AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782352049210
Éditeur : Les Arènes (05/09/2018)

Note moyenne : 3.92/5 (sur 6 notes)
Résumé :
Comment faire un maximum de bien avec l’argent, l’énergie, les talents dont nous disposons ? Telle est la question centrale de l’altruisme efficace.
La plupart du temps nos dons ne sont pas efficaces, car ils sont motivés par nos émotions. En revanche, le raisonnement, voire le calcul mathématique peuvent nous aider à choisir de manière optimale les bénéficiaires de nos dons. Pour mériter notre soutien, un organisme doit prouver qu’il fera de notre argent un ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
Nomic
  22 mai 2019

L'altruisme efficace selon Peter Singer est à peu près ce à quoi je m'attendais, c'est à dire de l'altruisme pragmatique ou pratique. Il commence fort dès les premières pages en prenant l'exemple qu'une jeune homme abandonnant une carrière universitaire pour aller travailler à Wall Street. Pourquoi ? Parce qu'il peut ainsi gagner plus d'argent, et donc en donner plus à des projets humanitaires efficaces. On comprend rapidement qu'il ne s'agit en aucun cas de changer l'organisation sociétale, mais de travailler avec celle qui est déjà là. C'est une position tout à fait défendable, mais qui exclut en conséquence beaucoup de pistes pour rendre le monde meilleur. du coup, l'altruisme efficace semble très... correct. Inoffensif. Il ne s'agit pas d'accomplir des changements radicaux, mais de faire un peu mieux. Pas la peine de changer le monde, il suffit de dépenser un peu moins d'argent en choses vaines pour transférer cet argent là où il peut sauver des vies. Une approche qui hérissera le poil des plus radicaux.
Autre point discutable : en mettant en avant essentiellement le caritatif, Peter Singer fait, en somme, l'apologie de la charité. Dans l'opposition entre libéralisme économique et étatisme, il prend donc position pour la première option : c'est aux individus de faire le bien, de leur propre initiative. Encore une fois, c'est avant tout pratique : si on ne peut pas raisonnablement demander à l'individu de changer les institutions étatiques, il a une certaine maitrise sur la gestion de ses revenus. Pragmatique, donc.
Certains points sont parfaitement convaincants, notamment la recherche de l'optimisation de l'efficacité de l'argent donné. Il ne faut pas céder à l'impulsion émotionnelle, mais prendre le temps de faire des maths, pour se rendre compte par exemple qu'il est possible, avec la même somme, d'offrir des vacances à dix enfants américains pauvres ou de sauver cent enfants de la cécité dans des pays en voie de développement. Ainsi, il devient possible de savoir comment faire le maximum de bien avec un rapport coût-efficacité optimal. L'héritage utilitariste est clairement là, et, dans ce genre de cas, ses conclusions sont sans conteste importantes et bénéfiques : avant de donner, il faut avoir la certitude de l'efficacité des projets envisagés en les comparant à d'autres. Singer ne manque pas de donner des pistes claires dans ce but (notamment des organisations d'évaluation des ONG comme GiveWell).
Globalement, ces discussions sur l'altruisme, qui passent notamment par le don d'organe, sont assez captivantes. L'esprit humain est empli de biais divers qu'il s'agit de surmonter pour pouvoir prendre des décisions aussi rationnelles que possible. Par exemple, il est bien plus difficile d'éveiller de l'empathie pour un groupe de personnes que pour une seule. Des biais qui, comme c'est exploré dans Thinking fast and slow ou plus précisément dans le syndrome de l'autruche, rendent très difficile la lutte contre des menaces insaisissables comme la catastrophe environnementale en cours. Et c'est d'ailleurs là que la thèse de Singer semble la plus faible : que signifie sauver quelques milliers, ou même quelques millions de vies, quand ce seront des centaines de millions voire des milliards qui seront en jeu d'ici la fin du siècle pour des raisons environnementales ? Singer argumente que, dans ce cas, il est difficile pour le particulier de savoir où orienter son argent. En effet, la question pourrait être de savoir où ne pas orienter son argent. Il dit aussi à ce sujet : « Mais comme ce résultat est crucial, toute action n'ayant qu'une infime chance de modifier les choses peut néanmoins avoir une très forte attendue. » (p.191), ou encore «l'utilité attendue d'une très modeste réduction du risque d'extinction humaine écrase toutes les autres bonnes actions que nous pourrions accomplir » (p.222) mais il conclut sur l'incertitude et refuse de placer la catastrophe environnementale (qu'il mentionne essentiellement par le terme réducteur de « changement climatique ») comme priorité. Il ne s'agit pas de nier les bienfaits de l'altruisme efficace de Singer : si plus de gens suivaient cette doctrine, le monde en sortirait certainement meilleur, et la cause environnementale elle-même y gagnerait, à travers une certaine réduction du consumérisme inhérente au mode de vie des altruistes efficaces. Cependant, le désastre environnemental ne manquera pas, lui, d'être radical, et on peut se demander si tout projet d'avenir ayant peur de la radicalité n'est pas autre chose qu'une fable rassurante.
Lien : https://lespagesdenomic.blog..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Gaetan_GR
  18 novembre 2018
L'altruisme efficace nous apprend que donner ne suffit pas, il s'agit surtout de le faire efficacement.
Ainsi on apprend que les mathématiques ont une place majeur dans cette nouvelle forme d'empathie puisque le rapport don/vies sauvées doit être constamment évalué.
Malgré tout je trouve le livre et cette méthode particulièrement élitiste.
La majorité des exemples cités parle d'altruitistes qui gagnent 3 à 4x plus que le citoyen et affichent des pédigrés impressionnant, Mit, Oxford ou des métiers dans la finance publique.
Bref sur le papier tout le monde peut donner mais les exemples ne sont pas pertinents pour la plupart d'entre nous.
Des passages font également sourire quand on lit qu'il faut donner tout ses organes en double (y compris les yeux) ... provocateur ? Sûrement.
Ce qui m'intéressait le plus dans ce livre c'était la critique des associations et ong sur leur transparence et leur efficacité, on en parle finalement que très peu.
Commenter  J’apprécie          10
culturevsnews
  06 septembre 2018
Peter Singer, professeur de bioéthique à Princeton apporte avec ce livre sa réflexion sur le rapport des hommes aux animaux en prenant en considération les intérêts de ces derniers l'a conduit à théoriser la libération animale, qui a débouché sur des changements pratiques à travers le monde. de même, le concept d'altruisme efficace, qui consiste à maximiser l'impact d'un don en y appliquant des raisonnements économiques, peut paraître provocateur. Peter Singer s'y penche sur notre manière de donner aux plus pauvres . Ils sont nombreux (sans doute un peu trop), les penseurs habités par cette ambition, mais le philosophe australien, 72 ans, n'est pas n'importe qui. Il compte même parmi les rares intellectuels qui peuvent se targuer d'avoir fait évoluer la pensée de toute une civilisation, et il en a conscience. Un livre de réflexion où chacun se fera sont avis sur le sujet mais qui offre matière à réflexion.
Note : 9,5/10
Commenter  J’apprécie          00


critiques presse (1)
Lexpress   28 août 2018
Cette lecture dérange autant qu'elle fascine, car l'exercice d'abstraction que Singer nous contraint à réaliser est contre-intuitif. Il raisonne rationnellement sur l'altruisme et l'empathie alors même que ce sont des domaines où l'émotion l'emporte bien souvent sur la raison.
Lire la critique sur le site : Lexpress

Video de Peter Singer (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Peter Singer
Interview extraite du film d'Astra Taylor "Examined Life" sorti en 2008.
autres livres classés : altruismeVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Philo pour tous

Jostein Gaarder fut au hit-parade des écrits philosophiques rendus accessibles au plus grand nombre avec un livre paru en 1995. Lequel?

Les Mystères de la patience
Le Monde de Sophie
Maya
Vita brevis

10 questions
320 lecteurs ont répondu
Thèmes : spiritualité , philosophieCréer un quiz sur ce livre