AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9791090566255
200 pages
Mauconduit (06/10/2018)
4.13/5   19 notes
Résumé :
Près d’une femme sur cinq en Europe n’a pas d’enfant à quarante ans. De plus en plus souvent, c’est un choix. Paradoxalement, le désir d’enfant n’a jamais été autant affiché. Pour tenter de comprendre cette nouvelle donne anthropologique, Laurence Santantonios a rencontré une quarantaine de femmes qui ont choisi de ne pas être mères. À leurs témoignages, elle mêle allègrement sa propre trajectoire de vie et son expérience de la maternité.
Dans ce texte vivant... >Voir plus
Que lire après Libre à elles : Le choix de ne pas être mèreVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (6) Voir plus Ajouter une critique
18% des Européennes de quarante ans n'ont pas d'enfants. Pour certaines, c'est un choix, pour d'autres un drame. Mais toutes sont considérées par notre société comme des bizarreries, tant la féminité y est aujourd'hui associée à la maternité...

C'est de ces femmes et avec ces femmes que parle le livre de Laurence Santantonios. Il ne s'agit pas d'un livre militant, puisque l'auteure elle-même n'a pas vécu cette situation, étant l'heureuse mère de deux enfants. Plutôt d'un documentaire qui explore les raisons de ce choix les cas échéant, la réalité ou les fantasmes autour de l'instinct maternel, les cas particuliers des lesbiennes ou des infertiles... Cela en donnant la parole à des femmes nullipares dans de longs témoignages.

Depuis mon dernier anniversaire, je fais moi-même partie de ce club des 18% et souffre souvent de la réaction des autres quand je réponds que je n'ai pas d'enfant : cela va du silence gêné au regard interrogateur du type 'mais qu'est-ce qui cloche chez elle?'. A ce titre, je trouve ce livre absolument indispensable et me réjouis qu'il soit paru, comme plusieurs autres ces derniers temps.

Toutefois, il n'approfondit à mon sens pas assez l'aspect psychologique, les doutes, les ambivalences, les remises en question, les réflexions qui vont avec cette situation, surtout quand un enfant serait encore possible, 'mais va falloir se décider vite, Madame'. Peut-être que je trouverai mon bonheur dans la liste très riche de références de livres et de sites qui est donnée en annexe...

Merci beaucoup à l'auteure de s'être intéressée à cette question et merci à Masse Critique pour l'envoi du livre.
Challenge Multi-Défis
Commenter  J’apprécie          489
À la croisée entre essai sociologique, recueil de témoignages et réflexions personnelles, « Libre à elles : le choix de ne pas être mère » est un livre élémentaire qui propose la possibilité d'habiliter une alternative face au pinacle de la maternité, hors des menaces et intimidations sociétales et sociales. L'aueure, Laurence Santantonios, récuse les individu·e·s qui se font les procureur·e·s face à cette volonté intime riveraine de la revendication féministe. C'est au moyen de nombreuses sources et références littéraires que l'auteure clame une « éloge de la différence » et prône la tolérance, matière première d'une nouvelle brèche dans un monde soumis aux clivages et sentences constant·e·s. Cet ouvrage est alors une étymologie de la bienveillance, pédagogique et sensible.
Commenter  J’apprécie          301
Un choix personnel avant tout

mercredi 12 décembre 2018, par Élizabeth Legros Chapuis

Avec ce livre, Laurence Santantonios aborde courageusement un sujet sensible. Il part d'un constat : actuellement 18 % des Européennes sont sans enfant à 40 ans et l'indice de fécondité accuse une baisse, même en France. L'auteure, elle-même mère de deux enfants, a cherché à savoir ce que recouvre ce chiffre, quelle est la situation des femmes concernées, la part parmi elles d'une infertilité subie ou volontaire, enfin les motivations de celles qui ont fait le choix de la non maternité.

Elle a bâti à cette fin une architecture complexe, son livre étant à la fois un recueil de témoignages recueillis auprès de femmes de tous âges, la plupart anonymes, mais aussi une réflexion et une évocation personnelles de son propre cas : mère et heureuse de l'être, Laurence Santantonios ne milite en aucune façon contre la maternité, mais bien pour un choix librement effectué – ce qui, encore aujourd'hui, s'avère ne pas être toujours facile. Son ouvrage, dit-elle, « est le fruit de ces rencontres [avec des mères de famille] et de [sa] trajectoire de vie ». Son objectif revendiqué est un « éloge de la différence », dans le souhait que la parole des femmes soit entendue. Enfin, le texte (qui ne manque pas de références aux livres incontournables sur le sujet, de Simone de Beauvoir à Élisabeth Badinter et Virginie Despentes) est également ponctué de citations extraites d'oeuvres littéraires : Amélie Nothomb, Jane Sautière, Linda Lê

Parmi toutes ces femmes « nullipares », c'est le terme médical pour le dire, Laurence Santantonios distingue d'abord les « déterminées », comme l'écrivaine grecque Soti Triantafyllou : « Je n'ai jamais voulu devenir mère et je ne le regrette pas ». Ces femmes adoptent une attitude de refus clairement revendiquée, « en dépit – ou à cause ? – d'une société qui pose comme une évidence le désir d'enfant ». C'est une posture difficile, à contre-courant de la norme, et elles sont fières de la tenir. La psychothérapeute Sophie Cheval rapporte avoir subi des attaques très violentes contre ce choix, notamment de la part du corps médical : « On ne me laissait pas la liberté de choisir en être responsable et mature ». D'autres déclarent ne pas avoir ressenti de pression, juste « une sorte de gêne » devant leur décision. La femme est toujours « sommée de se justifier », estime Amandine Dhée, tandis que Chantal Thomas constate : « Déclarer qu'on n'a pas d'enfant déclenche ‘le verdict muet d'une antique réprobation' ».

Mais une grande partie des femmes interrogées se montrent « ambivalentes », expriment parfois des regrets quand elles sont trop âgées pour changer d'avis – souvent la décision a été ajournée à plus tard, ou bien, comme le dit Patricia, « je n'ai pas choisi […] cela ne m'est simplement pas arrivé ». D'autres ont viré de bord, comme l'écrivaine Nancy Huston, à la suite d'une rencontre lui ayant fait sentir que la parentalité pouvait être vécue autrement.

Au chapitre « Vingt ans après », Laurence Santantonios expose, avec humour et finesse, comment le désir de « faire un enfant » à l'homme qu'elle aimait est devenu à nouveau impérieux… « Avec le recul, dit-elle, je me demande si je n'avais pas une nouvelle fois le pressentiment de la fragilité du lien amoureux, l'envie plus ou moins consciente de la conjurer avec l'arrivée d'un enfant partagé. » Mais certaines femmes s'effraient du caractère inéluctable, irrévocable de la maternité, d'autant plus que, comme le dit le psychanalyste Jacques André, l'injonction actuelle de la société c'est qu'« il ne suffit pas de faire un enfant, il faut encore le désirer ».

Laurence Santantonios évoque également des questions connexes comme le désir de maternité des lesbiennes ou les techniques de PMA qui écrivent une « nouvelle grammaire » de la maternité. Mais aussi le choix éventuel d'une stérilisation (« un sujet tabou en France ») ou le regret « inavouable » théorisé par la sociologue israélienne Orna Donath, auteur d'un livre sur les mères qui regrettent de l'être : ce regret « souvent perçu comme un sentiment choquant, voire pathologique ».

Son livre se conclut sur la seule certitude possible, celle que la maternité n'est plus un passage obligé, mais un choix personnel. Mère de deux enfants, Laurence a aussi connu deux mères, sa mère et sa marraine. Sincère et touchant, son livre exprime une tentative pour s'octroyer une « liberté de femme à part entière ».

Laurence Santantonios : Libre à elles, le choix de ne pas être mère
Éd. du Mauconduit, 2018, 216 p., 18,50 €
Commenter  J’apprécie          10
Ce livre rien qu'à son titre, je savais qu'il allait me parler. Pourquoi ? Tout simplement parce que je suis une femme de 30 ans qui a un mec, une maison, mais pas d'enfant. Je pense qu'il n'y a pas une semaine où je n'entends pas la fameuse phrase : c'est pour quand le bébé ?
C'est ce qui m'a donné envie de livre ce livre et de voir que non, je ne suis pas la seule et que oui, on a plus ou moins les mêmes vécu. Non à l'heure actuelle, je n'ai actuellement pas le désir d'avoir un enfant, et je ne sais pas si oui ou non, j'en aurais un jour.
C'est intéressant de voir que c'est une auteure qui a elle-même des enfants qui a décidé de s'intéresser à ce sujet. Et elle a pu conforter sa vision de la maternité avec des femmes qui n'en veulent pas.
On peut donc y lire différent vécu de femmes nullipares qui exprime leur vision des choses, des femmes qui ont sure dès le départ qu'elles n'auront jamais d'enfants ou celle qui sont comme moi ont attendu et qu'au final, elles n'en ont jamais eu.
J'ai beaucoup aimé lire ce livre où l'on voit bien à travers que la société n'a pas forcement prête à accepter qu'une femme souhaite ne pas avoir d'enfant, ça reste très bizarre. Et niveau médical, c'est souvent compliqué. Une femme ne peut pas se faire stériliser même si elle le souhaite les procédures sont compliquée. le sujet est très bien traiter avec de la bienveillance et sans jugement.
Commenter  J’apprécie          50
Désir ou liberté ?

Il manque un mot : je désire rester...

Ce sont des parcours de vie, des occasions, des certitudes qui se croisent, des compagnons qui donnent à croire ou qui font renoncer, des choix qu'on fait sans y penser ou que par confort on ne fait pas : tout la complexité d'une vie en somme.

La liberté est peut-être celle de se mettre d'accord avec soi-même, sans contrainte sur le désir.

La liberté de faire sa vie.


Commenter  J’apprécie          40

Citations et extraits (6) Voir plus Ajouter une citation
L’enfant comme espoir insensé d’un amour éternel. Une manière de prolonger la joie, que l’on pressent éphémère, de « voler » quelque chose à l’homme libre que je chérissais et qui dès lors ne pourrait jamais disparaître entièrement.
Commenter  J’apprécie          90
Page 135 ( extrait de l’interview d’Isabelle, anthropoloque, 44 ans)

« J’ai oublié de le préciser : à 25 ans j’ai voulu me faire ligaturer les trompes, mais d’abord les gynécos que j’ai vus ont refusé, et puis une amie a réussi à me « récupérer » en me disant : « Imagine qu’il arrive une catastrophe sur la planète, type nucléaire, et qu’on soit parmi les rares survivantes, que l’on ait absolument besoin d’enfant, et que toi tu ne puisses plus en avoir ! Tu vas t’en vouloir à mort ! » Ça a fait sens, pour moi, cette manière de recadrer ma réflexion dans une dimension collective, et j’ai renoncé.
Mais d’une certaine façon, je me suis ligaturé les trompes mentalement, j’ai beaucoup réfléchi à la question à ce moment-là, j’étais très seule dans ma réflexion, j’en parlais peu, mes amies me regardaient avec des yeux ronds, certaines étaient au bord d’accoucher, les garçons n’étaient pas intéressés par le sujet…

(…) Aujourd’hui j’ai 44 ans, plus personne ne me parle de ça. Je suis soulagée, moi ça m’embêtait d’être si souvent prise à partie. J’avais envie d’écrire un petit argumentaire et de le distribuer lorsqu’on me posait la question, parfois je variais mes arguments, parfois j’avais des mouvements d’humeur, ras-le-bol, foutez-moi la paix.
Peut-être les hommes ne comprennent-ils pas qu’on ait un organe pour et qu’on ne s’en serve pas, je me suis posé la question aussi : « Je suis née avec un utérus, est-ce que j’ai le droit de ne pas m’en servir ? » Mais en fait l’espèce humaine est contre nature, plus rien n’est naturel chez nous, tout est codifié, acculturé, il n’y a plus rien qui se fait de manière naturelle. Si on veut invoquer la nature pour justifier ses choix, il faut aller vivre dans un arbre… Toute notre histoire est de s’extraire de la nature.
Heureusement je suis d’une génération post-soixante-huitarde, post-IVG, contraception, etc., heureusement, car j’ai beaucoup de compassion, de colère aussi, vis-à-vis du fait que des femmes, à travers le monde, n’aient pas le choix et soient prisonnières de leur corps »
Commenter  J’apprécie          00
Les femmes ne sont pas une minorité, elles sont une majorité - elles doivent agir comme telles.
Commenter  J’apprécie          20
On est tous la mère ou la sœur de quelqu’un, on a plein d’autres vies.
Commenter  J’apprécie          30
Pourquoi parler d'instinct maternel s'il se manifeste chez certaines femmes et pas chez d'autres ?
Commenter  J’apprécie          10

Video de Laurence Santantonios (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Laurence Santantonios
"La rencontre entre un manuscrit est un éditeur n'est pas objective, c'est une question d'affinité", nous confie Laurence Santantonios. C'est à partir de la lecture de quelques pages qu'elle accepte de publier Elisa Fourniret, de travailler avec elle en toute confiance, pour donner naissance à un livre réussi : Comme une grande.
autres livres classés : maternitéVoir plus
Les plus populaires : Non-fiction Voir plus

Autres livres de Laurence Santantonios (1) Voir plus

Lecteurs (72) Voir plus



Quiz Voir plus

Les emmerdeuses de la littérature

Les femmes écrivains ont souvent rencontré l'hostilité de leurs confrères. Mais il y a une exception parmi eux, un homme qui les a défendues, lequel?

Houellebecq
Flaubert
Edmond de Goncourt
Maupassant
Eric Zemmour

10 questions
559 lecteurs ont répondu
Thèmes : écriture , féminisme , luttes politiquesCréer un quiz sur ce livre

{* *}