AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782352946380
576 pages
Éditeur : Bragelonne (26/04/2013)
  Existe en édition audio
4.55/5   547 notes
Résumé :
Dans ce deuxième tome on fait la connaissance de Auri, cette ancienne élève de l'Université qui est devenue un peu folle et très craintive.
Malgré la pauvreté de Kvothe à ce moment là, il arrive à pourvoir à ses besoins en lui ramenant du sel, divers choses a manger, et d'autres choses.
La réputation de Kvothe augmente et il est désormais connu comme « celui qui ne saigne pas »
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (64) Voir plus Ajouter une critique
4,55

sur 547 notes
5
37 avis
4
19 avis
3
3 avis
2
1 avis
1
0 avis

boudicca
  20 novembre 2012
Après quelques années d'attente, voici enfin la suite tant attendue du « Nom du vent », premier roman du désormais célèbre Patrick Rothfuss. Enfin..., une partie de la suite seulement puisque Bragelonne a fait le choix de découper ce second tome en deux. Difficile par conséquent de complètement juger de la qualité de « La peur du sage », même si on peut d'ores et déjà affirmer au terme de la lecture de cette première partie que l'auteur a à nouveau réussi son coup. On y retrouve le personnage de Kvothe qui poursuit sa narration de l'histoire de sa vie et de la naissance de sa légende. La plus grande partie du roman offre, il faut l'avouer, assez peu de nouveauté puisqu'elle est encore consacrée aux études du protagoniste et à ses déboires à l'Université pour arcanistes d'Imre : ses problèmes de finance, sa querelle avec Ambrose, ses talents de musiciens, ses relations avec la séduisante et insaisissable Denna...
Le dernier tiers du roman, en revanche, se fait beaucoup plus dépaysant puisqu'on y découvre une nouvelle région, la province du Vintas, ainsi que de nouveaux personnages. Des complots, des courtisans plus ambiguës et hypocrites les uns que les autres, une culture et des codes sociaux déconcertants..., difficile de ne pas se laisser happer par la richesse de l'univers de l'auteur et la qualité de son intrigue qui s'étoffe quelque peu ici à mesure que le rythme s'accélère. Les personnages pour leur part sont toujours aussi convaincants et attachants, à commencer par le duo formé par Kvothe, jeune garçon talentueux, fier et parfois arrogant mais surtout extrêmement touchant, et Denna, personnage ambiguë, mi femme fatale mi femme fragile. D'autres sortent évidemment du lot comme le toujours aussi déjanté maître nommeur Elodin ou encore le vieillissant mais redoutable Maer.
Pari réussi pour P. Rothfuss qui parvient avec une facilité déconcertante à nous replonger dans les aventures de cet atypique protagoniste découvert il y a maintenant trois ans. Malgré un rythme très lent et une action plus que limitée, ce roman se révèle aussi addictif que le précédent. Un conseil, toutefois, enchaînez les deux parties à la suite si vous ne voulez pas vous retrouvez coupé dans votre élan, la cohérence du découpage effectué par Bragelonne étant des plus discutable.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          220
Ourse_aux_Livres
  25 août 2017
Encore un coup de coeur avec cette suite de la Chronique du Tueur de Roi.
Cet univers est tellement... intense, prenant, bien écrit, complexe, intrigant, et j'en passe. L'auteur nous emporte totalement. On ne sait pas encore trop où ces aventures vont nous guider, mais dans tous les cas on y fonce, tête baissée.
Malgré des temps forts et des temps plus calme, je ne me suis jamais lassée de tourner les pages de ce livre. On sent que tout a un but, tout a une raison d'être. D'ailleurs certains éléments du premier roman reparaissent ici et dévoilent leur raison d'être.
Il y a toujours une crainte à débuter un tome 2 lorsque l'on a vraiment aimé le premier... toujours une crainte d'être déçu, ce qui s'avère souvent être le cas. Mais je trouve qu'ici ça ne s'applique pas. On n'a pas l'impression d'être dans un tome 2, on a juste l'impression d'être dans la continuité du premier tome, et qu'il sont séparés uniquement parce que, soyons logiques, un éditeur a davantage intérêt de faire une saga de quatre romans, qu'un seul et unique tome de 4000 pages !
Donc n'hésitez pas ! Lancez vous dedans corps et âme !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          250
Shenandoah
  07 octobre 2014
Cette critique porte sur les deux tomes de la Peur du Sage, qui n'en forment qu'un seul en version originale.
D'ailleurs, même si je comprends la raison de ce découpage par l'éditeur (un roman de 1200 pages, ce n'est pas forcément très vendeur), je déteste ce procédé qui pour moi gâche complètement les livres qui en sont victimes. Si on ne sait pas qu'on ne lit que des moitiés de tome, je trouve que les livres semblent étranges et déséquilibrés, ce qui est vraiment dommage, surtout lorsque l'on est face à un roman aussi passionnant.
Enfin bref, après cette petite parenthèse, passons à la critique !
L'histoire reprend là où elle s'était arrêtée, avec Kvothe toujours à l'Université. Si cette première partie peut sembler assez répétitive (examens, problèmes d'argent...), les circonstances vont amener notre héros à s'éloigner de sa vie somme toute assez confortable pour se frotter à d'autres expériences qui vont contribuer à créer sa légende.
A l'instar du précédent, ce livre est un voyage. On se laisse emporter par les pérégrinations de Kvothe, par ses petites et grandes aventures qui ont rarement la dimension épique à laquelle les livres de fantasy nous ont habitué. le fil rouge de la quête des Chandrians est ténu, et, même s'il est souvent un fil conducteur de la vie de Kvothe, ce n'est pas le centre de l'histoire. le centre de l'histoire, c'est Kvothe, et la manière dont un être humain est devenu un mythe. Quelque part, il s'agit de l'histoire vraie derrière le roman de fantasy.
J'ai trouvé que la narration, déjà étonnante et prenante dans le premier tome, prenait une autre ampleur dans celui-ci, comme si l'auteur avait gagné en assurance. Ainsi, il joue beaucoup plus avec le fait que ce soit une histoire racontée par Kvothe, en choisissant de lui faire passer sous silence des événements qui attisent notre curiosité, mais que notre narrateur ne juge pas vraiment digne d'intérêt. D'ailleurs, c'est très drôle de voir Bast et Chroniqueur refléter la frustration du lecteur dans ces moments-là.
De plus, la plume et l'imagination fertile de l'auteur font à nouveau merveille pour nous offrir un univers à la fois crédible et incroyable. le peuple des Adems et son langage incroyablement sophistiqué est à ce titre une véritable réussite. Ce qui aurait pu alourdir considérablement les dialogues devient très fluide et naturel, et lorsque Kvothe quitte les Adems, les conversations m'ont semblé étranges pendant quelques pages.
Évidemment, l'écriture toujours aussi poétique et travaillée continue à ajouter au charme de cette saga, et voir Kvothe jouer de la musique ou chercher le nom du vent est réellement magique.
Bref, je vais m'arrêter là pour ne pas risquer le spoiler, et me contenter de vous conseiller à 100 % ce livre et cette saga. Avec ces deux tomes, Patrick Rothfuss a réussi pour moi un sans faute. Ça faisait longtemps que je n'avais pas eu un tel coup de coeur pour une saga de fantasy, et j'attends le dernier tome avec impatience (l'an prochain normalement), même si je redoute déjà le vide à l'idée de tourner la dernière page de cette incroyable série.
Challenge Pavés 2014-2015
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          160
Crunches
  29 novembre 2012
Je l'ai déjà dit plus haut : La Peur du Sage est à la hauteur du premier tome : le Nom du Vent.
Il faut dire que le premier tome avait beaucoup fait parler de lui dès sa sortie Outre-Atlantique. On nous décrivait un mélange de Tolkien, de Gemmell et d'autres grands noms. A tel point, que je ne pensais pas qu'une telle pépite soit réelle. Finalement, je me suis laisée tentée et j'ai adoré ce premier tome. L'univers qui y est décrit est juste fabuleux, il nous semble proche et lointain à la fois.
Cet univers, on le retrouve très rapidement. Rien qu'en lisant le premier chapitre de la Peur du Sage... J'avais l'impression d'entrer dans le livre doucement mais sûrement, de façon très fluide. Comme pour un travelling avant. On pénètre de plus en plus profondément dans ce monde. Très vite, on retrouve Kothe, l'aubergiste, Bast son commis et Chroniqueur, un client.
Une fois que les tâches du quotidien sont achevées, Kothe reprends son récit. Il se plonge à nouveau dans la peau de Kvothe, celui qui est devenu une légende. On a l'impression qu'il ne le fait que pour nous. Que c'est une sorte de confession qu'il nous offre. Quelque chose de précieux. Il se livre tout entier, avec ses espoirs, ses erreurs et ses réussites, ses qualités et ses défauts. Sans tabous. En lisant ce livre, on pourrait très bien s'imaginer à une des tables de l'auberge, un pichet de bière tiède devant soi, en train de boire les paroles de notre hôte.
Et quelles paroles ! L'histoire de Kvothe mérite amplement qu'on en fasse une légende. Au départ, on se retrouve en terrain connu : l'Université, les cours, les amis, les professeurs, les ennemis, la musique, le manque d'argent, les bonnes idées.... Terrain connu certes, mais avec son lot de surprises. La vie à l'Université est loin d'être reposante. Elle peut se montrer très désagréable mais il arrive que quelques bonnes surprises fassent irruption dans le quotidien.
Kvothe enrichit son savoir dans plusieurs domaines. On le voit passer du stade d'adolescents à celui d'adulte. Il faut dire que bien souvent, on oublie son véritable âge. On se laisse porter par les actions, par cette vie si différente.
Un jour, il y a du changement. Kvothe quitte l'Université. J'avoue que ça coincidait avec le moment où je me suis dit "oui, bon, l'Université on connait.. mais le reste, on ne l'a pas encore vu : le sauvetage de princesses, l'incendie....". Et là, voyez comme je peux être d'humeur changeante, je me suis prise à regretter l'univers de l'Université ainsi que toutes les personnes que Kvothe avait rencontré. Elles me manquaient comme si je les avais personnellement connues.
L'histoire est pleine de rebondissements, toujours très complexe, jamais on n'éprouve le moindre sentiment de lassitude. C'est une des grande force de ce livre, de cette histoire. Les personnages en sont une autre.
La relation qui unit Kvothe à Denna se complexifie un peu plus. Elle qui a tendance à se comporter comme un courant d'air reste une constante dans la vie de notre héros. Leur relation évolue de manière assez différente que ce à quoi j'avais pensé. Ce qui me promet quelques surprises dans la suite.
D'autres personnages font également leur apparition : le Maer et Brandon sont assez intéressants.
Pour le reste, j'avoue que j'ai encore et toujours une préférence pour Bast.
En conclusion, c'est un roman de fantasy classique. L'histoire semble assez banale mais elle est tintée de quelques touches d'originalité complétées par des personnages de haut rang et par une structure narrative exceptionnelle. Ce n'est pas juste un roman qu'on a entre les mains. C'est un petit bijou.

Je vais me mettre à la suite le plus tôt possible.
Lien : http://plaisirsdelire.blogsp..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
basileusa
  07 juin 2014
Deuxième jour, Kvothe poursuit le récit de sa vie.
Il est de retour à l'université et doit passer son examen d'entré . Mais comme la dernière fois ,il n'a pas un sou en poche et l'accès aux archives lui est toujours interdit. Une fois de plus, il va devoir se débrouiller seul pour poursuivre ses études. Et les ennuis s'en mêlent car Ambrose est encore sur son chemin et son amour pour Denna va le pousser à faire des choses stupides. Mais ses fidéles amis d'université Simmon et Wilem son heureusement là pour l'épauler.
Et un grand changement se profile après la deuxième moitié de son récit .
J'ai adoré ce deuxième tome ,comme le précédent d'ailleurs ! Que ce soit les personnages ,l'univers ,la magie ou la quête de Kvothe ,tout est passionnant . On ne s'ennuie jamais avec Kvothe ,il lui arrive toujours quelque chose ! C'est un coup de coeur et je ne vais pas attendre plus longtemps pour savoir comment se terminent ses aventures ...
Commenter  J’apprécie          190


critiques presse (1)
Elbakin.net   04 octobre 2012
Quelques pages suffisent pour replonger dans cette atmosphère toute particulière, naviguant entre souvenirs et considérations sur la vie jamais redondantes.
Lire la critique sur le site : Elbakin.net
Citations et extraits (56) Voir plus Ajouter une citation
boudiccaboudicca   15 novembre 2012
Autrefois, quand les étudiants aspiraient tous à devenir nommeurs, les choses étaient différentes. Le nom que les novices étaient encouragés à chercher était celui du vent. Une fois qu'ils l'avaient trouvé, leur esprit était tiré de sa torpeur et les autres noms étaient plus faciles à trouver. Cependant, certains étudiants avaient des problèmes pour découvrir le nom du vent. Il y avait trop peu de corniches, ici, trop peu de risques. Alors ils partaient tenter leur chance, vivaient des aventures, s'adonnaient à la chasse au trésor et au secret. Les choses ont changé. Aujourd'hui il y a encore moins de corniches qu'autrefois. Le monde est moins sauvage. Il y a mois de magie, plus de secrets, et une poignée de personnages seulement connaissent le nom du vent.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          170
boudiccaboudicca   06 novembre 2012
J'ai entendu ce que les poètes écrivent des femmes. Ils rimaillent, abusent du dithyrambe et ils mentent. J'ai vu des marins sur le rivage regarder sans un mot les vagues qui se forment lentement sur la mer. J'ai vu de vieux soldats au cœur endurci avoir la larme à l’œil à la seule vue des couleurs de leur roi claquant dans le vent. Ces hommes ne connaissent rien à l'amour. L'amour, vous ne le trouverez ni dans les mots d'un poète, ni dans le regard nostalgique des marins. Si vous voulez savoir ce que c'est, regardez les mains d'un ménestrel lorsqu'il interprète sa musique. Lui connaît l'amour.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          210
boudiccaboudicca   13 novembre 2012
Autrefois, ce lieu était celui où l'on venait apprendre des choses secrètes. Hommes et femmes accouraient à l'Université pour y étudier l'état du monde. Dans cette Université là, nul autre savoir n'était porté plus haut que celui de la science des noms. Tout le reste n'était que vil métal. Les nommeurs arpentaient les rues tels des dieux en miniature. Ils faisaient des choses terribles et merveilleuses et tous les autres les enviaient. Tous ces étudiants étaient là pour apprendre le nom des choses. Mais dans cette discipline il ne saurait être question d'apprendre quoi que ce soit par cœur ou de suivre aveuglément une règle à la lettre. Vouloir enseigner la science des noms est sans espoir. Impossible à réaliser. Malgré cela, les étudiants ont essayé de l'apprendre et les professeurs ont tenté de l'enseigner. Et, quelquefois, ils y sont parvenus... 
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
BlackWolfBlackWolf   02 septembre 2012
Il n'est pas question de renommée, rectifia Kvothe, l'ai sombre. Ce dont vous avez besoin c'est d'un certain sens de la perspective. Vous passez votre temps à fouiner dans la vie des autres. Il suffit qu'une rumeur parvienne à vos oreilles pour que vous vous mettiez en tête de déterrer l'atroce vérité dissimulé sous les guirlandes du mensonges. (Il foudroya le scribe d'un regard noir.) Vous pensez avoir le droit d'agir de la sorte, mais vous ne l'avez pas. Quand quelqu'un vous raconte une partie de sa vie, loin de vous accorder votre dû, c'est un cadeau qu'il vous fait.
Moi je vous offre mon histoire dans toute sa vérité sordide. Toutes mes erreurs et toutes mes sottises exposées au grand jour, dans toute leur nudité. Et si je décide de passer sur un certain épisode parce qu’il m'ennuie c'est mon droit le plus strict.Ce n'est pas ce que peut raconter un fermier à mon sujet qui me fera changer d'avis.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
fardalefardale   14 août 2015
Teccam explique qu'il existe deux sortes de secrets. Il y a les secrets des lèvres et les secrets du cœur. La plupart appartiennent à la première catégorie.
Les ragots que l'on échange et les petits scandales évoqués à voix basse, ce sont des secrets qui rêvent d'être lâchés dans le monde. Un secret des lèvres, c'est un peu comme un caillou dans la chaussure: au début, on n'y prête guère attention, puis il devient irritant et finit par devenir intolérable. Au fil du temps, les secrets de ce genre se dilatent, enflent jusqu'à se bousculer sur vos lèvres. Ils luttent pour se libérer.
Les secrets du cœur sont d'une autre nature. Ils sont d'ordre personnel et douloureux et nous ne voulons rien tant que les dissimuler aux yeux du monde. Ceux-là demeurent tout au fond de nos cœurs et plus le temps passe, plus ils se font lourds.
Teccam prétend qu'il vaut mieux avoir du poison plein la bouche qu'un secret dans le cœur. Le premier imbécile venu est capable de cracher alors que nous ne pouvons qu'amasser ces douloureux trésors. Chaque jour, nous les refoulons plus profondément encore. Là, ils croupissent et suppurent, chaque jour plus pesants. Avec le temps, ils ne peuvent que faire éclater le cœur qui les retient.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40

Videos de Patrick Rothfuss (6) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Patrick Rothfuss
On his latest Twitch stream, Patrick Rothfuss answers the fan question about releasing date of the book 3 and more! (28 April 2020)
autres livres classés : fantasyVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

La fantasy pour les nuls

Tolkien, le seigneur des ....

anneaux
agneaux
mouches

9 questions
1873 lecteurs ont répondu
Thèmes : fantasy , sfff , heroic fantasyCréer un quiz sur ce livre

.. ..