AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

François Boisivon (Traducteur)
ISBN : 2081208148
Éditeur : Flammarion (04/11/2008)

Note moyenne : 3.18/5 (sur 14 notes)
Résumé :

Voici le plaidoyer d'un écrivain passionnément modéré, soucieux des nuances et animé lui-même par une culture d'espoir. Premier livre à explorer la dimension émotionnelle de la mondialisation, il dresse brillamment une " carte des émotions " du monde et débouche sur une interrogation fondamentale : sommes-nous au milieu d'un " clash d'émotions "? L'Europe et les Etats-Unis vivent une crise d'identité, qui alimente une culture de la peur. Peur face à la m... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (5) Ajouter une critique
Enroute
  20 novembre 2018
L'auteur suggère de créer une carte des émotions, qu'il ramène à trois : peur, espoir et humiliation. La raison serait (bazardée en une phrase) qu'elles sont toutes les trois liées à la confiance. L'auteur en est persuadé : "« Je demeure convaincu que la subjectivité peut être considérée d'un point de vue sinon « scientifique », du moins objectif » (p.45) et, se demandant s'il faut mettre du vert pour la jalousie et du bleu pour la peur, il achève naturellement sa réflexion par : « Il faudrait le génie d'un Turner ou d'un Monet pour décrire les variations subtiles et les nuances qui caractérisent le monde des émotions » (p.58) - d'où nous concluons que l'objectivité à perspective scientifique est d'ordre esthétique et artistique.
En fin d'ouvrage, après des réflexions d'une généralité et d'une superficialité lassantes, les trois émotions de départ, qui sont toujours ramenées à celles des "nations", des "Etats", des "continents", mais, étrangement, jamais des personnes, se retrouvent opportunément associées à trois notions conceptuelles qui ne se trouvent pas sur un même niveau de comparaison et ne sont donc pas contradictoires les unes aux autres : « le monde occidental est essentiellement caractérisé par la peur, le monde arabe par l'humiliation et le monde asiatique par l'espoir » (p.207). Où l'on ne sait pas en quoi arabe s'oppose à asiatique et asiatique à Occident (le Japon ? La Turquie ? la Tunisie depuis les attentats n'est-elle pas occidentale ?, etc.).
Enfin, pour parfaire le tout, il est proposé deux "scénarii" en fin d'ouvrage, écrit en 2015, sur la situation du monde (rien que cela) en 2025 et dont il est dit de l'un des deux : "Quant au scénario le plus optimiste, je suis assez réaliste pour savoir qu'il n'est qu'un rêve » (p.230). La fantaisie de cet essai très "objectif" ou "scientifique" est donc revendiquée d'un bout à l'autre du texte, peut-être pas tout à fait consciemment, car à ces deux scénarii fait suite un sous-titre : « Face à l'intolérance, une seule réponse, le savoir ». Nous aurions plutôt suggéré, plus sûrement, à cette lecture, que ce soit le roman qui soit une solution à l'intolérance. Mlle de Sudéry avait déjà proposé une carte des émotions qui se nommait la carte de tendre où soumission, perfidie, médisance étaient des régions, de même que tendresse, amitié et amour. C'était romantique et dépaysant. Mais quant à savoir pourquoi cette "digression" contemporaine qui trace des frontières entre "peur", "humiliation" et "espoir" n'est pas éditée dans la catégorie roman, voilà qui reste une énigme.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Kjeld
  11 février 2018
On lit l'écrit de Dominique Moïsi comme si l'on était directement en train d'avoir cette discussion intellectuelle avec lui. le style est donc agréable et fluide.
Nous ressentons les valeurs humanistes de l'auteur à travers ce livre. Cependant, il ne pousse pas, selon moi, assez la critique du monde de la fin des années 2000. Il n'y a pas de réelle remise en cause des systèmes politiques dits démocratiques. Pareil pour l'Union Européenne, ses échecs viennent surtout du fait que c'est une Europe technocratique et seulement économique. L'auteur évoque ces limites mais il ne se contente que d'une critique molle à leur égard. le fait de ne pas questionner réellement le système en place et de compter sur l'espoir qu'une génération de dirigeants éclairés pourront remédier aux problèmes nous fait arriver à la situation d'aujourd'hui. Celle-ci est plus proche du scénario pessimiste, proposé par l'auteur lors de son exercice de pronostiques pour le futur, que de l'optimiste.
Enfin, petite réserve, l'auteur dit lui-même que l'Afrique est un continent qui est peu considéré mais il ne le traite que de façon minime. L'Amérique latine a, elle, eu droit à une critique (un peu paternaliste) sur son penchant pour le populisme (développé l'étude de ce continent aurait était enrichissant pour sûr).
Donc un livre agréable à lire même si je ne partage pas beaucoup des points de vue de l'auteur.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Acerola13
  30 octobre 2012
Plutôt que de proposer une explication géopolitique des principaux conflits dans le monde, par des termes économiques, stratégiques ou encore militaires, Moïsi propose une analyse par les émotions : brillante idée, puisque l'on pénètre rapidement les explications, qui font appel à nos sentiments les plus profonds.
Les différents points de vue expliqués et retranscrits en émotion sont plus qu'intéressants et aident à la compréhension de ses "autres" que l'on craint.
Si l'on peut trouver des failles dans le suivi de la thèse, elles font néanmoins réfléchir et appellent à reconsidérer rapidement notre position face au monde changeant, et dont l'issue est plus qu'incertaine.
Un bouquin prenant et marquant, sans aucun doute !
Commenter  J’apprécie          30
Acerola13
  30 octobre 2012
Plutôt que de proposer une explication géopolitique des principaux conflits dans le monde, par des termes économiques, stratégiques ou encore militaires, Moïsi propose une analyse par les émotions : brillante idée, puisque l'on pénètre rapidement les explications, qui font appel à nos sentiments les plus profonds.
Les différents points de vue expliqués et retranscrits en émotion sont plus qu'intéressants et aident à la compréhension de ses "autres" que l'on craint.
Si l'on peut trouver des failles dans le suivi de la thèse, elles font néanmoins réfléchir et appellent à reconsidérer rapidement notre position face au monde changeant, et dont l'issue est plus qu'incertaine.
Un bouquin prenant et marquant, sans aucun doute !
Commenter  J’apprécie          10
JeanLouisBOIS
  28 avril 2012
Ce livre est une pauvre amplification d'un excellent article de Foreign Affairs de janvier/février 2007, que l'on peut consulter à cette adresse:
http://www.google.fr/url?sa=t&rct=j&q=foreign%20affairs%202007%20janvier%20moisi&source=web&cd=1&ved=0CDMQFjAA&url=http%3A%2F%2Fwww.ifri.org%2F%3Fpage%3Ddetail_chercheur%26id%3D111%26section%3Dcontributions&ei=zsibT5iAF-G90QWFjsGZDw&usg=AFQjCNESpf30a1pPL_W9¤££¤8Dcontributions9¤££¤
(Pour lecteurs anglophones uniquement!, cliquer sur The Clash of Emotions)
Lien : http://www.google.fr/url?sa=..
Commenter  J’apprécie          00
Citations et extraits (14) Voir plus Ajouter une citation
KjeldKjeld   11 février 2018
Dans le cas de l'Occident, l'instinct de conservation commanderait que nous retrouvions le sens des valeurs universelles. Nous aimons prêcher la supériorité de notre modèle démocratique et la nature unique de notre système de protection sociale par comparaison avec la Chine et l'Inde. Mais ces valeurs sont-elles réellement mises en pratique dans nos propres pays ? Posons-nous la question et osons y répondre honnêtement, quoi qu'il en coûte. (p. 250)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
JeanLouisBOISJeanLouisBOIS   15 janvier 2011
La culture de la peur réduit le fossé qualitatif qui existait autrefois entre les démocraties et les régimes non démocratiques car elle pousse nos pays à violer leurs propres principes moraux, fondés sur le strict respect de l'état de droit. Si nous continuons à prêcher des valeurs que nous ne mettons plus en pratique, nous perdrons notre poids moral et notre pouvoir d'attraction. (p.150-151)
Commenter  J’apprécie          20
JeanLouisBOISJeanLouisBOIS   15 janvier 2011
Les quêtes identitaires ont remplacé l'idéologie comme moteur de l'histoire: dans un monde où les médias jouent le rôle d'une caisse de résonance et d'une loupe grossissante, les émotions comptent plus que jamais. (p.18)
Commenter  J’apprécie          30
JeanLouisBOISJeanLouisBOIS   15 janvier 2011
Ce qui domine le monde musulman, psychologiquement et émotionnellement, c'est le sentiment d'humiliation politique et culturelle, ainsi qu'une soif exacerbée de dignité. (p.101)
Commenter  J’apprécie          30
JeanLouisBOISJeanLouisBOIS   15 janvier 2011
Le contraste entre l'idéal et la réalité des pratiques démocratiques dans de trop nombreux pays occidentaux et non-occidentaux explique en partie le transfert de puissance de l'Amérique à l'Asie. (p.29)
Commenter  J’apprécie          20
Videos de Dominique Moïsi (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Dominique Moïsi
La géopolitique des séries, Dominique Moïsi
>Sciences sociales>Science politique>Relations internationales (236)
autres livres classés : émotionVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (5 - essais )

Roland Barthes : "Fragments d'un discours **** "

amoureux
positiviste
philosophique

20 questions
407 lecteurs ont répondu
Thèmes : essai , essai de société , essai philosophique , essai documentCréer un quiz sur ce livre