AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 9791091328487
Éditeur : Gope éditions (25/05/2018)

Note moyenne : 4.58/5 (sur 6 notes)
Résumé :
Bangkok, 1963.

Dans le milieu de l’aristocratie thaïlandaise, Justin, 12 ans, surnommé par les siens « Vénérable Petite Grenouille » ou « Khoun Nou », vit coupé du monde. Élevé par Nit-nit, Noï-noï et Ning-nong, ses trois jeunes tantes, cet enfant précoce, pétri de culture classique et doté d’une imagination fertile, se construit à travers son propre univers.

La mort de son caméléon, dont l’esprit jouera le rôle de génie tutélaire, et l... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (5) Ajouter une critique
Lunartic
  27 décembre 2018
Pour commencer, je tiens à remercier du fond du coeur les éditions Gope pour cet envoi, et merci aussi pour leur patience. Je fais toujours au mieux pour publier mes chroniques dans les temps, mais des fois... c'est un peu compliqué. En tout cas, merci à eux de s'être montrés aussi compréhensifs. Je vous encourage vivement à découvrir leurs parutions, qui sortent des sentiers battus et vous invitent à voyager dans l'Asie du sud-ouest de façon passionnante et... très particulière. En effet, les deux premiers services presse que j'avais reçus d'eux, Fille de sang et Bâton de réglisse, étaient profondément sombres et perturbants. Ils avaient marqué de façon indélébile la lectrice très innocente et sensible que je suis (ils continuent de hanter mes pensées d'ailleurs), et il faut avoir le coeur bien accroché en les lisant, je vous le garantis. Avec Galant de nuit, mon expérience de lecture a été relativement différente. En effet, si ce titre-ci a lui aussi sa part d'ombre, il est cependant beaucoup plus lumineux que les livres évoqués précédemment. Il m'a apporté une belle bouffée d'air frais en comparaison des précédents romans que j'avais pu lire chez Gope éditions, qui étaient extrêmement intéressants et percutants mais également étouffants. Cependant, je retiens également de Galant de nuit un sentiment de moiteur, d'humidité asphyxiante, et pas seulement parce que j'ai lu ce livre culte au beau milieu de la période de forte canicule que nous avons traversée cet été. L'atmosphère dans laquelle le héros de l'histoire évolue est effectivement propice à la sueur, une sueur qui va se révéler pour notre héros/narrateur... somme toute libératrice. Je vais vous expliquer cela plus en détails dans quelques instants.
L'histoire de ce récit semi-autobiographique se passe à l'orée des années soixante en Thaïlande et l'on va suivre Justin, un jeune garçon anglo-thaïlandais âgé de douze ans qui depuis trois ans maintenant vit dans une superbe résidence avec sa famille très aisée, ses parents étant partis pour affaires à l'étranger. Ayant passé les premières années de sa vie en Angleterre, loin de cette nombreuse tribu siamoise qui est pourtant la sienne, on se rend compte qu'au bout de trois années à vivre parmi eux, Justin se sent encore exclu d'une certaine manière et a du mal à apprendre à véritablement les connaître. C'est in fine grâce à sa formidable arrière-grand-mère, dont le jeune garçon a été éloigné sans comprendre pourquoi pendant si longtemps, que Justin entamera la vie d'un enfant "normal", épanoui et embrassera enfin cette culture thaïlandaise qui sommeillait jusque là en lui, sans pour autant en renier sa passion invétérée pour la lecture et nous partageant au fil de l'intrigue ses immenses connaissances liées à ses innombrables lectures gréco-romaines et à son propre temps.
C'est justement ça que j'ai le plus aimé dans ce récit semi-autobiographique que nous livre S.P. Somtow : l'enrichissement qu'il nous procure. En effet, le lecteur reçoit beaucoup d'informations sur énormément de choses par des moyens divers et variés. Par exemple, j'ai beaucoup aimé les nombreuses et judicieuses notes de bas de page du traducteur. Je sais que cela agace beaucoup de lecteurs lorsque ces derniers doivent s'en référer à la fin de la page pour mieux comprendre le récit. Pour ma part, j'ai du mal à m'y faire lorsque je dois sans cesse me rendre à la fin des livres parce que les notes du traducteur et de l'auteur foisonnent de partout et sont donc impossibles à toutes reléguer en fin de chaque page. Dans les deux cas, cela coupe d'une certaine manière la fluidité de votre lecture, la dynamique de celle-ci. Loin de trouver cela embêtant avec Galant de nuit, j'ai au contraire trouvé que c'était fort ingénieux et que cela apportait un véritable plus au récit, les notes de bas de page se référant essentiellement aux noms thaïlandais des titres honorifiques au sein d'une famille et de la société, à la nourriture traditionnelle et aux rites religieux. Les traductions et les définitions claires et concises nous permettent ainsi d'ouvrir une fenêtre sur une culture totalement différente de la nôtre, sans pour autant qu'on en soit entièrement séparée. le Bangkok que nous dépeint S.P. Somtow est en effet empreint d'occidentalisme : Justin est friand de péplums tout droit sortis d'Hollywood et a bien sûr baigné comme chaque enfant qui se respecte dans la culture Disney (la référence à Fantasia est tellement bien faite, pensée par un écrivain également chef d'orchestre en plus, j'ai juste adoré !) et à l'école, où il commencera à se rendre durant la seconde partie du roman, il côtoie beaucoup de caucasiens européens. Galant de nuit est une lecture qui nous apprend à la fois énormément sur les us et coutumes de la Thaïlande, qui nous fait sentir les odeurs de sa nature et de ses délices culinaires et qui nous donne à voir sa nature verdoyante et abondante, mais on reçoit également beaucoup d'informations sur les années soixante, époque où se passe le récit et où l'Amérique devient LA superpuissance incontestable qui impose son rêve et son soft power de Coca Cola, de baseball, de rock, de soul, de danses lascives, de beaux quartiers résidentiels et de belles piscines... La capitale de Bangkok, c'est à la fois ça : une modernisation et une urbanisation occidentales qui avancent à grandes enjambées, tout en cohabitant avec une campagne, une nature splendide et envoûtante qui n'existe nulle part ailleurs. J'ai adoré ce pluralisme identitaire de la Thaïlande, ce mélange de différentes cultures et de différentes couleurs, tout en conservant une certaine singularité et authenticité. Ce pays est à l'image de notre héros, qui a grandi en se nourrissant de culture antique européenne tout en restant fondamentalement lui-même : originaire de l'ancien Royaume du Siam. La Thaïlande est à Justin ce que les racines sont aux fleurs et inversement. Les deux sont inextricablement liés, on ne peut en effet pas renier d'où l'on vient, mais on peut se construire de toutes sortes de façons, en se nourrissant de tout ce que la vie nous donne et de ce que l'on en retient. C'est l'une des bien belles leçons que ce roman m'a apprises.
Comme je vous le disais précédemment, notre adorable héros est un grand amateur de péplums et il faut dire qu'à l'époque, ces derniers étaient légion : Ben-Hur, Quo Vadis, Les Dix Commandements, Cléopâtre ne sont que les oeuvres cinématographiques les plus légendaires d'un genre qui vivait alors un véritable âge d'or. Je vous invite à aller consulter la liste Wikipédia des péplums, c'est tout bonnement ahurissant. Mais le film doudou de Justin, celui qui l'inspire dans son quotidien, celui qu'il mange et qu'il respire tant il le connaît par coeur, c'est Spartacus. de lire toutes les citations et références que Justin fait de/à ce chef d'oeuvre au cours du récit, de contempler ainsi, écrit noir sur blanc, son amour inconditionnel pour ce film mythique et tout ce qu'il lui inspire, cela m'a juste donné une envie folle de le voir de mes propres yeux et non plus de le vivre par procuration grâce à notre formidable héros, qui a tout de même réussi à me faire vivre une expérience de cinéma unique et à me donner les frissons sans pour autant que je vois véritablement le film en question ! J'ai d'ailleurs honte de ne jamais avoir vu ce film en vrai (du moins dans son intégralité), si vous saviez... Ce qui est certain, c'est que Justin voue une admiration sans bornes à Spartacus, au film comme à son héros éponyme. Cet esclave honorable qui décide de prendre son destin en main et de se battre pour ce qui lui semble juste va énormément apporter à Justin qui, dès lors qu'il va décider de mettre un pied hors de sa chambre et de ne plus rester constamment le nez dans ses lectures pourtant si passionnantes, va devenir le héros de son existence et avoir une bonne influence sur l'ensemble des personnages qu'il va croiser. le fait d'observer ce qu'il se passe autour de lui et de devoir agir, quitte à faire des erreurs, va permettre à Justin de grandir et de décider quels combats il a envie de mener. L'un d'entre eux, celui qui constitue le coeur de la seconde partie du roman, va se dérouler en milieu scolaire sous la forme d'une pièce de théâtre écrite par notre remarquable et si brillant héros lui-même. Je ne vous en dis pas plus sur cette pièce car il faut que vous en alliez voir la première par vous-même. Qui plus est, l'auteur nous fait la gentillesse de nous inviter à assister aux répétitions rocambolesques au cours du récit et ça a été un pur régal que d'en être le témoin privilégié ! Je vous promets beaucoup de fous rires et un sourire attendri qui se dessinera sur vos lèvres aussi face à tant d'ardeur et de solidarité entre eux de la part des jeunes élèves et de leur formidable maîtresse. Et surtout, la pièce de Justin passe un message très important de tolérance et d'humanité alors soyez à l'écoute et accordez-lui l'attention qu'il mérite.
Honnêtement, je dois bien vous avouer que, pour moi, le roman démarrait mal. Enfin, il m'a captivée d'emblée mais la mort du caméléon bien aimé de Justin (ceci n'est pas un spoil) m'a franchement dégoûtée. Surtout que cela aurait largement pu être évité. Je n'y croyais presque pas et surtout, j'ai trouvé cela extrêmement brutal. La mort symbolique de l'enfance de Justin n'aurait pas pu être plus claire, alors que le départ de la nourrice de ce dernier, Samlee, juste avant ce tragique événement nous faisait déjà comprendre que Justin devrait aller voir et explorer au-delà des murs de la confortable et luxueuse demeure familiale afin de chercher des réponses à ses questions et de surmonter son double chagrin. In fine, je me rends compte que ces deux ruptures dans la vie jusqu'alors paisible et douillette, presque léthargique, de notre jeune héros étaient nécessaires. Cela va le pousser à faire des rencontres décisives dans son existence, à commencer par celle avec son arrière-grand-mère, que j'ai mentionnée plus tôt. Je pourrais vous parler pendant des heures de cette femme extraordinaire, de sa sagesse, de son humour aussi et de tout ce qui la rend spéciale et inoubliable. Telle une étoile filante dans le firmament de la vie de sa Vénérable petite grenouille, je regretterai toujours que ces deux destins ne se soient pas croisés plus tôt alors qu'ils vivaient sous le même toit. Pourtant, l'amour si puissant et évident entre eux a toujours été là, leur merveilleuse et instantanée complicité lors des quelques moments fondamentaux et fabuleux qu'ils vivront ensemble en atteste. Je ne remercierai jamais l'arrière-grand-mère pour tout ce qu'elle a fait pour Justin, pour lui avoir révélé tout ce qu'il a de précieux en lui. A certains moments, Justin va se sentir impuissant face aux sentiments de jalousie et de chagrin qu'il éprouve face aux nouveaux amis qu'il va se faire et qui sont plus beaux extérieurement et plus hardis que lui, moins renfermés et "innocents", si vous voyez ce que je veux dire. Étant donné que ces derniers sont d'une classe sociale nettement inférieure à la sienne, il va se servir de la dévotion due à sa famille et de la place très importante qu'il occupe dans cette dernière (les enfants étant vénérés en Thaïlande) pour se défendre, se construire une carapace solide. Ce n'est guère très intelligent, je le sais, et Justin en est immédiatement conscient également. Il va très vite réaliser que sa richesse ne se trouve pas là, dans l'opulence qu'affichent les siens, mais bien ailleurs, dans ces liens qu'il va tisser avec ses nouveaux amis et camarades de classe, dans ce qu'il va créer avec eux, cette pièce de théâtre tout bonnement incroyable, dans le regard qu'il porte sur le monde. Au fil de son avancée dans la propre aventure de son existence, Justin va faire fi des conventions sociales, de la couleur de la peau et même des comportements racistes. Il va prendre conscience qu'il ne faut certes pas les tolérer afin de se faire bien voir et accepter de la masse, mais que ces façons d'agir ignobles, notamment venant des enfants, ne sont pas instinctives mais s'apprennent, aussi horrible cela soit-il. Cela vient de l'éducation que les parents transmettent à leur progéniture, d'une histoire qui s'est construite au fil des siècles et qui est inscrite dans nos gênes, dans notre mémoire collective, peu importe quelles sont nos origines. Cette histoire, c'est celle des esclaves, des colons, des minorités, des dominants et des dominés, des guerres de territoire, entre peuples, au sein d'un même peuple, qui laissent des traumatismes ravageurs à ceux qui les ont directement vécues et un sentiment de confusion et de vide pour ceux qui héritent du récit de ce passé qui ne passe résolument pas. Justin va quant à lui tenter de changer les choses, de ne pas les laisser en état car il sait que ce n'est pas bon, pas juste, que cela fait du mal à tout le monde et qu'il est temps que cela cesse. Je vous le dis, ce héros est d'une intelligence hors du commun, d'une grande lucidité aussi. Il apprend véritablement de ses erreurs et réunit ceux qui ne pensaient jamais bien s'entendre, qui pensaient ne pas faire partie du même monde, alors que si, nous sommes tous un. On ne peut pas mettre de barrières ou d'oeillères à l'humanité, celle-ci est indomptable et elle voit avec le coeur.
En plus de traiter de racisme et de discrimination éthique et sociale avec beaucoup de justesse au travers des personnages très touchants que sont Virgile, Piet, Wilbur et [P], l'auteur aborde aussi la question de la condition de la femme. Ce qu'il est très intéressant de constater, c'est que l'arrière-grand-mère de Justin, doyenne de la famille, reçoit tout le respect et les honneurs qui lui sont dus en fonction de son âge qui lui confère la position de grande cheffe de la lignée mais sinon, les autres femmes présentes dans le roman doivent subir le système patriarcal et se jugent constamment entre elles par rapport au regard que les hommes, qu'ils soient de leur famille ou non, portent sur eux. Il y a à la fois cette dénonciation de la femme perçue comme un objet sexuel, de désir de l'homme ou de future mère et épouse tout en nous dépeignant des personnages féminins qui sont justement forts, qui ont une importance cruciale dans l'histoire, une véritable personnalité qui leur est propre, et qui doivent subir cette façon de penser rétrograde et ces moeurs injustes. Quand je parle de personnages féminins marquants, je pense bien sûr à Samlee, la servante de la famille qui était en charge du bien-être de la Vénérable petite grenouille et qui a dû quitter son poste de force car elle a tapé dans l'oeil d'un des oncles de Justin, qui occupe une place de première ordre au sein de leur hiérarchie familiale. Cela m'a tuée de voir ainsi Samlee perdre de son naturel en commençant à se barbouiller le visage et en se pomponnant à la mode occidentale dans le but de plaire à cet homme, de continuer à être sa favorite, notamment au lit, et prier ardemment pour qu'elle puisse être capable de toujours le satisfaire en quoi que ce soit. Justin, lui, aimait sa nounou telle qu'elle était, avec sa beauté sans fards ni artifices, et on lui a enlevé cette dernière sans ménagement. Mais que pouvait faire Samlee ? Elle n'a pas d'autre moyen de gagner de l'argent, il lui est désormais interdit de prendre soin de sa Vénérable petite grenouille qui, qui plus est, est en train de grandir et n'aura donc plus besoin d'elle. Sa vie dépend de ce que la famille de Justin veut bien lui donner. J'ai trouvé cela juste affreux que Samlee doive ainsi se complaire aux ordres et désirs de l'oncle de Justin et en même temps, j'ai senti qu'elle n'avait jamais cessé d'être fidèle à qui elle était vraiment ; malgré la soumission et l'angoisse de ne plus gagner son pain dignement, elle est d'une grande force mentale et spirituelle. Je l'admire beaucoup pour cela.
Et bien sûr, je ne pouvais pas conclure cette chronique sans consacrer un paragraphe aux trois tantes de Justin ! Je garde le meilleur pour la fin mes amis, impossible de ne pas vous parler des Trois Parques ! Je pense qu'aucun surnom n'aurait pu être mieux approprié que celui-là. En effet, si on nous dit dans le résumé que les trois tutrices de notre héros sont jeunes, on a vite tendance à l'oublier tant leur apparence froide et guindée nous donne l'impression que leur âme est millénaire ! Mais ne les jugez pas trop vite car ce sont bien ces trois-là qui vont vous faire vivre les plus palpitantes et abracadabrantes des péripéties ! J'en pleure encore de rire rien que d'y penser ! Nit-Nit est sûrement la tante parmi les trois qui m'a le plus plu. J'ai eu envie un nombre incalculable de fois d'entrer dans le roman pour lui faire un énorme câlin tant elle manque de confiance en elle à cause de son apparence replète alors que, pour ma part, je la trouve rayonnante et magnifique telle qu'elle est. Des trois soeurs, la cadette est certainement celle qui a le meilleur fond et dont le coeur déborde le plus de tendresse pour notre héros. Par ailleurs, j'ai adoré la complicité si évidente qui transparaît entre Nit-Nit et son petit neveu chéri. Ils forment vraiment un super duo ! Noï-Noï, la benjamine, est sûrement à mes yeux celle qui a le moins de caractère et de personnalité des trois : étant celle qui incarne le plus l'idéal de beauté féminin, elle est l'exemple parfait de la belle ingénue qui se tait, rôle qu'incarne d'ailleurs Samlee auprès de l'oncle de Justin et que Noï-Noï lui envie férocement. J'ai trouvé cela triste d'avoir des aspirations si baisses mais Noï-Noï est victime de son temps, une époque où les femmes sont encore loin d'être aussi émancipées qu'aujourd'hui, et si on rajoute la conception qu'ont les Asiatiques de la femme, gracile et vertueuse (pensez à la chanson Honneur à tous de Mulan, ça vous fera un joli petit topo), on est encore moins sortis de l'auberge. La séduction est l'unique arme de Noï-Noï et cette dernière l'a aiguisée au point d'en être aussi sournoise qu'une vipère. Je lui ai pardonné son attitude blessante et pathétique au fil du temps. Elle n'est qu'une victime d'une société profondément dysfonctionnelle. Enfin, Ning-Nong était au départ celle qui me paraissait la plus antipathique, revêche et insensible. Ce n'est qu'à la fin que je me suis rendue compte qu'elle tient en réalité énormément à ses deux soeurs un peu sans cervelle parfois à cause de leur rivalité en amour (d'ailleurs, on en parle de cet incompétent et insupportable Dr Richardson ? Je ne préfère pas m'épancher sur un tel énergumène...) et elle ne va pas hésiter à se sacrifier pour elles deux. Étant l'aînée, la tradition veut que ce soit elle qui doit se marier la première afin de ne pas jeter l'opprobre sur ses plus deux jeunes soeurs. In fine, Ning-Nong est celle qui a le plus de bon sens et de jugeote, ainsi qu'un respect du devoir familial qui l'honore. Encore une fois, on a affaire à un personnage de femme qui doit ployer sous le poids de la soumission au soi-disant "sexe fort" et de la réputation immaculée qu'une femme se doit d'avoir en son temps et dans un tel pays. Mais, malgré le fait que Ning-Nong doive courber l'échine, elle parvient à le faire la tête haute et avec une dignité intacte. Chapeau bas Madame.
Je me rends compte qu'in fine, je ne vous ai pas parlé des pulsions sexuelles de nos jeunes adolescents. En effet, qui dit Bildungsroman dit personnage principal qui se forme, qui grandit, et qui apprend donc notamment à embrasser s
Lien : https://lunartic.skyrock.com..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Ghiblitotoro
  04 novembre 2018
Ce roman me fait penser à ce que je sais de Tom Sawyer et d'Huckleberry Finn. Dans un pays exotique, où règne un cours d'eau, des enfants font les 400 coups et se confrontent au monde pour un jour devenir adultes. On y parle aussi de l'esclavage, dont le héros constate les traces et la guerre, si loin si loin.
Récit au long cours que le narrateur, à présent plus âgé, prend en charge. D'abord, une succession de saynètes, comme autant de clichés photographiques, puis le flot narratif aidant, le récit de l'enfance de Justin, des multiples petits évènements fondateurs qui l'ont amené à sortir de l'enfance.
Le regard de Justin est vraiment précieux pour la narration. Quoiqu'il n'ait que douze ans, sa connaissance des classiques lui permet d'avoir une grille de lecture assez fine de la psychologie humaine. Très érudit, il nourrit son imagination de récits antiques, y mêlent quelques mythes locaux et des films qu'il voit. La réalité qu'il décrit est filtrée par ces récits. Ses tantes deviennent les Parques, son Caméléon, Homère, et lui-même deviendra le héros Enée sauvant son ancêtre des flammes de Troie, Orphée se rendant aux Enfers...
La sensibilité dont il fait preuve et son regard acéré mettent déjà en avant ses qualités artistiques, bien que sa lucidité impatiente en souligne l'immaturité.
Cette année 63, passée dans le domaine paradisiaque très fermé de sa famille Thaïlandaise est à la fois l'apothéose de son enfance et les multiples éveils au monde adulte. Ainsi, Justin va découvrir l'amitié, l'amour, les conflits nés de préjugés sociaux, le sexe et la mort, tous enseignements qui lui permettront de passer à l'âge adulte.
Beaucoup d'éléments sont propres à l'univers thaïlandais et tendent à montrer aux lecteurs la relativité des points de vue et des civilisations. Une belle initiation pour Justin comme pour ses lecteurs.
La langue est belle. Elle rend fidèlement les sentiments complexes du personnage, l'univers dans lequel il vit et le monde qu'il découvre peu à peu.
La narration, complexe elle aussi, parvient bien à entremêler les différents enseignements que Justin tire de ses aventures enfantines. Nous suivons avec intérêt les personnages secondaires, les tantes, l'arrière-grand-mère, les amis : Virgil, le noir américain, qui n'arrive pas à se débarrasser de l'idée qu'il mérite les traitements racistes qu'on lui inflige, la très informée Griselda, Wilbur et Piet, deux garçons téméraires victimes de leurs préjugés et Jessica, angélique et sauvage.
S.P. Somtow nous offre la grande fresque d'une enfance Thaïlandaise, pétrie de culture occidentale et orientale et décortique pour nous ce qui a construit l'humaniste et l'écrivain. Un joli voyage qui se savoure, lentement, au rythme d'une traversée du Khlong.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Eds_GOPE
  09 juillet 2018
Ode à la tolérance et aux plaisirs de la chair
---------------------------------------------------------------
"Galant de nuit" est une ré-édition de "L'année du caméléon" paru aux éditions du Rocher en 2005. La traduction a été remaniée. Voici un article paru au sujet de cette 1re édition :
"Bangkok, 1963.
Parce que ses parents ne peuvent pas s'occuper de lui (ils sont, en fait, en mission d'espionnage au Vietnam), Justin, 12 ans, est confié à ses tantes Nit-nit, Noï-noï et Ning-nong qu'il surnomme « les trois Parques ». La vie pourrait être magnifique dans leur immense demeure bourgeoise, mais Justin a toujours vécu en Angleterre, si bien qu'il ne parle pas bien thaï et lit/écrit encore moins cette langue ardue. Pour résumer, le voilà piégé dans une famille, mais aussi dans un pays, celui de son sang, qui lui sont totalement étrangers.
Alors qu'il se trouve à un banquet de deuil, Justin, « Petite Grenouille », perd son caméléon, transpercé par le talon aiguille d'une dame. Se trouvant à quatre pattes sous la grande table afin de récupérer sa pauvre bestiole morte, il aperçoit sa nourrice, Samlee, elle aussi à quatre pattes, occupée à téter « l'aubergine » de son oncle (qui exerce la mystérieuse profession de gynécologue). Ignorant tout du sexe et notamment de cette gâterie fort prisée qu'est la fellation, Justin en déduit que sa nourrice est une sorcière et qu'elle est donc en train d'envoûter son oncle qui, d'ailleurs, ne semble s'apercevoir de rien, préférant disserter sur la beauté des grottes féminines (sujet de conversation que Justin ne maîtrise aucunement, comme de juste). Samlee, une sorcière ? Bien sûr ! D'ailleurs, comment pourrait-il réagir autrement puisque toute sa famille ne cesse de lui parler de fantômes, d'esprits tutélaires et de mauvais sorts ? Fou amoureux de sa nourrice, et donc jaloux des ensorcellements qu'elle prodigue à son oncle, Justin va commencer à espionner la demoiselle, et un soir l'apercevoir en grande discussion avec un magicien au masque d'or. Voilà, en quarante pages à peine, la grande aventure de la préadolescence a bel et bien commencé. Elle sera épicée et pleine de moiteurs humaines et tropicales, constamment étonnante et envoûtante, d'autant plus que Justin a un don : il fait des rêves prémonitoires, des rêves qui lui permettront de sauver pour un temps la vie de son arrière-grand-mère.
En France et à peu près partout ailleurs, S. P. Somtow (Somtow Papinian Sucharitkul, de son vrai nom) n'a jamais été considéré comme un auteur majeur (alors qu'il est un chef d'orchestre de renommée internationale). Pourtant, cet écrivain prolifique, tant dans le domaine de la littérature adulte que de la littérature jeunesse, ne manque pas de talent, ni d'humour. La trilogie vampirique qui l'a rendu célèbre, Vampire Junction, Valentine, Vanitas est plaisante, sans plus ; mais son roman de loup-garou, La Danse de la lune, est excellent ; son recueil Mallworld est du même niveau et sa tétralogie de space opera Les Chroniques de l'inquisition s'impose comme un must du dépaysement à la Jack Vance, non sans former un ensemble un tantinet répétitif. Dans cette production abondante (on l'a déjà dit), Galant de nuit fait figure de socle et répond formidablement au meilleur ouvrage de l'auteur, Dragon's fin soup, un recueil de nouvelles « siamoises » malheureusement inédit en langue française.
Prototype thaïlandais de cette formidable littérature de l'altérité qu'est le réalisme magique, Galant de nuit s'impose tout simplement comme un roman magnifique ; la magie de l'enfance règne dans chaque épisode et jusque dans les titres des chapitres, un onirisme bien souvent teinté de pragmatisme boiteux (ou borgne) dans lequel se diluent admirablement bien les mythologies siamoises et grecques, car Justin est un gros lecteur de classiques, un apprenti poète, un futur écrivain. Fausse autobiographie, roman initiatique hilarant, magnifique ode à la tolérance et aux plaisirs de la chair (Justin se pose décidément beaucoup de questions au sujet de son aubergine), Galant de nuit nous rappelle que la lecture est un plaisir avant tout. Ici, un plaisir magique, jouissif et admirable d'un point de vue politique (Somtow n'a pas peur d'afficher ses valeurs : respect de la différence, raciale ou sexuelle, refus de la logique de classes/castes des sociétés asiatiques traditionnelles…). […] "
Bifrost N° 38, Thomas Day
Lien : https://galantdenuit.blogspo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
RAPHIKI
  17 octobre 2018
Dans les années 60, Vénérable petite grenouille (alias Justin) baigne dans la double culture thaï et britannique, une aimable manière de dire qu'il peine un peu, du haut de son âge, à s'y retrouver. A défaut de savoir renouer avec ses racines, ce petit Anglais manqué tente périlleusement de se raccrocher aux branches en s'astreignant rigoureusement à ne communiquer avec ses compatriotes de Bangkok que dans le dialecte de Shakespeare, prix de sa tranquillité semble-t-il. Il troque volontiers la soupe de riz traditionnelle contre un breakfast so british, ne sacrifie rien à ses habitudes qu'il brandit comme un étendard de sa singularité. Jeune garçon à l'imaginaire intarissable, l'aventurier solitaire nous embarque, à travers cette année charnière, dans des mondes insoupçonnés, si bien que le lecteur finit lui-même par se perdre, toujours un pied dans le réel et l'autre dans on ne sait quelle version fantaisiste de sa réalité.
Alors qu'impuissant il assiste à la mort tragique de son caméléon Homère, dédicace à la passion inconditionnelle qu'il voue à la littérature antique, empalé par un croco en escarpin au cours d'obsèques familiales interminables et complètement abracadabrantesques, Justin, dans toute l'innocence qui le caractérise au début du roman, tombe nez à nez avec sa nourrice pour qui il cultive une fascination sans bornes, dans une position compromettante, en plein festin et ce, à plusieurs niveaux. Un épisode qui sera, par ailleurs, l'occasion de faire la rencontre de sa grande aïeule, une vieillarde chiqueuse de bétel au verbe trempé, lisant en lui comme un livre ouvert malgré les trois générations qui les séparent. Une rencontre qui résonnera comme le commencement de son rite initiatique et participera activement à l'éveil de sa conscience. Parce que c'est bien cela que Galant de Nuit nous conte.
Le récit est ponctué de notes humoristiques et poétiques, généreusement enrobé de métaphores pertinentes et savoureuses. La progression est découpée en diapositives, à l'instar de la vie du garçonnet, sous forme d'instants figés, une narration très visuelle qui sert le plaisir de la lecture. le lecteur est transporté dans un univers surprenant au folklore fascinant, imbibé d'effluves de manguiers et de jasmin, aux moeurs et coutumes décomplexées assez éloignées de l'image pudique qu'il pouvait nourrir pour cette civilisation bien mystérieuse et inaccessible.
Les personnages sont finement ciselés, une galerie haute en couleurs en passant par les trois Parques, ses tantes attachantes et souvent ridicules faisant de la Petite Grenouille l'otage de leurs querelles et excentricités, ce dernier se plaisant à se saisir de toutes les occasions pour monnayer sa liberté ; Virgil O'Leary, pur produit de l'esclavagisme géorgien au charisme prégnant, qui va l'initier à sa nouvelle vie de « criminel » comme il se plait à se la représenter et en compagnie duquel il va se frotter aux mystères de la sexualité ; et tant d'autres.
Une lecture pleine de fraicheur et engagée qui m'a littéralement enchantée et pour laquelle je remercie chaleureusement les Editions Gope et l'équipe Babelio.

Lien : https://lesplumots.wixsite.c..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Hosenford
  20 octobre 2018
J'avoue que je n'ai toujours pas terminé ce roman de Somtow. Mais la longue partie que j'ai lue me laisse admirant. Je suis si étonné de voir que cette petite maison d'édition propose non seulement un roman d'une écriture sublime mais qu'il ne soit pas en tête d'affiche. Cette oeuvre qui nous met au coeur de la Thaïlande et sa culture nous propose finalement la transition intrigante, mystérieuse et difficile entre l'enfance et l'adolescence d'un Thaïlandais de 12 ans. Plongé dans le monde intellectuel, éduquer comme tel et chantant à ses nombreuses heures perdues les oeuvres homériques ou devenant disciple de Platon, Justin ou « Vénérable Petite Grenouille » rencontre des amis d'un monde où l'étiquette de vie est bien moins exigeante. C'est un univers inconnu qui se colle au sien, déjà perturbé par la réalité. Qui dit adolescence dit puberté et l'amour, dans tous les sens du terme, tient une place importante dans livre, teinté donc d'érotisme, sans pour autant en être vulgaire. Et quand Justin ne rêve pas que son caméléon est un dieu de la mort, il suit, provoque et joue avec les intrigues familiales de ses trois tantes, les « Parques », au caractère bien reluisant.
Je ne suis absolument pas déçu de posséder ce livre dans ma bibliothèque dont j'apprécie les articulations et le style de l'auteur qui multiplie d'ailleurs les références mythologiques et historiques, faisant indéniablement de moi un de ses plus grands fans. Et j'ai hâte de terminer son roman à la couverture magnifique et à l'intrigue exotique.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Citations et extraits (5) Ajouter une citation
RAPHIKIRAPHIKI   26 septembre 2018
Pense à ton caméléon. Sa mort est peut-être un signe. C'est peut-être à toi de le faire revivre, mon enfant, c'est toi qui doit changer de couleur en fonction du lieu où tu te trouves... Sans pour autant changer la couleur de ton âme. Si tu n' apprends pas à le faire, tu vas passer le reste de ta vie à la dérive, à t' accrocher à des planches sans jamais apercevoir la côte.
Commenter  J’apprécie          50
HosenfordHosenford   28 septembre 2018
Des diapos, des diapos, des diapos !
À 12 ans, la vie n'a rien d'un film se déroulant jusqu'à une fin inexorable. C'est plutôt un diaporama : un condensé d'images fixes, d'odeurs et de sons. On peut mélanger les diapositives sur le carrousel, s'attarder sur une image qui vous est chère, passer rapidement sur les traumatismes et les déceptions, et revenir savourer une image à loisir. Un jour ou l'autre pourtant, nous nous apercevons que ce qui était discontinu devient continu, que l'hémisphère gauche de notre cerveau ordonne à l'hémisphère droit de calmer ses élans poétiques, que le temps […] file à toute vapeur après avoir quitté poussivement le quai de départ.
Pour certains, cette prise de conscience représente un éveil, un appel de l'âge adulte. C'est à ce moment-là aussi que la réalité de la vie s'impose et que l'imaginaire perd sa primauté.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
HosenfordHosenford   28 septembre 2018
J'suis tranquille dans ma cabane avec mes potes, quand surgit c'te tête de nœud, un drap autour des épaules. Y parle comme un majordome anglais et y m'raconte qu'il incinère son caméléon à la mode des Vikings.
Commenter  J’apprécie          20
HosenfordHosenford   31 octobre 2018
Il caresse mes cheveux. Je me sens un peu gêné. Il devrait savoir que la tête est le siège de l'âme et qu'un étranger ne devrait pas la profaner.
Commenter  J’apprécie          10
HosenfordHosenford   29 septembre 2018
Pendant l'enfance, la distance entre aujourd'hui et demain est aussi vaste que l'éternité.
Commenter  J’apprécie          20
autres livres classés : thailandeVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

LNHI-44259

Qui chantait ceci en 1977? On a tous dans le coeur une petite fille oubliée Une jupe plissée, queue de cheval, à la sortie du lycée On a tous dans le cœur un morceau de ferraille usé Un vieux scooter de rêve pour faire le cirque dans le quartier Et la petite fille chantait (et la petite fille chantait) Et la petite fille chantait (et la petite fille chantait) Un truc qui me colle encore au cœur et au corps Everybody's doing a brand-new dance now Come on babe do the locomotion I know you gonna like it if you give it a chance now Come on babe do the locomotion

Alain Souchon
Laurent Voulzy
Eddie Mitchell

12 questions
49 lecteurs ont répondu
Thèmes : chanson française , années 60 , enterrement , animauxCréer un quiz sur ce livre