AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2702439047
Éditeur : Le Masque (21/08/2013)

Note moyenne : 3.61/5 (sur 56 notes)
Résumé :
Pendant leurs vingt ans de vie commune à Détroit, Celia Scott a regardé son mari, Arthur, se cacher derrière les secrets entourant la mort de sa sœur Eve. Mais, en 1967, les émeutes raciales effraient Arthur encore plus que son passé et il décide de retourner vivre dans la ferme familiale où il a grandi, sur Bent Road, au fin fond du Kansas. Dans l’atmosphère étouffante de cette ville puritaine, Célia s’adapte à la vie de la ferme, loin de l’émancipation que lui off... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses & Avis (18) Voir plus Ajouter une critique
DOMS
  16 juin 2015
Années soixante, les émeutes raciales et les coups de fils anonymes inquiètent Arthur Scott, Détroit est devenu une ville dangereuse, il décide de retourner au Kansas avec sa famille. Pourtant, il a quitté sa ville natale vingt-cinq ans plutôt, et Célia, sa femme, sent bien qu’il s’est passé quelques chose de grave.
L’installation à Bent Road ne se fait pas sans difficulté. Seul Arthur semble y trouver ses marques. Le changement de vie est important pour Célia et les enfants, Elaine, Daniel et Evie. Malgré les efforts de Célia l’environnement est austère, le village et la famille peu accueillants. Sa cuisine ne sera jamais à la hauteur de celle de Reesa, sa belle-mère, elle a du mal à comprendre le comportement étrange de Ruth et Ray, sa belle-sœur et son beau-frère. Les enfants eux-mêmes sont mis à l’écart à l’école et Daniel a beaucoup de mal à passer du stade de petit garçon a adolescent dans ce milieu hostile qu’il découvre. Seule Elaine est heureuse de sa rencontre avec Jonathon.
Lorsqu’une enfant des environs disparait, les soupçons se portent aussitôt sur Ray, l’ancien fiancé d’Eve que d’aucun savent violent et qui au fil des années s’est transformé pour n’être plus aujourd’hui qu’un alcoolique violent qui terrorise sa femme. Eve, la sœur d’Arthur, a disparu 25 ans plus tôt. Les causes de son décès sont mystérieuses et les soupçons du shérif se portent toujours sur Ray.
Tout au long des pages, la mort d’Eve plane comme un secret lourd à porter et jalousement gardé, un de ces secrets de famille qui ont des prolongements sur plusieurs générations. Evie porte un prénom tellement semblable et la chambre d’Eve est si tentante, ses robes tellement jolies, que la petite fille s’identifie presque à cette tante qu’elle ne connait pas encore.
C’est un livre passionnant et pourtant il s’y passe peu de choses. Mais il y a tellement de force dans ces scènes de vie. L’auteur fait passer une multitude de sentiments contradictoires, évoque le passé, interroge sur les relations humaines, pose la questions de la responsabilité, de la suspicion entre les protagonistes, des remords et du poids des regrets qui laissent leur empreinte sur la vie. Elle parle aussi des contraintes de la religion et des convenances, qui font par exemple qu’une femme battue devrait rester avec son mari, simplement parce qu’ils sont mariés ! Elle rappelle le poids des mensonges et des silences dans ces familles qui ne peuvent pas accepter les différences, les faux pas, et où le poids de la religion, de la morale, est tellement fort qu’il va bouleverser des vies entières.
C’est un roman d’ambiance familiale et pas historique ou politique sur fond de racisme comme j’ai pu l’imaginer au départ. C’est une chronique de la vie, avec ses erreurs et ses regrets, c’est aussi beaucoup plus qu’un thriller. Le côté psychologique, la résilience et le pardon, les secrets et les responsabilités, le refus de voir et dire la vérité sont des éléments importants qui emportent le lecteur au-delà d’une intrigue qui se dévoile doucement. J’ai beaucoup aimé ce livre malgré son atmosphère parfois pesante, et il me semble que c’est aussi ce qui fait sa réussite.

Lien : https://domiclire.wordpress...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          51
Electra
  14 janvier 2016
C'est en me promenant dans les rayons de la BM que je suis tombée sur ce livre, mis en avant par les bibliothécaires – la photo et la quatrième de couverture m'ont convaincue de repartir avec et de le lire de suite. Et mon instinct ne m'a pas trompé !
Détroit, 1967 – les émeutes raciales effraient la famille Scott, dont le père, Arthur, qui redoute cette violence. Il choisit de retourner vivre avec sa petite famille dans la ferme familiale où il a grandi, sur Bent Road, dans un coin paumé du Kansas. Célia, son épouse, peu habituée à la vie à la campagne, redoute ce déménagement impromptu. Son mari a toujours refusé de parler de son passé, et en particulier de sa jeune soeur Ève, disparue tragiquement. Il n'a d'ailleurs pas remis les pieds au Kansas depuis 20 ans.
Leurs enfants sont inquiets, Elaine, 17 ans, craint de s'y ennuyer à mourir, Daniel, adolescent timide déprime à l'idée de perdre tous ses amis et Evie, la petite dernière, à l'imagination débordante, est ravie de partir à la rencontre de sa famille.
Les attendent là-bas : Reesa, le mère d'Arthur, une vieille femme usée et autoritaire. Sa fille ainée, Ruth, qui a épousé Ray peu de temps après le décès d'Eve. Ray était le petit ami d'Eve. Ray et Ruth n'ont pas eu d'enfants, mais leurs voisins, Amy et Orville Robison ont eu une petite fille sur le tard, Julianne. du même âge qu'Evie, blonde comme les blés. A peine les Scott sont-ils installés que Julianne disparait mystérieusement.
Très vite, les fantômes du passé ressurgissent. La disparition de la petite fille rappelle la mort tragique d'Eve. Célia déprime sur ces terres isolées, l'hiver renforçant ce sentiment de solitude. Elle regrette la vie citadine, les jolies robes, la musique. A part leur sortie dominicale à l'église, les Scott restent chez eux.
Très vite, Arthur réalise que Ray, alcoolique, bat sa femme, Ruth. Lorsque celle-ci se présente un jour chez eux, le visage boursouflé, Arthur décide qu'elle ne retournera pas chez son époux. Ray, dont l'alcoolisme le détruit peu à peu, menace la famille Scott de représailles. L'église s'en mêle, condamnant Arthur et sa famille en général, rappelant qu'Eve était une dépravée et que Ruth doit obéir à son époux et regagner le domicile conjugal. Les Scott sont de plus en plus isolés. Les enfants sont pris à partie à l'école. Evie n'a aucune amie et se réfugie dans un monde imaginaire. Elle a trouvé des affaires ayant appartenu à cette mystérieuse tante Eve, dont personne ne souhaite parler, mais dont elle porte le nom. Daniel, timide, ne s'est fait qu'un seul ami : Ian Bucher. Un enfant polyhandicapé, passionné de chasse et qui est persuadé qu'un fugitif, échappé d'un hôpital psychiatrique, rôde dans les parages…
Que dire ? Sinon que Lori Roy signe un premier roman impressionnant de maîtrise ! Et surtout un roman noir passionnant. Il a reçu le titre EDGAR de roman policier, mais ici point de police. Les Américains ne connaissent pas le genre « roman noir » même s'ils en écrivent.
J'ai beaucoup aimé le choix narratif de la romancière qui alterne le point de vue des différents protagonistes, enfants compris. Et puis surtout, cette atmosphère oppressante qui vous prend peu à peu à la gorge, vous savez que Ray n'acceptera pas cette situation, et qu'en est-il de la petite Julianne ? La tension monte peu à peu. Et Lori Roy maitrise parfaitement les rouages. J'ai vraiment eu peur avec la famille Scott. J'ai vu Evie jouer avec les robes de sa tante, Daniel à la chasse, trembler en appuyant sur la gâchette et l'ombre de Ray se profiler à l'horizon. Et puis ce passé qui finit par revenir exploser à la figure. Un très bon moment de lecture.
Lien : http://www.tombeeduciel.com/..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Fadette100
  06 août 2014
La famille Scott, au milieu des années 60 quitte Detroit pour rentrer au Kansas, patrie d'Arthur le père qui semble le seul à se réjouir de quitter une ville qui subit de plus en plus les conflits raciaux violents de l'époque. Celia, son épouse et leurs deux enfants Daniel et Evie n'y ont jamais mis les pieds et redoutent leur nouvelle vie dans la ferme familiale sur Bent Road où subsiste l'énigme non résolue de l'assassinat d'Eve la soeur d'Arthur vingt-cinq ans plus tôt.
Lori ROY est un auteur originaire du Kansas qui a obtenu l'Edgar Award du premier roman. La prestigieuse association a déjà récompensé des gens qui sont devenus des pointures ensuite comme Michael Connely, James Lee Burke deux fois, Elmore Leonard ou William Bayer.
C'est un thriller réussi mais sans plus.
Commenter  J’apprécie          80
Shambala
  26 septembre 2013
En 1967, à Détroit, Arthur et Celia Scott décident de quitter la ville à la suite des émeutes raciales, surtout depuis que leur fille Elaine est harcelée au téléphone par des jeunes noirs. Ils partent avec leurs trois enfants pour le Kansas, dans la famille d'Arthur, où ils décident de reprendre l'exploitation. Reeza, la mère d'Arthur, Ruth, sa soeur et son mari y vivent dans des maisons voisines.
Un mystère entoure toujours la mort d'Eve, leur soeur, il y a vingt-cinq ans. Elle, qui devait épouser Ray, l'actuel mari de Ruth, avait été découverte morte dans la grange.
Daniel, le fils d'Arthur et Célia, peine à trouver sa place dans sa famille et au collège. Evie, la plus jeune fille, est obsédée par sa tante défunte, à qui elle ressemble étrangement. Peu de temps après leur arrivée, une fillette de l'âge d'Evie disparaît à son tour. Ray, que Ruth a quitté à cause de violences conjugales, est soupçonné.
A la fois policier, roman psychologique, Lori Roy signe un premier roman magistral, entre religion et secrets de famille. Jusqu'aux dernières pages, l'atmosphère est pesante, et le dénouement inattendu. Tous les personnages sont vrais, à la fois sensibles et enfermés dans leurs convictions et leurs non-dits. Excellent.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
sandrine1616
  06 juillet 2015
Si vous vous attendez à un polar, passez votre chemin, d'ailleurs, sur la couv', il est bien notifié « Roman Noir ». Très bien, alors on s'attend à une histoire moite, dérangeante, on s'attend à passer un moment qui gratte, qui s'installe dans une certaine noirceur.
Le souci c'est que l'auteur ne semble pas s'être décidé entre polar, récit familial avec tous ces antagonismes, vieux secrets qui hantent une ville. du coup, on s'y perd : quelle est le but de tout cela, le thème de ce livre ? le secret ? Moui, pourquoi pas. Pourtant l'intrigue n'en joue pas suffisamment. Les relations intergénérationnelles sont manichéennes, les personnages peu attachants.
Il y a aussi cette manie de finir chaque chapitre sur un petit suspense et de n'y revenir que quelques pages plus loin. Agaçant au début, exaspérant sur la fin. Les personnages sont trop nombreux, peu développés et pour la plupart, n'ont pas énormément d'utilité dans l'histoire.
En bref, ce livre se lit, fait son job, mais n'emporte pas alors que l'histoire s'y prêtait totalement. Un premier roman avec ses défauts, qui prennent malheureusement trop le dessus.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          51
Citations & extraits (9) Voir plus Ajouter une citation
rkhettaouirkhettaoui   29 août 2013
À Detroit, personne ne savait rien sur personne. Les gens étaient trop occupés à se soucier des nègres qui voulaient travailler avec les Blancs. Trop occupés aussi à s’inquiéter de la couleur de leur quartier et des gamins qui ne pouvaient plus jouer dehors.
Commenter  J’apprécie          20
jolie--2jolie--2   22 août 2015
Elle dit cela parce qu'elle n'a pas le choix. Pour être quelqu'un de bien, il faut qu'elle prononce ces mots, et elle le ferait sincèrement si elle n'avait pas autant peur.
Commenter  J’apprécie          20
rkhettaouirkhettaoui   29 août 2013
Les pâturages, c’est là où broutent les bêtes. Pour ça, n’importe quelle terre ou presque fait l’affaire.
Commenter  J’apprécie          30
rkhettaouirkhettaoui   29 août 2013
Pour les champs, il vaut mieux avoir un terrain plat... Le blé pourrit au bas des pentes et il se disperse s’il est trop en hauteur
Commenter  J’apprécie          20
rkhettaouirkhettaoui   29 août 2013
Il l’aimait et il n’est pas bon de remuer le passé. Il n’est pas bon de dire du mal des morts.
Commenter  J’apprécie          30
autres livres classés : kansasVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
1182 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre
. .