AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782824616155
320 pages
City Editions (02/01/2020)
3.47/5   19 notes
Résumé :
Un adolescent en haillons, crasseux, observe sa mère adoptive préparer d'étranges mixtures malodorantes. Il se nomme Pontus, mais son nez très proéminent lui vaut le surnom de "Patate". Grâce à sa malformation, qui lui donne la capacité de sentir le plus infime parfum à des dizaines de mètres, il est promis à un destin exceptionnel, plein de fougue et d'intrigues. En effet, en pleine "affaire des Poisons", Pontus est repéré par Monsieur de la Reynie, le lieutenant g... >Voir plus
Que lire après Le parfum des poisonsVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (11) Voir plus Ajouter une critique
3,47

sur 19 notes
5
2 avis
4
6 avis
3
2 avis
2
0 avis
1
0 avis
Le jeune Pontus est élevé après la mort de ses parents, par la Doucette, une méchante femme qui fabrique des potions et poisons. le nez difforme du garçon lui confère un odorat exceptionnel. A l'adolescence, il fuit son village natal et se rend à Paris où il est repéré par M. de la Reynie, lieutenant de police qui va se servir de son talent pour mener à bien ses enquêtes. Ceux et celles qui fabriquent des poisons, prétendent changer le métal en or, ou voient dans l'avenir sont très à la mode et le Roi est visé par de nombreux complots. Pontus est admis dans le cercle de Louis XIV mais lui aussi suscite colères et jalousies car il démasque les hypocrites qui entourent le Roi à la Cour. Alors qu'il est nommé Marquis, Pontus se retrouve face à de grands dangers.

J'ai beaucoup apprécié ce roman historique qui se passe sous le règne de Louis XIV car je l'ai trouvé très original et dépaysant. On voyage dans le temps, c'est quelque chose que j'aime beaucoup car cela me transporte dans un autre univers.
Cette histoire d'un "nez" pas uniquement spécialiste en parfums mais capable de reconnaître une multitude de choses ou de personnes grâce à son odorat, m'a rappelé le roman de P. Suskindle parfum que j'ai lu plusieurs fois. Par contre, j'avoue qu'ici l'intrigue est parfois compliquée à suivre en raison du très grand nombre de personnages que l'on rencontre, c'est le bémol pour moi qui fait que sans ça, j'aurais mis 4 ou 5 étoiles au livre.
Les chapitres sont souvent courts, ils s'enchaînent très rapidement et sont entraînants.
La fin du roman est par contre vraiment triste, elle m'a serré le coeur, j'aurais aimé un dénouement différent.
Commenter  J’apprécie          132
Le parfum des poisons constitue une épopée historique fascinante, qui nous transporte dans le passé de notre pays, la France, à l'époque de Louis XIV, celui que l'on appelait le Roi Soleil. le lecteur est immergé dans un autre temps, une période de l'Histoire qu'il croit connaître, notamment à cause, peut-être, de ses visites au château de Versailles, ou de ses cours à l'école, agrémentés des pièces de Corneille, Racine ou Molière. Une fois plongé corps et âme dans ce roman, on se rend compte de nos méprises et du fait que l'on ne savait finalement que peu de choses sur les conditions de vie des plus pauvres, la dure réalité de l'époque, les relations entre gens de cours, les préjugés ou les traditions d'un temps qui nous échappe encore.

Le parfum des poisons s'avère un roman historique de qualité qui, en plus de nous transporter dans un récit passionnant et empreint de vérité, nous enseigne le XVIIe siècle avec force et vivacité. Un cours d'Histoire efficace, une leçon de vie poignante, un partage de sensations et d'odeurs salivantes ou répugnantes, et une humanité émouvante.

Comme tout bon roman historique, le parfum des poisons n'étale pas ses connaissances mais les transmet de telle sorte à ce qu'un lecteur non initié puisse tout suivre et tout comprendre. Ainsi, malgré des titres, noms et lieux qui ne cessent de s'enchaîner, l'auteur ne perd pas ses lecteurs. Au contraire, il les captive tout du long, grâce à un personnage principal atypique, quelques enquêtes alléchantes, des ragots bien épicés, des scènes dramatiques passionnées et une Histoire qui sent bon les trahisons, complots et intrigues farfelues. Celles-ci se suivent de manière intensive, une fois arrivé au milieu du roman.

Les chapitres sont bien divisés entre eux, ne portant que sur certains personnages à la fois, pour que nous puissions suivre et retenir les noms des nobles, ou moins nobles, mis en cause. L'auteur en profite alors pour nous les présenter de manière plus poussée, avec des portraits saisissants qui marquent les esprits. Une fois l'enquête en question expédiée, les personnages mis sur le devant de la scène disparaissent au profit d'autres figures. le lecteur peut ainsi se débarrasser de toutes ces descriptions pour en absorber d'autres. Procédé efficace qui fonctionne à merveille sans que le lecteur ne se triture les méninges pour se souvenir de chaque personnage.

Fluide et rapide, la lecture du le parfum des poisons est vive et rafraîchissante, usant d'un vocabulaire d'époque et d'expressions désuètes. Par contraste, la plupart des faits narrés apparaissent davantage comme des scènes sorties de films gores ou d'horreur. L'atmosphère sombre survole toute la lecture, marque une époque noire, aux conditions de vie misérables, aux morts violentes et aux possibilités moindres. Grâce à des détails poussés, l'auteur parvient à nous transmettre des odeurs, des images et des sons d'une époque révolue, d'un temps où il ne faisait pas spécialement bon vivre.

Cette ambiance obscure est accentuée par des décès cruels, des tortures abjectes, des actes de folie répugnants, des trahisons macabres et une éducation stricte à la dure. Heureusement, quelques passages positifs embellissent la lecture, mais ne sont pas majoritaires. Les lecteurs les plus sensibles devront s'accrocher pour tenir jusqu'au bout. En plus de tout cela, le parfum des poisons nous plonge dans un système royal malsain, avide de pouvoir et de richesse, usant de procédés qui ne diffèrent finalement pas de notre époque. Les manipulations vont bon train, comme l'hypocrisie ou les mensonges, et la justice se montre très solidaire envers ceux qui montrent mains d'or et costumes riches. Bringuebalé d'horreur en horreur, le lecteur découvre un univers réaliste, loin des histoires des contes de fées. Certains noms bien connus de cette époque perdent de leur grandeur mais s'avèrent indubitablement humains.

On ne s'ennuie pas tant les évènements s'enchaînent. Les enquêtes ne durent jamais bien longtemps et se voient résolues plutôt rapidement. Cela permet d'en accumuler plusieurs, sans que cela de devienne une liste exhaustive. En parallèle des affaires de crimes, le roman s'intéresse à plusieurs personnages récurrents, et nous conte leurs histoires.

Certains personnages traversent le roman, comme un ministre important, un lieutenant magnanime et un major sympathique, qui encadrent notre héros. Ce dernier se nomme Pontus, et est un jeune garçon à qui la vie ne fait pas de cadeaux. Sans parent, et recueilli par une marâtre peu aimable, Pontus possède un nez déformé qui lui vaut d'être insulté à longueur de journée. Contre mauvaise fortune bon coeur, Pontus se voit doté d'un don rarissime, qui lui permet de se rappeler puis de reconnaître les odeurs de tout ce qui lui passe sous le nez. Un cadeau inestimable que saura utiliser Louis XIV pour se prémunir contre ses ennemis, versés dans l'empoisonnement.

Les intrigues les plus intéressantes, notamment celles se passant à la cour du roi, tardent à venir. En effet, le roman nous conte d'abord la jeunesse de Pontus, ses égarements et ses premiers jours à la capitale. Traité de sorcier, d'être infâme ou de suppôt du Diable, le jeune garçon doit faire preuve de patience pour se sentir accepté et être traité comme il le mérite. Pour nous faire patienter, l'auteur agrémente les premières pages d'anecdotes et d'explications sur les plantes, substances et liquides utiles en empoisonnement. Tels des alchimistes, les lecteurs s'entourent de décoctions en tous genres, d'ateliers clandestins de qualité et de matériels de professionnels. le ton est donné.

Le parfum des poisons nous enseigne des faits réels à travers une histoire palpitante, sombre et cruelle, qui débute dans la souffrance et qui se termine dans la solitude et l'injustice. Une histoire de vie à la fois malheureuse et touchante, celle d'un jeune garçon au talent dément, malmené par la vie mais qui essaiera de n'en retenir que les côtés positifs. Une leçon de vie poignante, une leçon d'Histoire perturbante.

L'auteur nous expose ses talents de conteurs, mais aussi ses talents d'historien.

[Je publie des chroniques littéraires sur lavisqteam.fr et celle de ce roman est présente au lien suivant : http://www.lavisqteam.fr/?p=47808

J'ai mis la note de : 17/20]
Lien : http://www.lavisqteam.fr/?p=..
Commenter  J’apprécie          10
Le parfum des poisons de Claude Rodhain, City Édition

Au temps de Louis XIV, Pontus est né avec un nez proéminent qui lui vaut le surnom de patate. Mais grâce à ce nez, il peut sentir et reconnaître toutes les odeurs. Cette capacité va lui permettre d'être engagé par le lieutenant général de la police, le fameux Mr de la Reynie. Pontus va donc enquêter dans cette scandaleuse "affaire des poisons "...

Malgré les incohérences de dates que je n'ai absolument pas remarqué ( je suis nulle pour ça mais merci aux lectrices du bookclub), j'ai beaucoup apprécié la lecture de ce roman fait dans le cadre du #bookclubdelhistoire .
L'histoire est originale, même si elle n'est pas sans rappeler celle du roman le parfum de Patrick Süskind à la base.
J'ai aimé le parcours de Pontus, parti de rien et qui finira nommé marquis et tout cela grâce à un nez proéminent qui , tout au long de sa vie, lui apportera moqueries et surnom pas très gentil. L'évolution de ce personnage dans les hautes sphères de la société m'a permis de me promener dans le Paris et la cour de Louis XIV. Les nombreux personnages rencontrés tout au long de ma lecture ne m'ont pas emmêlé les pinceaux et j'ai pu suivre l'histoire sans problème.
Les chapitres sont plutôt courts, ce qui permet d'avancer rapidement dans la lecture.
Quant à la fin, j'ai vraiment adoré. Je ne m'y attendais pas vraiment mais au moins elle ne m'a pas laissé sur la fin.

Un roman historique sur l'affaire des poisons dont j'ai apprécié la lecture et que je vous recommande ( malgré les erreurs de dates qui à priori ne sont pas voulues car je n'ai pas lu de mot de l'auteur expliquant qu'il s'est permis certaines libertés ) . Merci au bookclub de l'histoire sans qui je n'aurais jamais découvert ce roman.
Commenter  J’apprécie          60
Ce roman historique pourrait être qualifié d'un terme moderne, une docu-fiction. Constellé de références permettant d'apprendre une foule de détails concernant la célèbre "Affaire des Poisons", grand scandale sous le règne de Louis XIV, ce récit raconte le destin d'un adolescent fictif, Pontus, doté d'un pouvoir olfactif hors du commun. Son "Nez" va le conduire des bas-fonds parisiens jusqu'à la cour de Versailles, semant dans son sillage envie, mépris, jalousie et esprits de vengeance.

le titre n'est pas sans rappeler l'excellent roman de Patrick Süskind "Le parfum", mais la ressemblance s'arrête là. Car si le collectionneur d'odeurs, Jean-Baptiste Grenouille, devient un tueur en série, le marquis de Flair aide à trouver de redoutables conspirateurs grâce à son nez.

J'ai beaucoup aimé cette façon originale d'aborder L Histoire et ses dessous pas très reluisants. L'auteur offre un moment de lecture sortant des sentiers battus où, par moment, le lecteur est heureux de ne pas avoir les capacités de son héros et d'échapper à l'ambiance nauséabonde de la fange parisienne ainsi que celle couvant sous les ors des couloirs versaillais. Cependant, la vigilance est de rigueur, car la profusion des personnages comme de leurs intentions forment rapidement un imbroglio difficile à suivre, très représentatif de la fourmilière entourant le Roi Soleil.

Un bémol également pour le choix de la couverture. Ce chérubin, empoisonnant une rose, n'appartient pas à cette sombre aventure qui cèlera le destin de Pontus et de son nez. Cependant, ce roman a les qualités nécessaires pour retenir l'attention d'un lecteur curieux des dessous de l'Histoire et sensible à l'originalité du sujet.

Commenter  J’apprécie          22
Lecture très mitigée concernant ce livre.
L'histoire est sympathique ( elle rappelle celle du Parfum de Patrick Süskind) avec son héros Pontus, qui grâce à son remarquable flair, se met au service de la justice et du roi Louis XIV. Cela nous permet de découvrir le Paris de cette époque (l'action se déroule en 1680) mais aussi les intrigues qui se nouent et se dénouent autour du roi. La fin est plutôt triste, j'en aurais espéré une autre.
Voilà pour le côté positif.
Par contre, il y a deux gros points négatifs :
- 1 : des anachronismes concernant certains personnages de l'histoire. En effet, en 1680, Mazarin est déjà mort depuis près de 20 ans quant à Madame de la Vallière, elle vivra encore une petite vingtaine d'années avant de connaître une mort plutôt douce dans son lit. D'autres personnages connaissent aussi des morts tardives ou anticipées de 2-3 ans, mais le pompon, c'est quand même de mentionner Voltaire, qui lui n'est même pas encore né (il faudra attendre une petite quinzaine d'années)
- 2 : des incohérences dans la chronologie de l'histoire. En effet, au chapitre 7, l'auteur nous apprend que nous sommes en AVRIL 1680, le roi vient de perdre Madame de la Vallière et n'a pas encore fait la connaissance de notre héros Pontus. Mais, au chapitre 21, celui-ci est convoqué devant le roi le 26 MARS 1680 et plus loin encore, au chapitre 30, lorsqu'il assiste à la mort de la Monvoisin, on est le 22 FEVRIER 1680 et notre héros est déjà affublé de son titre de Marquis de Flair octroyé par le roi, ce qu'il n'est pas censé être à ce moment-là.

Cela fait vraiment beaucoup trop d'erreurs et d'incohérences qui gâchent la lecture de livre, qui comme, je le dis plus haut, est pourtant, en elle-même, intéressante.
Une relecture avant publication n'aurait pas été de trop.
Commenter  J’apprécie          00


Les plus populaires : Littérature française Voir plus
Livres les plus populaires de la semaine Voir plus


Lecteurs (43) Voir plus



Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
3172 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre

{* *} .._..