AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782883534964
250 pages
Éditeur : Jouvence (19/06/2006)
4.06/5   8 notes
Résumé :
Pour éviter les conflits et les tensions entre personnes, imputables à une communication déficiente, M. B. Rosenberg propose une méthode de gestion des conflits basée sur l'écoute et le respect de l'autre ainsi que sur l'attention à l'expression de ses besoins.
©Electre 2017
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Citations et extraits (7) Voir plus Ajouter une citation
BigDreamBigDream   19 novembre 2017
L'empathie est vraiment le cadeau le plus merveilleux que vous puissiez offrir à quelqu'un. Par ailleurs, je me rends bien compte que nous ne pouvons pas offrir une présence longue sans que nos pensées nous rattrapent. Et ce n'est pas un reproche. Si je constate que mon cerveau analytique se met en branle, j'appelle mes "chevaux pensées" et je leur dis amicalement : "Allez, retournez à l'écurie!".
Je sais par expérience que la force de l'empathie est énorme, même si je ne réussis pas à assurer une totale présence à tout instant. L'autre personne ressent de toute façon que je cherche à établir le lien avec elle.
Ne pas confondre l'empathie avec la compréhension intellectuelle des choses, ni avec la sympathie. Voilà l'essentiel. Si j'écoute quelqu'un qui va mal et que je lui dis "Je suis vraiment triste que tu ailles mal.", je tombe dans la sympathie. Etre en empathie signifie se connecter aux sentiments de l'autre, et non aux siens propres. ...
Lorsque nous donnons de l'empathie à quelqu'un, nous ne nous occupons pas de ce qu'elle pense - ce qui ne veut pas dire que nous sommes d'accord avec elle. Si nous approuvons ce que dit l'autre, nous ne sommes plus en empathie.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
DanieljeanDanieljean   11 novembre 2018
Notre culture nous incite à croire que la violence est parfois bonne, lorsqu’elle permet de punir le méchant. Mais une telle attitude nous coupe de la vie ; nous ne sommes plus vivants. Bien entendu, je ne parle pas d’être vivant comme lorsqu’on se "shoote" à l’adrénaline. En effet, ceux qui raisonnent selon un tel schéma de pensée sont pris dans un cercle vicieux : plus ils sont en colère et plus leur taux d’adrénaline s’accroît. À long terme, une telle attitude est suicidaire, tant pour le corps, pour le cœur, que sur le plan spirituel.
Si nous apprenons à décoder les besoins cachés derrière notre colère, certes, nos émotions resteront fortes, mais la colère va pouvoir s’estomper. Nous rejoindrons, au fond de nous, les émotions primitives destinées à assurer notre survie et à répondre à nos besoins. Il est bien possible alors que je pousse un cri ; ce ne sera pas un cri d’injures, mais un cri d’appel :
- Écoutez-moi ! Et donnez-moi ce dont j’ai tant besoin !
Les sentiments qui affleurent à ce moment-là sont du registre de la tristesse, de l’impuissance, de la blessure ou de la peur ; ils sont douloureux, mais pas destructeurs. Certaines personnes m’ont décrit cette peine, ajoutant qu’elles la vivaient comme nourricière, qu’elles se sentaient revivre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
BigDreamBigDream   16 mars 2018
A mon avis, nous devrions éliminer de notre répertoire les mots suivants : juste, faux, bon, mauvais, normal, anormal, compétent, incompétent. Ces mots font partie d'un langage statique. Le psychologue O.J. Barbey a fait des recherches sur les corrélations entre le langage et la violence. Il a voyagé dans le monde entier pour étudier la manière de parler de différentes cultures. Il a analysé les textes littéraires et répéré toutes les fois où apparaissent des expressions en langage statique, qui figent et jugent. D'un autre côté, il a calculé le taux de violence dans les pays concernés- suicides, violences domestiques, exactions contre les enfants ou les femmes; enfin, il a comparé entre elles ces deux données er constaté une corrélation très étroite entre le langage statique et le niveau de violence.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
BigDreamBigDream   19 novembre 2017
Pour expliquer l'empathie, je me sers souvent de métaphores, comme celle du surf. Il s'agit de se laisser porter par l'énergie naturelle de la personne écoutée, du flux qui la traverse. Comme dans le surf sur l'eau, j'ai confiance dans l'énergie sur laquelle je surfe. Il ne suffit pas d'appliquer mécaniquement les recettes de la CNV : cela ne marche pas; nous perdons le contact avec l'autre.
Commenter  J’apprécie          20
BigDreamBigDream   20 novembre 2017
Un aspect central de la CNV (Communication Nonviolente) est le fait de prendre conscience que nos semblables ne sont pas responsables de nos sentiments. La seule chose qui puisse avoir une influence sur mes sentiments est l'attitude intérieure à partir de laquelle je réagis à une remarque. SI j'y crois, que j'y donne crédit et, que je la prend contre moi, alors je me sens mal et j'ai honte.
Commenter  J’apprécie          20

Videos de Marshall B. Rosenberg (7) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Marshall B. Rosenberg
28 mars 2013
Communiquer, nous le faisons tous constamment et tous les jours. Cependant peu sont celles et ceux qui connaissent les règles d'une communication réellement respectueuse de soi et de l'autre. Dans ce livre, Marshall B. Rosenberg propose une méthode qui permet en toutes circonstances d'accroître la qualité de la relation, la compréhension et les rapports entre les personnes, mais aussi et surtout le respect de nos différences mutuelles. "Quand nous réussissons à entretenir la fluidité de communication décrite dans ces pages - en exprimant sincèrement ce qui se passe en nous et ce que nous aimerions, ainsi qu'en écoutant les autres et ce qu'ils aimeraient de manière empathique -, j'ai constaté que nous pouvons goûter plus pleinement à la magie de la bienveillance. J'espère que, pour vous, ce livre y contribuera."
+ Lire la suite
autres livres classés : GratitudeVoir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura