AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres

Nahal Tajadod (Autre)Jean-Claude Carrière (Autre)
EAN : 9782072924361
336 pages
Gallimard (19/11/2020)
3.65/5   10 notes
Résumé :
Jalâl al-din Mohammad Balkhi, dit Rûmî, (1207-1273) est avec Khayyâm et Hâfez un des plus grands poètes de la littérature persane et sans aucun doute une des plus grandes voix de la poésie mystique universelle. Dès l'âge de vingt-quatre ans il prend la suite de son père surnommé le "sultan des savants" et devient un maître spirituel respecté et admiré de tous suivi par des centaines de disciples. S'il rencontre au cours de ses voyages le poète Attar, l'auteur de la ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
Pasoa
  10 décembre 2021
Mohammad Jalal al-dîn Balkhî, plus connu en Occident sous le nom de Rûmî, était un poète musulman du Moyen-Âge, de langue persane (farsi), qui vécut au XIIIème siècle au Moyen-Orient. Rûmi était un religieux reconnu et respecté, un maître spirituel (Mawlânâ), suivi par des centaines de disciples. En 1244, Il fit une rencontre déterminante, bouleversante, qui décida de sa carrière de poète. Cette rencontre fut celle d'un maître derviche errant qui se nommait Shams de Tabriz. C'est sous son influence que Rûmi écrivit des poèmes mystiques, qui devinrent rapidement des textes majeurs du soufisme.
Composé d'extraits du "Livre de Shams de Tabriz", le recueil Cette lumière est mon désir est saisissant par ce qu'il témoigne de l'attachement, de l'amour mystique qui unissait les deux hommes, mais aussi de leur quête spirituelle. Tout au long des pages de Cette lumière est mon désir apparaît comme une initiation mystique d'abord marquée par une attente impatiente, un espoir presque douloureux d'une rencontre. Cette rencontre survient qui emplit tout l'être, l'emporte hors de lui-même. Puis vient le temps de la séparation, de l'indicible absence de l'autre.
Cette magnifique et intense amitié (la relation entre Rûmi et Shams de Tabriz ne dura en fait que quelques mois) imprègne tous les quatrains du poète. Ils traduisent avec exaltation, justesse, bonheur, recueillement, douleur aussi, tout ce qu'une rencontre peut avoir de déterminant dans le cours bref de la vie.
Dans le monde c'est toi,
Toi seul que je choisis.
Sauras-tu l'accepter 
Si triste je m'assieds ?
Mon coeur comme la plume
Est posé dans ta main.
C'est à cause de toi
Que je suis gai ou sombre.
À part ce que tu veux,
Je pourrais être quoi ?
À part ce que tu montres,
Quelle chose je vois ?
De moi tantôt broussaille
Et tantôt fleur tu tires.
Tantôt je sens la fleur,
Ou je cueille broussaille.
Me traites-tu ainsi ?
Je suis cet ainsi-là.
Si tu me veux ceci,
Je suis comme ceci.
Dans la cuve où au coeur
Tu donnes la couleur,
Que puis-je être ? Et que peuvent
Ma haine et mon amour ?
Tu étais le début
Et tu seras la fin.
Fais meilleure ma fin
Que le fut mon début.
Te caches-tu, je suis
Du peuple du blasphème.
Te montres-tu, je suis
Du peuple de la foi.
Sauf que tu donnas
Qu'est-ce que je possède ?
Et toi que cherches-tu
Dans mon cou et ma manche ?
(Cet ainsi-là).
Une poésie venue d'un temps et d'un lieu lointains mais qui contient en elle une beauté et une luminosité inaltérables.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          200
polarjazz
  01 mai 2021
C'est un recueil de poèmes sur le parcours mystique d'un poète perse né au XIIIème siècle. Sa rencontre avec celui qui deviendra son maître Shams ed Dîn Tabrizî lui fera découvrir les territoires de l'invisible. Rûmî recherche l'amour de la vérité. A travers les ghazals, genre littéraire musulman, Rûmî chante la nuit, la nature, le silence, la maison de Dieu, sa clarté. Il chante le samâ qui est le concert-danse spirituel des soufis.
Sa poésie trahit la fièvre, l'ivresse de l'auteur. Son expérience spirituelle comble son existence du désir de cette lumière sacrée. Cette lumière qui le fait cuire, Cette lumière qui déchire le ciel où il ne reste ni être, ni lieu.
Je laisse Rûmî conclure : "Ne dis mot des deux univers. Il te conduit Vers l'unique couleur, silence."
Commenter  J’apprécie          70

Citations et extraits (23) Voir plus Ajouter une citation
Anis0206Anis0206   28 septembre 2022
En cette terre, en cette terre,
En cette prairie toute pure,
A part tendresse, à part amour,
Pas d'autre grain planté pour nous.
Commenter  J’apprécie          00
PasoaPasoa   04 décembre 2021
Marcheur gracieux, ô toi le souffle
Du souffle, ne va pas sans moi.
Toi qui es la vie des amis,
Au jardin ne va pas sans moi.

Ô ciel, sans moi ne tourne pas,
Lune, sans moi ne brille pas,
Terre, sans moi ne grandis pas,
Ô toi temps, ne va pas sans moi.

Doux avec toi, ce monde-ci,
Doux avec toi, ce monde-là.
Ne dure sans moi, monde-ci.
Monde-là, ne va pas sans moi.

Visible, ne sais rien sans moi,
Ô langue, sans moi ne lis pas
Toi la vue, sans moi ne vois pas,
Ô passant, ne va pas sans moi.

[...]
(extrait de "Ne va pas sans moi") p. 100
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
PasoaPasoa   05 décembre 2021
[...]

Lorsque tu es lié à toi,
Nuage triste te renferme.
Lorsque tu es libre de toi,
À tes côtés la lune vient.

Lorsque tu es lié à toi,
L'ami se détourne de toi,
Lorsque tu es libre de toi,
Vers toi le vin de l'ami vient.

Lorsque tu es lié à toi,
Tu es comme l'automne triste.
Lorsque tu es libre de toi,
Comme printemps décembre vient.

[... ]

(extrait de "Lié à toi, libre de toi") pp. 278-279
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
polarjazzpolarjazz   01 mai 2021
... Toi, demande-moi quel trésor
Est cet amour, ce qu'il possède,
Et de ma part demande-lui
De te dire aussi qui je suis....
(Pourquoi me ramener à vivre ?)
Commenter  J’apprécie          40
DLNDLN   04 mai 2022
Tu recherches la quiétude
Ainsi l'inquiétude te vient.
Va et recherche l'inquiétude
Et la quiétude te vient.
Commenter  J’apprécie          40

Videos de Djalâl ad-Dîn Rûmî (5) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Djalâl ad-Dîn Rûmî
RÛMÎ – Une Vie, une Œuvre : Le saint des derviches-tourneurs (France Culture, 1986) Émission "Une Vie, une Œuvre" par Hubert Juin, sous-titrée « Le saint des derviches-tourneurs », diffusée le 27 novembre 1986 sur France Culture. Invité : Mohammad Jafar.
autres livres classés : Poésie persaneVoir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Testez vos connaissances en poésie ! (niveau difficile)

Dans quelle ville Verlaine tira-t-il sur Rimbaud, le blessant légèrement au poignet ?

Paris
Marseille
Bruxelles
Londres

10 questions
1045 lecteurs ont répondu
Thèmes : poésie , poèmes , poètesCréer un quiz sur ce livre