AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2882505256
Éditeur : Noir sur blanc (13/09/2018)

Note moyenne : 3.93/5 (sur 15 notes)
Résumé :
Hérétique, schismatique, Juif converti à l'islam puis au christianisme, libertin, hors-la-loi, tour à tour misérable et richissime, vertueux et abominable, Jakób Frank a traversé l'Europe des Lumières comme la mèche allumée d'un baril de poudre. De là à se prendre pour le Messie, il n'y avait qu'un pas - et il le franchit allègrement.
Le dessein de cet homme était pourtant des plus simples : il voulait que ceux de son peuple puissent, eux aussi, connaître la... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (10) Voir plus Ajouter une critique
5Arabella
  16 décembre 2018
Un gros volume d'un millier de pages, un très grand voyage. Dans le temps, dans l'espace, dans les cultures, avec de nombreux personnages. Cela commence au milieu du XVIIe siècle, dans les communautés juives, sur les confins de l'Europe, entre la Pologne, l'Ukraine, l'empire ottoman. le personnage principal, qui donne son titre au livre, Jakób Frank, né en Podolie, mais très vite parti à Smyrne, ville dans laquelle vit le successeur d'un messie auto-proclamé, Sabbataï Tsevi dont Frank va reprendre le flambeau, groupant autour de lui une secte de « vrais croyants ». Secouer surtout la chape de plomb de la tradition juive, et trouver peut-être enfin une place digne pour leur communauté. le monde est en pleine mutation, le royaume de Pologne vit ses dernières années, les puissances européennes se recomposent, la révolution française et les bouleversements qu'elle va provoquer sur tout le continent couve.
C'est le tableau de ce monde en mouvement que dresse Olga Tokarczuk par le biais de son personnage messianique. Frank va rassembler des milliers de disciples dont certains lui seront fidèle jusqu'à la mort, et au-delà, leurs enfants et petits enfants prenant le relais. Sa doctrine, étrange veut détruire la loi de Moïse, traverser le mal pour précipiter le monde vers sa destruction. Sabbataï Tsevi a été contraint de se convertir à l'islam, Frank s'y converti aussi, mais décide d'amener ses disciples à passer au catholicisme. Traverser les trois religions prend un sens mystique. Il va susciter de l'intérêt, voire de l'enthousiasme, mais vite de la méfiance. Il va côtoyer des grands seigneurs, des souverains, mais connaîtra la prison, ses disciples subiront des persécutions, traverserons des épidémies, des violences. Il restera d'une certaine façon toujours fidèle à lui-même, dans ses costumes orientaux, chamarrés et somptueux, dans son charisme qui lui donne une grande emprise sur ses fidèles, dans son mysticisme.
Olga Tokarczuk reste en quelque sorte en retrait, elle dresse le tableau de tous ses personnages, Frank en premier, mais aussi des autres, de ses proches, des grands seigneurs qu'il approche ou qui jouent un rôle dans son destin, d'un prêtre auteur d'une sorte d'ouvrage encyclopédique et de plein d'autres, sans porter de jugement de valeur, sans pénétrer d'une façon trop poussée dans leur intimité psychique, en les regardant vivre de l'extérieur en quelque sorte. Un personnage étrange donne d'ailleurs une forme d'unité au livre, une femme qui aurait dû mourir et qu'un charme a empêché de le faire au temps indiqué, et qui flotte dans une sorte de coma, dont l'esprit se déplace et voit les événements, sans pouvoir y prendre place, ni même au final ressentir grand-chose à leur vue, même si une forme de curiosité semble subsister en elle. Cette distance peut être frustrante au départ, mais donne sans doute au final sa puissance au livre, lorsque la vaste fresque se dissout petit à petit en même temps que le destin des personnages s'achève.
Nous aurons entre-temps voyagé dans sept pays, suivi de nombreux personnages, quitté des moeurs très anciennes pour envisager des temps nouveaux à venir.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          164
oiseaulire
  04 novembre 2018
Je me suis rendue le 1e novembre à une conférence d'Olga Tokarczuk à la librairie Ombres Blanches de Toulouse à l'occasion d'une tournée effectuée par cette auteure en France et en Suisse (deux interventions à Paris, une à Toulouse et une à Lausanne).
J'ai été sidérée par l'intelligence, l'érudition, la gentillesse et la simplicité qui émanent d'elle. Elle était aidée dans son intervention par une traductrice hors pair qui a également fait l'admiration de tous.
Je garderai de ce moment un souvenir émerveillé.
Le livre évoque les hérésies juives nées au 18 ème siècle sous l'impulsion de Jacob Frank, dans la ligné de Sabbataïa Tsvevi au 17 ème siècle . Il est dense, fourmillant : on y voit le sort des juifs en Pologne, la formation de ces mouvements sectaires, l'extrême diversité des pratiques religieuses en Pologne, la vie des ecclésiastiques lettrés et celle des ecclésiastiques ambitieux, la diversité des modes de vie sur le territoire et l'oppression des pauvres. On y a un aperçu de la vie intellectuelle : poésie, constitution d'une encyclopédie qui rappelle celle de Diderot mais en est assez éloignée par l'inspiration car elle est le fait d'un seul homme qui relate des savoirs anciens.
Ce livre est agréable à lire et instructif, mais fort long. On peut sans inconvénient le lire en plusieurs fois, le thème en est si fort que l'essentiel n'est pas oublié d'une fois à l'autre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
Christlbouquine
  04 novembre 2018
Le sous-titre de ce roman est "Ou le Grand Voyage à travers sept frontières, cinq langues, trois grandes religions et d'autres moindres."
Et c'est à un voyage foisonnant et passionnant que nous convie Olga Tokarczuk, dans les pas de son personnage principal, Jakob Frank, juif converti à l'Islam puis au Christianisme, considéré comme un messie par ses adeptes, habile manipulateur, mystificateur sublime, personnalité charismatique haute en couleurs et complexe. Jakob Frank est tout cela à la fois, et son histoire qui court sur près de 1 000 pages est tout simplement hallucinante !
Soyons clair, ce livre représente un véritable défi littéraire pour l'auteur comme pour le lecteur, et indéniablement pour sa traductrice ! Il s'agit d'une lecture exigeante, mais à laquelle j'ai pris un plaisir immense. Olga Tokarczuk nous conte avec un souffle romanesque sans pareil l'itinéraire de cet étrange "messie" et de sa secte au coeur de l'Europe des Lumières, en plein XVIIIème siècle. Cette épopée flamboyante est admirablement construite et totalement captivante. L'érudition époustouflante de l'auteure reste toujours accessible au lecteur.
Ce récit nous plonge au coeur de l'histoire et de la vie de la Pologne du XVIIIème siècle et dans la vie quotidienne de ses habitants mais aussi au sein du système initié par Jakob Frank et de ses idées subversives. Cet éclairage passionnant se lit comme une odyssée fantastique et laisse le lecteur se faire sa propre opinion sur ce Jakob Frank aussi fascinant que mystérieux et controversé. Un manipulateur génial, un esprit libre, un profiteur sublime, en tous les cas un personnage qui ne laisse personne indifférent, ses adaptes comme ses ennemis.
Le travail de la traductrice, Maryla Laurent, est indéniablement à souligner. Elle a su rendre tout le charme et la quintessence de l'oeuvre d'Olga Tokarczuk, ce qui n'est pas une mince prouesse !
Je dois aussi avouer que c'est un livre qui gagne très certainement à être lu dans sa version papier, car il comporte un nombre assez conséquent de reproduction de gravures qui proviennent en majorité des collections de la Bibliothèque Ossolineum de Wroclaw. Et la liseuse ne rend sans doute pas justice au travail de mise en page et d'impression.
Au final, un livre qui laisse une forte impression, tant par le travail qu'il représente que par l'originalité du personnage.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
frmwa
  04 novembre 2018
Un remarquable travail de documentation (et de traduction), comme l'ont bien noté Christlbouquine et d'autres. La démarche fait penser à celle des historiens des Annales (Marc Bloch, Marc Ferro). On plonge dans cette époque, mais pas uniquement pour avoir un décor exotique pour un roman épique, mais surtout pour essayer de faire corps avec la mentalité de l'époque, dans tous les aspects où elle s'exprime : les mariages, le commerce, le statut des Juifs, des paysans, le statut de la Pologne - où le roi était élu par les nobles. Petit à petit on comprend mieux ce qui pousse tant de gens à vouloir un monde meilleur, ou du moins autre et à suivre ce Messie. C'est le siècle des Lumières (avec l'exemple du père polonais oeuvrant pour la rédaction d'une encyclopédie, la Nouvelle Athènes, très savoureux !) et l'on comprend aussi que les sociétés bougent et font craquer toutes leurs membrures. On va avoir le démembrement de la Pologne, la Révolution française, Napoléon et cela va continuer - mais pas dans cet ouvrage ! Pour rendre compte de tout cela, l'auteure, outre son érudition, a recours à diverses techniques et à divers témoins, dont une aïeule qui reste coincée entre la vie et à la mort. Les scènes de disputaison sont très réussies, de même que les interrogatoires de l'Inquisition. On apprend par ce moyen une foule de choses qu'on ignorait, ou on remet celles que l'on savait par bribes dans un contexte complexe qui permet de mieux leur donner plus de force et de profondeur - et nous incite à l'humilité par rapport à des certitudes acquises avec trop de superficialité. C'est certainement moins ardu que de dépouiller des ouvrages d'histoire réservés à des spécialistes, mais il est vrai que le millier de pages et les centaines de personnages peuvent donner le tournis. L'exercice néanmoins en vaut la chandelle (du siècle des lumières). L'approche d'Olga Tokarczuk est à l'opposé de celle d'Alexandre Dumas, par exemple - qui a toute sa valeur en termes de plaisir, de romanesque etc - pour qui il importait peu de violer l'histoire, du moment qu'on lui faisait de beaux enfants !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          62
nathalie_MarketMarcel
  09 octobre 2018
Tout commence par une noce juive dans une petite ville de Pologne au XVIIIe siècle. Tout le monde est réuni et après un certain nombre d'épisodes (l'apparition d'un prêtre catholique, une grand-mère qui meurt et qui ne meurt pas) survient Nahman, un homme savant et marchand qui a des nouvelles surprenantes à propos de Jakób Frank, un membre de la famille. Il s'est écoulé un peu plus de 100 pages à ce moment et l'histoire commence seulement.
Nous allons suivre la longue vie de Jakób et de ses proches. Nous sommes parmi les juifs de Pologne, certes, mais parmi les vrais croyants, c'est-à-dire de ceux qui pensent que le Messie est arrivé quelques années plus tôt, a été emprisonné et s'est converti à l'islam (et était peut-être une femme). Jakób, lui, prend la suite. le Talmud est l'ancienne loi et il ne sert plus à rien de respecter la loi de Moïse. Il se convertit à l'islam et au christianisme, il est peut-être lui-même le dernier Messie, va avec les femmes et organise la vie de ceux qui le suivent.
Le lecteur doit accepter de se perdre dans ce gros roman d'un peu plus de 1000 pages. Perdu dans la géographie, puisque nous circulons entre la Pologne, l'empire russe, l'empire ottoman, l'Autriche… sauf si vous savez où se trouvent Varsovie, Smyrne, Salonique, le Dniestr et le Danube. Tous ces gens voyagent, au gré de la fortune et des persécutions, des opportunités et des menaces. Perdu dans les langues, yiddish, polonais, latin, hébreu, turc, allemand… Jakób est vêtu à la turque, mais autour de lui on parle toutes les langues, y compris le ladino, la langue des juifs espagnols dispersés en Europe après 1492. Sa troupe amène un parfum d'Orient dans les pauvres campagnes polonaises avec les dattes, les figues, le miel, le haschisch, la cuisine épicée, la soie, les tapis. Perdu dans l'onomastique, car tous les personnages au nom juif (nom, prénom, surnom) se feront baptiser et changeront de nom et se marieront et nous suivrons leur descendance dotée de noms en -ski. Les figures secondaires sont nombreuses : celle de Nahman bien sûr, mais aussi un charmant prêtre catholique érudit et aimant le jardinage, qui échange de longues lettres avec une poétesse, et un polyglotte à la vie mille fois réinventée et la noblesse polonaise aussi. Perdu enfin dans toutes ces croyances. Car qui sont ces gens ? Rejetés par les juifs et par les chrétiens à la fois, ils naviguent dans une cosmogonie bizarre (mais c'est aussi un temps d'hérésies chrétiennes).
Si l'on accepte de ne pas tout comprendre, le roman se lit avec grand plaisir. C'est un roman d'aventure, le récit d'une quête, une évocation historique. Entre les marchés turcs et le petit peuple de commerçants de Pologne, parmi les dignitaires catholiques et les rabbins qui cherchent sans cesse le meilleur protecteur, parmi les femmes qui sont ravies de pouvoir changer d'amant si elles le veulent, et les hommes aussi, au milieu d'un continent où l'identité de chacun est impossible à saisir. On est au XVIIIe siècle, l'esprit critique s'attaque aux livres saints, y compris au Talmud, les francs-maçons font leur apparition, les identités sont mobiles et les vieilles hiérarchies de la société tremblent. Au milieu de tout cela, la figure de Jakób demeure insaisissable. Messie, saint, charlatan, son destin a entraîné derrière lui tout un peuple persécuté, mais plein d'espoir. Et le roman s'achève par un authentique miracle de la caverne.
Lien : https://chezmarketmarcel.blo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40

critiques presse (3)
LeDevoir   08 janvier 2019
Un roman foisonnant impossible à résumer. Une épopée nomade et messianique veinée de picaresque et d’érudition bien assimilée à travers « sept frontières, cinq langues et trois grandes religions et d’autres moindres ».
Lire la critique sur le site : LeDevoir
Bibliobs   04 octobre 2018
"Les Livres de Jakób" est une fresque romanesque d'une irréelle beauté.
Lire la critique sur le site : Bibliobs
LeMonde   20 septembre 2018
Avec « Les Livres de Jakob », l’écrivaine polonaise anime d’un prodigieux souffle romanesque l’itinéraire du « messie » Jakob Frank et de son étrange secte dans l’Europe des Lumières.
Lire la critique sur le site : LeMonde
Citations et extraits (7) Voir plus Ajouter une citation
BazartBazart   08 décembre 2018
Il commence par un profond soupir, après lequel s’instaure un silence absolu. L’air qu’il inspire et expire aussitôt de ses poumons provient indéniablement d’un autre monde – le souffle de Nahman grandit comme la pâte à levure de la brioche tressée, se dore et dégage une odeur d’amandes, il resplendit du chaud soleil méridional et porte l’odeur d’un fleuve qui s’étale généreusement – car c’est l’air de Nikopol, une ville valaque dans un pays lointain, et le fleuve, c’est le Danube qui l’arrose.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
nathalie_MarketMarcelnathalie_MarketMarcel   09 octobre 2018
Nahman lui livre une explication tortueuse. Moliwda est obligé de la passer au tamis de sa propre langue parce qu’ils discutent un peu en hébreu, un peu en polonais. En hébreu, tout est compliqué parce que toujours polysémique. Mais ce que dit Nahman en polonais, d’une voix chantante comme s’il récitait des ouvrages de mémoire, est également difficile à comprendre. Les mots leur manquent pour débattre de pareilles questions. La langue polonaise y est peu habile, elle ne connaît rien à la théologie. Voilà pourquoi, en Pologne, toute hérésie est aussi superficielle que nulle. À vrai dire, dans cette langue, aucune hérésie ne peut être élaborée. Par nature, la langue polonaise obéit à l’orthodoxie quelle qu’elle soit.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
nathalie_MarketMarcelnathalie_MarketMarcel   09 octobre 2018
Nul n’est prophète en son pays : cela reste une grande vérité, il faut qu’un prophète soit un étranger en quelque sorte. Il doit venir d’une terre lointaine, tomber du ciel, avoir un air insolite, improbable. Un mystère doit l’entourer, comme celui, chez les goyim, d’être né d’une vierge. Il doit marcher autrement, parler autrement. (…) Mais ce n’est pas complètement vrai non plus. Un prophète doit aussi faire partie de la communauté, avoir un peu de notre sang, être le lointain parent d’une personne que nous aurions pu connaître, mais dont nous aurions oublié à quoi elle ressemblait.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
nathalie_MarketMarcelnathalie_MarketMarcel   09 octobre 2018
Il commence par un profond soupir, après lequel s’instaure un silence absolu. L’air qu’il inspire et expire aussitôt de ses poumons provient indéniablement d’un autre monde – le souffle de Nahman grandit comme la pâte à levure de la brioche tressée, se dore et dégage une odeur d’amandes, il resplendit du chaud soleil méridional et porte l’odeur d’un fleuve qui s’étale généreusement – car c’est l’air de Nikopol, une ville valaque dans un pays lointain, et le fleuve, c’est le Danube qui l’arrose.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
ChristlbouquineChristlbouquine   04 novembre 2018
Jakób ne parle jamais comme les sages, avec de longues phrases compliquées dans lesquelles il y a une multitude de mots rares et précieux et qui renvoient en permanence à des écrits par des citations. Il parle avec clarté et brièveté comme quelqu’un qui vit du commerce sur la place du marché ou du transport par charrette.
Commenter  J’apprécie          20
Videos de Olga Tokarczuk (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Olga Tokarczuk
Olga Tokarczuk présente sa bibliothèque
autres livres classés : religionVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Jésus qui est-il ?

Jésus était-il Juif ?

Oui
Non
il était Zen
Catholique

10 questions
1086 lecteurs ont répondu
Thèmes : christianisme , religion , bibleCréer un quiz sur ce livre