AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Jean-Paul Mourlon (Traducteur)
ISBN : 2253108391
Éditeur : Le Livre de Poche (16/06/2004)

Note moyenne : 3.53/5 (sur 71 notes)
Résumé :
1492.
Le cardinal Rodrigo Borgia est élu pape. Avant de servir Dieu, le souverain pontife, désormais connu sous le nom d'Alexandre VI, cherche à servir les siens, à commencer par ses enfants - Juan, Geoffroi, Lucrèce et César. Mais sa position dominante suscite des jalousies, qui vont bientôt devenir meurtrières... En cette Italie de la Renaissance, empoisonnements, intrigues et trahisons ne sont pas de vains mots.
Lorsque le cardinal Della Rovere accè... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (16) Voir plus Ajouter une critique
Tatooa
  10 juin 2018
Certains seront sans doute surpris par ma note, après ce que j'en avais dit sur le forum des trolls.
Il est vrai que le départ est difficile. Il y a énormément de personnages (historiques, donc on ne peut pas s'en passer), le style est assez "distant", la narration se perd un peu entre tous les personnages, on a vraiment du mal à resituer tout le monde. Enfin moi j'ai eu du mal.
En plus, l'enfance des enfants de Venozza (c'est à dire les enfants reconnus par Rodrigo Borgia une fois devenu le pape Alexandre VI), César (Cesare), Juan (Giovanni), Lucrèce (Lucrezia) et Geoffroi (Joffre)) et l'ascension de Rodrigo sont assez rapidement évoqués, et plus ou moins "perdus" au milieu de l'évocation du contexte politique autour de Rodrigo Borgia. Les liens sont survolés, même si l'auteur insiste sur le fait que le père veut faire en sorte que la fratrie soit soudée autour de lui pour faire un clan solide, qui puisse faire face.
C'est dommage parce que du coup, on peine à s'attacher à la famille, et aux différents protagonistes. Par contre, j'ai eu l'impression d'une assez profonde "véracité" dans le récit, même si tout dans les relations familiales Borgia est inventé par l'auteur, sans aucun doute.
Il m'a fallu une bonne centaine de pages pour passer le cap de la "familiarité" avec tous les protagonistes. C'est à dire pour ne plus me demander "qui est qui" à chaque page. Oui ça a été un peu long. En fait je croyais connaître cette histoire, mais je ne la connaissais que de très loin, je ne me doutais pas qu'il y avait tant de gens "impliqués", même en ayant joué aux Assassin's creed les concernant (mais on est surtout côté Médicis dans le jeu, donc bon, normal aussi)...
Donc passé le cap de la centaine de pages, là j'ai commencé à m'attacher à l'histoire. Parce que c'est quand même fichtrement passionnant !
J'ai beaucoup aimé parce que ça réhabilite un peu les Borgia, dans le contexte de l'époque. En fait, cette histoire d'Italie, c'est de la fantasy. Sans fantasy. Côté complexité politique, complots, personnages retors, amours contrariées,alliances, traîtrises, assassins, et autres ressorts de suspens et d'action en continu, c'est intense ! Il manque juste de la magie. Quoique... La mystérieuse "Noni", vieille herboriste, fait parfaitement l'affaire, dans ce bouquin !
Et pour la petite histoire, j'ignorais que le frère cadet de Lucrèce et César s'appellait Geoffroi (en français), Joffre en italien. Et avait épousé une Sancia Ferrante d'Aragon, fille du roi de Naples (parce que oui, le roi de Naples, c'était Ferdinand Ferrante d'Aragon, va comprendre Alexandre (VI, mouahaha !)). Cela ne vous rappelle rien ? 😜
Le talent de Mario Puzo consiste à nous livrer les pensées de son narrateur du moment, (Rodrigo, César, Lucrèce, Juan, Geoffroi). Mais tout cela évolue au fur et à mesure qu'on avance dans le livre. du coup la psychologie des personnages, si succincte au début du livre, s'étoffe, s'amplifie, s'approfondit au fur et à mesure qu'on avance dans le livre, que les protagonistes gagnent en expérience et en maturité.
Rodrigo nous apparait ainsi comme si on le voyait à travers les yeux de ses enfants. Et au fur et à mesure qu'ils grandissent, les illusions tombent, les personnages se dévoilent, Rodrigo devient plus "réel", et plus ambiguë qu'au début du livre.
César est le plus intéressant, de mon point de vue. Intelligent et "sous utilisé", c'est un personnage torturé fascinant.
En fait, j'ai cru au départ que ce livre n'était pas bien écrit, c'était une erreur. Il est fabuleusement bien écrit, car, comme lors d'un travail psychologique, les "pelures de l'oignon" tombent les unes après les autres et les yeux se dessillent, la vérité se fait jour, peu à peu. C'est d'autant plus intéressant que, comme je disais, ça me semble être assez réaliste "historiquement" parlant.
Bref, après un départ difficile, je suis vraiment enthousiaste à la fin. Un très bon bouquin pour une famille certes criminelle, mais bon, ni plus ni moins que toutes les familles au pouvoir et qui veulent y rester, et qui, sans doute, se mentent autant sur leurs motivations que les Borgia dans ce roman. Y compris de nos jours.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          230
Cookies72
  19 septembre 2014
Quel plaisir, mais quel plaisir! Avec Louis XIV, la famille Borgia représente une grande passion pour moi. J'avais déjà lu deux-trois livres sur les Borgia, j'ai également vu la série 'The Borgias" avec l'excellent Jeremy Irons dans le rôle de Rodrigo Borgia. Mais, je vous avoue que c'est vraiment César et Lucrecia qui me passionnent!
Le parcours de Rodrigo pour son accession au trône de Pape est tout de même captivante et édifiante. Elle démontre, le jeu de pouvoir, d'argent pour accéder à ce poste. Rodrigo n'est pas le premier Pape a avoir une vie à côté, père de 6 enfants de mères différentes, ce sont néanmoins: César, Lucrècia, Juan et Geoffroi qui feront l'histoire! Son histoire en tant que Pape Alexandre VI. Tout sera bon pour Rodrigo afin de maintenir sa puissance et son autorité. Rien ne sera fait au hasard, rien ne viendra se mettre en travers de sa route. Même pas ses enfants et leurs bonheurs. Surtout pas ses enfants, qu'il va utiliser, manipuler. Et pourtant il aime profondément ses enfants.
César est vraiment mon préféré. J'ai adoré découvrir son parcours, lui le premier né qui est voué à l'Eglise comme tous les premiers nés. Lui qui ne rêve que d'être dans la garde, de combattre. Ce rôle est donné à son frère Juan. Depuis toujours, César n'a qu'une envie, que son père l'aime autant qu'il peut aimer Juan. Chacun de ces actes, chacune de ses décisions sera pour son père. Il aimera passionnément sa soeur, Lucrècia. La belle et intrépide Lucrècia. Ils s'aimeront de cet amour interdit, je n'ai eu aucun préjugé face à cet amour car j'ai tremblé pour eux, j'ai eu de la peine, j'avais tant d'espoir.
Lucrècia quant à elle sera mariée plusieurs fois afin de mener les alliances ou d'obtenir une armée. Elle restera l'élément clé de cette famille. Elle fera honneur à son nom. Elle saura rester digne et fidèle à ses convictions et surtout à son amour pour son frère César.
Un personnage pour moi également essentiel si pas primordial dans l'histoire des Borgia est Michelitto Corella. L'ami d'enfance De César, son fidèle compagnon, sa main armée, son oeil et son oreille! Il est tout simplement exceptionnel!
Le pouvoir, la guerre, l'Eglise, Dieu seront les enjeux de terribles complots et méprises. Chaque état de l'Italie était à l'époque dirigé par un Roi ou Reine issue des plus grandes familles italiennes. Ces familles se faisaient perpétuellement la guerre pour agrandir leur territoire. Ensemble elles vont se liguer pour faire tomber ce Pape qui laissera une grande trace dans l'histoire! Mais Rodrigo Borgia ne compte pas se laisser faire!
Le petit plus de ce livre est l'auteur, Mario Puzo. Auteur du célèbre "Parrain" et qui, il faut le savoir, n'a pas su terminer ce livre car il a été emporté par la maladie. C'est donc sa compagne Carol Gino qui a terminé celui-ci.
Lien : http://chezcookies.blogspot...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
Aela
  20 novembre 2011
C'est le dernier roman de Mario Puzo ( 1920- 1999) l'auteur du "Parrain". le roman a été achevé après son décès par sa compagne, la romancière Carol Gino.
Nous retrouvons les personnages de la célèbre série télévisée de Canal+: le pape Rodrigo Borgia, pape sous le nom d'Alexandre VI, ses enfants César, Juan, la belle Lucrezia..pour les plus connus..
L'histoire démarre au moment où Rodrigo Borgia se fait élire pape en août 1492.. juste avant que Christophe Colomb ne découvre l'Amérique...
Et l'on va bientôt découvrir que la position dominante d'Alexandre VI va susciter bientôt des envies, qui vont vite devenir meurtrières..
Les Borgia auront une éclipse, lorsque le cardinal Della Rovere accède au trône De Saint Pierre. César, avant de connaître à nouveau la gloire, devra fuir..
Un très beau portrait psychologique de ces personnalités "phares" de l'époque que furent Alexandre et César Borgia..
L'auteur semble avoir pris quelques libertés avec L Histoire, pour ce qui est par exemple des relations incestueuses entre César et Lucrezia, fait démenti par l'historien Marcel Brion dans sa biographie "les Borgia"..
Cela reste néanmoins à mon sens une belle fresque historique, qui nous emmène au coeur De La Renaissance..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Kenehan
  26 septembre 2011
Alors que j'étais plongé en plein coeur De La Renaissance italienne avec la Saga des Médicis de Sarah Frydman, j'avais hâte de rencontrer la fameuse famille Borgia dont le nom reste encore aujourd'hui empreint de sang, de sexe et de pouvoir.
C'est donc avec cette réputation en tête que je me suis lancé dans cet ouvrage avant d'aller découvrir les dernières adaptations télévisuelles des frasques de cette famille. Et j'ai été agréablement surpris de la manière dont Mario Puzo dresse le portrait de Rodriguo (Alexandre VI), Cesare et Lucrezia. Certes on retrouve tout les ingrédients qui ont fait des Borgia une légende sanglante mais leur humanité reste présente. La psychologie des personnages est bien travaillée au point qu'il est parfois difficile de ne pas leur pardonner leur fautes.
Toutefois, j'ai eu du mal à m'imprégner du style de l'auteur. Certes le fond m'a beaucoup plu mais ce n'est pas tout à fait le cas avec la forme. Il n'est pas moins un auteur agréable à lire.
De plus, j'ai parfois eu l'impression d'aller un peu trop vite et de survoler certains évènements qu'il n'aurait pas été inintéressant d'approfondir.
Enfin, les notes concernant la rédaction de ce livre sont un agréable supplément sur la naissance et l'histoire de ce roman. Elles nous donnent un petit aperçu du comment et du pourquoi ce livre est parvenu jusqu'à nos mains.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
MissSherlock
  24 juin 2017
J'ai trouvé le sang des Borgia passionnant de bout en bout. La famille Borgia a une réputation sulfureuse et c'est sur cela que joue l'auteur.
Il nous dépeint une famille dont tous les membres méritent de brûler dans les flammes de l'Enfer. Tous sont diaboliques et malsains. Impossible de s'attacher à ces personnages infects.
Et pourtant leur destin m'a fascinée et tenue en haleine. Ce bouquin se lit comme un polar.
Il est vrai que l'auteur prend des libertés avec la vérité historique (si tant est qu'il puisse y avoir une seule vérité historique) mais franchement je m'en fiche tant je me suis régalée.
Commenter  J’apprécie          82
Citations et extraits (10) Voir plus Ajouter une citation
tonpdgtonpdg   03 novembre 2014
Mais la famille Borgia était la cible des vers les plus fielleux de Filofila.
Il évoquait ses orgies au Vatican, les meurtres qu’elle commanditait à Rome et dans toutes les cités d’Italie. Poète éloquent, superbe prosateur, il prenait la plume pour affirmer qu’Alexandre était un simoniaque, qu’il avait vingt enfants naturels, trahissait la croisade, volait l’argent de l’Église pour financer les campagnes de César Borgia, afin que celui-ci s’empare de la Romagne et reprenne le contrôle des États pontificaux. Et pourquoi ? Pour engraisser sa famille, ses bâtards, ses maîtresses, se livrer à ses orgies ! Commettre l’inceste avec sa propre fille ne lui suffisait pas ; il lui avait enseigné l’art d’empoisonner leurs ennemis dans le collège des cardinaux, avant de la vendre à plusieurs reprises à d’autres puissantes familles, pour cimenter son alliance avec elles. Son premier mariage avait été annulé, le second avait pris fin par le meurtre de son mari, assassiné par César Borgia.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
goodgarngoodgarn   22 juillet 2012
Au bout de quelques jours,l'armée de César fut prête à repartir.Il donna à Léonard une bourse pleine à craquer de ducats,et lui demanda de l'accompagner dans sa campagne militaire.Mais l'artiste secoua la tête:
- Il me faut revenir aux arts.Un jeune tailleur de pierre nommé Michelangelo Buanarroti se voit confier d'importantes commandes,alors que je perds mon temps sur le champs de bataille! Il a un certain talent,j'en conviens,mais aucune profondeur,aucune subtilité! Je dois partir.
César lui dit donc adieu avant de monter sur son cheval blanc.Levant la main,Vinci lui tendit un rouleau de parchemin:
-Voici la liste des diverses activités que je pratique...peintures,fresques,systèmes d'adduction d'eau...bien des choses!Nous pourrons toujours discuter du prix.
Il eut un petit sourire et ajouta:
-Votre Excellence,j'ai peint à Milan une fresque représentant la Cène.Je serais ravi que le Saint-Père vienne la voir.Croyez-vous que ce serait possible?
-Je l'ai vue moi-même,elle est vraiment merveilleuse.Le Saint-Père est amoureux des belles choses,je suis certain que cela l'intéressera.
César plia le parchemin avec soin,le glissa dans une de ses poches puis,saluant Léonard,fit prendre à son cheval la route menant vers le nord.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
TatooaTatooa   08 juin 2018
La traîtrise règne sur le monde : mais certains sont encore plus féroces que d'autres. La cruauté anime leurs coeurs, réchauffe leurs veines, éveille leurs sens : ils éprouvent, à torturer leurs semblables, le même plaisir que d'autres à faire l'amour.
Commenter  J’apprécie          120
TatooaTatooa   09 juin 2018
Homme de grande taille, à l'allure imposante, Ferdinand prenait très au sérieux sa tâche de monarque.
Il était profondément chrétien et se soumettait sans discuter au pouvoir du pape. Pour autant, il était dépourvu du zèle évangélique de son épouse, Isabelle de Castille, et n'éprouvait nul besoin de persécuter ceux qui pensaient autrement que lui.
Commenter  J’apprécie          70
TatooaTatooa   10 juin 2018
- Nos ennemis ont installé dans la place tant de chercheurs de scandale qu'un de plus n'y changera rien. (Alexandre VI)
- Mais tu pourrais les mettre hors d'état de nuire. (César)
Alexandre prit un air pensif et répondit après un silence :
- Rome est une ville libre, mon fils, et je chéris la liberté.
Commenter  J’apprécie          70
Videos de Mario Puzo (10) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Mario Puzo
Regarder, Rénover, Résister, Repenser, Réconcilier, Réparer, Réformer, Reconstruire, Réenchanter, Réussir, Résilience, Résurrection...
Une collection emblématique axée sur l?innovation ! Conçue par les ateliers henry dougier, cette collection « raconte » le démarche singulière d?individus ou d?équipes engagés dans des expériences originales, qui renouvellent et réinventent la société. Avec eux, le changement est dans l?R !
2015 ? 10 titres par an ? format 13,5 x 19,5 cm ? 128 pages ? 12?
-----------------------------------------------------------------
PARUS:
Rêver les cinémas, demain, Agnès Salson & Mikael Arnal Recréer le plein emploi, une utopie réaliste, Anne Dhoquois Rwanda, l?art de se reconstruire, Florence Prudhomme Réenchanteur de ville, Jean Blaise, Philippe Dossal
A PARAÎTRE:
Réinventer l?industrie : les aventures de Joseph Puzo, Elisabeth Bourguinat Résurrection de l?Hermione, la folle équipée!, Béatrice Vallaeys Résilience écologique, Loos-en-Gohelle, ville « durable », Philippe Gagnebet Regards décalés sur des patrimoines silencieux, Hélène Hatzfeld Reconversion énergétique, la Bretagne en pointe, Pierre-Henri Allain
-----------------------------------------------------------------
Conception et réalisation graphique: Robin Gasser
+ Lire la suite
autres livres classés : roman historiqueVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
1633 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre