AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Dominique Defert (Traducteur)
ISBN : 2709617366
Éditeur : J.-C. Lattès (06/11/1996)

Note moyenne : 3.77/5 (sur 33 notes)
Résumé :
Dès le milieu des années soixante, Domenico Clericuzio, chef du principal clan mafieux de New York, l'a compris : l'avenir de la Famille n'est plus dans le contrôle de la drogue et de la prostitution du quartier du Bronx.
L'avenir est à Wall Street, dans les casinos du Nevada, dans l'industrie cinématographique de Hollywood : partout où l'argent circule et se blanchit, partout où le crime peut prendre les apparences de la légalité... Mais après vingt-cinq ans... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (6) Voir plus Ajouter une critique
Davalian
  29 janvier 2014
En vingt-six ans, le délai passé entre le Parrain et le Dernier Parrain, Mario Puzo aura eu le temps d'écrire une véritable fresque familiale de qualité. le Parrain fut déjà un chef d'oeuvre romanesque ayant donné lieu à une adaptation de qualité. le Dernier Parrain fait encore plus fort.
Il ne s'agit pas d'une suite, bien que les deux titres soient proches. Il n'y a aucun lien entre les deux intrigues, aucun clin d'oeil même si une partie des deux histoires se déroulent à New-York. L'indépendance entre les deux romans surprend tout d'abord. Mais bien vite celle-ci est appréciée car elle permet au lecteur de découvrir une intrigue nouvelle, autonome. Indépendante, oui... mais qui s'appuie toutefois sur des thèmes bien connus. le monde du cinéma et des jeux serviront de lignes directrices à cette grande histoire de mafia.
L'un des thèmes évoqués dans le Parrain (le glissement d'une société souterraine vers la société légale) sert ici de toile de fond. Ce choix permet de créer un scénario franchement intéressant, subtil, fruit d'un équilibre habilement orchestré. Autant dire que les adeptes d'histoires de truand seront peut-être un peu déçus... même si nous avons droit à des passages du plus pur style "roman noir" avec force exécutions, extorsions, trahisons, règlements de comptes et affaires plus au moins sordides.
Les personnages sont attachants. Il est difficile de ne pas voir un peu de Don Corleone dans Dan Domenico, ni un peu de chacun des personnages dans les principales têtes d'affiches masculines. Les femmes (Athena et Claudia, mais aussi Rose-Marie, Dita, Molly, Bethany) prennent une importance nouvelle et difficile à soupçonner a priori. L'une des forces de l'ouvrage réside dans le nombre et la qualité des personnages. La rivalité entre Cross et Dante méritait toutefois quelques (dizaines) de pages en plus. Dommage, que la 4ème de couverture en dévoile autant.
Malgré l'impression d'avoir affaire à un pavé, l'ensemble se lit à une vitesse étonnante. Les chapitres se succèdent, les pages se dévorent à une vitesse incroyable. Bien que donnant parfois l'impression de s'attarder, l'intrigue est prenante d'un bout à l'autre. Les ambiances sont saisissantes et très contrastées : l'enclave du Bronx, la folie de Las Vegas et du Xanadu, les dessous d'Hollywood… tout un programme, sans parler d'un cours intermède sicilien. Enfin, la structure même du roman permet de l'ancrer dans les années 1990, tout en utilisant avec habileté le contexte du milieu des années 1960.
Si l'ouvrage est peu connu en France, le Dernier Parrain mérite indéniablement une plus grande publicité et surtout une plus grande notoriété ! A une bien plus grande échelle que le Parrain, le Dernier Parrain est un chef d'oeuvre. le quart de siècle qui a passé entre les deux opus a été plus que bénéfique ! A lire d'urgence !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          102
Oona
  30 décembre 2015
Quogue, 1965. Don Clericuzio, le parrain le plus puissant des USA, décide de se retirer des affaires. Du moins, en apparences. C'est à l'occasion du baptême des derniers rejetons du clan qu'il redistribue les cartes... Il place ses héritiers à des postes stratégiques "légaux" et très lucratifs aux quatre coins du pays: Wall Street, les casinos du Nevada et... Hollywood!
25 ans plus tard, Cross De Lena, petit-neveu du patriarche, se retrouve à la tête du Xanadu, un hôtel de luxe à Las Vegas où l'argent et la cocaïne coulent à flot. Il rencontre Athena, une actrice dont il tombe éperdument amoureux. En effet, cette dernière est confrontée à un problème de taille: Athena, actrice sculpturale à la beauté inégalable refuse de terminer le film "Messalina", la dernière méga-production des studios Loddstone dont la propre soeur de Cross est scénariste principale. Elle est menacée par son ex-mari, aussi déséquilibré et dangereux que machiavélique... Cette rupture de contrat coûterait des millions aux studios et pourrait ruiner la carrière de Claudia De Lena et d'Athena...
Le Dernier parrain est une histoire de clan mafieux, d'honneur, de vengeance orchestrée autour d'un secret de famille...
J'ai réellement apprécié ce roman qui illustre à la perfection les liens de la Cosa Nostra avec les milieux hollywoodiens et financiers.
Le style de Puzo est toujours aussi enlevé et plein de suspens!
Malheureusement, l'auteur n'est pas parvenu à me faire oublier un instant son chef d'oeuvre absolu. Certaines scènes décrites ont parfois tendance à loucher vers Le Parrain qui reste à mes yeux le roman de référence autour de la Mafia...
Néanmoins, en vous procurant ce livre, vous vous garantirez tout de même un très bon moment de lecture...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          12
NEOAFRICAIN
  15 juillet 2016
Inconditionnel de la trilogie cinéma du "Parrain", je me suis plongé avec plaisir dans ce livre. Je peux dire que sur les trois quarts environ du livre j'ai trouvé ce que je cherchais et me suis délecté de cette ambiance si particulière des Corleone... ou dirons-nous ici: des Clericuzio.
Dès la lecture du Prologue, on visualise Marlon Brando durant les premières scènes du film. Tout comme les personnages d'al Pacino, d'Andy Garcia et de nombreux actions tirées des trois films nous viennent à l'esprit durant la lecture de ce livre que j'ai trouvé tout à fait adapté à ce temps de vacances.
Je regrette cependant la longueur de certaines descriptions de personnages et de situations secondaires qui en plus apparaissent comme superflus.
On comprend en lisant sa biographie que l'auteur a tenu a évoqué son expérience personnelle du milieu des écrivains/scénaristes/producteurs de films à L.A.
En résumé cet ouvrage qui clôt le cycle du meilleur conteur de la mafia italienne aux Etats-Unis reste agréable à lire.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
exarkun1979
  12 août 2012
J'ai été un peu déçu par ce livre. Avec Mario Puzo, on peut s'attendre au meilleur (Le Parrain et le Sicilien) et au pire (C'est Idiot de Mourir et le Quatrième K) Je dirais que ce livre se situe entre les deux. La trame principale de l'histoire est très bonne. le problème est que l'auteur s'attarde à des histoires sans importance et cela a pour effet de ralentir le rythme. On a parfois l'impression que Puzo ne sait pas où il va et que son histoire va dans tous les sens. J'au aussi trouvé le roman un peu trop cynique à mon goût. J'avais l'impression que Puzo avait une vengeance à faire avec le monde du cinéma. Avec le personnage de Cross de Lena, on a l'impression de revoir les personnages typique de l'auteur comme Michael Corleone. La fin du roman fait aussi grandement penser à la fin du Parrain. Je dirais que la fin sauve le livre.
Commenter  J’apprécie          00
balrog
  31 juillet 2012
Voici l'histoire de la famille Clericuzio, une famille puissante et bien plus sanguinaire que celle des Corleone. La palette des personnages est impressionnante et leurs destins incroyables. Tous, dans ce livre jouent leurs rôles à merveille, et vous verrez que même le plus froid des tueurs possède encore des états d'âme.
Commenter  J’apprécie          20
Citations et extraits (6) Voir plus Ajouter une citation
DavalianDavalian   19 janvier 2014
Le passé est le passé. Ne regarde jamais en arrière. Ni pour chercher des explications, ni pour trouver le bonheur. On ne change ni le monde, ni les hommes.
Commenter  J’apprécie          290
balrogbalrog   13 septembre 2012
Pippi posa sa fourchette et regarda tour à tour Don Domenico et Giorgio.
- Dante a le goût du sang, annonça-t-il presque avec regret.
Une façon de dire que Dante avait des accès de bestialité et de cruauté au-delà du strict nécessaire. Attitude totalement prohibée chez les Clericuzio où la bonne exécution du travail primait avant tout.
- Nom de Dieu, soupira Giorgio en se laissant aller contre le dossier de sa chaise.
Don Domenico lui retourna un regard agacé, n'appréciant guère entendre blasphémer sous son toit, puis, d'un geste de la main, il fit signe à Pippi de poursuivre, sans manifester autre émotion.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
DavalianDavalian   28 janvier 2014
Il est toujours dangereux de se montrer raisonnable avec des gens stupides, commença Don Domenico, en avalant une une lampée de vin.
Commenter  J’apprécie          160
balrogbalrog   28 juillet 2012
Faire de faux billets était un crime bien plus grave aux yeux de la loi que le viol, le meurtre, le braquage de banque ou les incendies criminels. Lorsqu'on contrefaisait un billet, on s'attaquait directement à l'état, tandis que pour les autres crimes, on était qu'une sorte de charognard prélevant sa part sur la grande carcasse de la société humaine.
Commenter  J’apprécie          30
NEOAFRICAINNEOAFRICAIN   15 juillet 2016
"Ne prends pas mal (...) la gratitude s'estompe avec le temps"

"Mais ne tombe jamais amoureux, ni ne sombre dans la haine. Les sentiments sont toujours mauvais payeurs.."

"Ton devoir était d'assurer aux tiens le pain quotidien, le respect du monde extérieur, et un refuge contre la loi des autres hommes."

"Mieux vaut cent hommes coupables en liberté qu'un seul innocent en prison. Quel merveilleux pays! "

"Les hommes sont des attardés mentaux, incapables de résister à leurs envies, succombant à la moindre promesse de bonheur! "

"La vie sans la jouissance du pouvoir était intolérable (..) Le seul plaisir des vieux était le pouvoir."

"Il est toujours dangereux de se montrer raisonnable avec des gens stupides."
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Videos de Mario Puzo (10) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Mario Puzo
Regarder, Rénover, Résister, Repenser, Réconcilier, Réparer, Réformer, Reconstruire, Réenchanter, Réussir, Résilience, Résurrection...
Une collection emblématique axée sur l?innovation ! Conçue par les ateliers henry dougier, cette collection « raconte » le démarche singulière d?individus ou d?équipes engagés dans des expériences originales, qui renouvellent et réinventent la société. Avec eux, le changement est dans l?R !
2015 ? 10 titres par an ? format 13,5 x 19,5 cm ? 128 pages ? 12?
-----------------------------------------------------------------
PARUS:
Rêver les cinémas, demain, Agnès Salson & Mikael Arnal Recréer le plein emploi, une utopie réaliste, Anne Dhoquois Rwanda, l?art de se reconstruire, Florence Prudhomme Réenchanteur de ville, Jean Blaise, Philippe Dossal
A PARAÎTRE:
Réinventer l?industrie : les aventures de Joseph Puzo, Elisabeth Bourguinat Résurrection de l?Hermione, la folle équipée!, Béatrice Vallaeys Résilience écologique, Loos-en-Gohelle, ville « durable », Philippe Gagnebet Regards décalés sur des patrimoines silencieux, Hélène Hatzfeld Reconversion énergétique, la Bretagne en pointe, Pierre-Henri Allain
-----------------------------------------------------------------
Conception et réalisation graphique: Robin Gasser
+ Lire la suite
autres livres classés : gangstersVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
1622 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre