins qui viennent fouiner et poser des questions sur des juives récalcitrantes.
La police locale n'est pas très claire non plus dans cette aventure. Mais quel est ce secret qui semble se dissiper dès qu'on croit l'avoir sous la main ?
Beaucoup de gens savent beaucoup de choses et ont des intérêts très contradictoires. Il est également question de grands propriétaires terriens de Patagonie avec des intérêts très haut placés. Il est même question des grands desperados américains que tout le monde croit disparus, j'ai nommé, Butch Cassidy et Sundance Kid.
Ce que j'aime dans les albums d'Hugo Pratt, c'est à la fois le côté très documenté, qui nous invite à aller nous renseigner sur ce qui a réellement existé, et à la fois, le côté complètement fictionnel, imaginatif, non cartésien, ésotérique de ses aventures. Un subtil mélange qui ne fonctionne pas forcément dans tous les albums, ici, c'est plutôt très réussi à mon goût.
Le côté « aventures » est moins présent qu'à l'accoutumée mais en revanche le côté thriller est parfaitement enclenché.
Bref, un bon album de Corto Maltese, dépaysant comme je les aime, mais ce n'est bien évidemment que mon avis, c'est-à-dire, bien peu de chose.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          562
mikaelunvoas
  21 février 2018
Cet album constitue une parenthèse, un apparté en Argentine. Je pense qu'Hugo PRATT a souhaité véhiculé un message par le biais de cette histoire plus courte que les autres. On y retrouve beaucoup de cases carrées et le célèbre dessin à l'encre noire. J'adore le personnage d'Esmeralda et son tatouage sous l'oeil.
Commenter  J’apprécie          20
Acerola13
  16 février 2017
Que dire des albums et des aventures de Corto Maltese ? C'est parfois et souvent incompréhensible, mystique, dénué de sens tel qu'on s'y attendrait, mais cela fait voyager, nous tire de notre zone de confort et recrée une atmosphère toujours bien particulière dans laquelle, une fois l'album terminé, on rêve de se replonger aussitôt.
Commenter  J’apprécie          10
lehibook
  09 avril 2020
» Retour en Amérique du sud ,à Buenos Aires en 1923. Corto vient pour aider , puis venger une ancienne amie. Sont évoqués les réseaux de traite des blanches (les mêmes que dans « Les prisonniers de la liberté » de di Fulvio) et la poice argentine violente et corrompue. L'aventurier Butch Cassidy joue un rôle dans l'histoire. Pas d'ésotérisme , un dessin assez sage , un scénario confus , ce n'est pas du meilleur Corto (à mon avis)
Commenter  J’apprécie          00


critiques presse (2)
BulledEncre   19 juillet 2019
Un Corto different, presque indolent, dans une intrigue noire qui le dépasse peut être mais qui l’oblige a aller puiser dans ses souvenirs à la recherche d’amitiés perdues de celui qui fut un temps un Portaños … Ou peut-être pas. Un Tango ?
Lire la critique sur le site : BulledEncre
Sceneario   23 novembre 2015
Et une partie graphique toujours aussi superbe. On sent déjà que le trait de Pratt commence à s'épurer, à aller vers l'essentiel. Cette aventure nous invite à une belle aventure en Argentine au son d'un Tango.
Lire la critique sur le site : Sceneario
Citations et extraits (9) Voir plus Ajouter une citation
Nastasia-BNastasia-B   21 mai 2013
BUTCH CASSIDY : Les grandes familles se fichent complètement que l'on sache qu'elles possèdent la Patagonie.
CORTO MALTESE : Les élections approchent. Des ouvriers, des paysans, des syndicalistes, des indiens, de nombreux anarchistes italiens et espagnols ont été massacrés, et toujours en Patagonie. Autrefois on payait des hors-la-loi américains pour ce genre d'opérations. Aujourd'hui ces mêmes hors-la-loi sont devenus propriétaires terriens eux aussi. Ils ont des enfants et des petits-enfants, et ils paient l'armée pour qu'elle défende leur patrimoine. Ce sont précisément de vieilles histoires à oublier quand leurs enfants font carrière dans le gouvernement.
BUTCH CASSIDY : Que t'arrive-t-il ? Tu es devenu moraliste ?
CORTO MALTESE : Oh, non... Mais ils ont tué une personne qui m'était chère.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          150
Nastasia-BNastasia-B   16 mai 2013
O'MALLEY : Les intérêts de la Warsavia ne sont rien en comparaison de ceux de la C.I.A., de " Tierras Sudargentina " ou de la " Patagonia Sheep LTD " qui recoupent ceux des " Estancias Cilenas " puisque les propriétaires sont les mêmes : des Anglais. Les hors-la-loi américains furent engagés pour défendre les gros propriétaires fonciers anglo-américains contre le soulèvement des indigènes.
ESTEVEZ : Tu veux dire que Butch Cassidy et Sundance Kid étaient payés pour défendre les intérêts des compagnies anglaises ?
O'MALLEY : Exactement ! Mais en fin de compte les bandits yankees préférèrent marcher avec les bandits chiliens pour attaquer les banques...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
Nastasia-BNastasia-B   18 mai 2013
O'MALLEY : J'étais justement en train d'étudier le " dossier des bandoleros nord-américains et leurs activités dans le sud du pays " lorsque vous me l'avez demandé. Je crois savoir qui se cache sous une fausse identité. Des spéculations colossales rapportent gros. Un million d'hectares de bonnes terres bien irriguées appartiennent à la couronne anglaise. Des politiciens argentins, des prête-nom de la deuxième génération chez les immigrés gallois, des prêts de banques américaines et anglaises ont fait de la Patagonie une sorte de colonie britannique.
ESTEVEZ : Rien de nouveau là-dedans...
O'MALLEY : Ça le sera pour l'opinion publique et pour un parti qui veut gagner les élections en ayant comme atout un beau scandale avec preuves et noms des responsables à l'appui...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
Nastasia-BNastasia-B   15 mai 2013
LARREGUI : Tu as peut-être raison, la prostitution, les escroqueries, la délinquance, parfois ne font pas le poids face à certaines magouilles de la classe politique.
Commenter  J’apprécie          400
Nastasia-BNastasia-B   19 mai 2013
CORTO MALTESE : Que représente la vie d'une pauvre prostituée et de quelques scélérats quand il s'agit de camoufler les intrigues des grandes familles qui ne pensent qu'à protéger leurs immenses fortunes !
Commenter  J’apprécie          190

Lire un extrait
Videos de Hugo Pratt (22) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Hugo Pratt
Vidéo de Hugo Pratt
autres livres classés : argentineVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Hugo Pratt, vous connaissez ?

De quel nationalité était Hugo Pratt ?

Syldave
Italien
Argentin
Belge

10 questions
51 lecteurs ont répondu
Thème : Hugo PrattCréer un quiz sur ce livre