AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2203028793
Éditeur : Casterman (24/03/2010)

Note moyenne : 3.99/5 (sur 41 notes)
Résumé :

C'est lors d'un premier voyage en Palestine, en 2008, que Maximilien Le Roy rencontre Mahmoud Abu Stout, dans le cadre d'ateliers de dessins qu'anime le centre culturel du camp de réfugiés d'Aïda. Ils se lient d'amitié et l'auteur y retournera un an plus tard. De cette rencontre est né Faire le Mur, récit dessiné de la vie du jeune palestinien.

Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (16) Voir plus Ajouter une critique
Apikrus
  25 janvier 2018
L'auteur nous fait partager le quotidien et les réflexions de Mahmoud, vendeur dans une épicerie familiale, dans le camp d'Aïda.
La vie du jeune homme est inéluctablement imprégnée du conflit israélo-palestinien, et de la politique coloniale israélienne que la BD dénonce.
Dans un entretien en postface avec le journaliste Alain Gresh, l'auteur expose son propre point de vue sur la nature des actes de résistance palestiniens, qu'il refuse de caricaturer sous le vocable réducteur de terrorisme, en les situant dans leur contexte historique et géopolitique. L'ensemble constitue un ouvrage très intéressant sur le sujet, qui n'est pas sans rappeler les propos de Sorj Chalandon sur le "problème" irlandais ('Mon traître', et 'Retour à Killybegs').
Commenter  J’apprécie          220
IreneAdler
  02 avril 2014
Qui raconte ? Maximillien ou Mahmoud ? Peut-être au fond n'est ce pas si important. Écoutons, plutôt.
L'histoire d'un peuple de terroristes, dépossédé de ses terres par la force et le soutien d'une communauté internationale rongée d'abord par la culpabilité )bien normale après la Shoah) puis la cupidité et la volonté de puissance. le dialogue à été rompu avant d'avoir existé, presque à jamais pourrait-on croire. Les seules voix qui se sont fait entendre sont celle de la guerre et de la vengeance. Les autres sont étouffées.
J'ai souvent pensé à Une Bouteille dans la Mer de Gaza, par cette volonté d'expliquer et e faire comprendre à situation intenable des des Palestiniens. Sans pardonner la violence, mais en la comprenant tout de même. Et en aussi aux Chroniques de Jérusalem, par le regard parfois très extérieur, comme étranger que Mahmoud porte sur sa situation. Il constate et analyse, confronte avec d'autres événements historiques. Et il dessine, les planches sont parcourus par ses dessins à lui. Sa manière de faire le mur, à défaut de s'enfuir ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
celine25
  14 octobre 2015
Une sacrée claque que cette bande dessinée , surtout en ces temps où l'on parle d'une troisième Intifada.
Ici, le narrateur , c'est Mahmoud, qui vit dans le camp d'Aïda en Cisjordanie: un vrai camp délimité par un mur... Et on voit son point de vue de Palestinien sur ce conflit qui n'en finit pas, les risques pour aller voir sa soeur de l'autre côté du mur, son frère en prison depuis 7 ans, sans avoir été jugé, mais parce qu'on le soupçonne d'avoir tué un soldat israélien, sa ferme détruite par des bulldozers en quelques heures...
Et lui Mahmoud, il étouffe: il voudrait dessiner: il tient l'épicerie familiale; il voudrait aimer: il ne rencontre que des femmes de passage alors que lui ne peut sortir...
Et on sent sa colère : il ne comprend pas l'inertie internationale face à Israël qui ne respecte pas les accords de paix, le partage de la terre , et grignote petit à petit les territoires palestiniens. Et ceux qui luttent contre ça , il aimerait tellement qu'on ne les appelle plus terroristes; pour lui, ce sont des résistants et ils répondent à leur manière à la violence israélienne.
Je sais que ce conflit est compliqué mais avoir un autre oeil que celui des médias fait du bien . Et là, on ne peut que réfléchir . Surtout que cette Bd est pleine de références: Guernica, Mandela... : L Histoire fait écho à cette histoire réelle car Mahmoud, l'auteur l'a rencontré . D'ailleurs ses propres dessins, colorés et sauvages, entrecoupent ceux d'un gris jaunis de l'auteur.
Mahmoud croit au pouvoir de la littérature pour faire prendre conscience de ce qui se passe: là , c'est réussi.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
lunch
  12 janvier 2013
Le conflit israélo-palestinien fait souvent l'actualité mondiale. On en parle régulièrement, généralement quand un missile est lancé dans un sens ou dans un autre, causant à chaque fois de nombreuses et regrettables victimes.
Pourtant, il est très compliqué d'y voir clair dans ce conflit, de se faire sa propre opinion. Et même avant ça, la situation complexe ne facilite pas sa compréhension.
Curieux d'en savoir plus, de cerner un peu mieux les enjeux de cette guerre permanente, je voulais absolument lire quelques ouvrages sur le sujet.

Tout d'abord, il faut savoir que l'origine du conflit est, comme souvent, territoriale. le monde se relevait à peine de la guerre 39-45 que l'ONU décidait de créer un état juif d'Israël en Palestine Mandataire (sous mandat britannique), c'était le 14 mai 1948 (la guerre de la Palestine a commencé le lendemain, les locaux rejetant le partage).
Je ne suis pas certain qu'il s'agissait d'une bonne réponse à la Shoah... l'idée d'installer une communauté juive sur un territoire à dominante musulmane, de cerner des frontières sur une pays qui 28 ans plus tôt était encore un Empire (Ottoman), n'a fait que lever des tensions entre deux peuples : ceux qui étaient là depuis toujours et ceux qui tentaient de se relever d'un génocide. Oui mais voilà, on ne chasse pas un peuple pour en placer un autre. Créer un « état religieux » a sûrement été la première faute.
L'Israélien a d'emblée été considéré comme l'envahisseur et le Palestinien comme l'opprimé. Un sentiment qui est aujourd'hui exacerbé par la situation actuelle...
L'état d'Israël a été créé en intégrant des frontières strictes avec la Palestine, scindée en plusieurs parties. À l'ouest la bande de Gaza longeait la mer et l'Égypte ; une grande tâche au centre-est devenait la Cisjordanie ; un dernier territoire au nord appartenait aux Palestiniens. le reste était considéré comme territoire Israélien.
On s'aperçoit aujourd'hui que les frontières ont été allègrement bousculées : la bande de Gaza s'est réduite à une ridicule portion autour de Gaza ; la Cisjordanie s'est recroquevillée à l'est de Jérusalem, encadrée par le « mur de la honte » et parsemée de points de contrôle, de miradors et d'obstacles ; le territoire au nord à complètement disparu...
Faire le mur n'évoque pas ou très peu l'histoire du territoire, à part en nous montrant les cartes depuis la création d'Israël (mais j'avais besoin de faire cette recherche pour mieux comprendre l'origine du conflit). Cette bande dessinée se contente de nous faire vivre à la première personne le quotidien d'un Palestinien, Mahmoud Abu Srour. À ses côtés, on peut se rendre compte, un peu, de ce qui se passe sur place. On est effarés par ce fameux « mur de la honte », une masse de béton de plusieurs mètres de haut, qui nous fait cruellement penser à la seconde guerre mondiale. Je ne peux pas comprendre (qui le pourrait ?) que le peuple juif, qui a vécu de telles atrocités un peu plus d'un demi-siècle plus tôt, puisse faire des choses pareilles...
On y voit aussi combien il est difficile d'être un Palestinien, destiné à rester cloîtré d'un côté ou de l'autre du mur sans voir sa famille restée de l'autre côté. Oh bien sûr il est possible de passer clandestinement mais les représailles sont disproportionnées, et parfois même mortelles...

La chronique en intégralité à lire sur BenDis... !
Lien : http://bendis.uldosphere.org..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Ziliz
  05 décembre 2011
Je lis à doses homéopathiques depuis quelques jours 'Chroniques de Jérusalem' de Guy Delisle, et j'avoue qu'il me manque pas mal de bases en géopolitique pour tout saisir et apprécier pleinement. Cet album-ci m'a un peu éclairée. Il s'agit du témoignage de Mahmoud Abu Srour - Palestinien dans un camp - recueilli par l'auteur. C'est forcément partisan, puisqu'on adopte à la lecture le point de vue de cet homme, mais suffisamment mesuré, réfléchi, sensé et argumenté pour être pris au sérieux.

Je ne parlerai pas du propos, les citations que j'ai choisies sont explicites. En revanche, je peux dire que j'ai trouvé le support superbe. De jolis dessins réalistes, où l'on voit parfois le grain du papier, illustrent artistiquement le texte et rendent l'ensemble encore plus émouvant et convaincant. En postface, des photos de Mahmoud, et un entretien de l'auteur avec Alain Gresh, journaliste spécialiste du Proche-Orient, complètent parfaitement ce témoignage-documentaire enrichissant.
Commenter  J’apprécie          50
Citations et extraits (9) Voir plus Ajouter une citation
ZilizZiliz   04 décembre 2011
T-E-R-R-O-R-I-S-T-E.
Si on me tranchait une veine, je serais prêt à parier qu'on y verrait ces dix lettres en suspension dans ce sang qu'on m'accuse de faire couler du simple fait d'être né Palestinien.
(...) car c'est comme ça que le monde "civilisé" nous perçoit : une masse enturbannée, biberonnée aux bombes. (...) C'est le sort des Palestiniens, étiquetés en bloc comme "terroristes". On peut les tuer sans remords, les exterminer comme des mouches avec de lourds engins militaires. On se contente d'annoncer : "Deux terroristes ont été tués".
(p. 34-35)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
lunchlunch   12 janvier 2013
Je sais, on me l'a déjà dit : la résistance française ne s'attaquait qu'à des soldats.
Mais imaginez un instant que l'Allemagne ait installé des colonies de peuplement un peu partout sur le sol français.
Les combattants se seraient-ils contentés de s'en prendre aux structures militaires ?
Je n'ai pas de réponse, mais je crois que la question mérite qu'on s'y attarde.
Commenter  J’apprécie          40
alouettalouett   10 janvier 2011
Notre peuple a payé très cher le combat armé. Soixante ans de guerres et toujours aucune issue à l’horizon… Lutter, c’est cultiver la vie plutôt que la mort. L’encre de l’érudit est plus sacrée que le sang du martyr a écrit le prophète. Notre champ d’action à l’intérieur est bloqué. Créer des passerelles avec l’extérieur, par tous les moyens possibles – conférences, films, livres – reste la seule option pour sensibiliser l’opinion internationale, dans l’espoir qu’elle puisse à son tour se mobiliser pour faire pression sur les pouvoirs nationaux
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
ZilizZiliz   04 décembre 2011
Arrêtez-moi si je me trompe : étaient-ce des barbus qui conduisaient les trains vers les camps de la mort ?
Aussi répugnant soit ce qui est arrivé aux Juifs d'Europe, pourquoi les Palestiniens auraient-ils à en payer le prix ?
Invoquer la Shoah pour légitimer notre spoliation n'est pas défendable, pas plus que de revenir 2 000 ans en arrière pour retracer des frontières contemporaines.
Pour autant, une injustice ne doit pas en entraîner une autre : il est inconcevable de renvoyer les Israéliens.
Pour gagner ma vie et aider ma famille, j'ai travaillé six années en Israël, de quatorze à vingt ans.
Rencontrer de nombreux Israéliens de mon âge m'a permis de briser la logique de séparation instaurée sur cette terre.
(p. 60)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
alouettalouett   10 janvier 2011
Mais ce mur ne tient pas tout seul, raison pour laquelle il faudrait lui échafauder une paire de guillemets. « Mur », voilà qui est plus exact. Car il fait partie d’un dispositif plus dense : colonies + toutes et tunnels réservés aux israéliens + checkpoint + zones militaires + miradors… Rien que sur les routes de Cisjordanie, on compte plus de 500 obstacles. Magie de la propagande : elle fait passer un vaste processus d’annexion pour une barrière de sécurité. Et l’opinion internationale avale ça comme un spot publicitaire
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Videos de Maximilien Le Roy (10) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Maximilien Le Roy
"Le Roy des Ribauds - Livre 1" de Vincent Brugeas et Ronan Toulhoat, disponible.
autres livres classés : palestineVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

QUIZ LIBRE (titres à compléter)

John Irving : "Liberté pour les ......................"

ours
buveurs d'eau

12 questions
108 lecteurs ont répondu
Thèmes : roman , littérature , témoignageCréer un quiz sur ce livre
.. ..