AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782732486277
432 pages
Éditeur : Editions de la Martinière (07/02/2019)

Note moyenne : 3.65/5 (sur 84 notes)
Résumé :
La maison où Patrick a passé toute sa jeunesse n'est pas une demeure comme les autres. Quinze ans plus tôt, elle a été le théâtre d'un drame inconcevable : toute une famille y a été retrouvée, massacrée. Patrick garde pourtant des souvenirs irremplaçables dans ces lieux, comme seule l'enfance sait en créer. Il décide de la racheter. Sa femme, Sarah, et leurs deux enfants s'y installent à contrecœur. Le délabrement, l'atmosphère sinistre qui colle à la maison oppress... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (43) Voir plus Ajouter une critique
nameless
  17 mars 2019
Quelle drôle d'idée ! Patrick veut quitter Cardiff, tout effacer, l'accident de son fils, les mauvaises fréquentations de sa fille, la dépression de sa femme, pour repartir à zéro, reconstruire une vie parfaite dans un environnement de rêve, une belle demeure victorienne justement proposée à la vente, au bord de la mer dans le sud du Pays de Galles. Cette maison, il la connaît bien puisque c'est celle de son enfance heureuse, dont ses parents ont malheureusement dû se séparer à la suite de difficultés financières. Le seul petit hic, c'est qu'elle est surnommée depuis 2002, année funeste où la famille Evans y a été massacrée, "la maison du crime". Quelle drôle d'idée de vouloir transformer une scène de crime, abandonnée, délabrée et ensanglantée en home sweet home. Il est bizarre Patrick !

Le bonheur escompté, l'air du large, la douceur campagnarde, les voisins charmants, les nouveaux amis ne sont pas au rendez-vous car à peine leur emménagement effectué, la vie de Patrick, Sarah, Joe, Mia, se déglingue lentement avant de partir à vau-l'eau. Le conte de fées vire au cauchemar.

Premier roman prometteur de Vanessa Savage, La maison est un thriller psychologique bien ficelé basé sur la manipulation mentale, les mensonges, les secrets de famille, qui met le lecteur sous tension dès les premières pages, et le balade de conjectures en hypothèses, grâce à des personnages bien charpentés et une intrigue solidement construite. Les acteurs secondaires, Caroline, Anna, Tom, Ben, sèment le doute et brouillent les pistes. En dépit de ses qualités, je n'ai pas été intégralement conquise par cette histoire qui démarre sur les chapeaux de roues pour perdre de son intensité en cours de route. Certaines scènes ou dialogues sont répétitifs, certains ressorts du thriller sont surexploités, et même si Sarah est une femme sous influence, elle apparaît crédule sans que je puisse révéler pourquoi.

Au final, un roman plaisant qui aurait peut-être, selon mes critères, gagné en force et efficacité s'il avait été plus condensé, dégraissé de quelques éléments qui l'encombrent et l'alourdissent inutilement. Malgré ces réserves mineures, Vanessa Savage est une auteure au potentiel évident, dont je lirai le second opus.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          732
stokely
  17 juin 2019
Une lecture très mitigée avec ce récit, j'ai aimé le début le couple que forme Sarah et Patrick et leurs enfants Joe et Mia, tout commence lorsque Patrick se rend compte que la maison de son enfance est à vendre. Celui-ci rêve de racheter cette maison mais le couple n'en a pas les moyens. Tout va changer puisque cette maison va être le théâtre de meurtres sanglants, la maison sera ensuite à vendre pour un prix beaucoup plus abordable.
Patrick entraîne donc Sarah dans l'achat de cette maison, Sarah ayant reçu un héritage lui permettant de financer cet achat, très rapidement Patrick va changer de visage et de caractère ce qui va troubler la famille, de plus le changement de lieu est également difficilement vécu par l'ensemble de la famille. Certains membres ressentant des endroits plus froids que d'autres qui correspondent au lieux des crimes.
J'ai cependant trouvé que vers le milieu du livre cela traine en longueur et j'ai trouvé vraiment la fin tiré par les cheveux, dommage ce récit avait pourtant tout sur le papier pour me plaire mais cela ne fut pas le cas.
Un thriller domestique dont le début est intéressant mais qui devient au fil de la lecture longuet et inintéressant.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          290
Elodieuniverse
  12 mars 2019
On entre dans une maison totalement énigmatique et il faut le dire qui n'est pas du tout accueillante. Dès le début, on comprend que quelque chose ne tourne pas rond dans cette famille et on ne cessera pas de lire avant d'avoir trouvé la faille. Sarah a un profond mal être, est dépressive et on se demande ce qu'elle a. Patrick est un personnage bien trop lisse et impeccable qui peu à peu va changer, avoir des sautes d'humeur, il devient directif et autoritaire voire cinglant. Et les enfants? Eux non plus ne vont pas bien. On se demande si la maison a quelque chose à avoir avec tout ça, Sarah devient paniquée, angoissée, complètement paranoïaque... (Et le lecteur aussi!) On découvre d'étranges inscriptions sur les murs, le plancher qui craque, des voisins un peu trop curieux... Et puis, quelqu'un les observe, est-ce Ian Hooper le meurtrier fraîchement sorti de prison? La maison cache-t-elle des revenants? Qui cherche à leur faire peur? On se pose des questions sur chaque personnage. L'ambiance est quant à elle lourde et pesante, le suspense est bel et bien au rendez-vous. C'est un bon thriller psychologique! (...)
Ma page Facebook Au chapitre d'Elodie
Lien : http://auchapitre.canalblog...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          280
Elodiedaire
  26 février 2019
Cette semaine, je vais vous parler d'un excellent roman que j'ai terminé durant le week-end. Vanessa Savage débute dans l'écriture avec un roman suffisamment noir pour vous donner froid dans le dos. Encore une fois, je n'ai pas lu la quatrième de couverture avant de commencer ce roman, j'y suis allé a l'aveuglette. J'ai donc tout d'abord imaginé un roman un peu fantastique mais j'ai très vite changer d'avis. 
Ici, nous suivons une famille celle de Patrick et Sarah qui après de nombreux tumulte décide de reprendre leur vie en main en déménageant dans la maison d'enfance de Patrick. Mais rien ne va se passer comme prévu. le passé peut-il être mis de côté quand celui-ci est omniprésent ? 
L'intrigue se tient. Que dis-je, elle est saisissante. Une ambiance pesante, une maison angoissante qui dissimule de très nombreux secrets. Tenue en haleine a chaque retournement de page, il est impossible au lecteur de lâcher son livre, même pour quelques minutes. Car une seule idée persiste, celle de connaître enfin le fin mot de cette histoire. 
Vanessa Savage est doué, très doué même. Chacun de ses personnages a sa place, ils sont façonnés dans un but précis, celui d'intriguer le lecteur. le personnage de Sarah est ambivalent. Elle donne à la fois le sentiment d'être la personne la plus censée du roman, et en même temps, la plus instable. C'est assez déstabilisant car on ne sait pas si on peut se fier à elle. Et ça pendant les trois quarts du roman. Patrick, lui, n'inspire rien de bon, manipulateur et pervers. Je ne l'ai pas aimé dés le début du livre sans vraiment en avoir de bonnes raisons. Quant aux autres protagonistes, on les sent instable, beaucoup trop même. Pour moi, lectrice, ça a été déstabilisant car comment savoir à qui me fier ?!
Mais l'auteur retourne la situation à la perfection, nous baladant sans en ressentir aucune gêne. Peu à peu, différentes révélations font leurs apparitions, démontrant la profondeur des différents personnages et permettant à l'histoire de prendre tout son sens.
Un roman psychologique haletant rédigé avec fluidité qui retourne le cerveau de son lecteur. C'est clairement un coup de coeur. Un livre sombre qui a su me captiver du début à la fin.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          22
Tomabooks
  14 octobre 2019
Le gros point fort de ce roman de Vanessa Savage vient de la maison qui devient un personnage à part entière de cette histoire. Un ouvrage n'a jamais aussi bien porté son nom finalement. L'autrice use de ce lieu pour faire monter les moments de tensions et même parfois la terreur. Cette maison a toutes les caractéristiques de l'habitat qui ferait rêver n'importe qui (vieille maison victorienne, vue sur la plage, grand terrain), mais elle a aussi tout ce que l'on pourrait retrouver dans un film d'horreur. Ce n'est d'ailleurs pas pour rien qu'elle est surnommée la maison du meurtre… Une vieille maison, ça craque et là on va être servi. Entre les murs qui moisissent à cause de l'humidité, les points froids dans certaines pièces, les fenêtres obstruées par le sel de la plage, l'obscurité qui est toujours là et la sensation de ne jamais être seul. Tout est là pour nous faire craindre ce lieu de vie qui est censé devenir idyllique. On ne le répétera jamais assez, mais on n'est jamais en sécurité chez soi… Vanessa Savage réussit à faire de sa maison un personnage malfaisant et qui pourra facilement vous rappeler le terrible hôtel Overlook ou encore la diabolique maison d'Amityville. C'est même parfois un peu trop flagrant, tant la famille se détruit petit à petit dans ce nouvel habitat…
C'est aussi un autre point fort de l'autrice, puisqu'elle va nous faire ressentir la paranoïa de son personnage principal. On ne sait jamais sur quel pied danser avec les habitants de cette maison, parce qu'ils changent tous de comportement scène après scène. Vanessa Savage s'amuse à jouer au chaud et froid avec certains personnages et tout cela devient difficile à vraiment comprendre. La famille entière devient folle ? Seule la mère de famille l'est ?
En tout cas, toute la perversion des personnages et toutes leurs pensées psychotiques se voient contaminer par cette maison. Elles se retrouvent dans chaque recoin de la maison, dans chaque zone d'ombre, dans cette cave humide. La maison ne devient finalement qu'un déclencheur de tout ce qui n'allait pas dans cette famille.
Cette paranoïa ne fera qu'être renforcé par les autres habitants de ce village qui ne cesse de venir voir au loin cette maison, si tristement célèbre. Des objets seront déposés, des personnages vont s'immiscer dans leur vie privée, afin de les mettre en garde. Mais le pouvoir d'attraction de la Maison sera bien plus fort.
Malheureusement, si l'utilisation de la maison comme un personnage et celle de la paranoïa ambiante est intéressante, il faut noter quand même que La Maison de Vanessa Savage souffre un tant soit peu de longueurs, de perte d'intérêts et de répétitions qui deviennent lassantes au final. Bon cela n'empêche absolument pas de lire de façon frénétique, comme devant un bon Page-turner. D'ailleurs, il y a tout de même un travail sur la dynamique qui est intéressante, puisque l'autrice en vient à raccourcir ses chapitres au fur et à mesure de son histoire, afin d'avoir l'impression que cette maison du crime nous engloutie entre ses murs.
Mais ça ne fait pas tout, puisqu'en définitive on se retrouve avec un thriller domestique assez classique, avec un acte final qui ne sera pas à la hauteur des espérances. On peut même deviner le dénouement si on est déjà un peu habitué aux codes de ce sous-genre et c'est quand même dommage.
Vanessa Savage n'apporte pas forcément la fraîcheur attendue, tant on se retrouve avec une histoire classique où la femme perd ses repères petit à petit et que celle-ci se rend compte que sa vie n'était pas si belle finalement. La Maison, c'est comme avoir un bel enrobage autour d'un gâteau assez moyen…
Si l'idée de donner plus de vie à un lieu pour mettre en lumière toutes les névroses paranoïaques d'une famille était très bonne, Vanessa Savage ne va pas assez loin à mon goût pour éviter tous les poncifs de ce sous-genre que l'on voit trop souvent. C'est dommage, car il y avait quand même une bonne intention derrière tout ça. Je pense que La Maison pourra plaire davantage à ceux qui en ont lu que très peu encore. En tout cas, cela reste mon avis comme toujours et je vous invite tout de même à découvrir ce premier roman de Vanessa Savage.
Lien : https://tomabooks.wordpress...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00

Citations et extraits (11) Voir plus Ajouter une citation
meknes56meknes56   06 juillet 2019
Je me penche au-dessus de la plate- bande pour toucher le fenêtre. Le verre est granuleux. Je m'incline encore davantage et donne un coup de langue.
- C'est du sel? me dit une voix derrière moi.

Je trébuche et mon pied s'enfonce dans la boue pleine de vers.

- Merde
- Non, du sel, répète-t-elle d'un ton moqueur
Commenter  J’apprécie          40
FuturAnterieurFuturAnterieur   29 décembre 2020
- Je crois que je vais prendre un verre de vin, finalement.
Je sens son regard peser sur moi alors que je vide la bouteille de vin rouge en remplissant mon verre à ras bord.
- On n'a pas tous eu la même enfance, dis-je en savourant la première gorgée. Il y en a qui ont besoin de boire pour oublier. A la tienne !
Commenter  J’apprécie          10
FuturAnterieurFuturAnterieur   29 décembre 2020
J'entends à nouveau résonner le carillon éolien, j'ouvre la fenêtre pour chercher d'où vient cette musique. La brise marine pénètre dans la pièce. J'ai la sensation qu'elle emporte avec elle non seulement les images de mort et de meurtre, mais aussi les ténèbres et les toiles d'araignée qui ont élu domicile dans ma tête. Comme la maison, je suis restée enfermée et isolée trop longtemps.
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaouirkhettaoui   18 février 2019
Mon seul souci, en dehors des aléas de la vie, c’est : comment choisir ? Tous ces endroits dans le monde entier, comment choisir quand on n’a jamais été nulle part ? Je veux plonger mes orteils dans le sable blanc d’une plage déserte, nager nue dans la mer, me faufiler, en sueur, au milieu des images, des sons et des odeurs d’un marché exotique, me sentir vibrer, exister…
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaouirkhettaoui   18 février 2019
S’il prend la bouteille de vin, il va s’apercevoir de tout ce que j’ai descendu depuis hier. Patrick ne boit pas une goutte d’alcool. Il déteste tout ce qui peut lui faire perdre le contrôle. Pas évident de dissimuler sa consommation de vin quand on est la seule à en boire.
Commenter  J’apprécie          00

autres livres classés : thriller psychologiqueVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox




Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
2049 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre

.. ..