AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2228908142
Éditeur : Payot et Rivages (17/10/2012)

Note moyenne : 4.62/5 (sur 21 notes)
Résumé :
Présentation

Notre attitude à l'égard des animaux est-elle correcte d'un point de vue éthique ? Faut-il étendre aux "bêtes sauvages'" la protection juridique (relative) que nous accordons aux animaux de compagnie ? L'évaluation morale de la souffrance des êtres vivants soulève de vraies questions philosophiques. Aux Etats-Unis et en Allemagne, comme dans le reste du monde anglo-saxon, le livre de Peter Singer n'a cessé de susciter analyses et débats p... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
keria31
  15 avril 2016
Ouah ! Quel livre ! Voilà un auteur particulièrement intelligent qui ne peut que déranger !
Je ne m'étonne plus de voir que Singer est considéré comme le "grand penseur" du mouvement de la cause animale. Mélange de critique sociale et de philosophie, "Libération animale" dénonce à travers 2 chapitres centraux, les mauvais traitements infligés aux animaux. Et le choix de l'auteur est particulièrement judicieux car plutôt que de dresser la liste des mauvaises pratiques, il sélectionne d'entrée de jeu les 2 activités les plus tragiques envers les animaux : l'expérimentation et l'élevage intensif.
Les descriptions sont dures, voire franchement abjectes : par moment, on croirait voir un mauvais film d'horreur. Il est surtout frappant de constater que des humains, reconnus pour leurs compétences comme les scientifiques, peuvent pratiquer des tests aussi basiques que ceux des chocs électriques ou de la chaleur dans un domaine aussi subtil que celui de la psychologie. Surtout qu'ils répètent plusieurs fois ce type d'expérience entre eux et sur plusieurs espèces... A lire leurs rapports, au final, il faut toujours aller plus loin, recommencer les tests (et donc, sous-entendu, faire toujours plus de victimes) alors même que les résultats sautent aux yeux. Perso, je n'ai pu m'empêcher de me demander si ce n'était pas d'abord, par sadisme plutôt que par quête de connaissance.
Quant à l'élevage intensif, Singer là encore, se montre perspicace en insistant sur les points qui sont les plus douloureux pour les animaux : la séquestration avec une forte concentration et l'usage de sols (grillagés ou caillebotis) inadaptés pour leurs pattes. De ces conditions là, il se représente alors ce que les éleveurs et beaucoup ne veulent pas voir, la souffrance de ces bêtes. Pour sûr, il ose parler de ce que l'on veut éviter, le sujet par excellence qui montre l'envers du décor de nos sociétés occidentales (soi-disant si policées) : des sociétés qui cachent, derrière l'éclat des richesses et du savoir cumulés, ses milliards de victimes, à savoir les animaux.
Enfin la dimension philosophique vaut le détour : par l'originalité de sa pensée existentielle dans le chapt 1 qui engage une réflexion sur la réelle valeur d'une vie. Selon, Singer, celle-ci repose sur des critères qui dépassent les barrières traditionnelles du sexisme, du racisme et plus largement, de ce qu'il appelle le spécisme. Et il dresse, dans le chapt 4, un rapide historique des théories de l'homme sur ses rapports avec les animaux à travers des textes religieux et philosophiques qui vont de la Bible jusqu'à des auteurs du XIX. Le moins que l'on puisse dire, c'est que la tradition chrétienne, en la matière, est mise à mal.
Bref, du haut niveau, un grand crû de la littérature d'idées qui depuis sa parution en 1975, devrait être incontournable. Un livre que je conseille absolument pour ceux qui veulent vraiment apprendre et "se dessiller les yeux" sur la société occidentale d'autant que, même, s'il est complexe par son sujet, il est selon moi, assez facile à lire par sa forme.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          91
sumitsuki
  20 février 2011
Le livre fondateur du mouvement éponyme. Avant il y avait les réformistes (ceux qui militent pour un meilleur traitement des animaux, plus humain, etc, mais pas pour la fin de l'exploitation animale), avec Singer voilà les abolitionnistes. Ceux qui veulent fiche la paix, *intégralement*, aux animaux. Un truc d'alien, en somme. L'homme relate les débuts de son combat, les incompréhensions totales, puis les visites de laboratoires, les vérités hurlantes ; et voilà que non content de militer pour les bêtes, il philosophe, et pas qu'un peu. Singer pose donc, avec ce livre qui est la bible des abolitionnistes, les fondements philosophiques de l'anti-spécisme, qu'il définit en miroir avec l'anti-racisme ou l'anti-sexisme. C'est une position radicale (on sait sur cette Clef l'attachement très positif relié à l'étymologie de ce mot), qui ne peut qu'aller vers le véganisme, qui a le toupet d'être cohérente, logique, et donc qui énerve tout le monde. Parce que, d'une cela remet salement en question la définition de l'humain – et Singer n'élude pas cette question-là – et de deux, cela emmerde à un point inimaginable les tenants de l'économie néolibérale. Au point que Singer est ciblé comme une des personnalités américaines les plus dangereuses pour la patrie.
Je dois dire que depuis à peu près un an, je tente en vain de terminer cet ouvrage. Non pas que je ne sois convaincue – au contraire, on l'aura compris – mais à cause de l'horreur pure des expériences décrites sur les animaux. Je n'y arrive pas.
Mais je continue de parler du livre et de me pencher sur ses aspects théoriques, parce que cela me semble un vrai pilier de la présente question.
Le reste de ma bibliographie thématique sur ma Clef...
Lien : http://laclefdefa.wordpress...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          81
PerleDulac
  07 janvier 2017
Je suis très surprise de voir que ce livre, qui est un ouvrage de référence dans le débat contemporain en éthique animale (pour reprendre les termes utilisés en 4e de couverture de l'édition de poche), ait si peu de lecteurs dans la babéliosphère et qu'il ait été si peu critiqué.
Je me sens éminemment concernée par la condition animale en tant qu'être humain. Et ce livre me conforte dans l'idée que nous devons absolument traiter les animaux comme nos semblables, nos égaux, et les respecter.
Au même titre que le racisme et le sexisme, le spécisme est un comportement que je n'arrive plus à admettre et j'ai énormément de mal à comprendre qu'il soit aussi répandu et communément accepté dans nos sociétés modernes.
Par chance, et grâce entre autres à ce genre d'ouvrage extrêmement bien écrit et accessible à tous, les mentalités commencent à évoluer et s'ouvrent au monde des animaux non-humains.
Je ne peux que vivement vous le conseiller, si vous voulez prendre conscience de ce que nous faisons subir aux animaux, comprendre ce qui dans notre Histoire commune nous a conduit à agir ainsi jusqu'à présent, et comprendre pourquoi/comment nous devons/pouvons modifier cet état de pensée.
En un mot, ce livre est indispensable.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          22
EtrangesHistoires
  25 juillet 2014
Livre incontournable si l'on est sensible à la cause animale. Cet ouvrage est -la bible- des droits des animaux et de la défense animale.
Peter Singer est le chef de file de tous les auteurs qui à sa suite, ont servi -la cause-
- Paru en 1975 sous le titre : Animal liberation
Editions Grasset, 1993
Editions Grasset et Fasquelle, 1994
Editions Payot et Rivages, 2012
Commenter  J’apprécie          20
Citations et extraits (16) Voir plus Ajouter une citation
asn83asn83   12 novembre 2015
Je crois que nos comportements actuels vis à vis de ces êtres sont fondés sur une longue histoire de préjugés et de discrimination arbitraire. Je soutiens qu'il ne peut y avoir aucune raison - hormis le désir égoïste de préserver les privilèges du groupe exploiteur - de refuser d'étendre le principe fondamental d'égalité aux membres des autres espèces. Je vous demande de reconnaître que vos attitudes à l'égard des membres des autres espèces sont une forme de préjugé tout aussi contestable que les préjugés concernant la race ou le sexe.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
PerleDulacPerleDulac   07 janvier 2017
Sous la plupart des rapports, les êtres humains ne sont pas égaux ; et si nous cherchons une caractéristique qu'ils possèdent tous, il s'agira nécessairement d'une sorte de plus petit dénominateur commun, choisi si bas qu'aucun être humain n'en sera dépourvu. Le hic est qu'aucune caractéristique possédée ainsi par tous les êtres humains ne sera propre aux seuls êtres humains. Par exemple, tous les humains, mais pas seulement eux, sont capables de ressentir la douleur ; et alors que seuls des humains sont capables de résoudre les problèmes mathématiques complexes, tous les humains ne le sont pas. Il s'avère donc que dans le seul sens où l'on peut vraiment dire, en tant qu'affirmation de fait, que tous les êtres humains sont égaux, au moins certains membres d'autres espèces sont eux aussi "égaux" - c'est-à-dire égaux aux humains.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
PerleDulacPerleDulac   07 janvier 2017
La télévision américaine diffuse presque chaque soir des émissions sur les animaux dans la nature (ou censés y être - ils ont parfois été capturés et relâchés dans des espaces plus restreints pour faciliter le tournage) ; mais le temps d'antenne consacré à l'élevage intensif se limite aux plus brefs des aperçus inclus dans les rares émissions "spéciales" portant sur l'agriculture ou la production alimentaire. Le spectateur moyen doit en savoir plus sur la vie des guépards et des requins qu'il n'en sait sur celle des poulets ou des veaux à viande.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
PerleDulacPerleDulac   07 janvier 2017
Nous savons que le tabac est responsable d'environ 80 à 85% de tous les cancers du poumon. Nous devons donc nous poser la question : pouvons-nous justifier le fait de forcer des milliers d'animaux à respirer de la fumée de tabac pour provoquer chez eux un cancer du poumon, quand nous savons que nous pourrions pratiquement éliminer la maladie en éliminant l'usage du tabac? Si les gens décident de continuer de fumer, tout en sachant qu'ils risquent un cancer du poumon, est-il justifié de faire subir aux animaux le prix de cette décision?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
PerleDulacPerleDulac   07 janvier 2017
Les humains tuent d'autres animaux par sport, pour satisfaire leur curiosité, pour embellir leurs corps et pour flatter leur palais. Les êtres humains tuent en outre des membres de leur propre espèce par cupidité ou par désir du pouvoir. De plus, les êtres humains ne se contentent pas de simplement tuer. A travers toute l'Histoire, ils ont montré une tendance à tourmenter et à torturer tant leurs semblables humains que leurs semblables animaux avant de les mettre à mort. Aucun autre animal ne s'intéresse beaucoup à cela.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Video de Peter Singer (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Peter Singer
Interview extraite du film d'Astra Taylor "Examined Life" sorti en 2008.
>Ethique>Autres normes éthiques>Attitude envers les animaux (10)
autres livres classés : droits des animauxVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

Philo pour tous

Jostein Gaarder fut au hit-parade des écrits philosophiques rendus accessibles au plus grand nombre avec un livre paru en 1995. Lequel?

Les Mystères de la patience
Le Monde de Sophie
Maya
Vita brevis

10 questions
236 lecteurs ont répondu
Thèmes : spiritualité , philosophieCréer un quiz sur ce livre