AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782021125948
179 pages
Éditeur : Seuil (19/03/2015)

Note moyenne : 3.69/5 (sur 219 notes)
Résumé :
Quand une jeune enseignante quitte son collège de ZEP pour se lancer, euphorique, dans une thèse, elle n’imagine pas le chemin de croix sur lequel elle s’engage…

Autour de Jeanne défile l’univers des thésards: le directeur de recherche charismatique, expert dans l’art d’esquiver les doctorants qui attendent fébrilement la lecture de leurs pavés; la secrétaire usant de toute l’étendue de son pouvoir d’inertie dans le traitement des dossiers dont on l’a... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (53) Voir plus Ajouter une critique
marina53
  24 mai 2016
Jeanne Dargan, professeur de collège dans une ZEP, en a ras-le-bol de son boulot. Conditions de travail précaires, élèves peu motivés... Ce qu'elle veut, c'est enseigner à la fac. Mais, pour ce faire, elle doit écrire une thèse. Aussi fait-elle une demande auprès d'Alexandre Karpov, professeur à l'université, pour financer sa thèse. Même si son projet n'a pas obtenu de financement, Karpov veut bien diriger ses recherches qu'il juge prometteuses. Ainsi, Jeanne se met en disponibilité de l'éducation nationale. Et, ce, pour 3 ans. Certaine qu'au bout de cette échéance, elle l'aura soutenue. Elle y croit. Il suffit d'un peu d'organisation et de rigueur, parfois, pense-t-elle. Mais c'est sans compter sur toutes les embûches et les galères qu'un thésard rencontre... 
Tiphaine Rivière se met un peu dans la peau de Jeanne Dargan et met en avant tous les problèmes que la jeune femme devra surmonter si elle veut réussir sa thèse. Formalités administratives lourdes, directeur de thèse pas toujours impliqué, concurrence, remise en question, regards extérieurs qui ne comprennent pas toujours... le chemin est laborieux, certes, mais la réussite plus que savoureuse. Ces carnets, tels des témoignages, dépeignent avec des pointes d'humour, de sympathie, d'absurdité et de caricature parfois, le parcours compliqué du thésard. Un album bienvenu pour tous ceux et celles qui sont passés ou qui passent par là. Pour tous les autres, cet album croque avec énergie et dérision une jeune femme volontaire, téméraire et auto-centrée. Graphiquement, l'auteur fait dans la simplicité certes mais aussi dans l'efficacité.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          573
BazaR
  28 septembre 2016
VOUS QUI ENTREZ EN THESE, ABANDONNEZ TOUTE ESPERANCE !
C'est avec un humour un brin caustique que Thiphaine Rivière nous plonge dans la vie d'une nana qui a décidé de grimper les échelons de la gloire diplômante en se lançant à fond de train dans une thèse.
Ah, la thèse ! Faire de la Recherche avec un grand R stylé gothique, côtoyer le gratin du monde académique, déclamer les profondes avancées que l'on a creusées dans les congrès internationaux !
Qui ne rêverait pas de ça ?
Eh ben, en fait, c'est la galère ; largement pire que le collège zep que Jeanne quitte. D'abord faut t'autofinancer, puis tu es livré à toi-même et faut pas compter sur ton directeur de thèse pour t'aider parce que, lui, il est juste là pour empocher les lauriers, puis faut sacrifier entre 5 et 8 ans de ta vie, ton couple, tes amis, accepter de devenir monomaniaque, subir les remarques acerbes de ta famille, tout ça pour pondre une n-ième analyse sur un auteur qui n'intéressera en tout et pour tout que quatre personnes au monde ! Bon, l'alternative « un flingue et deux balles pour les maladroits » devient presque séduisante du coup.
Là, il faut signaler que Jeanne fait une thèse « en littérature ». T'ention ! c'est super différent d'une thèse en science, où là on fait avancer systématiquement le progrès de l'humanité toute entière, et puis on est financé, et on a trois ans pas plus à passer. Voyez le cousin de Jeanne : c'est la vedette de la famille à Noël. (Oui, bon, étant ancien thésard en science, le passage sur le progrès de l'humanité je le mets entre parenthèse, hein !)
Tiphaine Rivière nous brosse une galerie de portraits « à peine » caricaturés et absolument savoureux. du chercheur égocentré qui fuit son boulot d'encadrant de thèse à l'étudiante de Normale Sup qui regarde ses « collègues » étudiants avec condescendance en passant par la secrétaire du département des thèses dont le seul mouvement de la journée est celui de sa bouche quand elle baille, tout y est ! C'est jubilatoire tellement on s'y croirait.
Certains morceaux sont inoubliables : la description de l'administration métastasée est digne de celle des « Douze travaux d'Astérix » et je me suis reconnu dans l'angoisse que l'on éprouve quand on pénètre dans l'antre de la BNF François Mitterrand. On a vraiment l'impression d'entrer dans les cercles de l'Enfer tellement c'est glauque.
Je regrette seulement les multiples scènes de la vie de tous les jours « je me douche, je chie, etc. ». Je dois être un brin pudibond moi. Un détail.
Merci à marina53 pour cette découverte.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          523
LePamplemousse
  23 novembre 2015
Jeanne enseigne le français dans un collègue d'une ZEP.
Son quotidien est épuisant et pas très épanouissant, quand elle apprend qu'elle est admise en thèse, son rêve !
Elle se met donc en disponibilité de son poste d'enseignante et la voilà partie pour ce qu'elle croit être trois années de recherches stimulantes et passionnantes.
Mais la réalité d'une jeune thésarde va s'avérer bien différente de ce qu'elle imagine.
Cette bande dessinée nous révèle tout ce qui occupe l'esprit de la jeune femme : les problèmes d'argent car sa thèse n'est pas financée par une bourse, les tracasseries administratives, ses tentatives pour trouver un job rémunéré pas trop contraignant, le fait de concilier travail de recherche et vie sociale, les heures passées à tenter de joindre son directeur de thèse, l'écriture du plan (69 pages tout de même!) de cette fameuse thèse…
J'ai beaucoup aimé découvrir le quotidien de ces thésards qui vivent dans un monde à part pendant plusieurs années, qui se coupent de tout pour se consacrer à un sujet aussi passionnant par exemple que les paraboles des portes de la loi dans le « Procès » de Kafka !
Le plus drôle ou le plus pathétique, selon le point de vue du lecteur, c'est de s'apercevoir que cette fameuse année où Jeanne commence sa thèse, pas moins de 17 autres personnes font une thèse sur le même sujet.
Certains passages sont hilarants, comme celui où un jeune thésard déclare, sûr de lui, qu'il va faire bouger les choses dans le domaine de la ponctuation De La Renaissance !
Jeanne et tous les autres thésards sont vraiment des êtres à part, difficiles à comprendre pour leurs amis, leur famille, ils ne sortent plus, ne se rendent plus aux réunions de familles, ne vont plus au cinéma, ne parlent plus que de leurs recherches, ne s'intéressent plus qu'à l'écriture de leur « oeuvre », n'ont en quelque sorte plus de vie en dehors de la rédaction de cette sacrée thèse qui va forcément leur assurer un avenir merveilleux, leur ouvrir les portes de la renommée universitaire et faire d'eux des intellectuels « qui comptent » !
Mais la chute n'en est que plus brutale évidemment….
Avec énormément d'humour et de dérision, l'auteur, ancienne thésarde elle-même, nous raconte ce qu'à été sa traversée de thèse, car j'ai vraiment eu l'impression qu'on ne sortait pas indemne de cette épreuve, longue de plusieurs années.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          390
Fifrildi
  01 février 2020
J'ai découvert Tiphaine Rivière avec L'invasion des imbéciles que j'avais reçu lors d'une Masse critique l'année dernière. BazaR m'a alors vivement encouragée à lire ses Carnets de thèse.
Toujours pas fan des graphismes mais comme pour l'autre bande dessinée, j'ai passé un très bon moment.
Jeanne quitte l'enseignement (le système français est vraiment différent de celui de la Belgique, qu'est-ce qu'un professeur capésien?) pour faire une thèse sur Kafka. Elle en est convaincue, elle y arrivera en 3 ans jour pour jour. C'était sans compter le chemin semé d'embûches qu'elle va devoir suivre pour y parvenir.
J'ai adoré le ton, c'était vraiment très drôle. Les personnages étaient évidemment un peu caricaturés mais délectables. Mon passage préféré est celui de la BNF quand Jeanne demande à une bibliothécaire :

«-Excusez-moi madame, savez-vous quels sont les ouvrages les plus importants en littérature médiévale ?
- Quelle période ? le haut Moyen Âge, le Moyen Âge central, ou le Moyen Âge tardif ? Parce que ces rayons-ci ne concernent que l'empire carolingien.
- Je pensais à… à un « Que sais-je ? » par exemple... »
Je suppose que cela ne fait rire que les bibliothécaires ^_^
Je vais attendre le tome 2 de L'invasion des imbéciles avec encore plus d'impatience. Une auteure que je vais suivre assurément.


Challenge BD 2020
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          283
Bazart
  28 avril 2015
N'étant pas au cours de mon cursus universitaire universitaires, allé plus loin que le mémoire de DEA (ce qui n'est cependant pas mal, je vous l'accorde), je ne connaissais le monde des thésards que de loin, soit d'après le témoignage de –plus ou moins-proches, soit d'après les romans de David Lodge et autres grands écrivains anglo-saxons passionné par les carcans d'Oxford et e Cambridge.
Mais grâce à "Carnets de Thèses", ce roman graphique de Tiphaine Rivière qui vient de paraitre chez Seuil, le quotidien d'un(e) jeune étudiant(e) en thèse n'a presque plus de secret pour moi.
Dans ce roman graphique de près de 200 pages, Tiphaine Rivière nous dresse le portait d'une certaine Jeanne Dargan, à qui elle a semble t-il prêté quelques éléments autobiographiques.
En effet, l'auteur a été thésarde pendant 3 ans avant de s'adonner d'abord par le biais d'un blog illustré , le bureau 14 de la Sorbonne, puis par cette BD, à son nouveau métier, la bande dessinée qu'elle maitrise avec un talent certain au vu de ces jubilatoires carnets de Thèses.
Dans un premier temps, Jeanne va sauter de joie à l'idée de quitter son métier d'enseignante dans une ZEP pour faire sa thèse en littérature autour de Kafka.
Sauf que très vite, elle va se retrouver confrontée à une multitude d'embuches qui se dressent sur son passage : entre l'incompréhension de ses proches et notamment de sa famille (les scènes de repas familiaux sont particulièrement tordantes), l'implication plus que légère de son directeur de thèse, les méandres administratives qui interdisent que ses vacations en profs de fac soient rémunérées, et une secrétaire du bureau des thèses pour le moins dilettante (c'est avec ce genre de personnalités que l'image des fonctionnaires va évoluer), Jeanne va vite déchanter et s'apercevoir que la vie d'une thésarde n'est pas si rose que cela.
Alors certes le propos est parfois caricatural et cette Jeanne finit par irriter à force d'égocentrisme et d'auto-apitoiement, mais l'ensemble est particulièrement juste et percutant : suite de l'article sur le blog...
Lien : http://www.baz-art.org/archi..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          301


critiques presse (9)
BulledEncre   12 mai 2015
A lire pour comprendre avec humour ce thésard qu’on a tous dans notre entourage.
Lire la critique sur le site : BulledEncre
BDGest   12 mai 2015
Drôle, cinglant et cruel, Carnets de thèse jette un regard lucide sur le diplôme le plus élevé de France.
Lire la critique sur le site : BDGest
Telerama   29 avril 2015
Un tableau parfois drôlement cruel, souvent plus vrai que nature : avec sa première bande dessinée, Tiphaine Rivière a trouvé sa voie.
Lire la critique sur le site : Telerama
BoDoi   24 avril 2015
En jetant un regard tendre et subtil sur la doctorante qu’elle a certainement elle-même été, Tiphaine Rivière parvient à décrire les méandres cruels de la fac avec beaucoup d’humour.
Lire la critique sur le site : BoDoi
ActuaBD   24 mars 2015
Le ton est très juste et parlera à tous les doctorants, anciens doctorants, ou potentiels doctorants (qui ne perdraient pas l’envie de se lancer dans une thèse suite à cette lecture).
Lire la critique sur le site : ActuaBD
Chro   24 mars 2015
C’est fin, presque émouvant parfois, sans prétention et plein d’autodérision, avec un petit côté comédie générationnelle et sociétale à la Chatiliez qui pourrait valoir à cet amusant récit un joli succès.
Lire la critique sur le site : Chro
Culturebox   23 mars 2015
La vie de Jeanne Mangin a beau être satirique, exagérée, on s'y retrouve souvent.
Lire la critique sur le site : Culturebox
Culturebox   23 mars 2015
La vie de Jeanne Mangin a beau être satirique, exagérée, on s'y retrouve souvent.
Lire la critique sur le site : Culturebox
Bibliobs   16 mars 2015
Un roman graphique hilarant et cruel.
Lire la critique sur le site : Bibliobs
Citations et extraits (25) Voir plus Ajouter une citation
BazaRBazaR   26 septembre 2016
[le directeur de thèse] Ah! Adeline, alors... Où en sommes-nous?
[la thésarde] J'ai l'impression d'être inintéressante... que ce que j'écris est inintéressant...
Ça me fait du bien de vous voir... Je ne sais plus pourquoi je fais une thèse...
J'ai écrit mollement 700 pages. Ce serait bien que vous les lisiez pour demain sinon je pourrais me suicider...
Commenter  J’apprécie          240
BazaRBazaR   27 septembre 2016
[la gamine] Est-ce que c'est vrai que tu as arrêté d'être professeur de collège parce que tu as peur de grandir et de prendre tes responsabilités ? Et que faire une thèse, ça te permet de rester comme une enfant ?
(silence)
[la gamine] Pourquoi tu veux rester comme une enfant ?
[le gamin] alors que tu peux manger des chips quand tu veux et pas nous ?
Commenter  J’apprécie          166
FifrildiFifrildi   01 février 2020
Dans une seconde, je vais paniquer, commencer à parler comme un robinet d'eau tiède et raconter n'importe quoi. Résiste Jeanne, si tu n'as rien à dire : tire-toi!
Commenter  J’apprécie          120
luocineluocine   09 juillet 2015
– ça va Augustin ?
– Ouais, je suis hyper content : j’ai une intervention qui a été acceptée à un colloque international à Poitiers. Je pense que je vais bien faire bouger le monde de la ponctuation à la Renaissance.
Commenter  J’apprécie          80
zazimuthzazimuth   21 septembre 2015
- Ils disent que... que le doute et l'incertitude sont les meilleures armes d'une recherche ambitieuse.
- ...L'in... l'incertitude ?!?
- Si j'ai bien compris, en cherchant des réponses à une question... les types continuent à se demander si la question qu'ils se posent est pertinente... et s'ils ne pourraient pas en trouver une meilleure !
(...)
Ils disent qu'ils ne peuvent faire de découvertes fondamentales que s'ils cherchent sans obligation de résultat. (p.167-168)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30

Videos de Tiphaine Rivière (7) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Tiphaine Rivière
À l'occasion de l'Escale du livre de Bordeaux, Tiphaine Rivière vous présente son ouvrage "L'école des soignantes" aux éditions POL.
Retrouvez le livre : https://www.mollat.com/livres/2311413/martin-winckler-l-ecole-des-soignantes
Notes de Musique : Youtube Audio Library
Visitez le site : http://www.mollat.com/ Suivez la librairie mollat sur les réseaux sociaux : Facebook : https://www.facebook.com/Librairie.mollat?ref=ts Twitter : https://twitter.com/LibrairieMollat Instagram : https://instagram.com/librairie_mollat/ Dailymotion : http://www.dailymotion.com/user/Librairie_Mollat/1 Vimeo : https://vimeo.com/mollat Pinterest : https://www.pinterest.com/librairiemollat/ Tumblr : http://mollat-bordeaux.tumblr.com/ Soundcloud: https://soundcloud.com/librairie-mollat Blogs : http://blogs.mollat.com/
+ Lire la suite
autres livres classés : ThèseVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Autres livres de Tiphaine Rivière (1) Voir plus




Quiz Voir plus

Les personnages de Tintin

Je suis un physicien tête-en-l'air et un peu dur d'oreille. J'apparais pour la première fois dans "Le Trésor de Rackham le Rouge". Mon personnage est inspiré d'Auguste Piccard (un physicien suisse concepteur du bathyscaphe) à qui je ressemble physiquement, mais j'ai fait mieux que mon modèle : je suis à l'origine d'un ambitieux programme d'exploration lunaire.

Tintin
Milou
Le Capitaine Haddock
Le Professeur Tournesol
Dupond et Dupont
Le Général Alcazar
L'émir Ben Kalish Ezab
La Castafiore
Oliveira da Figueira
Séraphin Lampion
Le docteur Müller
Nestor
Rastapopoulos
Le colonel Sponsz
Tchang

15 questions
3844 lecteurs ont répondu
Thèmes : bd franco-belge , bande dessinée , bd jeunesse , bd belge , bande dessinée aventure , aventure jeunesse , tintinophile , ligne claire , personnages , Personnages fictifsCréer un quiz sur ce livre