AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
Inspecteur Anselme Viloc tome 1 sur 6
Vents salés (21/05/2014)
4.05/5   42 notes
Résumé :
Ce roman a été réédité aux Éditions Cairn en format poche en Juillet 2018
Flic de Papier dans la sélection Gironde pour le prix du Livre France Bleu des libraires indépendants
Printemps 1988. Un homme disparaît au Cap-Ferret. La disparition, c’est une blessure jamais refermée et c’est l'histoire d'Anselme...
Originaire de Chambéry et récemment muté au commissariat d’Arcachon pour retrouver des couleurs après une sordide affaire, Anselme Viloc,... >Voir plus
Que lire après Flic de papierVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (24) Voir plus Ajouter une critique
4,05

sur 42 notes
5
6 avis
4
15 avis
3
2 avis
2
0 avis
1
0 avis
Pierre Dornet n'est pas rentré du travail. Après quelques jours, Solange, son épouse, s'adresse à la police d'Arcachon. le dossier est confié à l'inspecteur Anselme Viloc, un flic tout juste sorti de dépression après la disparition de son épouse et de sa fille adoptive...
Quelques temps plus tard, des promeneurs découvrent la moto de Pierre à demi immergée dans une mare du sud des Landes. Puis le garagiste d'Andernos qui entretenait l'engin est victime d'un étrange accident...
Convaincu qu'il n'est qu'un flic de papier, tout juste bon à rédiger des rapports, Anselme pense qu'il ne trouvera pas la solution. Mais stimulé par Lily, la fille du disparu, par ses amis Eric et David, fins connaisseurs du bassin d'Arcachon, et par la perspective de retrouvailles avec ses proches, tout redevient possible...

Ce roman policier a tout d'un Simenon : le rythme de l'action, ou plutôt son absence de rythme, une sorte d'indolence ; l'importance du contexte et de l'environnement, décrits avec patience ; les réseaux d'amis, ou de prétendus tels ; la petite bourgeoisie locale... Certes, Anselme Viloc n'est pas Jules Maigret : il lui manque l'assurance, la certitude d'aller au bout de l'enquête.
L'écriture de Guy Rechenmann est intéressante. J'ai beaucoup aimé sa façon de s'approcher des personnages, de prendre le temps de les entourer avec lenteur pour mieux saisir leur personnalité.
L'intrigue elle-même est assez sordide. Elle montre comment trop d'envies et de jalousies peuvent conduire aux plus noirs destins, comme par inadvertance. Mais l'engrenage est infernal.

Un polar très contemplatif.
Lien : http://michelgiraud.fr/2020/..
Commenter  J’apprécie          471
Un polar intérressant dont le personnage principal est un anti-héros. Un polar où l'hémoglobine est absente, où l'articulation se joue sur la psychologie des acteurs de l'histoire. Ponctué de phrases qui poussent le lecteur à la réflexion, Guy Rechenmann nous guide sur les routes du bassin d'arcachon pour mieux nous le faire découvrir.
Un roman qui vous fera passer un bon moment.
Commenter  J’apprécie          350
Un flic de papier, voilà ce qu'est le narrateur.
Ce n'est pas lui qui a trouvé cette expression, c'est son collègue et ami Antoine, un Corse parti traquer un escroc jusqu'en Estonie.
Un flic de papier, car il sait rédiger des rapports mais n'est pas un casse-cou, pas spécialement tourné vers les actions de grande envergure, les "coups de filet" ... Par malchance il n'a pas non plus une grande intuition bien qu'au boulot "on l'appelle Columbo" ... plutôt pour son gabarit de flic pas très grand, pas pour son imper ni pour son intuition donc.

Dommage pour notre flic de papier, notre flic mélancolique, de l'intuition, il lui en faudrait, pour résoudre les mystères et disparitions qui s'accumulent, alors qu'il enquête au "Bassin" (d'Arcachon).
D'abord, il y a le papa de Lily ... Volatilisé, disparu, on ne sait quand ni comment ! Un gars taciturne et souvent sur les routes, mais enfin, quand même ... avec une jolie épouse et avec une petite fille, plus d'un mois sans donner de nouvelles ? Ensuite, d'autres disparitions ... accident, meurtre ?
Sont-elles liées ... Il va bien finir par trouver des témoins, trouver une piste, quelque chose, un indice ... En voilà des mystères, pour notre "flic de papier" !

Des pages intéressantes aussi pour les amoureux des animaux, des chats et des chevaux en particulier. Coup de coeur pour la petite Lily et son chat Tomy.

Un polar au rythme lent, mais à la petite musique intrigante ... A lire !
Commenter  J’apprécie          260
« le monde est un vaste jeu de quilles dans lequel se promènent les chats. Ces animaux sont attentifs, précautionneux, agiles certes, mais ils ne sont pas à l'abri d'en faire tomber une, par-ci par-là. »
Si vous aimez les chats et accessoirement, les courses de chevaux, les motos, les petites filles sagaces et le Bassin (d'Arcachon, s'entend), voire, plus spécifiquement, ce petit coin de paradis qu'est le Cap Ferret, alors, vous aimerez sûrement « Fic de papier » avec son inspecteur (non, pas commissaire, surtout !) rêveur, procrastineur, paresseux, presque. Un flic de papier, c'est-à-dire spécialisé jusque là dans l'écriture des rapports, un flic qui attend que la solution lui tombe du ciel ou surgisse par miracle de ses conversations d'après boire avec les patrons de bistrot. Un flic comme on les aime, quand on n'est pas très porté sur la police, un doux, un vaincu de la vie qui vit dans le passé…Si vous préférez les macho désabusés, lisez Padura ou Izzo, si vous voulez un suspense d'enfer qui vous empêche de penser à autre chose, vous ne frappez pas non plus à la bonne porte, allez plutôt voir du côté de Thilliez. Mais si vous pensez que les chats mènent et le monde, et les gens heureux qui ont « la molle » comme on peut l'avoir sous ce microclimat des bords de l'Atlantique, alors ce livre est pour vous.
Guy Rechenmann, qui en est à son troisième roman, est en train de construire un univers assez original, à suivre…
Commenter  J’apprécie          200
Au Cap Ferret, un routier à la fin de sa semaine ne rentre pas chez lui. Au bout de quelques jours, sa femme, inquiète contacte la police. L'affaire est confiée à l'inspecteur Viloc, policier transparent fraîchement muté au commissariat d'Arcachon, qui se remet d'une dépression.

Bien que cette affaire trouve écho en lui, lui qui a vécu la disparition de sa femme et de sa fille, Viloc doute de parvenir à la résoudre. Mais c'est sans compter sur la petite Lily, fille du disparu, intelligente et un peu clairvoyante, sur Eric, le pilote de la navette fluviale avec qui il discute lors des traversées et David, le patron de l'Escale où il déjeune. Tous les trois, chacun à leur manière, vont l'aider à démêler les noeuds de cette histoire, histoire qui se retrouve par ailleurs emmêlée à d'autres affaires.

Ce polar n'est pas un polar d'action mais plutôt de réflexion, d'analyse, de recherche. Et on découvre la méthode de travail de cet inspecteur, qui n'a pas confiance en lui, qui se dévalorise mais qui va prendre le temps de ruminer, de digérer tous les éléments pour mieux comprendre ce qui a pu se passer. 

Comme actuellement nous vivons tout dans l'urgence, il m'a été agréable de me poser pour lire ce polar tranquillement sans ressentir le besoin d'avoir la réponse tout de suite, mais plutôt d'apprécier la démarche de remonter le fil de façon un peu naïve mais sans le casser. J'ai passé un bon moment avec cette lecture et il me tarde de découvrir la suite des aventures de ce Viloc.
Commenter  J’apprécie          100


critiques presse (1)
SudOuestPresse
17 mai 2023
Le « Flic de papier » de Guy Rechenmann va aussi plonger dans ses souvenirs, de Chambéry au Gabon, sur fond de canicule
Lire la critique sur le site : SudOuestPresse
Citations et extraits (14) Voir plus Ajouter une citation
- Les clapotis de l’endroit sont synonymes d’anchois, prévient le gars, un local buriné, blanc de barbe et de cheveux, et s’il y a des chasses ici, il doit y avoir du bar dans le nord, poursuit-il en opinant du bonnet.
- Des chasses ?
- Oui, ah, vous n’êtes pas du coin, on appelle ça des chasses, quand les mouettes piquent dans l’eau pour se nourrir et quand il y a anchois, il y a bar et loubines si vous voulez…Les pêcheurs sont à l’affut e ces chasses et vont pêcher à proximité, surtout dans la passe nord. Ceux qui ont des bateaux rapides sont avantagés bien sûr.
Commenter  J’apprécie          71
Je ne suis ni grand ni costaud, un mètre soixante-cinq pour cinquante-six kilos, attaches fines, mains de pianiste, une vraie brute ! Alors, le trampoline naturel de la mousse entre chênes et pins menant à la clairière me confère des airs de passe muraille. D’ailleurs au boulot, les collègues m’appellent Colombo, uniquement pour mon gabarit, pas pour mon imperméable ni pour ma perspicacité. Tant pis, je suis inspecteur de police.
Les enfants sont étonnants, ils savent être égoïstes et ingénieux… ma quête en quelque sorte car moi, je suis un altruiste handicapé des autres, inquiet en permanence du bien-être de mon voisin, ne voulant gêner ni importuner quiconque, l’adverbe « non » étant quasiment rayé de mon vocabulaire. Une espèce d’autiste de l’affectif, ne pouvant exprimer mes sentiments tellement ils sont nombreux à se bousculer dans mes pensées. Je suis obligé de me faire violence pour exercer mon métier. Mon souci de justice et d’équité m’a fait choisir cette voie.
Lors de mes premières visites, j’ai essayé le chemin des écoliers en faisant le tour du Bassin pour rejoindre le village du Canon depuis le commissariat d'Arcachon. J’ai vite compris que cette gymnastique ne durerait qu’un temps. Une heure cinq, gyrophare en émoi, à fond la. caisse, contre quinze minutes, par beau temps, peinard, le cigarillo au bec sur la navette reliant la jetée Thiers à Bélisaire, lieu d’accostage au Cap Ferret. Les collègues locaux m’avaient prévenu, mais le Savoyard est têtu. Quatre kilomètres balancé sur l’écume contre soixante dix bornes, crispé sur un anneau en ski. Le Savoyard n’est pas obtus....
Commenter  J’apprécie          10
L'avis de recherche est maintenant étendu à tout le territoire.
L'absence, l'évaporation, la disparition, on l'appelle comme on veut, de Pierre est maintenant inquiétante, mais cela ne change rien à la donne.
Commenter  J’apprécie          120
La petite fille est à genoux, en position de prière. Je l’aperçois légèrement en contrebas, devant une croix rudimentaire ornée de brins de muguet et de fleurs des champs. Une senteur de nature s’échappe de la parcelle de terre récemment retournée devant elle. La fraîcheur de ce tableau intime me procure un sentiment de bien-être, de respiration soudaine comme un apport d’oxygène inattendu. À l’évidence, la vie enveloppe le décor. La gamine plisse fortement les yeux dans une mimique crispée, les mains fermement serrées, croisées sous le menton, à l’effleurer, comme si de la force de cet étau dépendait le résultat de sa prière. Elle porte une robe bayadère rose et bleu, les bras nus en ce début du mois de mai. Ses cheveux bruns sont tressés et une raie bien tracée équilibre un visage encore poupin. Elle ne m’a pas entendu descendre, les lichens denses du chemin de sous-bois ont amorti mes pas jusqu’au quasi-silence.
Commenter  J’apprécie          10
Je reste encore un court moment devant la sépulture improvisée, vaste pour un si petit corps, mais déjà bien fréquentée, à l’opposé de nos tombes traditionnelles, visitées une fois au mois de novembre, dans le meilleur des cas. Vous me direz que c’est un lieu de promenade qui en vaut un autre en cette morne saison d’après cèpes. Un camaïeu de gris. Dommage pour moi, car c’est en quelque sorte mon fonds de commerce, mais la mort ne fait plus recette. En plus, elle ne fait même pas peur à l’enfant qui croit pouvoir agir à tout moment sur le destin d’un être disparu. En fait, Lily ne pleure pas devant la stèle de son chat, elle veut juste servir de passerelle entre son désir d’aventure et l’avenir céleste de son greffier. La petite vient plusieurs fois par jour ici et je suppose qu’elle fait vivre à Tomy de nouvelles aventures...
Commenter  J’apprécie          10

Videos de Guy Rechenmann (7) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Guy Rechenmann
Présentation lors de la chronique littéraire de Bob Garcia sur France 3
autres livres classés : bassin d'arcachonVoir plus
Les plus populaires : Polar et thriller Voir plus


Lecteurs (68) Voir plus



Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
2783 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre

{* *}