AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2754805869
Éditeur : Futuropolis (08/03/2012)

Note moyenne : 4.04/5 (sur 26 notes)
Résumé :
1985. Après avoir participé à un braquage, Milan est arrêté par la police. C'est le début d'une longue descente en enfer. Milan supporte mal la promiscuité de la prison, l'entassement, la sensation d'être moins bien traité qu'une bête qui va à l'abattoir. Il va donc régulièrement remettre en cause les pratiques souvent arbitraires en cours dans les prisons. Les révoltes et les bagarres le conduisent au quartier disciplinaire. Sa réputation de mauvais garçon grandit.... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (15) Voir plus Ajouter une critique
marina53
  27 avril 2016
Des braquages qui ont mal tourné. Et une nouvelle maison pour Milan: la prison. En 1985, à 20 ans, le voilà condamné à 20 ans ferme. Une peine qu'il accepte. Des conditions de (sur)vie un peu moins. Déshumanisés, entassés comme des bêtes, trop peu de douches et de parloirs, telles sont les conditions de vie difficiles, parfois humiliantes. Une altercation avec un autre prisonnier lors de la promenade, une lettre d'amour envoyée à la juge d'instruction et le voilà condamné à dix jours de quartier disciplinaire. Mais Milan, forte tête, qui aspire à un peu plus de dignité, ne compte pas en rester là pour autant. Convaincant ses camarades de le suivre, il tentera d'expliquer à coups de gueulantes, d'émeutes et de provocations que leurs conditions d'enfermement sont à la limite de l'humain...
Partant du témoignage de Milko, président de l'association Ban Public, Sylvain Ricard nous enferme dans ces prisons aux conditions de vie déplorables. Milan, lui, n'aspire finalement qu'à une chose: purger sa peine dans la dignité. Mais, trop forte tête que les matons prennent un malin plaisir à recadrer, il subira les affres de son comportement. Sans parti pris, Sylvain Ricard dénonce simplement les conditions de vie carcérales. Des transferts incessants et inexpliqués aux heures de parloir supprimées en passant par les humiliations, le courrier détourné ou les violences (physiques et psychologiques), rien n'est épargné au prisonnier. Un témoignage plutôt sombre et inquiétant qui, on l'espère, réveillera quelques esprits. le trait de Nicoby, anguleux et vif, et ses couleurs judicieusement choisies (clair pour l'extérieur, sombre pour l'intérieur) collent parfaitement à cette ambiance plutôt oppressante.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          600
Crossroads
  10 mars 2013
20 ans , le temps de l'insouciance...
20 ans ferme , le temps de la souffrance...
Milan est jeune .
Milan est fou-fou .
Milan a joué , perdu et va le payer très cher !
Après l'excellentissime Kuklos , Ricard signe ici un bouleversant docu-fiction sur l'univers carcéral et ses implications déshumanisantes .
Petit braqueur sans envergure serré par la police , Milan ne sera pas transféré à l'Inter ni à l'AC mais bien en tôle ! 20 piges à tirer , de quoi vous donner le temps de cogiter , de regretter mais surtout de découvrir le monde merveilleux des petits matons fripons et des virils codétenus taquins !
Basé sur le témoignage édifiant du fondateur de Ban Public , Milko Paris , Ricard dresse un tableau consternant de la zonzon et franchement , ça donne pas envie...
Le problème de Milan , une grande gueule dont il use plus souvent qu'à son tour ! Pourtant , il n'aspire qu'à une seule et unique chose , purger sa peine dans la dignité ! S'il est un loup pour la société , il en deviendrait presque agneau sacrificiel au sein de ces geôles Républicaines .
Frustration , rage , désespoir se succèdent au gré des parloirs annulés , du courrier détourné , des quartiers disciplinaires , des insurrections étouffées dans l'oeuf , des transferts...
Quid de l'épanouissement , du respect et de l'insertion professionnelle ? le débat reste ouvert...
Nicoby va à l'essentiel en usant d'un trait anguleux aux couleurs blafardes .
Ni juge ni partie , Ricard s'efforce de faire dans un factuel journalier toujours plus sombre et propre à enfoncer plutôt qu'à reconstruire .
Tristement instructif , " Le gnouf pour les nuls "  interpelle , poussant même , l'effronté , le lecteur à une certaine réflexion !
A noter l'ajout final et fort judicieux de bon nombre de règlements majoritairement bafoués au sein de tout établissement pénitentiaire qui se respecte...peu...
20 ans ferme ! Quelqu'un aurait-il une carte chance ?
http://www.youtube.com/watch?v=wtdf3N96N8Y
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          332
Ziliz
  07 août 2014
T'as que 20 ans ? Prends 20 ans quand même, 20 ans ferme, enfermé, et ferme ta gueule, tu gueules trop fort, forte tête, t'es têtu, tu plieras, sale rat, ras le bol des emmerdeurs comme toi...
Milan a participé à un braquage, mais c'est quelqu'un de réglo, il ne balancera pas les copains, même pour raccourcir sa peine. Bienvenue en prison, une première pour lui. Les conditions de détention le rendent dingue, il bouillonne de rage. Milan n'est pas un mauvais gars, il est même plutôt généreux et de bonne volonté, mais il est impulsif et refuse de se résigner. Surtout ne pas plier l'échine, mais résister, provoquer, riposter, rire au nez, renchérir, se révolter, "foutre un gros bordel", lancer des émeutes. Bref, se battre dans tous les sens du terme... « Tu dis que je devrais filer doux, la mettre en veilleuse, mais je pense que c'est le combat qui permet de garder un semblant de dignité, de ne pas perdre le contact avec la vie. Je refuse de démissionner, je ne veux pas mourir à petit feu, moi. » (p. 33)
Les représailles ne se font pas attendre : envoi au mitard, violence, harcèlement, humiliation, transferts soudains vers d'autres centres, visites et permissions annulées. Un des matons met un zèle particulier à le punir, ajoutant sa petite touche personnelle aux consignes de la hiérarchie, question de conscience professionnelle et de perfectionnisme sans doute.
En prison, on vous écrase, on vous piétine, on vous broie, on vous brise, surtout si vous essayez de vous rebiffer. « On enfonce toujours plus fort, toujours plus profond la personnalité de chacun pour qu'il rentre dans un moule qui n'a pas la bonne forme. » (p. 72)
Parfois les détenus sont écoutés, traités avec plus d'humanité, leurs qualités et aspirations sont prises en considération, dans la mesure des moyens mis à disposition. Il arrive qu'on n'y soigne pas le mal par le mal mais par la douceur. « Ce qu'il manque ici, je vais vous le dire : c'est de l'affection, de la tendresse, de la gentillesse. Toutes ces choses si naturelles dont nous avons été privés depuis toujours. » (p. 61)
Album choc écrit par Sylvain Ricard et mis en image par Nicoby à partir du témoignage d'un ancien prisonnier. Portrait honnête du milieu carcéral, sans caricature ni manichéisme - les bons et les mauvais sont partout, des deux côtés. Portrait d'autant plus violent et révoltant qu'il met en scène un homme qui refuse d'accepter les règles (pipées) du jeu, même s'il sait qu'il aurait beaucoup à gagner en étant plus docile...
Sylvain Ricard est également l'auteur de "A la folie", album sur la violence conjugale.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          200
KrisPy
  18 août 2018
Très beau et émouvant livre sur la prison et l'enfermement, la maltraitance, la lutte pour conserver sa dignité d'homme, et la lutte pour avoir des conditions d'incarcération vivables.
Partant du témoignage d'un ancien braqueur repenti et maintenant réinséré dans la vie normale, l'auteur, Sylvain Ricard a fait un travail d'enquêteur et de journaliste pour nous livrer un récit réaliste, un état des lieux des prisons françaises et de leurs manquement à la dignité humaine.
Parce que ce n'est pas parce qu'on est enfermé pour un crime, ou à plus forte raison pour un simple délit, qu'on doit être traité pire que des bêtes.
Sans pour autant donner des droits ou des privilèges, une meilleure prise en charge dans les prisons éviteraient bien des récidives, car on le sait, les prison surpeuplées et mal gérées, sans accompagnement à la sortie, se révèle la pire des sanctions, à vie : taulard un jour, taulard toujours.
Un grave problème traité sans mièvrerie ni clichés, un très bon roman graphique journalistique.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
MissAlfie
  18 avril 2014
Le livre pose la base d'une réflexion sur la prison. Pourquoi des personnes sont-elles détenues ? Pour payer une dette à la société, pour purger une peine consécutive à un acte illégal. Ces personnes doivent-elles être pour autant privées de libertés, rabaissées, matées ? Sans vouloir personnellement répondre à ces questions (même si le simple fait de les poser sous cette forme, c'est y répondre en partie), ce livre permet d'aborder la vie carcérale sur énormément d'aspects : les fouilles, la vie sentimentale et sexuelle, la santé, le travail, les services sociaux et divers en prison. A noter d'ailleurs un très intéressant petit cahier final qui apporte des compléments sur les sujets abordés, le tout étant très bien référencé (rappel des lois en particulier).
20 ferme, c'est donc l'histoire d'un homme qui veut faire de la vie en prison une vie (presque) comme les autres et qui, justement parce qu'il s'oppose à une hiérarchie omnipotente, se fait toujours plus enfoncer par cette hiérarchie qui préfère mater par la violence, même la plus abjecte, que de réfléchir ou discuter. Un mot sur le dessin, très simple, sans artifices, de Nicoby qui permet de rester dans cette ambiance sombre. L'originalité est dans les couleurs, toujours ternes dans le cadre carcéral. Les seules couleurs vives représentent la liberté : le ciel, la permission, le t-shirt de la copine de Milan. Au final, je rejoins l'avis de mon dealer. La lecture de 20 ans ferme est importante, intéressante, bouleversante, choquante...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110

critiques presse (8)
Actualitte   24 août 2012
Une fois la lecture du récit terminé, on est encore sous le coup de l'émotion […].
Lire la critique sur le site : Actualitte
Liberation   09 juillet 2012
Sylvain Ricard […] parvient à faire d’un récit particulier un témoignage de valeur sur la prison et ses tensions.
Lire la critique sur le site : Liberation
Sceneario   21 mai 2012
La BD "'20 ans ferme" aura […] joué son rôle en portant à notre connaissance des points de vues et des témoignages en les prêtant au fictif Milan. La conclusion restant sans doute que quoi qu'il en soit, des deux côtés, il y a des torts et des raisons.
Lire la critique sur le site : Sceneario
BDGest   11 mai 2012
Plus de dix ans après Paroles de taulards et Paroles de taule, 20 ans ferme contribue à son tour à dénoncer, dignement et rageusement, une situation intolérable. À lire et à faire lire autour de soi.
Lire la critique sur le site : BDGest
BDSphere   10 mai 2012
1985. Un braquage raté et Milan en prend pour 20 ans ferme. Derrière les barreaux, Sylvain Ricard et Nicoby passent au crible l’univers de la vie carcérale au travers de l’expérience d’un ancien détenu, Milko Paris, devenu le fondateur et le président de l’association Ban Public. Cette association dénonce les conditions de vie dans les établissements pénitentiaires. Le dessin sobre et précis de Nicoby se concentre sur l’expérience de Milan, la clarté de l’argumentation par la composition en gaufrier des planches illustre la vie quotidienne dans la prison entre humiliation psychologique et brutalité physique : ici règne la loi du plus fort. Un point de vue individuel soutenu par un scénario sans misérabilisme de Sylvain Ricard. De transfert en transfert, Milan se révolte contre sa condition, lutte pour sa dignité au prix d’un traitement encore plus sévère. Un homme brisé, maté, cassé par un système déshumanisant, incapable d’offrir la garantie d’une réinsertion ni la prévention de la récidive. La bonne conduite reste la seule échappatoire pour écourter la peine et devenir un citoyen de seconde zone privé de ses droits civils. Plus qu’un témoignage, un plaidoyer dérangeant et sans concession sur l’envers du décor, sur cet “Etat dans l’Etat”. Un ouvrage à charge contre les prisons de la République.

20 ans ferme, Sylvain Ricard et Nicoby, 104 pages, Futuropolis, 17 euros.

ISBN-13: 978-2754805865
Lire la critique sur le site : BDSphere
ActuaBD   20 avril 2012
Efficace grâce à un rythme soutenu, mais un peu plombé par des airs de déjà vu.
Lire la critique sur le site : ActuaBD
Culturebox   12 avril 2012
Parce qu'il faut garder en tête que ce qui se passe sur le sol de la République, même derrière les barreaux, cet album est indispensable.
Lire la critique sur le site : Culturebox
Actualitte   12 mars 2012
Excellent dessin de Nicoby : avec des moyens simples, il donne énormément d'expressivité à ses personnages sans tomber dans la caricature.
Lire la critique sur le site : Actualitte
Citations et extraits (12) Voir plus Ajouter une citation
marina53marina53   27 avril 2016
Je... Je ne sais plus comment faire pour tenir. Je me cogne aux murs, et quoi que je dise, quoi que je fasse, tout me revient en pleine gueule. Je suis enfermé dans cette prison, je sais pourquoi. Ce que je ne comprends pas, c'est pourquoi ils veulent que je sois enfermé à l'intérieur aussi, comme si j'étais condamné à une double peine. On le sait bien qu'on a fait des conneries. On ne les a pas faites par hasard, ils le savent bien. Et au lieu de nous aider à nous en sortir, ils nous enfoncent la tête dans la merde, toujours plus profond. Y a rien à espérer de ces années passées à croupir. On ressortira pires qu'avant.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          240
marina53marina53   27 avril 2016
De quelle prison parle-t-on? Des murs inutiles qui nous entourent ou de l’enfermement de notre esprit duquel vous ne souhaitez pas que l’on sorte? (…) Vous savez bien que derrière chaque personne qui entre ici il y a une douleur, il y a un besoin, il y a un manque. Rien de tout cela n’est trivial. Nous y arrivons inachevés, en souffrance. Nous en ressortons détruits, déshumanisés.
Commenter  J’apprécie          211
ZilizZiliz   31 juillet 2014
- Regardez-moi ça. Entassés comme des bêtes. Pire que dans un abattoir. On est traités comme des chiens. On peut pas laisser faire, faut qu'on le fasse savoir !
- Qu'est-ce que tu veux... On n'y peut rien, c'est comme ça.
- C'est pas comme ça ! Si on se conduit comme des femmelettes, on sera traités comme des femmelettes. Faut les obliger à bouger.
- Ecoute, Milan, je suis là depuis presque deux ans, j'en ai vu des gars comme toi qui voulaient tout péter.
- Et ?
- Et rien du tout. Il s'est rien passé, à part du mitard pour ceux qui avaient gueulé. On peut rien faire ! C'est eux les patrons, c'est eux qui décident. Faut être patient, prendre ce qu'il y a à prendre. Tu vas t'y faire.
- Je vois.
(p. 10)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
CrossroadsCrossroads   09 mars 2013
La plupart entrent ici pour un simple vol ou une escroquerie et ressortent avec un diplôme de grand banditisme . La prison ne peut pas les aider .
Commenter  J’apprécie          260
ZilizZiliz   07 août 2014
L'autre jour, il y a le fils d'un prisonnier qui s'est suicidé parce qu'on le laissait pas voir son père. Ce gamin est mort, et pourtant il n'avait pas été condamné, lui. Un gamin ! (p. 61)
Commenter  J’apprécie          170
Videos de Sylvain Ricard (16) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Sylvain Ricard
Que se passerait-il si un virus mortel hautement pathogène, et capable de faire basculer un continent entier dans une tragédie irrémédiable, venait à contaminer les passagers d?un bateau de croisière en Méditerranée ?
Scénariste : Sylvain Ricard Illustrateur : Rica
Résumé : Une équipe d?intervention spéciale pénètre chez Guillaume pour l?interroger sur les évènements récents qui ont eu lieu au laboratoire où il travaille. Mais il n?y a que sa petite amie chez lui qui les informe qu?il est parti en croisière se ressourcer. C?est une catastrophe : Guillaume est porteur d?un virus mortel.
En savoir plus : https://www.editions-delcourt.fr/serie/virus-01-incubation.html
Retrouvez-nous sur le site internet et réseaux sociaux pour plus de BD : http://www.editions-delcourt.fr https://www.facebook.com/editionsdelcourt https://twitter.com/DelcourtBD https://www.instagram.com/delcourt_soleil_bd/
Achetez le tome : Amazon : https://www.amazon.fr/gp/search?ie=UTF8&keywords=9782756082301&tag=editidelco-21&index=blended&linkCode=ur2&camp=1638&creative=6742 Fnac : https://www.fnac.com/advanced/book.do?isbn=9782756082301&Origin=EDITIONSDELCOURT&OriginClick=yes Cultura : https://www.cultura.com/catalogsearch/result/?q=9782756082301&classification=0
+ Lire la suite
autres livres classés : prisonsVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

QUIZ LIBRE (titres à compléter)

John Irving : "Liberté pour les ......................"

ours
buveurs d'eau

12 questions
108 lecteurs ont répondu
Thèmes : roman , littérature , témoignageCréer un quiz sur ce livre
.. ..