AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

François Maspero (Traducteur)
EAN : 9782330128371
672 pages
Éditeur : Actes Sud (06/05/2020)
  Existe en édition audio

Note moyenne : 3.7/5 (sur 1993 notes)
Résumé :
Dans la turbulente Barcelone des années 1920, David, un jeune écrivain hanté par un amour impossible, reçoit l'offre inespérée d'un mystérieux éditeur : écrire un livre comme il n'en a jamais existé, "une histoire pour laquelle les hommes seraient capables de vivre et de mourir, de tuer et d'être tués", en échange d'une fortune et, peut-être, de beaucoup plus.

Du jour où il accepte ce contrat, une étrange mécanique de destruction se met en place autou... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (243) Voir plus Ajouter une critique
TheWind
  30 janvier 2016
Il y a deux semaines je vous ai fait part de ma première rencontre avec Carlos Ruiz Zafon. Auteur de la trilogie « Le Cimetière des Livres Oubliés », il m'était apparu, à travers le premier tome de cette trilogie L'Ombre du vent, comme un véritable virtuose de l'écriture.
Je me suis donc empressée de lire le second tome, ne voulant surtout pas rompre avec un quelconque autre livre ces instants de délectation dans lesquels m'avaient plongée les mots de cet auteur espagnol au talent indéniable.

Le Jeu de l'Ange n'est pas véritablement la suite de l'Ombre du vent en ce sens que l'histoire se déroule une vingtaine d'années avant celle de L'Ombre du vent. On y retrouve la librairie Sempere avec joie et on en apprend d'ailleurs plus sur la mère de Daniel, le héros de l'Ombre du vent.
Mais l'essentiel du roman ne se situe pas là.
C'est dans la maison de la tour où vient d'emménager David Martin, un jeune écrivain, que se déroulera l'intrigue de cette nouvelle histoire.
Une intrigue foisonnante qui n'hésite pas à jouer avec les nerfs du lecteur et avec sa sensibilité. Et cette partition-là, croyez-moi, c'est loin d'être la mélodie du bonheur ! L'histoire est lugubre à souhait et parsemée de cadavres !
Si Carlos Ruiz Zafon n'a pas son pareil pour nous plonger dans une atmosphère pesante et angoissante, il a également d'autres cordes à son arc et sait habilement jouer avec celle (la sensible) de ses lecteurs. Rien ne nous sera épargné. Ça et là, il glisse des références littéraires, de Dickens à Charlotte Brontë en passant par Balzac. le suspense habilement ménagé ravira également les amateurs de polars. Même les indéfectibles « fleur bleue » (dont je suis) trouveront leur bonheur en suivant les amours tourmentées du héros. Y trouveront également leur compte les aficionados du fantastique, c'est vous dire ! Et touche finale : le lecteur se surprendra à sourire de l'humour grinçant du héros !

Peut-être trouvez-vous le ton de cette critique un poil sarcastique et moins enthousiasmante que celle que j'avais faite de l'Ombre du vent... Il faut dire aussi que ce deuxième roman fut moins enchanteur pour moi. J'ai eu beaucoup plus de mal à m'attacher au héros de l'histoire, que j'ai trouvé désabusé et d'une froideur antipathique, et par conséquent, j'ai eu moins de coeur à suivre ses multiples déconvenues.
Le début me paraissait prometteur puis j'avoue m'être un peu perdue dans le dédale des sombres pages qui ont suivi. Je me suis raccrochée vainement au personnage d'Isabella, personnage pétillant qui apporte le côté à la fois tendre, léger mais aussi émouvant de l'histoire.

Au final, je pourrais dire que ce fut une lecture en demi-teinte. Je continuerai cependant à lire Carlos Ruiz Zafon, car il m'impressionne beaucoup par son style d'écriture foisonnant !
D'ailleurs, j'ai sur ma table de chevet le troisième volet de la trilogie et je ne suis pas contre m'immerger une nouvelle fois dans « Le Cimetière des livres oubliés » . Qui sait si cette fois-ci je n'y ferai pas la rencontre avec un de ces livres inattendus et inoubliables ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          8811
Eric76
  05 juillet 2020
Dès les premiers mots, on le sent ! On sent qu'une malédiction souffle sur ce pauvre gosse.
Un gosse pourtant courageux, tenace, qui préfère subir les coups de son ivrogne de père plutôt que de lui livrer son unique trésor : Les Grandes Espérances de Dickens. Un vieux livre aux pages jaunies et racornies qui le suivra tout au long de sa vie entre ses mains ou dans son coeur…
Après tant d'épreuves endurées et d'erreurs commises, il comprendra un peu tard que les Grandes Espérances non accomplies tuent à petit feu. Devenu écrivain, il deviendra vaniteux comme un paon ; il vendra son âme pour un plat de lentilles ; il passera son temps à courir après l'unique amour de sa vie, ce genre d'amour qui transcende et fait soulever des montagnes ; nuit et jour, il écrira comme un fou, comme un damné, au point de ne plus faire la différence entre fiction et réalité.
Carlos Ruiz Zafon ! Votre Barcelone, cette vielle sorcière au charme troublant et vénéneux, est crépusculaire. Les hommes que vous côtoyez perdent souvent leur chemin dans la vie. Ils sont fatigués et s'égarent d'espérances en abandons. Les fantômes qui vous hantent errent d'ombres en ombres, de maisons en ruine en cimetières gothiques, sans jamais trouver le repos. Et vos femmes sont si belles, si fortes. Elles sont irrésistibles et insaisissables…
C'est le coeur serré, un sourire triste et doux aux lèvres que l'on navigue dans l'univers de rêves et de pages de Carlos Ruiz Zafon. On revient toujours un peu changé d'un si long voyage…
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          894
missmolko1
  06 octobre 2012
De Carlos Ruiz Zafon, je connaissais le prince de la brume que j'avais plutôt bien apprécié mais le jeu de l'ange a été pour moi un vrai coup de coeur. le seul hic c'est que pendant ma lecture en lisant la page wiki de l'auteur je me suis rendue compte que ce roman était en fait le deuxième tome d'une saga et évidemment je n'ai pas lu le premier! ça c'est tout moi! Enfin je suis rassurée, je n'ai pas eu l'impression qu'il me manquait des éléments et j'ai bien compris l'intrigue...
J'ai été enchanté de voyager dans le Barcelone des années 1920, cette ville que j'ai visité il y a dix ans maintenant et qui m'avait beaucoup plu. La lecture du jeu de l'ange m'a donné envie d'y retourner et de quitter les lieux touristiques pour aller découvrir les lieux un peu plus secret.
Difficile aussi de définir le genre du roman car l'auteur les mélange tous : de l'amour, du mystère, une enquête policière et une petite pointe de fantastique se côtoient au fil des pages et c'est un régal!
Commenter  J’apprécie          780
lyoko
  23 juillet 2020
En fait je me suis rendue compte que j'avais lu ce tome deux il y a bien longtemps et que j'avais ignoré qu'il faisait partie d'une quadrilogie. Je viens de réparer mes erreurs.
Ce roman est tel que dans mes souvenirs, étrange et dérangeant.
Il est bien différent du premier tome, car moins addictif pour moi, mais il est essentiel pour une bonne compréhension des quatres tomes...on peut les lire de façon complètement indépendante , mais malgré tout ils sont complémentaires.
il faut dire que l'auteur a une imagination fertile et qu'il arrive a intéressé son lecteur dès les premières pages. Et c'est sans compter pour les amoureux des livres aux tonnes de référence faites a des auteurs connus et bien souvent aimés.
J'ai apprévcié m'immerger dans le monde de Carlos Ruiz Zafon, a tel point que j'ai lu les 4 tomes les uns derrière les autres , sans me laisser le temps de me poser. Son univers est tellement travaillé et il ne laisse certainement pas le lecteur sortir indemne de ses romans.
Commenter  J’apprécie          680
cicou45
  27 mars 2013
Ça y est, j'ai enfin lu (et réparé mon oubli au passage) le deuxième volet de la saga du "Cimetière des livres oubliés". Une fois encore, Carlos Ruiz Zafon nous fait voyager, à la fois à travers les frontières, le temps mais aussi au-delà de tout ce que nous croyons avec certitude.
Un roman captivant, mi-fantastique, mi-religieux qui nous envoie au début de ce XXe siècle dans la profonde Espagne sur les traces de David Martin, un jeune auteur de romans, qui a vu son père assassiné sous ses yeux alors qu'il n'était qu'un petit garçon et qui a, depuis, vécu sous la protection d'un homme, lui aussi écrivain et extrêmement riche de par sa famille de surcroît, Don Pedro Vidal.
La véritable intrigue débute lorsque David se voit confier une mission assez hors du commun et très bien rémunérée de la part d'un éditeur de Paris, un certain Andreas Corelli : celle d'écrire un livre qui serait bien plus qu'un roman mais une religion, ou une nouvelle doctrine si vous préférerez, à lui tout seul.
En acceptant ce contrat, David ne sait pas encore dans quelle aventure il s'embarque et il ne l'apprendra qu'au fil des pages...pages qui peuvent faire tellement de bien mais parfois s'avérer extrêmement dangereuses !
Si un livre peut parfois sauver des vies, il peut aussi en reprendre ! 666...le nombre de pages, cela ne vous rappelle rien ? Telle est en quelque sorte la morale que le lecteur peut tirer de cet ouvrage, fidèle à Carlos Ruiz Zafon à savoir très bien écrit et à l'intrigue passionnante et envoûtante !
J'allais presque oublier que nous retrouvons dans ce livre, bien évidemment, le propriétaire de la librairie Sempere & Fils et que nous en apprenons un plus sur la mère du héros que le lecteur retrouve dans "Le prisonnier du ciel". A lire !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          540

Citations et extraits (292) Voir plus Ajouter une citation
FloortjeFloortje   01 août 2020
Je voulais que vous sachiez que,malgré tout, j'ai vécu, et que je vous suis reconnaissante pour le temps que j'ai passé ici, heureuse de vous avoir connu et d'avoir été votre amie.
Commenter  J’apprécie          30
FloortjeFloortje   29 juillet 2020
Les bonnes paroles sont des cadeaux gratuits qui n'exigent pas de sacrifices et font plus plaisir que les vrais.
Commenter  J’apprécie          20
FloortjeFloortje   30 juillet 2020
Tout un chacun devrait lire la Bible. Et la relire. Croyants ou non, c'est pareil.
Commenter  J’apprécie          00
e-l-e-ae-l-e-a   25 juillet 2020
Un intellectuel est ordinairement quelqu’un qui ne se distingue pas par son intelligence, affirma-t-il. Il s’attribue lui même ce qualificatif pour compenser l’impuissance naturelle dont il sent bien que ses capacités sont affectées.
Commenter  J’apprécie          10
e-l-e-ae-l-e-a   25 juillet 2020
La vieillesse est la vaseline de la crédulité . Quand la mort frappe à la porte, le scepticisme saute par la fenêtre.une bonne trouille cardiovasculaire, et l’on croit même au petit chaperon rouge.
Commenter  J’apprécie          10

Videos de Carlos Ruiz Zafón (10) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Carlos Ruiz Zafón
Éclectisme, souvenirs et passion, sont les trois mots qui pourraient résumer la sélection d'Olivia Ruiz lors de sont passage à la Fnac pour nous parler de ses coups de coeur et références culturelles incontournables. Elle nous parle de son premier roman La commode aux tiroirs de couleurs, de son admiration pour Carlos Ruiz Zafón, de ses souvenirs avec Goran Bregovi, de Nino Rota et son Italie...
Découvrez tous les coups de coeur de nos invités sur notre chaîne : https://www.youtube.com/playlist?list=PLiecdOYPtnufDvpRBY7cy3L5vJdst_mFW
Retrouvez-nous sur Facebook @Fnac : https://facebook.com/Fnac Instagram @fnac_officiel : https://www.instagram.com/fnac_officiel Twitter @fnac : https://twitter.com/fnac
+ Lire la suite
autres livres classés : barceloneVoir plus
Notre sélection Littérature étrangère Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

L'ombre du vent de Carlos Ruiz Zafon

Comment s'appelle le narrateur ?

Daniel Sampare
Daniel Sempare
Daniel Sempere
Daniel Sampare

10 questions
1137 lecteurs ont répondu
Thème : Le Cimetière des livres oubliés, tome 1 : L'ombre du vent de Carlos Ruiz ZafónCréer un quiz sur ce livre

.. ..