AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782070396795
496 pages
Gallimard (04/10/2012)
3.36/5   7 notes
Résumé :
En 1783, à la parution du livre, Rétif a cinquante ans, comme son héros. Car cette histoire, la dernière aventure d’un vieux séducteur, il l’a vécue. Le roman est une autobiographie déguisée, récit d’une expérience cruelle : la jeune et belle Sara, qu’il aime et qui lui dit l’aimer, vend ses faveurs à d’autres. C’est la découverte, avec la jalousie, de l’illusion amoureuse, du mirage de l’amour, toujours déçu et toujours renaissant. C’est aussi la prise de conscienc... >Voir plus
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique

Récit autobiographique paru en 1783.

Rétif a quarante-cinq ans, presqu'un vieillard à cette époque et par l'intermédiaire de son héros il raconte ses déboires amoureux.

D'Aigremont est amoureux fou de Sara jeune femme très jolie et désirable qui se joue de ses sentiments.

Il va découvrir qu'elle est loin d'être une "oie blanche" et qu'elle vend ses faveurs à d'autres.

Le récit raconte sa désillusion, mais aussi son attachement à Sara , qu'il aimera et détestera tour à tour.

Mais l' Amour est là malgré toutes les déceptions et les humiliations que lui fera subir Sara.

Beau roman très mélancolique.

Une ode à la jeunesse et à l'amour perdu.

Commenter  J’apprécie          230

Citations et extraits (11) Voir plus Ajouter une citation

J'ai toujours aimé les femmes : je n'en rougis pas ; c'est la plus noble des passions, surtout lorsque la tendresse est la base de ce goût, beaucoup plus que le désir.

Aimer, chérir, adorer, trouver à faire le bonheur de l'objet que j'idolâtre une indicible volupté, lui rendre le bonheur qu'elle me procure, voilà comme je m'attache à une femme.

Commenter  J’apprécie          70

Mais d’où vient cette passion a-t-elle duré si longtemps ? C’est, lecteur, ce qui prouve l’adresse de Sara, et combien était grand son mérite supposé ! Elle avait fait une impression profonde ! Je l’adorai d’abord. Lorsqu’ensuite je la méprisai, parce que je sentis qu’elle n’était pas ce qu’elle m’avait paru, je cherchais sans cesse en elle et autour d’elle la fille adorable que j’avais chérie : je ne l’y trouvais pas ; j’étais, dans une autre position, aussi malheureux que Narcisse, je cherchais l’impossible. Sara n’était pas ce qu’elle m’avait paru ; je retrouvais bien Sara, ou plutôt une vaine et trompeuse image ; mais ma fille, mon amante, mon amie, mon Hipparchia, cette fille qui m’avait persuadé qu’elle aimait un quarante-cinquenaire, je ne la retrouvais plus, parce qu’elle n’avait jamais existé.

Commenter  J’apprécie          20

Telle est la durée de la rose ;

Eclose le matin, fanée le soir,

De larmes je l'arrose,

Demain je viendrai voir.

De la plaintive tourterelle,

Imitant la langueur,

Mon luth est sans chanterelle,

Les basses, écho de ma douleur,

Répètent, objet de mon amour,

Je te demande au jour

Avant l'aurore

Et quand le jour s'ensuit,

Ma voix pendant la nuit

T'appelle encore.

Commenter  J’apprécie          30

Air d'Epicure

Rien n'égale dans la Nature,

L'amant dont mon coeur est charmé ;

Pour la volupté la plus pure,

Les dieux tout exprès l'ont formé :

On le prendrait pour l'Amour même,

Quand ses yeux sur moi sont fixés ;

Il me dit sans cesse qu'il m'aime,

Et ne le dit jamais assez.

Commenter  J’apprécie          30

Dans la jeunesse, on va au coeur d'une femme par les sens ; dans l'âge mûr, on va aux sens par le coeur.

Commenter  J’apprécie          70

Video de Nicolas Edme Restif de La Bretonne (2) Voir plusAjouter une vidéo

Sara
Adaptation du roman autobiographique de RESTIF DE LA BRETONNE "monsieur nicolas, ou le coeur humain dévoilé" dont l'action se situe à Paris en 1780.L'écrivain, âgé de quarante cinq ans, mène une vie solitaire, mais riche en aventures galantes. Il surveille l'impression de ses livres, travaille avec les typographes, se dispute avec son éditeur, essaie de réunir quarante livres pour...
autres livres classés : autobiographieVoir plus






Quiz Voir plus

Les écrivains et le suicide

En 1941, cette immense écrivaine, pensant devenir folle, va se jeter dans une rivière les poches pleine de pierres. Avant de mourir, elle écrit à son mari une lettre où elle dit prendre la meilleure décision qui soit.

Virginia Woolf
Marguerite Duras
Sylvia Plath
Victoria Ocampo

8 questions
1440 lecteurs ont répondu
Thèmes : suicide , biographie , littératureCréer un quiz sur ce livre