AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782742728787
403 pages
Éditeur : Actes Sud (24/08/2000)
3.48/5   25 notes
Résumé :
La Joconde est la pire des oeuvres de Léonard de Vinci car elle est trop "achevée". C'est le discours de l'étrange nain Bergamme, qui souffre de la pathologie de l'"inachèvement" en art. Entendez : les oeuvres seraient plus belles si leurs auteurs ne s'acharnaient à les terminer de manière perfectionniste. Bergamme est aussi victime de cleptomanie aiguë, d'iconoclasme intempestif et d'un goût excessif pour le scandale. Aussi, quand le célèbre incendie ravage le Gran... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
mguy
  15 janvier 2011
Ce livre est très intéressant, même si ce n'est pas vraiment un roman à proprement parler. C'est plutôt un débat sur ce qu'est l'art, sur les pratiques des musées. Ce livre nous interpelle, et remet en question nos propres conceptions dans ce domaine. À lire, même par petits bouts.
Commenter  J’apprécie          100
PaulMer
  22 octobre 2018
Grand amateur des reproductions de chefs- d'oeuvre, le conservateur du Grand Musée Gerbraun ne semble pas se méfier du faussaire Bergamme. Ou peut-être agit-il en connaissance de cause? le commissaire Quévédo parviendra-il à sauver quelque chose?
Cet épais roman contient tous les thèmes qui alimentent l'écriture de Rezvani.
Commenter  J’apprécie          20

Citations et extraits (5) Ajouter une citation
OrpheaOrphea   02 août 2010
C'est au début de l'année 2015 que Bergamme avait pris conscience qu'un double symétriquement contraire à celui qu'il paraissait être se dissimulait en lui... Évidemment nul n'est celui qu'il donne à voir mais bien celui qui dissimule en lui un quelqu'un qu'il refuse de dévisager en face... et donc de révéler à soi-même ainsi qu'aux autres. Justement, la façon dont Bergamme s'est comporté jusqu'au bout derrière les cimaises du Grand Musée devrait servir d'illustration peu banale à ce cas paradoxal. Voilà pourquoi j'ai décidé de mettre par écrit ce que j'ai pu apprendre de lui car, comme je l'ai déjà dit, son cas célèbre parmi les cliniciens spécialisés dans ces sortes de maladies dites pathologies "muséeuses" me paraît suffisamment singulier pour qu'il en demeure si possible une trace durable dans la chronique littéraire de ce premier siècle du troisième millénaire – comme d'ailleurs il en reste d'indélébiles sur la plupart des tableaux qu'il a volés.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
OrpheaOrphea   02 août 2010
Longtemps Bergamme avait cru aimer l'art ; il s'était persuadé que seul l'art pouvait l'élever au-dessus de lui-même. Il croyait le penser jusqu'au jour où il avait pris conscience que de s'intéresser de près à l'art n'impliquait pas forcément ce qu'on appelle "l'amour de l'art" ni même une curiosité de l'art, ou le désir de magnifier l'art mais tout au contraire d'en être un obsessionnel insatisfait... ou disons, pour laisser aux artistes le privilège de l'insatisfaction, de ce qu'a approximativement insatisfait tout geste symétriquement contraire à celui du créateur. Car, sans être un grand artiste, Bergamme était, en quelque sorte malgré lui, devenu, selon son expression : un grand destructeur-inacheveur.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
OrpheaOrphea   02 août 2010
Quel grand artiste, au moment d'entrer dans la mort, ne s'est vu soudain tellement loin de ce sublime que toute sa vie il avait chercher à rejoindre ! Quel grand artiste ne meurt déçu de lui-même ? Arrivé à l'instant ultime, Virgile n'avait-il pas demandé que l'on détruise ses écrits ? De même Kafka...
Commenter  J’apprécie          110
OrpheaOrphea   03 avril 2009
PROLOGUE

L'origine de ces évènements – dont je vais donner l'épouvantable conclusion dans ce prologue – remonte, d'après ce que m'a dit le nain Bergamme, à l'année 2015, quand soudain il avait pris conscience de sa faculté de passer inaperçu, même dans les musées les mieux surveillés, le temps de découper au cutter et de rouler le tableau qu'il convoitait. Plus tard il se découvrit aussi un autre don autrement terrible : "Celui de faire tuer qui je veux par un mystérieux processus de ma pensée", m'avait-il encore confié à l'occasion d'une de mes visites dans sa cellule.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
PaulMerPaulMer   22 octobre 2018
-Pourtant, avait presque crié Bergamme, cela ne vous empêchera pas, d'après ce que m'a confié Gerbraun, de dupliquer cette Origine du monde!
-Ainsi l'anéantirons-nous en la sortant de son unicité...
Commenter  J’apprécie          00

Videos de Serge Rezvani (12) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Serge Rezvani
Titre: "Le Tourbillon de la vie" (chanson écrite par Serge Rezvani pour Jeanne Moreau en 1957) Interprété par: groupe SPIRALE Au profit de l'Association: LE VERGER FLEURI à Maizières-la-Grande-Paroisse (pour les enfants et jeunes adultes à troubles autistiques)
autres livres classés : origine du mondeVoir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Arts et littérature ...

Quelle romancière publie "Les Hauts de Hurle-vent" en 1847 ?

Charlotte Brontë
Anne Brontë
Emily Brontë

16 questions
828 lecteurs ont répondu
Thèmes : culture générale , littérature , art , musique , peinture , cinemaCréer un quiz sur ce livre