AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Thérèse Douchy (Traducteur)
EAN : 9782070320417
128 pages
Éditeur : Gallimard (05/01/2006)

Note moyenne : 3.62/5 (sur 12 notes)
Résumé :
D'où vient ce mystérieux album de timbres qui semble avoir le pouvoir de ressusciter les grands personnages de l'Histoire ? Qui est Bianca, cette femme au visage d'ange ? Quels liens a-t-elle avec ces revenants ? Où finit le passé et où commence le présent ? Le printemps, saison du retour à la vie, devient le théâtre d'événements troublants, aux allures parfois fantastiques. Ecrivain secret, Bruno Schulz nous entraîne dans son univers onirique et étrange transcendé ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
dourvach
  29 mars 2014
Publiée pour la première fois en Pologne (pré-stalinienne et pré-hitlérienne) au cours de l'année 1937 dans le recueil "Sanatorium pod Klepsydra" ("Le sanatorium au croque-mort"), cette longue nouvelle de Bruno Schulz - fort provincial professeur de dessin au lycée de Drohobycz... mais aussi graveur, peintre et écrivain "amateur" - est une merveille de fantastique onirique... et, disons-le, de pure poésie.
Son compatriote Wojciech Jerzy Has en donna une fascinante illustration dans son film-phare "Sanatorium pod Klepsydra" ("La Clepsydre"), sorti en Pologne en 1973 (*) : oeuvre aussitôt repérée et dûment couronnée par le Prix du Jury au festival de Cannes de la même année...
On ne se lasse pas de suivre les trajectoires météoriques des personnages juvéniles de Bianca et Rodolphe, couple perdu - avec le narrateur - au milieu des intrigues impériales entre François-Joseph et Victor-Emmanuel Ier : trajectoires qui semblent naître d'un étrange album de timbres détenu par Rodolphe. le rêve se crée et se recrée ainsi autour de chaque nouveau personnage entrant dans la danse, entre tourbillons de feuilles mortes, "hirondelles qui s'envolent entre les lignes" et calêches lancées au grand galop...
Style flamboyant, lyrisme de chaque ligne... Honte éternelle à cet imbécile de "SS ordinaire" qui assassina comme pour s'amuser - avant et après tant d'autres humains terrifiés - le poète par une froide nuit de l'automne 1942 à Drohobycz !
---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
(*) Vous pourrez lire (par exemple) le trrrrrrrrès grand article que j'avais illustré des splendides photos de plateau, consacré au film de Wojciech-Jerzy HAS sur mon site (lien ci-dessous) : article en date du 26 février 2011. Une fois arrivé sur le site, aller en colonne de gauche (vers là où je vote - à peu près - en général... ) et cliquer en "Catégories" = "Bruno SCHULZ" : vous êtes arrivés, bravo !!!! Et vous y découvrirez encore d'autres films de HAS... Bonne chance, et surtout... (Aaaat... choum !) ne vous perdez pas dans les couloirs du vieux Sanatorium !
Lien : http://www.regardsfeeriques...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
lolols28
  12 mars 2019
un très beau livre, très poétique , j'avoue être passée un peu à côté de l'histoire. des textes qui viennent d'une autre époque, avec un style très travaillé, lyrique.
Commenter  J’apprécie          120
zagzaguel
  25 août 2014
Je n'ai tout simplement pas accroché du tout au monde onirique et fantasque que nous propose Bruno Schulz.
Cela manque de tangible et de corps, cela part dans tout les sens, et les impressions sont posées telles qu'elles sortent de la tête de l'auteur.
Je conçois très bien le côté poétique, il y a de très belles choses écrites, mais sur une centaine de pages ça fait beaucoup, parfois même je comprends chaque mot, mais mis bout à bout dans une même phrase ce n'est plus du tout le cas.
Je ne poursuivrai pas dans la découverte de cet auteur.
Commenter  J’apprécie          41

Citations et extraits (4) Ajouter une citation
dourvachdourvach   02 avril 2014
En ces nuits d'avant le printemps, vastes et sauvages, recouvertes d'un ciel immense, encore sévères et inodorantes, conduisant à travers les accidents du firmament vers les déserts étoilés, mon père m'emmenait dîner dans le jardin d'un petit restaurant [...].
Nous marchions dans la lumière humide des réverbères qui cliquaient sous les coups du vent, à travers la grande place voûtée, seuls, écrasés par l'immensité des labyrinthes célestes [...] ; Père levait vers le ciel son visage inondé d'une faible clarté et regardait avec un chagrin amer le gravier des étoiles disséminées, les tourbillons répandus [...].

[Bruno SCHULZ, "Le Printemps" - in "Le sanatorium au croque-mort" (1937), éd. Denoël, pages 42-43 (traduction de Thérèse Douchy)]
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
PifPafPoumPifPafPoum   25 août 2011
Mais ce n'est pas tout, descendons encore plus bas. N'ayez pas peur, donnez-moi la main, encore un peu, nous voilà aux racines (...) Nous sommes passés de l'autre côté, à l'envers des choses, dans l'obscurité piquée de phosphorescences emmêlées. Tournoiement, agitation, foule. Magma grouillant de peuples et de générations, multiplication infinie de Bibles et d'Iliades. Migration tumultueuse, enchevêtrement et bruit de l'histoire. Le chemin s'arrête là.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
zagzaguelzagzaguel   25 août 2014
Entre les troncs des arbres, à travers les haies, les robes des jeunes filles brillent dans les allées voisines, Les jeunes filles vont par deux, balançant les hanches, hérissées de falbalas et de volants vaporeux, cygnes vêtus de plumes blanches et roses, cloches remplies de mousseline à fleurs, et parfois elles se posent sur un banc, comme fatiguées du vide de cet apparat, elles posent cette grande rose de georgette et batiste, qui éclate alors et dont les pétales débordent.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
dourvachdourvach   29 mars 2014
Bianca la merveilleuse est une énigme pour moi. Je l'étudie avec obstination, avec acharnement - et avec désespoir - dans l'album de timbres postaux. Comment ! Cet album traiterait-il également de psychologie ? L'album est un livre universel, un livre de référence qui englobe le savoir humain. Evidemment, il se cache derrière des allusions, des sous-entendus. Il faut un certain courage du coeur et de l'esprit pour retrouver la trace de feu, l'éclair qui parcourt ses pages.

("Le Printemps", chap. XX, traduction de Thérèse Douchy)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20

Video de Bruno Schulz (2) Voir plusAjouter une vidéo

[Bruno Schulz : Oeuvres complètes]
Olivier BARROT est au musée d'art et d'histoire du judaïsme à Paris pour parler des "Oeuvres complètes" de Bruno SCHULZ. La présentation est illustrée par des photos de Bruno SCHULTZ et des gravures de l'époque. Patrice CHEREAU lit "Le printemps", texte de cet auteur.
autres livres classés : pologneVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox