AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : SIE58319_7229
Éditeur : Plon (30/11/-1)

Note moyenne : 3.89/5 (sur 19 notes)
Résumé :
Le vent tiède du printemps souffle sur le front russe. Piétinant dans la neige fondante qui laisse à découvert ruines et cadavres des offensives précédentes, l'armée allemande continue ses « décrochements stratégiques » - c'est la formule. Il y a beau temps qu'elle ne trompe plus personne. Malgré tout, le jeune soldat Ernst Grâber pourra partir en permission. Il attendait cette aubaine depuis deux ans. C'est à peine s'il reconnaît sa ville natale défigurée par les b... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
patricebellocq
  05 avril 2014
Dans ce roman moins connu que "A l'ouest rien de nouveau" et qui traite cette fois de la deuxième guerre mondiale, E M Remarque expose, à mon avis, un point de vue encore plus pacifiste, car cette fois, on ne voit pas que la vie des soldats au front mais aussi les destructions massive à l'arrière et les souffrances des populations civiles.
Il montre le chaos engendré par la guerre, entre les individus. Les valeurs, la morale, les rapports de force, tout est modifié, même le temps qui n'a plus le même sens. Deux semaines de permission représentent une très courte durée, mais aussi une éternité où un mariage entre deux jeunes gens est possible et les fait profiter pleinement de chaque instant à deux volés à la guerre. Ce roman écrit en 1954 et paru sous le titre de " Zeit zu leben und Zeit zu sterben", un temps pour vivre, et un temps pour mourir, est un témoignage émouvant, alors que E M Remarque était exilé aux Etats Unis depuis 1939 et n'a pas vécu la guerre sur le front russe.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30

Citations et extraits (59) Voir plus Ajouter une citation
patricebellocqpatricebellocq   08 avril 2014
Elle se retourna.
"Il y a combien de temps exactement que nous ne nous étions pas revus?
-Cent ans, nous étions encore des enfants et il n'y avait pas la guerre.
-Et maintenant?
-Maintenant, nous sommes vieux sans avoir l'expérience de l'âge. Vieux et cyniques, nous ne croyons plus à rien et nous sommes tristes. Pas si tristes que ça d'ailleurs."
Elle le regarda.
"C'est vrai?
-Non, mais qu'est-ce qui est vrai? Tu le sait ,toi?"
Elisabeth secoua la tête.
"Faut-il qu'il y ait quelque chose de vrai? demanda-t-elle.
-C'est peu probable. Pourquoi?
-Je ne sais pas. mais il t aurait sans doute moins de guerres, si chacun ne s'acharnait pas à imposer aux autres sa propre vérité."
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
DELIE53DELIE53   29 avril 2017
Le crépuscule gagnait de proche en proche dans un silenc
que rien ne troublait. La lumière étrange faisait tout
paraitre irréel.

"Regarde l'arbre là-bas, dit Elisabeth. Il est en fleur"

Grater se retourna. L'arbre avait été à demi déraciné
par une bombe. Une partie des racines se dressait
vers le ciel, le tronc était fendu et plusieurs branches
arrachées. C'était vrai pourtant qu'il était couvert de fleurs
blanches discrètement teintées de rose.

"La maison d'à côté a brulé. Peut-être que la chaleur
a accéléré sa floraison, dit-il. Il est en avance de plusieurs
semaines sur les autres arbres. Et pourtant c'est lui qui
a la plus souffert."

Elisabeth se leva et fit quelques pas. Leur banc était
à l'ombre, et la jeune fille s'avança dans le reflet mouvant
des incendies comme une danseuse sur l'avant scène.
Le rougeoiement l'entourait d'une auréole sauvage.
C'était comme la lueur d'une comète apocalyptique
annonciatrice de la fin du monde ou de la venue
d'un rédempteur de la dernière heure.

"Il fleurit, dit-elle. Pour lui, c'est le printemps, rien de
plus. Le reste ne lui importe pas.

Page 258 (livre de poche)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaouirkhettaoui   26 juillet 2016
Elle attendait calmement devant la fosse. Elle était jeune et robuste, bâtie pour faire des enfants et les nourrir. Elle ne comprenait rien à ce que Millier lisait, mais elle savait que c’était sa condamnation à mort. Elle savait que dans quelques instants la vie qui battait puissamment dans ses artères s’arrêterait pour toujours – pourtant elle attendait calmement et ne paraissait sensible qu’au froid du petit matin.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
rkhettaouirkhettaoui   21 février 2015
Ça va être bon de réapprendre à vivre, poursuivit-elle, nous en avons tellement perdu l’habitude ! C’est pour cela d’ailleurs que notre avenir est si riche. Tout ce qui paraît aux autres quotidien et sans saveur va être pour nous une merveilleuse aventure. Rien que cet air, par exemple, qui ne sent pas la fumée, ou bien un dîner sans tickets, des magasins où l’on peut acheter tout ce qu’on veut, des villes où pas une maison n’est détruite. Ou encore pouvoir parler sans se méfier des voisins, ne plus avoir peur ! Ça mettra du temps, la peur ne s’effacera que petit à petit, mais alors même qu’elle surgirait de nouveau, ce sera une joie de plus de pouvoir se dire qu’elle est sans objet.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaouirkhettaoui   21 février 2015
Il connaissait toute une gamme de peurs, les peurs aiguës, les peurs obscures, celles qui coupent le souffle et paralysent les muscles, et aussi la grande peur suprême de la créature vivante devant la mort ; mais celle qu’il éprouvait maintenant était différente de toutes les autres, c’était une peur rampante, une menace imprécise, une étreinte poisseuse, comme celle d’une glaire invisible et dissolvante, la peur de l’impuissance et du désespoir, la peur corruptrice qu’engendrent les dangers subis par d’autres, otages innocents ou persécutés sans défense, la peur en face de l’arbitraire, de la violence et de l’inhumanité systématique. La grande peur de notre temps.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00

Videos de Erich Maria Remarque (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Erich Maria Remarque
Patrick Straumann auteur de "Lisbonne, ville ouverte" nous parle d'un livre important pour lui : "La nuit de Lisbonne" de Erich Maria Remarque
autres livres classés : front russeVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

A l'ouest rien de nouveau

de quel guerre parle t'il ?

Première Guerre Mondiale
Seconde Guerre Mondiale

10 questions
1737 lecteurs ont répondu
Thème : À l'ouest rien de nouveau de Erich Maria RemarqueCréer un quiz sur ce livre