AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Sophie Aslanides (Traducteur)
EAN : 9782351780251
408 pages
Éditeur : Gallmeister (07/05/2009)
3.96/5   653 notes
Résumé :
Après vingt-quatre années au bureau du shérif du comté d'Absaroka, Walt Longmire aspire à finir sa carrière en paix. Ses espoirs s'envolent quand on découvre le corps de Cody Pritchard près de la réserve cheyenne. Deux ans auparavant, Cody avait été un des quatre adolescents condamnés avec sursis pour le viol d'une jeune Indienne, un jugement qui avait avivé les tensions entre les deux communautés. Aujourd'hui, il semble que quelqu'un cherche à venger la jeune fille... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (157) Voir plus Ajouter une critique
3,96

sur 653 notes

Crossroads
  30 avril 2014
- Salut Walt, vieux shérif décrépi pré-retraité.
- Tiens, la Nation Cheyenne en personne.
- Devinette, qu'est-ce qui est froid, horizontal et inerte ?
- Hum...
- Presque, ça ressemblerait plutôt au jeune Cody Pritchard, indigestion de plomb.
- Re-hum...
- Indice intéressant, la présence d'une plume de dindon retrouvée dans ses vêtements.
- Affaire classée, suffit de retrouver le dindon psychopathe...
- Hum itou, je me suis toujours demandé pourquoi c'est toi qui portais l'étoile et moi qui trimais derrière un zinc à servir des soiffards mais ça, c'était avant...
Sale temps dans le comté d'Absaroka.
Walt Longmire s'apprête à rendre son étoile et céder la place à Vic qu'il considère comme sa légitime héritière. Une femme shérif, ça aurait de la gueule.
Fatigué d'arpenter les grands espaces du Wyoming, il devra pourtant se charger d'un dernier dossier. En effet, la triste affaire Melissa Little Bird vient de refaire surface. Une paire d'années plus tôt, cette jeune indienne violée par quatre blancs faillît embraser ces deux communautés. Pour Cody Pritchard, c'est désormais perpète. La mort c'est long, surtout vers la fin. Manquerait plus qu'une sombre histoire de vengeance ne vienne perturber le quotidien de notre placide représentant de l'ordre. A moins que ce ne soit ce blizzard hors norme attendu...
Premier épisode de la série Walt Longmire, Little Bird prend son envol.
Une patte, un style qui ne se démentiront jamais.
Johnson ou l'art de combiner à merveille nature writing, intrigue et humour vachard.
Tout en abordant la problématique de l'intégration indienne, l'auteur dresse une galerie de portraits savoureuse. Comment ne pas se délecter des joutes verbales auxquelles se livrent régulièrement Longmire et son vieux pote Cheyenne Henry Standing Bear, vieux couple attendrissant qui se pratique depuis la nuit des temps.
L'intrigue est robuste, les suspects nombreux, les réparties savoureuses et le dépaysement garanti.
Little Bird pose les bases solides d'une série devenue aujourd'hui incontournable.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          792
Kirzy
  08 décembre 2018
Direction les Bighorns mountains, les hautes plaines du Wyoming dans le comté d'Absaroka.
Dès le premier chapitre, dépaysement garanti, tu y es dans cette Amérique des grands espaces, tu la vois, tu la renifles, tu la vis sur les pas d'un sherif loin des clichés : Walt Longmire, ni dépressif, ni rongé par la violence, ni alcoolique, ni désabusé, juste un homme usé par la mélancolie, attendrissant dans ses timides et incertaines tentatives de s'approcher d'une possible amoureuse.
Il traverse nonchalamment l'enquête pour découvrir l'assassin d'un jeune blanc qui avait violé et torturé une Indienne quelques années auparavant.
J'ai savouré le rythme lent de l'enquête, cela ouvre tous les possibles du polar stricto sensu pour le faire flirter avec le grand roman américain : au-delà de l'enquête qui mêlent de très nombreux suspects, se déploient de très belles pages célébrant la nature rude du Wyoming, une réflexion sur l'intégration des Amérindiens dans l'Amérique actuelle, des légendes cheyennes autant redoutées des Blancs que des Amérindiens autour d'un arme vengeresse revenue des tréfonds de la bataille de Littlebig Horn.
Tous les personnages sont traités avec soin, tous ont de l'épaisseur, notamment Henri Standing Bear, oncle de la jeune Cheyenne violée et meilleur ami de notre shérif depuis qu'ils ont fait le Vietnam ensemble: leur duo de vieux couple donne lieu à des dialogues fins et souvent très drôles, empli d'autodérision, surtout lorsque Walt le soupçonne.
La fin est surprenante. Beau polar sensible et profondément humaniste.
J'ai déjà acheté le deuxième volet, le Camp des Morts.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          800
marina53
  02 mars 2020
Walt Longmire, shérif du comté d'Absaroka en fin de carrière, s'apprête à léguer son étoile à sa jeune adjointe, Vic Moretti. N'était ce fichu cadavre retrouvé non loin des terres du Bureau d'Aménagement du Territoire... D'autant plus que le mort en question n'est autre que Cody Pritchard. Un nom qui occupe encore aujourd'hui l'esprit de Walt puisque ce jeune homme a été jugé, avec trois de ses amis, pour le viol de Melissa Little Bird, une jeune cheyenne atteinte du syndrome d'alcoolisme foetal. Un procès retentissant notamment de par la conduite des quatre prévenus et du verdict, prison avec sursis. Une bien légère sentence qui suscita la colère de la communauté indienne. Il semblerait bien qu'aujourd'hui Cody Pritchard paie lourd ce sombre événement. Walt Longmire, aidé de son ami Henry Standing Bear, lui-même de la famille de Melissa, va tout faire pour élucider ce meurtre qui, au vu de la plume découverte sur le corps de Cody, fait penser à une vengeance...
Première enquête qui met en scène le shérif Walt Longmire (qui semble apparemment bien loin de lâcher son étoile), Little Bird fait ressortir une tragique histoire, survenue deux ans auparavant, au cours de laquelle quatre jeunes hommes, accusés de viol, en sortiront quasiment libres. Aussi, lorsqu'un des quatre finit avec une balle dans le corps, il n'en faut pas plus au shérif pour craindre pour la vie des trois autres. Un justicier aurait-il attendu deux années pour venger Melissa Little Bird ? En plus de l'enquête passionnante où nous plonge Craig Johnson, c'est également un dépaysement total qu'il nous offre, une nature grandiose et sauvage, et une galerie de personnages particulièrement attachante, Walt et Henry en tête, deux vieux amis unis par un même passé. Entre policier et nature writing ce roman, aux dialogues enlevés et aux descriptions cinématographiques, laisse entrevoir une suite prometteuse...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          710
sandrine57
  21 octobre 2015
Plus enclin à regarder passer les oies sauvages qu'à pourchasser les citoyens indélicats du comté d'Absaroka, le shérif Walt Longmire rechigne à écouter les élucubrations de Bob Barnes, alcoolique notoire, qui dit avoir découvert un cadavre sur les terres du Bureau d'Aménagement du Territoire. Par acquis de conscience, il envoie tout de même son adjointe, Vic Moretti, sur les lieux. Et cadavre il y a bien. Tué par balle, Cody Pritchard ne sévira plus. Il y a deux ans de cela, il avait été inculpé, avec trois de ses amis, pour le viol de Melissa Little Bird, une jeune cheyenne atteinte du syndrome d'alcoolisme foetal. La justice, clémente, ne l'avait condamné qu'à une peine de prison avec sursis, provoquant la colère de la communauté indienne. Alors, s'agit-il d'un banal accident de chasse comme l'espère Longmire, ou quelqu'un a-t-il voulu venger la jolie Melissa ? Une plume déposée près du corps et la balle meurtrière provenant d'une antique arme indienne font pencher la balance vers la seconde théorie et un coupable vivant sur la Réserve. Longmire doit trouver les trois autres violeurs avant l'assassin. Avec son meilleur ami, Henry Standing Bear, il entame une course folle contre un tueur dangereux et déterminé.
Flic veuf, désabusé, fatigué par ses vingt-quatre ans de service, Walt Longmire se laisserait volontiers aller, seul dans la maison qu'il n'a pas eu la force d'achever après le décès de sa femme. Mais ses amis ne l'entendent pas ainsi. Ils se liguent pour terminer les travaux et lui arranger un rendez-vous avec la très attirante Vonnie qui n'a rien contre l'idée de fréquenter le shérif, un brin timide, un poil bourru. Pourtant l'heure n'est pas à la romance. Longmire doit sortir de sa torpeur pour sauver trois jeunes du pays en danger de mort, même s'ils ne lui sont guère sympathiques. Sur fond de tensions avec la communauté indienne, dans les paysages grandioses du Wyoming, freiné par une tempête de neige mais soutenu par les esprits des Anciens, le shérif mettra à l'épreuve ses convictions, son sens de l'amitié et ses illusions. Coup de coeur pour ce polar entre western et nature writing. Des personnages forts et attachants, une nature sublimée et une mise à l'honneur de la nation Cheyenne pour un roman qui alterne entre enquête et vie privée des policiers avec une écriture très visuelle, voire cinématographique. Walt Longmire gagne à être connu et on a qu'une envie, c'est le retrouver dans la suite de ses aventures.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          512
patrick75
  21 février 2015
Craig Johnson réussit à maintenir l'équilibre entre l'enquête policière et la vie privée du shérif Walt Longmire. Dans les terres reculées du Wyoming, aux pieds des Bighorn Mountains, les habitants ont un caractère qui à été façonner par la terre et le climat. Ils cachent leurs sentiments derrière un aspect «rugueux ». Dans son livre l'auteur nous parle de vengeance, de tolérance et de pardon. de relation entre « blancs » et indiens, de croyances ancestrales, dans un décor de montagnes enneigés.
Certaines répliques vous amènent le sourire aux lèvres. Un bon moment de lecture.
Commenter  J’apprécie          490


critiques presse (1)
Actualitte   18 juin 2014
Un polar, c'est une ambiance. Il est manifeste que celui-ci est un très bon polar !
Lire la critique sur le site : Actualitte
Citations et extraits (136) Voir plus Ajouter une citation
le_Bisonle_Bison   13 mars 2016
Rien de tel qu'un cadavre pour vous faire sentir, disons, décalé. J'imagine que les super flics de la ville, qui se font jusqu'à quarante ou cinquante homicides par an, s'y habituent, mais moi, j'ai jamais pu. J'ai côtoyé assez d'animaux sauvages et de bétail pour que la mécanique de la mort me soit familière. Certains ont une religion qui donne une valeur à ce passage, à ce moment ultime, où, de créature verticale, on devient horizontale. Hier, on était anonyme quelconque, et aujourd'hui, on est le mort couvert d'honneurs, les mains emballées dans des sachets fermés par des élastiques.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          300
marina53marina53   02 mars 2020
- T'as perdu une épouse toi aussi, Officier ?
Je fus surpris.
- Oui.
- C'est terrible de perdre une épouse, non ?
Sa conversation consistait en une série de questions qui donnaient un tour philosophique à l'échange. Je ne savais pas bien auxquelles je devais répondre, du coup, je répondais à toutes.
- Ouaip.
- Ils disent que c'est comme perdre une partie de soi-même, mais c'est pire que ça ?
- Comment ça ?
- Quand elle partent, il nous reste ce qu'on est après avoir été avec elles, et parfois, on reconnaît pas cette personne...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          262
caro64caro64   21 janvier 2011
Je regardai les traînées de nuages reflétées par la lune. Il avait l’air de faire froid dans la montagne. Nous étions dans la cinquième année d’un cycle de sécheresse et les ranchers se réjouiraient de voir l’humidité s’accumuler là-haut. Au printemps, l’eau porteuse de vie descendrait le long des précipices, faisant pousser l’herbe, nourrissant les vaches, pour qu’on ait des hamburgers et que le shérif soit payé. C’était dans l’ordre naturel des choses, ou du moins, c’était ce que les ranchers me disaient et me répétaient.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          210
belette2911belette2911   24 avril 2014
Tout au moins, c'est là qu'eut lieu l'altercation, dans l'allée derrière le bar. Trouvant les toilettes pour hommes occupées, Jules avait décidé d'user des grands espaces extérieurs et se soulager de la plus commode des façons. Le soulagement avait dû être de taille, parce qu'il dura suffisamment longtemps pour que Turk ait le temps de se garer, de sortir de son Thunder Chicken, d'avoir une courte conversation avec Jules, et de se faire arroser. Bon sang, j'aurais donné un paquet pour voir Turk attaqué par un jet d'urine.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          190
le_Bisonle_Bison   03 avril 2015
L’après-midi du 25 juin 1876, tandis que les vagues de chaleur roulaient sur l’herbe aux bisons, donnant l’impression d’une brise qui en réalité n’existait pas, le colonel George Armstrong Custer et cinq compagnies du Septième Régiment de Cavalerie entrèrent à cheval dans la vallée de Little Big Horn. Cet après-midi-là aussi, Davey Force, le lanceur des Philadelphia Athletics, permit à son équipe de se retrouver à 6-6 contre Chicago, qui marque quatre runs dans la 9ème manche pour s’arroger une victoire in extremis à 14 contre 13. Custer n’eut pas cette chance.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          170

Videos de Craig Johnson (46) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Craig Johnson
Découvrez le troisième épisode des Conversation dans le noir, le tout nouveau podcast des éditions du Masque. Une conversation téléphonique entre éditrice et auteure, à écouter sur l'ensemble de nos réseaux sociaux. Dans ce dernier épisode de la trilogie, Gabrielle Massat nous parle - depuis sa maison en pierres perdue au milieu des bois - de son rapport à l'écriture et à la littérature noire, ainsi que des raisons qui l'ont poussée à choisir un héros aveugle. C'est déjà la fin des épisodes liés au confinement, nous tenions vraiment à tous vous remercier pour le merveilleux accueil réservé à cette première "saison" du podcast et pour vos encouragements ! Nous revenons bientôt avec une nouvelle formule, STAY TUNED Nous vous souhaitons une bonne écoute ! Extrait lu : https://www.liseuse-hachette.fr/file/139455?fullscreen=1#epubcfi(/6/12[pre2]!/4/2/2[pre-001]/4/22/1:0) Oeuvres citées : Conversations de Francis Bacon Le camp des morts - Craig Johnson Tolkien Mystic river - Dennis Lehane James Ellroy CRÉDITS : Conversation dans le noir est un podcast des éditions du Masque. Réalisation : Paul Sanfourche. Générique : Longing - Joachim Karud.
+ Lire la suite
autres livres classés : wyomingVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Dead or Alive ?

Harlan Coben

Alive (vivant)
Dead (mort)

20 questions
1488 lecteurs ont répondu
Thèmes : auteur américain , littérature américaine , états-unisCréer un quiz sur ce livre