AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782702448663
320 pages
Le Masque (06/11/2019)
3.06/5   44 notes
Résumé :
Lorsque, à la fin du lycée, Lane Fielding a fui Waddell, sa ville natale au fin fond de la Floride, pour l'anonymat de New York, elle s'est juré de ne jamais y revenir. Pourtant, vingt ans plus tard, fraîchement divorcée et mère de deux filles, elle se retrouve contrainte de retourner vivre chez ses parents, sur la plantation historique de la famille. Un lieu hanté par le passé et les crimes sinistres de son père, ancien directeur d'une maison de correction.
... >Voir plus
Que lire après Sous les eaux noiresVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (29) Voir plus Ajouter une critique
3,06

sur 44 notes
C'est l'histoire d'un retour au pays, celui de Lane dans la petite ville de Floride où elle a grandi et qu'elle a fui pour pouvoir s'extraire d'un drame familial dans laquelle elle a été empêtrée adolescente. C'est l'histoire d'une femme qui n'a pas le choix, sans emploi, un mariage raté, deux filles. C'est l'histoire d'un passé qui n'est pas passé et semble se répéter. Des garçons ont disparu au temps où son père dirigeait une maison de redressement, d'autres ont été violentés voire pire, le père a été au coeur des soupçons et du scandale. Et voilà que plus de vingt ans après, une jeune fille disparaît à proximité de la maison familiale, la Fielding plantation, puis Annalee, la propre fille de Lane qui pense aussitôt à une vengeance contre son père.

L'originalité de ce roman réside dans sa narration kaléidoscopique. Chaque chapitre est centré sur un personnage, ce qu'il ressent, ce qu'il a vu, ce qu'il fait, puis le suivant prend le relais et poursuit le récit là où le précédent en était resté, comme une chaîne. Ainsi un même événement peut être rapporté par plusieurs personnages, chacun apportant un infime morceau du puzzle qui mènera au dénouement. du coup, le lecteur est en haleine, à la recherche d'une bribe d'indice. Chaque mot compte et l'intrigue avance sur un rythme à la fois lancinant et haletant, d'une méticulosité subtile. Chaque rebondissement est intelligemment placé et mijote jusqu'au prochain.

C'est également un roman de pure ambiance, hypnotique, le mystère plane partout, comme si Laura Kasischke ( une de mes auteures préférées ) avait écrit un polar avec ses codes à elle. Les secrets abondent, les mensonges foisonnent, révélés avec élégance au fil du récit.

Ce mystère nait également du traitement des personnages, tous très intéressants, terriblement imparfaits, terriblement humains donc, tous hantés par quelque chose qui relève du passé ou du présent, ce qui apportent beaucoup de profondeur à la poursuite de la vérité. Il nait aussi du sens aigu des lieux dans lesquelles s'inscrivent les événements : la vieille batisse qui a abrité la maison de redressement, le quartier pavillonnaire à l'américaine, la forêt et les marécages.

Je me suis régalée à plonger dans ce thriller tortueux et envoutant, méditation profonde sur les liens familiaux, la famille comme lieu d'une horreur ordinaire bien plus effrayante qu'elle n'en a l'air. Jusqu'à ce dénouement troublant et déstabilisant qui éclaire avec force le reste du roman.

Lu dans le cadre du Grand Prix des Lectrices Elle 2020
Commenter  J’apprécie          862
C'est un roman dans lequel j'ai eu beaucoup de mal à rentrer, de par la multiplicité des voix qui s'expriment, de par le nombre des intrigues et problèmes soulevés et enfin, de par le mode narratif ( allers-retours incessants entre présent et passé ), mais une fois le côté policier (avec la disparition d'une adolescente) mis en place, c'était parti... J'aime beaucoup Lori Roy, une auteure qui se distingue des autres par ses "ambiances", ce qui explique peut- être pourquoi je n'ai pas lâché l'affaire, là où peut- être qu'avec un autre, j'aurais abandonné..
On est en Floride et Lane Fielding, revient sur les lieux de son enfance. Lieux qu'elle s'était empressée de fuir , jeune fille, en épousant très jeune et sans trop reflèchir , un garçon qui avait la même ambition : partir...
Aujourd'hui, divorcée d'un écrivain à succès, sans emploi, obligée d'officier comme serveuse, elle habite chez ses parents avec ses filles. Demeure familiale qu'elle avait fui à cause d'un père autoritaire , qui dirigeait d'une main de fer, une "école qui tenait plus du camp de redressement.
Faisant face aux lourdes accusation de maltraitance , de violence et peut- être bien de meurtres, son père n'est plus que l'ombre de lui- même, vieillard dépendant , mais toujours craint. Ils occupent une magnifique maison qui fait l'objet d'une rénovation historique et l'une des étudiantes chargée de cette rénovation a disparu quand s'ouvre le récit, suivie de près par la disparition de la fille aînée de Lane, Annalee.
Est-ce l'oeuvre d'un jeune homme qui recherche son frère sans relâche et qui a dernièrement fait ami-ami avec la plus jeune fille de Lane, un adolescent bizarre ? Ou bien , tous ces hommes , anciens "pensionnaires" de l'école de garçons qui rôdent dans la ville en réclamant vérité et reconnaissance de leurs préjudices ? A moins, que la voisine Bonnie, une dame étrange , également à la recherche de son frère, ait décidé de passer à la vitesse supérieure en se faisant justice elle-même? Tant de haines et tant de raisons...
Tant de secrets et de non dits du côté de Lane ...
Et au milieu de tout ça , des adolescents, une enfant qui perçoit tout et un shérif amoureux... Remuez le tout dans un shaker et vous obtenez un bon vieux roman bien noir, à l'ambiance légèrement hypnotique, Lori Roy sait y faire...
Reste que le roman met du temps à démarrer et que le père des gamines est étrangement absent. Absent physiquement, psychologiquement et financièrement. Lane est bien seule dans l'éducation de ses filles.
J'ai trouvé que ce personnage de femme manquait de réalisme ou de descriptions. Comment est-elle devenue journaliste puis femme au foyer , puis serveuse , puis comptable en un roman ? La réussite de son mari, écrivain new yorkais célèbre, n'a visiblement pas ruisselé sur elle... Telle qu'elle est abordée par l'auteure , elle fait souvent un grand écart psychologique- entre la journaliste qui perçoit tout, la pauvre serveuse un peu "cassos" qui subit les événements qui couchaille avec son patron puis le regrette aussitôt , vu qu'elle était bourrée, mais accepte de faire sa compta' (comme s'il n'y avait qu'un employeur dans la ville...). Pour moi, ce personnage (central) n'est pas abouti...
Des forces et des faiblesses dans ce cru Lori Roy qui est à mon humble avis - un cran au-dessous de ses autres romans, mais comme la barre est haute, cela reste un roman d'une compagnie fort agréable...
Commenter  J’apprécie          500
Sous les eaux noires des pensées des personnages, que de mensonges, de vérités trafiquées, de non-dits destructeurs!

L'auteure américaine , que je découvre, a obtenu plusieurs prix. Si vous aimez les thrillers psychologiques tortueux, ce roman vous plaira.

Quatre voix s'entrecroisent. C'est très courant, actuellement. Mais ici, on a plutôt un puzzle à reconstituer, car des retours en arrière , souvent récents, comptes à rebours avant un événement fatal, alternent avec le présent. Ce qui fait qu'une même scène peut être racontée par différents personnages. Un procédé déconcertant mais j'ai trouvé la construction subtile. Cependant, elle suppose des redites parfois un peu agaçantes.

Trois générations de femmes se font entendre: Erma, la grand-mère à la mémoire vacillante, sa fille Lane, revenue dans la demeure familiale après son divorce, et sa petite-fille Talley, âgée de 10 ans. Les deux premières ont craint toute leur vie le patriarche, Neil, le mari d'Erma, menaçant, cruel, brutal. Celui qui battait les garcons de l'école. Celui qui entraînera tant de dissimulation, sous l'effet de la peur...

Et la quatrième voix est celle de Daryl, à l'esprit passablement détraqué. Un enfant triste, délaissé , devenu un jeune homme en recherche obsessionnelle d'amour et de reconnaissance...

Dans cette région de Floride où chacun cache quelque chose, laissez-vous emporter par les remous de la rivière, l'ambiance locale très bien restituée. On sent presque les insectes vous piquer, la chaleur moite vous accabler... Et les secrets vont se livrer... Intéressant, troublant!
Commenter  J’apprécie          280
Une petite ville de Floride confrontée à un passé de violence dans un établissement scolaire, sorte de maison de redressement à l'ancienne où sévices et disparitions se sont succédé, jusque sous la gestion du dernier directeur.
Sa famille, ostracisée par les révélations d'anciens pensionnaires et le déferlement médiatique,
Sa fille, jeune divorcée, qui réintègre la vieille maison familiale avec deux filles, renouant avec le souvenir de la cruauté paternelle.
Et un improbable jardinier voyeur qui rôde...

Tout cela constitue un excellent pitch de départ, pour creuser la face cachée des familles, et plus largement la société américaine du Sud, pétrie de son bon droit de domination masculine blanche. Mais la suite se détache rapidement de cette accroche de départ, jusqu'à en être presque déconnectée entre le passé et le drame actuel. On espère des éclaircissements.

Une belle idée romanesque ne fait pas un bon bouquin. Et c'est regrettable. Ce thriller tourne en rond quand il ne fait pas du surplace. Les faits et les introspections sont redondants. le parti pris de nous indiquer de manière appuyée vers qui regarder pour résoudre l'affaire est une grosse ficelle que le retournement de situation ne sauve pas. L'ambiance est lourde et la structure narrative peu créative par ses chapitres dédiés par personnage. L'écriture n'aide pas à apporter un peu de vivacité au récit, par ses descriptions banales de faits et gestes.

Juste mon avis car je me suis largement ennuyée...
Commenter  J’apprécie          210
Sur papier, l'idée de ce livre était bonne. Secrets de famille, passé douloureux, retour au source auraient pu composer une bonne recette pour un thriller psychologique attrayant. En pratique, j'ai été un peu déçue, j'en attendais plus. Pourquoi? Je m'explique en commençant par ce que j'ai aimé avant de revenir à ce qui m'a engendré ce sentiment mitigé.

Tout d'abord, planter le décor dans une petite ville du nord de la Floride m'a permis de découvrir cette région. L'atmosphère pesante de cette bourgade, hantée par ses vieux fantômes, entoure le récit de mystères. Dans plusieurs thrillers lus cette année, j'ai pu observer que les auteurs aimaient faire de leurs décors, des personnages à part entière. Sous la chaleur pesante du climat de Floride, la nature et l'ambiance font beaucoup. Mais même temps, j'ai trouvé que la maison de correction aurait pu avoir une place plus importante, comme le laissait supposer le résumé de ce livre.

Ensuite, l'auteure opère un bon twist, faisant grimper la tension et le suspens d'un coup. le problème c'est qu'il faut attendre beaucoup de temps avant qu'il n'arrive vraiment. le dernier tiers du livre est celui que j'ai trouvé le plus intéressant. Je n'ai pas directement été happée par l'histoire, trouvant certaines longueurs inutiles. En même temps, c'est peut-être le choix de l'auteure de faire attendre son lecteur jusque là donc, il ne faut pas hésiter à persévérer….

L'idée de subdiviser son histoire par des chapitres racontés du côté de chacun des personnages principaux aurait pu être bonne. C'est par là que l'on se rend compte que certains passages n'apportent aucune valeur ajoutée. de part le fait de l'histoire par ces différents points de vue, on ne peut éviter certaines redondances et c'est bien dommage. D'autres éléments auraient mérités plus de développements mais ont été omis.

Le final en lui-même est assez étonnant et surprenant comme je les aime. C'est parfois « gros » et évident mais cela ne m'a pas importunée. Néanmoins je trouve que tout se termine beaucoup trop vite par rapport à la longueur du bouquin. Alors que je me suis ennuyée à certains moments, j'ai ressenti le résultat comme arrivant de manière trop soudaine et subite.

Vous l'aurez compris : ce livre comporte pour moi du bon mais aussi du moins bon. Ce n'est pas une lecture éprouvante pour autant mais je m'attendais à plus au vu de la quatrième de couverture. N'hésitez pas à vous le procurer afin de vous forger votre propre opinion.

Lu dans le cadre du Grand Prix des Lectrices Elle.
Lien : https://www.musemaniasbooks...
Commenter  J’apprécie          210

Citations et extraits (12) Voir plus Ajouter une citation
Dans le sillage d'une tragédie, il faut parfois répéter aux témoins ou aux victimes que tout est terminé. Elle le sait pour l'avoir déjà fait. Après avoir collecté les informations, elle s'est déjà assise à côté d'eux en leur tapotant la main, en leur proposant une bouteille d'eau. C'était l'aboutissement qu'elle recherchait en permanence pendant ses reportages, l'instant où elle pouvait dire que tout était terminé. Elle démêlait les faits, découvrait la vérité, offrait aux autres le sentiment d'un ordre restauré. Tout va bien. Vous êtes en sécurité. Aujourd'hui c'est elle qui aimerait être rassurée afin de reconnaître de nouveau le monde autour d'elle, savoir dans quelle direction avancer, quelle décision prendre. C'est ce dont les personnes dans ses articles avaient besoin, plus que de toute autre chose, et elle le leur apportait en privilégiant son propre intérêt, pas le leur. Elle s'en rend compte à présent qu'elle a rejoint leurs rangs.
Commenter  J’apprécie          30
A l’époque où la maladie du chêne avait été diagnostiquée, Neil, alors jeune retraité qui se teignait encore les cheveux avec une teinture noire bon marché, n’avait absolument pas le temps de le faire. Il était trop occupé avec le centre de distribution de la soupe populaire, où il prétendait veiller à satisfaire les besoins des personnes âgées, alors qu’en réalité il ne faisait que veiller à satisfaire son envie de jouer au poker. Et il était trop occupé aussi à remonter son pantalon bleu à plis sur sa bedaine et à flirter avec les paroissiennes lors des repas organisés le mercredi. Il n’était pas si bel homme, mais ces dames gloussaient et lui touchaient le bras pendant qu’il leur racontait des blagues inconvenantes. Parfois même il allait jusqu’à les leur murmurer à l’oreille. Cela fait un bout de temps qu’il n’a rien murmuré à l’oreille d’Erma, mais elle n’a pas oublié son souffle chaud, si souvent imprégné d’une odeur de tabac et café rance, qui la chatouillait et la faisait frissonner. Ces dames de l’église frissonnaient sans elles aussi avec lui, à ceci près que ce n’était pas de peur, contrairement à elle.
Commenter  J’apprécie          10
Essaie d'expliquer à un ado qu'il ne peut pas avoir quelque chose et il le désirera encore plus.
Commenter  J’apprécie          180
Ne réveille pas un chien qui dort, lui répétait sa propre mère. Tu le regretteras quand il te mordra.
Commenter  J’apprécie          130
Les choses doivent être bien plus simples quand on est comme tout le monde que quand on est différent.
Commenter  J’apprécie          120

autres livres classés : florideVoir plus
Les plus populaires : Polar et thriller Voir plus


Lecteurs (89) Voir plus



Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
2859 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre

{* *} .._..